slide1 l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Contrôle et Contestation. Sociologie des politiques et modes d’appropriation des TIC en Afrique du Sud post-apartheid PowerPoint Presentation
Download Presentation
Contrôle et Contestation. Sociologie des politiques et modes d’appropriation des TIC en Afrique du Sud post-apartheid

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 10

Contrôle et Contestation. Sociologie des politiques et modes d’appropriation des TIC en Afrique du Sud post-apartheid - PowerPoint PPT Presentation


  • 133 Views
  • Uploaded on

Contrôle et Contestation. Sociologie des politiques et modes d’appropriation des TIC en Afrique du Sud post-apartheid . Nicolas PEJOUT Chercheur associé au Centre d’Etudes Africaines Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales Paris. Symposium NETSUDS Dakar, 26-28 novembre 2007

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Contrôle et Contestation. Sociologie des politiques et modes d’appropriation des TIC en Afrique du Sud post-apartheid' - elspeth


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1
Contrôle et Contestation.Sociologie des politiques et modes d’appropriation des TIC en Afrique du Sud post-apartheid

Nicolas PEJOUT

Chercheur associé au Centre d’Etudes Africaines

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Paris

Symposium NETSUDS

Dakar, 26-28 novembre 2007

Campus numérique francophone de Dakar

slide2
Le point de départ : Politiques et modes d’appropriation des TIC
  • La problématique : entre contrôle et contestation
  • Le contexte sud-africain: innovations et inégalités
  • Les champs analysés : nouvelle économie, gouvernement et démocratie électroniques, société en ligne
  • Conclusion : Le contrôle, plus que la contestation
slide3
1. Le point de départ : Politiques et modes d’appropriation des TIC
  • Quelle est la nature et l’évolution de l’usage des TIC ? Quelles conséquences ces techniques et leurs usages ont-elle sur les représentations et les pratiques des utilisateurs ?
  • Pour répondre cette question, étudions les politiques et les modes d’appropriation des TIC
  • Politiques publiques d’appropriation : l’ensemble des mesures concrètes prises par les pouvoirs publics + le « référentiel » qui donne sens à cet ensemble
  • Modes d’appropriation : cf. les « Modes Populaires d’Action Politique » (MPAP) proposés par J.-F. Bayart pour saisir le « politique par le bas »
  • Champs étudiés : nouvelle économie, gouvernement et démocratie électroniques, société en ligne
slide4
2. La problématique : entre contrôle et contestation
  • Point de départ théorique : le principe d’ambivalence de la Technique (J.Ellul, 1954)
  • Point de départ méthodologique : une sociologie critique (Habermas, 1973), dynamiste (Balandier, 1986) et non développementaliste
  • CONTRÔLE : comment les politiques et modes d’appropriation des TIC instaurent, maintiennent voire renforcent la domination, le contrôle et la discipline?
  • CONTESTATION : comment les politiques et modes d’appropriation des TIC outillent-elles les stratégies et les tactiques de production du désordre ? Comment celles-ci équipent-elles la contestation d’un ordre (ou d’ordres) de domination(s)? Dans quelle mesure produisent-elles de l’incertitude dans un ordre de certitudes?
slide5

quelques chiffres (UIT, 2006)

  • population = 48 M hab.
  • télédensité fixe = 9,97%
  • télédensité cellulaire = 83,3%
  • taux de pénétration Internet = 9,02%
  • un très fort volontarisme politique et les moyens de le mettre en œuvre
  • un marché dynamique
  • Téléphonie fixe : deux opérateurs (Telkom, opérateur historique; Neotel, SNO depuis novembre 2005)
  • 3 opérateurs de téléphonie mobile : Vodacom, MTN, Cell-C
  • connexion à SAT3 et WASC-SAFE + projet de câble côté Est
  • de très fortes inégalités
  • zones rurales / zones urbaines
  • entre groupes démographiques et socio-économiques
  • entre les 11 provinces

3. Le contexte sud-africain : innovations et inégalités

4 1 contr le et contestation dans la nouvelle conomie sud africaine

Contrôle

Contestation

Modèles de « nouvelle économie »

Mimétisme d’une « nouvelle économie » dualiste : reproduction des modèles du Nord

Sud-africanisation de la « nouvelle économie » : diversité des modèles (Boyer, 2004) ; définir les priorités nationales au service du contrat social

« Nouvelle économie » et contrat social

  • La «nouvelle économie» divise les «deux économies» : le secteur des TIC alimente le dualisme socio-éco.
  • La déconnexion des enclaves de «nouvelle économie» : des incubateurs sans réel effet multiplicateur local
  • Massification (1) : accès aux TIC; main-d’œuvre formée ; discrimination positive (BEE)
  • Massification (2): spécialisation multi-sectorielle pour la création d’emplois = assemblage de matériel de TIC ; sous-traitance BPO; centres d’appel
4.1 Contrôle et contestation dans la nouvelle économie sud-africaine
4 2 contr le et contestation dans le gouvernement et la d mocratie lectroniques sud africains

Contrôle

Contestation

Gouvernement électronique

  • Connaissance: l’Etat omniscient
  • Formalisationde l’informel : enregistrer
  • Discipline: surveiller (ex.: projet HANIS)
  • Pensée politique commerciale: la privatisation vers un Etat distribué
  • Rationalisation administrative interne pour une meilleure efficacité (Etat en réseau)
  • Régime d’interactions administration / usager: pluralité des accès; transparence; consultation et participation

Démocratie électronique

Marchandisation de l’espace public(Habermas, 1993): quel impact réel sur la décision ?

Espace public électronique: délibération en ligne

Modèles

Domination d’un modèle et mimétisme institutionnel

Stratégies et tactiques : invention et appropriation-transformation (ex.: LL)

4.2 Contrôle et contestation dans le gouvernement et la démocratie électroniques sud-africains
4 3 contr le et contestation dans la soci t en ligne sud africaine

Contrôle

Contestation

Société en ligne

Discussion en ligne: violence raciale en ligne; quel impact hors ligne?

Identité en ligne: ébranler le carcan identitaire sud-africain hérité de l’apartheid

Interactions quotidiennes

Micro-contrôle social: ex.:le téléphone mobile comme outil de traçage

Micro-contestation sociale

Structuration dans la cité technologique

Inertie des hyperconnectéspour garder leur avantage cf. la saturation du réseau, ressource rare

Entrisme des déconnectés et des peu connectéspour conquérir des positions

4.3 Contrôle et contestation dans la société en ligne sud-africaine
slide9

CONCLUSION :

  • Tel que les TIC sont promues, utilisées et développées dans les politiques et modes d’appropriation déployés par les acteurs sud-africains et bien que le potentiel de celles-ci soit égal pour le contrôle ou pour la contestation, ces outils servent plus le premier que la seconde, du moins pour l’instant compte tenu de l’état de diffusion de ces techniques.
  • POURQUOI :
  • Les TIC sont des outils de formalisation, elle-même propice au contrôle
  • Les politiques publiques d’appropriation sont plus développées que les modes d’appropriation or l’Etat est historiquement plus enclin au contrôle qu’à la contestation. Ceci est particulièrement vrai dans le contexte d’une société et d’un régime politique nouvellement démocratiques, qui plus est marqués par une forte insécurité.
  • Les acteurs économiques, et au premier rang les entreprises, sont également plus actifs dans le déploiement des TIC comme outils de contrôle, utilisant ces dispositifs pour accroître la productivité par la surveillance (Crush, 1992 ; Hansen, 2004).
  • Les acteurs (association, syndicats…) dont on peut penser qu’ils sont les plus intéressés par les TIC comme outils de contestation sont moins connectés.
  • MAIS :
  • La diffusion de ces techniques au sein de la société, et notamment auprès de ceux qui sont ou se sentent marginalisés, apparaît comme le meilleur vecteur d’équilibrage entre les potentiels de contrôle et de contestation des TIC, au bénéfice du second.

5. Le contrôle, plus que la contestation

nicolas pejout npejout@gmail com http lodel ehess fr ceaf document php id 497
Nicolas PEJOUTnpejout@gmail.comhttp://lodel.ehess.fr/ceaf/document.php?id=497

Merci !