trouble obsessionnel compulsif l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF: PowerPoint Presentation
Download Presentation
TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF:

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 28

TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF: - PowerPoint PPT Presentation


  • 598 Views
  • Uploaded on

TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF:. IFSI Nice Emmanuel Mulin, emulin@orange.fr. PLAN:. -Définition -Historique -Clinique: *formes cliniques *épidémiologie *co-morbidités *modèles -Evolution -Complications -Traitement. Définition:.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF:' - hasad


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
trouble obsessionnel compulsif

TROUBLE OBSESSIONNELCOMPULSIF:

IFSI Nice

Emmanuel Mulin, emulin@orange.fr

slide2
PLAN:

-Définition

-Historique

-Clinique:

*formes cliniques

*épidémiologie

*co-morbidités

*modèles

-Evolution

-Complications

-Traitement

d finition
Définition:

La névrose obsessionnelle est définie par la présence de symptômes obsessionnels associés à une organisation névrotique de la personnalité.

Le diagnostic est posé losqu’existent:

-des obsessions

-des compulsions dont les rituels

-une organisation névrotique de personnalité

-une répercussion invalidantes des symptômes

historique
Historique:

Les obsessions compulsions ont été décrites avant la psychiatrie par les exorcistes et les confesseurs.

Traité des scrupules de Duguet(1717) proposant des méthodes pour apaiser l’âme.

  • Esquirol et les monomanies affectives ou raisonnantes, 1838
  • Westphal et la névrose de contrainte, 1878: idées parasites faisant intrusion dans le processus de pensée contre la volonté => névrose anankastique ou de destin
  • Janet et la psychasthénie, 1903: description clinique des obsessions compulsions
slide6
Janet:

-fonds psychasthénique: sentiment d’incomplétude de la pensée et de l’action, perception douloureuse par le patient, inhibition de l’action

-Processus obsédants: agitations forcées, le patient se sent forcé de façon irrésistible à penser ou à accomplir des actes.

-Idées obsédantes et compulsions:obsessions de sacrilège, du crime, de la honte de soi, de la honte du corps et hypochondriaques. La peur ne porte pas sur les objets du monde extérieur mais sur les actes du sujet. Absence de conviction de l’obsession

slide7
Freud et la névrose obsessionnelle:

-distinction entre obsessions et phobies:

L’obsession associe une idée s’imposant au patient à un état émotif. Les idées obsédantes ont un sens=> analyse.

-idées obsédantes et surmoi cruel: conflit entre 2 énergies (pulsion et répression) obligeant le Moi à un compromis entre désir et interdit

-névrose obsessionnelle et caractère anal:

mécanismes de défense=> déplacement, isolation, annulation

Caractère anal=> ordre, entêtement, parcimonie, ambivalence

slide8
Trouble obsessionnel compulsif (T.O.C):

Regain d’intérêt 1980

-Apparition des thérapies comportementales

-Mise en évidence de l’activité de certains antidépresseurs dans le T.O.C

-Développement des classifications et des études épidémiologiques

Finalement très proche de la conception de Janet

clinique
Clinique:

Les critères les plus utilisés par les chercheurs et les cliniciens sont ceux du DSM-IV et de la CIM-10.

Critères DSM

  • soit obsessions soit compulsions
  • Reconnaissance du caractère excessif et déraisonnable
  • Détresse marquée, dévoreuse de temps (>1h/j)
  • N’est pas limité à un autre trouble de l’axe I éventuellement associé
  • N’est pas du à un abus de substance ou autre tb anxieux
slide10
Obsessions:
  • Pensées, impulsions ou images répétitives et persistantes, ressenties comme intrusives et inappropriées, causant une anxiété ou une détresse marquée.
  • Les pensées, impulsions, images ne sont pas simplement des soucis excessifs à propos de pbm de la vie réelle.
  • La personne tente d’ignorer ou de refouler ou neutraliser ces symptômes
  • La personne reconnaît que ces symptômes sont des produits de son esprit
slide11
Compulsions:
  • Des comportements répétitifs ou actes mentaux que la personne se sent obligée d’accomplir en réponse aux obsessions suivant des règles qui doivent être appliquées rigidement.
  • Le comportement répétitif ou l’acte mental vise à réduire la détresse ou à prévenir un événement redouté.

Cependant absence de lien réaliste ou clairement lien excessif.

slide12
Formes cliniques:
  • Les « laveurs »:

80% des cas: femmes

Début des troubles rapides.

Obsessions déclenchées par des stimuli environnementaux.

Evitement.

Rituels de lavages apaisant l’anxiété.

Ex. lavages plus de 10 fois/j, refus de toucher les poignets de portes, portent des gants en permanence…

slide13

Les « laveurs » ritualisent le lavage le plus svt par

Crainte de contamination, en les multipliant, ou en

Associant des comportements inadaptés: Eau de Javel…

slide14
Les « vérificateurs »:

Aussi svt des hommes que des femmes

Début progressif

Cherchent à prévenir des catastrophes possibles dans le futur: vérifient électricité, gaz, voiture, place d’objet dangereux, peur d’être par mégarde responsable d’un accident…

Le rituel n’entraine que peu de diminution de l’anxiété car le vérificateur ne peut être certain du futur

Recommence +++ en fonction des idées dépressives, anxieuses

slide15
Les « ruminateurs »:

Patients présentant des pensées obsédantes avec peu ou pas de rituels comportementaux

Ruminations incoercibles et intrusives

Doute, culpabilité, horreur, dégoût, pensées sexuelles inacceptables.

  • Autres types:

-Obsessions d’actes impulsifs:comportements ritualisés, idées obsédantes concernant le risque potentiel contrairement aux phobies

-Obsessions d’ordre et de symétrie: ordre, couleurs, nombres, arrangements ne pouvant être bouleversés

slide16
-les procrastinateurs: tendance à remettre au lendemain. incapacité à prendre une décision sans anxiété+++

-les accumulateurs: accumulation d’objets sans valeur, « syndrome de diogène »

-formes chez l’enfant:

Conduites répétitives ritualisées chez l’enfant ne sont pas systématiquement pathologiques.

Evolution à prendre en compte

Début possible vers 5 ans

Pronostic moyen 50% de persistance.

slide17
Thèmes les plus fréquents des obsessions:

-Contamination ou saleté (45%)

-Doute (42%)

-Peur de la maladie (36%)

-Besoin de symétrie (31%)

-Impulsions agressives: peur d’être agressif (31%)

-impulsions sexuelles: peur de la sexualité (26%)

Présenté seul ou simultanément…

slide18
EPIDEMIOLOGIE:

Prévalence: entre 1,9 et 3,2%

4e rang des patho psychiatriques

Sex-ratio: voisin de 1

Age de début: svt adolescence, adulte jeune

Parfois dés 5 ans (tendance à cacher les troubles au départ)

Événement déclenchant fqt retrouvé dans 30% des cas: evt de vie banal (mariage, accouchement…)

ou stressant (agression, accident…)

slide19
CO-MORBIDITES:
  • Co-morbidités d’axe I:

SCZ (12%)

Phobie sociale (18%)

Dépression (67%)

Maladie de Gilles de la Tourette (7%)

Trouble des conduites alimentaires (17%)

Alcoolisme (12%)

Trouble panique (7%)

  • Co-morbidités d’axe II:

Personnalité obsessionnelle compulsive (20%)

Personnalité anankastique ou psychasthénique

Personnalité schizotypique

slide20
Modèle biologique:

-héritabilité génétique d’une prédisposition

-rôle ++ de la sérotonine: neuromédiateur de l’inhibition comportementale et de l’évitement du danger

-rôle de la dopamine: facilitateur de l’activation des comportements

-rôle de la noradrénaline: régule la dépendance à la récompense et le maintien des comportements

-hyperfonctionnement du noyau caudé et orbitofrontal

slide21
Modèle comportemental:

Activation émotionnelle anormalement élevée.

Si seuil critique association de état interne d’activation à un stimulus environnemental selon un phénomène de « pseudo-conditionnement ».

  • habituation.

Modèle cognitif:

Obsessions causées par des interprétations erronées, catastrophiques surestimant l’importance des pensées.

pensées intrusives

actes mentaux Évaluation

et rituels

neutralisation pensées automatiques

slide22
Les interprétations négatives et les neutralisations sont reliées à des schémas de danger, de culpabilité, d’infériorité situés dans la mémoire à long terme et traitant automatiquement l’info en dehors de la conscience, le sujet émet des rituels de manière automatique sans en percevoir le sens.

Approche dimensionnelle: continuum impulsivité-compulsivité:

Impulsivité/compulsivité situés aux extrémités d’une même dimension de dyscontrôle comportemental.

=>échappement social assuré par le cortex frontal + circuits sous-corticaux.

Compulsif

TOC

Impulsif

Perso antisociale

Etat-Limite

Recherche de risque

Gilles de la Tourette

Risque: aversif, évitement

evolution
Evolution:

-Amélioration fréquente dans les formes légères à modérées… depuis nouvelles approches.

-Amélioration possible dans certaines formes sévères…

-Evolution continue dans 80% des cas

-Détérioration dans 10% des cas

Les formes graves peuvent entraîner un einvalidité massive

-Evolution possible par poussée

-certains troubles à l’adolescence évoluent vers un trouble schizophrénique…

complication
Complication:

- Décompensation dépressive fréquente

  • TS et suicide
  • Invalidité sociale et professionnelle
  • Alcoolisation
  • Abus de toxiques
  • Evolutions psychotiques rares (1%)

Diagnostics différentiels:

SCZ

Dépression

Autres névroses

Syndrome démentiel

Pathologies neuros: Epilepsie temporale, Gilles de la Tourette, syndrome de PANDAS(TOC post-strepto), Chorée de Sydenham

traitement
Traitement:

Ambulatoire sauf si invalidant ++

Traitements pharmacologiques:

ADP serotoninergiques ou bi-ergiques: efficaces sur les rituels

TOC résistants: antipsychotiques atypiques

Psychothérapies:

Psychanalyse et P.I.P: relativement peu efficace

Thérapies comportementales et cognitives:

Cherche à modifier les schémas dysfonctionnels

Exposition progressive pour habituation

Thérapies de groupe

slide26
Psychochirurgie et neurostimulation:

TOC résistants extrêmement invalidants:

Protocole de chirurgie cérébrale avec mise en place d’électrodes de stimulation profonde en évaluation.

Neurostimulation transcrânienne:

Ne présente pas les dangers et les inconvénients de la psychochirurgie.

Mais pas de données permettant de conclure à son efficacité.

Gamma-knife pour cingulotomie stéréotaxique:

Pas de donnée pour conclure à intérêt…

slide27
Compléments:

Surveiller le risque suicidaire dans les formes graves…

Sociothérapie: ré-insertion professionnelle.

Psychothérapie de soutien systématiquement associée: suivi régulier, surveillance de la tolérance au traitement.