slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Décoder le nouveau Code Avril 2008 PowerPoint Presentation
Download Presentation
Décoder le nouveau Code Avril 2008

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 43

Décoder le nouveau Code Avril 2008 - PowerPoint PPT Presentation


  • 79 Views
  • Updated on

Décoder le nouveau Code Avril 2008. David W. Stark, CIPP Président élu l’ARIM et ancien président du portefeuille des normes david.stark@tns-global.com. Contexte. Le Code est révisé en 2007 Deux rondes de consultations auprès des membres Perspectives éclairées reçues

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

Décoder le nouveau Code Avril 2008


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    Presentation Transcript
    1. Décoder le nouveau CodeAvril 2008 David W. Stark, CIPPPrésident élu l’ARIM et ancien président du portefeuille des normesdavid.stark@tns-global.com

    2. Contexte • Le Code est révisé en 2007 • Deux rondes de consultations auprès des membres • Perspectives éclairées reçues • Révisions adoptées à l’unanimité par le conseil d’administration national de l’ARIM en novembre

    3. Ordre du jour • Résumé des révisions substantielles apportées au Code • Le Code de l’ARIM et d’autres codes de l’industrie • CASRO • ESOMAR • Développements à l’ISO • Communication de notre nouveau Code aux médias

    4. Points saillants des changements au Code

    5. Section A : Introduction • Le Code a un nouveau nom • La Charte des droits des répondants est maintenue • De nouveaux termes sont ajoutés à la section des définitions • Groupe de discussion • Modérateur • Recruteur • Recherchiste

    6. Section A : Introduction • La définition d’enfant s’applique maintenant aux moins de 13 ans (plutôt que 12 ans comme auparavant) • Le consentement d’un parent ou d’un adulte est requis pour interviewer des enfants • Pour la recherche qualitative, le consentement d’un adulte est requis pour les jeunes de moins de 16 ans (aucun changement)

    7. Section A : Introduction • La définition de « questionnaire trop long » s’applique maintenant aux entrevues par Internet – plus de 30 minutes • La même durée que pour les entrevues par téléphone ou pour les interrogations au passage dans les centres commerciaux

    8. Section B : Règles générales de déontologie • Les dix principes de base • Les dix principes de base passent de l’introduction à cette section • Responsabilités professionnelles • L’intégrité des rapports (clause 9) a été renforcée

    9. Section B : Règles générales de déontologie • Responsabilités envers le public • Maintenir la Charte des droits des répondants de l’ARIM (clause 11) • Éviter les questionnaires trop longs (clause 13) • Les points importants (clauses 14-17) ne sont plus enfouis dans une note en bas de page

    10. Section B : Règles générales de déontologie • Responsabilités envers le public(clauses 14-17) • Durée de l’entrevue • Rendez-vous pour des entrevues interentreprises (B2B) • Permission de communiquer de nouveau • Traitement spécial pour les refus

    11. Section B : Règles générales de déontologie • Responsabilités envers le public • Permission de partager les renseignements personnels identifiables du répondant (clause 18a) • Buts de la recherche • Buts du service à la clientèle (nouveau) • Identifier le but et obtenir le consentement

    12. Section B : Règles générales de déontologie • Responsabilités envers le public • Enregistrement des entrevues (clause 18b) • Effacer autant que possible si le répondant le demande • La sécurité du client (clause 20c) concernant les évaluations d’alcool

    13. Section B : Règles générales de déontologie • Responsabilités des recherch-istes envers les clients • Renseignements spécifiques que les clients ont le droit de recevoir (clause 26) • Mesures de protection pour les vérifications de la qualité du travail sur le terrain et de la préparation des données (clause 27)

    14. Section B : Règles générales de déontologie • Responsabilités des recherchistes envers les clients • Amélioration des exigences en matière de surveillance et de vérification (clause 27b) • Reconnaissance des cas exceptionnels (clause 27c)

    15. Section B : Règles générales de déontologie • Responsabilités des recherchistes envers les clients • La propriété intellectuelle (clause 29) stipule que les dossiers appartiennent au client • Le recherchiste ne doit pas divulguer la propriété d’un client à une tierce partie sans l’accord du client

    16. Section B : Règles générales de déontologie • Responsabilités des recherchistes envers les clients • Limites de la responsabilité • (clause 32) • Le recherchiste doit reprendre le travail défectueux ou incomplet • Responsabilité monétaire maximale : rembourser l’argent payé

    17. Section B : Règles générales de déontologie • Responsabilités des clients envers les recherchistes • La publication auprès d’un public élargi des résultats d’une recherche (clause 37) • Les clients doivent consulter le fournisseur de recherche d’avance

    18. Section B : Règles générales de déontologie • Responsabilités des clients envers les recherchistes • Clarification d’une incohérence relative à la propriété intellectuelle (clause 38) • L’organisation du recherchiste ne conserve pas de droits d’auteur exclusifs

    19. Section B : Règles générales de déontologie • Responsabilités des clients envers les recherchistes • Le client doit divulguer à tous les soumissionnaires le nombre de propositions et d’estimations de coûts recherché (clause 39) • Si ces renseignements ne sont pas offerts volontairement, les clients doivent le faire sur demande

    20. Section C : Règlements à la recherche qualitative • Les références aux médias analogues ont été remplacées par des termes plus inclusifs • Les clauses 1 et 3iv sont modifiées pour permettre de partager l’identité du répondant s’il y a consentement

    21. Section C : Règlements à la recherche qualitative • La clause 7 énumère les spécifications du recrutement • Elle précise le sens de « toutes les parties » • Aucun répondant ne doit être recruté s’il a assisté à 5 groupes de discussion ou plus au cours des 5 dernières années

    22. Section C : Règlements à la recherche qualitative • Au moins un tiers des recrues ne doivent jamais avoir participé à un groupe de discussion ou à une entrevue en profondeur (plutôt que la moitié comme auparavant) • Les recruteurs ne doivent pas utiliser de la publicité pour faire le recrutement pour un projet particulier sans l’autorisation du modérateur ou du client

    23. Section C : Règlements à la recherche qualitative • L’utilisation des enregistrements par les clients à des fins permises doit être confirmée par écrit (clause 10b) • Les opérateurs d’installations doivent maintenir la confidentialité du client (clause 14) • Groupes consécutifs • Messages électroniques

    24. Section C : Règlements à la recherche qualitative • La liste des points que les recruteurs doivent communiquer aux répondants avant le début d’une étude (clause 18) • Usage du tabac • Exercices avant la séance • Consommation de nourriture et/ou d’alcool (clause 18)

    25. Section C : Règlements à la recherche qualitative • Registre de la recherche qualitative (RRQ) (clause 20) • Il faut soumettre le nom de tout répondant recruté à partir d’une liste d’une tierce partie au RRQ à moins que le propriétaire de la liste demande, par écrit, qu’il n’en soit pas ainsi.

    26. Section D : Règlements à la recherche par Internet • Lorsque les sondages sont fondés sur la banque de données d’un client, il faut révéler l’identité du client • Lorsque des listes sont utilisées pour un prélèvement d’échantillons, la source de la liste doit être divulguée. • Les personnes sur les listes doivent avoir donné leur accord aux fins de la recherche

    27. Section D : Règlements à la recherche par Internet • Aucun courriel non sollicité pour la recherche auprès des consommateurs • On peut envoyer des courriels non sollicités aux répondants à une recherche interentreprise si le FSI et le FSC sont d’accord • Un lien de retrait dans chaque courriel • Chiffrement SSL • Pas de collecte

    28. Section D : Règlements à la recherche par Internet • Pas de mystification dans les en-têtes de message • Affichage de la politique de protection des renseignements personnels sur le site Web • Les adresses de courriel au travail sont considérées comme étant des renseignements personnels • L’utilisation de mouchards électroniques, de fichiers sur les connexions au Web ou de logiciels doit être divulguée aux répondants

    29. La mystification n’est utile à personne • Les grands FSI utilisent tous des systèmes d’authentification pour lutter contre le pourriel et l’hameçonnage • Une partie considérable des courriels qui usurpent des adresses d’IP est acheminée vers les fichiers de pourriel des utilisateurs, porte un message d’avertissement ou n’est pas livrée du tout.

    30. Section E : Entrevues avec des enfants / jeunes • Très peu de changements apportés à cette section • Enfant = moins de 13 ans • Jeune = 13 à 17 ans • Projets qualitatifs = consentement d’un adulte pour les moins de 16 ans • L’enseignant ne peut accorder le consentement

    31. Section F : Annexes • Cette section comprenait auparavant : • Des notes sur le Code ICC/ESOMAR • La ligne du service de conseils de l’ARIM pour les demandes de renseignements sur les normes • Les procédures disciplinaires

    32. Section F : Annexes • Cette section comprend maintenant : • La ligne du service de conseils de l’ARIM pour les demandes de renseignements sur les normes • La Charte des droits des répondants • Les procédures disciplinaires (améliorées) • L’exemple d’un énoncé sur la protection des renseignements personnels

    33. Mise en application • Plaintes officielles par le biais des procédures disciplinaires • Autorèglementation • Sondage des membres en vue de la planification stratégique • Les normes et l’exécution sont les principales priorités des membres • Projet Solon

    34. Conformité aux principales nouvelles clauses du Code de l’ARIM

    35. Marge d’erreur de l’échantillonnage • Code de déontologie de l’ARIM • Les membres doivent s’abstenir de faire des déclarations concernant les marges d’erreur d’un échantillonnage par rapport aux estimations démographiques quand ils n’utilisent pas des échantillonnages probabilistes

    36. Marge d’erreur de l’échantillonnage • L’AAPOR suggère aux sociétés d’utiliser la déclaration suivante: • Les répondants à ce sondage ont été choisis parmi ceux qui ont [consenti de leur plein gré à participer et à s’inscrire pour participer à des recherches et des sondages en ligne de (nom de l’entreprise)]. Les données (ont été ou n’ont pas été) pondérées pour refléter la composition démographique de (la population cible). Étant donné que l’échantillonnage est fondé sur ceux qui se sont auto-sélectionnés au départ pour participer au panel] plutôt que sur un échantillonnage probabiliste, on ne peut calculer aucune estimation de la marge d’erreur. Tous les échantillonnages de recherches et de sondages peuvent faire l’objet de multiples sources d’erreur dont, sans s’y limiter, une erreur d’échantillonnage, une erreur de couverture et une erreur de mesure.

    37. Marge d’erreur d’un échantillonnage • Voici un texte standard que Harris Interactive utilise dans ses communiqués de presse : • Tous les échantillonnages de recherches et de sondages, qu’ils utilisent ou non l’échantillonnage probabiliste, sont sujets à de multiples sources d’erreur qu’il est généralement impossible de quantifier ou d’estimer, dont l’erreur d’échantillonnage, les erreurs de couverture, les erreurs associées à l’absence de réponse, les erreurs associées à la formulation de la question et aux options de réponse, de même que la pondération et les ajustements post-sondage. Harris Interactive évite donc les mots « marge d’erreur » puisqu’ils sont trompeurs. On ne peut calculer que les différentes erreurs d’échantillonnage possibles en utilisant différentes possibilités pour des échantillonnages purs, non pondérés et aléatoires avec un taux de réponse de 100 %. Ceux-ci ne sont que théoriques parce qu’aucun sondage publié n’atteint cet idéal.

    38. Chiffrement

    39. Exemple d’un site Web pour le recrutement d’un panel de recherche Le lien à la politique sur la protection des renseignements personnels devrait être affiché sur chaque page. Le site devrait utiliser le chiffrement SSL

    40. Entrevues avec des enfants

    41. Autres nouvelles sur les normes • Le Code de l’ARIM et d’autres codes de l’industrie • CASRO • ESOMAR • Développement ISO • Communiquer notre Code aux médias

    42. www.mria-arim.ca