La structure par terme du taux d’intérêt - PowerPoint PPT Presentation

la structure par terme du taux d int r t n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
La structure par terme du taux d’intérêt PowerPoint Presentation
Download Presentation
La structure par terme du taux d’intérêt

play fullscreen
1 / 34
La structure par terme du taux d’intérêt
477 Views
Download Presentation
anstice
Download Presentation

La structure par terme du taux d’intérêt

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. UNIVERSITE CADI AYYAD FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES JURIDIQUES ET SOCIALES MARRAKECH La structure par terme du taux d’intérêt Assisté par: -Mr Morchid Ibrahim Préparé par : -Bouchouirbat Badiaa -Fakiri Hanane -El ghazouani Laila

  2. Le plan -Introduction -Partie 1 : A/ présentation de la structure par terme. B/ Les théories explicatives -Partie 2 : La structure des taux d’intérêt au Maroc ( Les bons de trésors) -Conclusion

  3. INTRODUCTION La compréhension de la formation et du rôle du taux d’intérêt dans l’économie est devenue indispensable. Un affrontement entre l’approche classique et celle préconisée par Keynes dans la théorie générale était dominant: -Les taux d’intérêt sont ils déterminés, comme l’affirment les hauteurs classiques par des facteurs réels, en particulier l’épargne et la production. Ou par des facteurs monétaires.

  4. Les néoclassiques( BOHN-BOWERK, FISHER…) ont une double justification de l’intérêt. -L’intérêt représente la rémunération de l’abstinence. -L’investissement est un détour de production. • Pour les keynésiens( KEYNES, HICKS) ,ce n’est pas le taux d’intérêt qui permet d’égaliser l’épargne et l’investissement. • La justification keynésienne est alors la préférence pour la liquidité. • L’observation des marchés financiers met en évidence non pas un mais une multitude de taux qui diffèrent les uns des autres.

  5. La structure par terme des taux d’intérêt: • De mois en mois, voire de jours en jours, les rendements des actifs à revenu fixe tels que les bons du Trésor varient en fonction de leur échéance et la relation entre rendement et maturité varie à son tour avec le temps. • La structure par terme des taux d’intérêt montre comment les taux d’intérêt varient en fonction de la durée des titres d’endettement auxquels ils se rapportent. • Les utilisations de la structure par terme des taux d’intérêt sont multiples, plus particulièrement pour les gérants d’actifs à revenu fixe ou variable. Ces gestionnaires ajustent leurs portefeuilles en fonction de leur stratégie et des caractéristiques des titres qui les composent.

  6. L’analyse de la structure des taux d’intérêt, c’est-à-dire la relation entre les taux à court et à long terme, se fait généralement par la courbe des taux qui constitue un outil plus précieux d’aide à la décision pour les opérateurs des marchés financiers. • Cette courbe de rendement joue un rôle central pour les décisions financières…. • Cette courbe a été remplacé par une qui est appelée courbe de structure par terme des taux d’intérêt.

  7. Courbe croissante ou normale

  8. Courbe plate

  9. Courbe bosselée

  10. Courbe décroissante

  11. Dans la pratique, il n’est pas toujours simple de reproduire correctement la structure à terme. • Les taux d’intérêt varient constamment, la courbe des taux se modifient continuellement. • On peut déduire d’une gamme des taux au comptant des taux implicites(Forwards rates), c’est-à-dire des taux devront s’appliquer à des prêts ou emprunts, d’une période à une date future (1+t), (2+t)….(t+n).

  12. Soient tR1 et tR2, les taux spots prévalant à la date t. En l’absence de coûts de transaction, il est équivalent pour un emprunteur -D’emprunter pour deux périodes et de payer à l’échéance (1+ tR2)²; - D’emprunter pour une période, deux fois de suite, respectivement au taux tR1, puis au taux t+1r1 calculé comme suit: t+1r1 =[(1+ tR2)²/ (1+ tR1)]-1

  13. Les théories explicatives de la structure par terme des taux d’intérêt La problématique de la structure par terme des taux d’intérêt a donné lieu à plusieurs débats de recherche théoriques depuis les années 1930. Plusieurs théories s’affrontaient pour tenter d’expliquer la formation et les déformations de la structure des taux , et expliquer les relations entre les taux d’intérêt à court terme et à long terme.

  14. 1/ la théorie des anticipations • Fisher (1930) , a été historiquement le premier à introduire la notion d’anticipations dans la littérature économique . • Les hypothèse de base : • Les marchés financiers sont parfaits. • Les titres sont parfaitement substituables. • Les anticipations des agents économiques son homogènes .

  15. Exemple : Supposons , que le 31 décembre 1990 le taux à un an soit de 6 % et quel’onprévoitquece taux à un an sera égal à 8% en 1991 et à 8.5% en 1992 et 1993.Il s’agit de savoir quel est le taux qui devrait être coté en 1990 pour une maturité de 2 et 3 ans . un investisseur qui désire placer son argent à 2 ans peut le faire directement en 1990 en obtenant le taux à 2 ans ou placer à un an en 1990 ( taux 6 %) et encore un an en 1991 ( taux 8 %) . Donc le taux à 2 ans coté en 1990 doit être égal , à l’équilibre , à environ 7 % .

  16. 2/ la théorie de la prime de risque • Cette théorie privilégie le comportement d’aversion des agents économiques envers le risque affèrent à la détention des titres. • La plupart des investisseurs savent que les prévisions ne peuvent être qu’incertaines. • Il y a préférence des placements de courte durée. • Plus la période d’investissement est longue, plus il y a de risques. • Ces facteurs de risque et d’autres font que les actifs financiers de durées différentes ne sont pas de substituts parfaits .

  17. Selon les tenants de cette théorie, cette substitution peut être rachetée moyennant le paiement d’une prime de risque. • Les investisseurs ont une aversion vis-à-vis du risque , ils n’accepteront d’accroître la durée de leurs placements qu’en échange d’une prime compensant l’augmentation du risque.

  18. 3/La théorie de la segmentation des marchés • Les agents son totalement adversaires du risque. • Les préférences qu’ils manifestent quant à la durée de leurs placements et / ou endettements sont très rigides. • Les opérateurs se spécialisent dans certains segments : les banques par exemple, prêtant plutôt à court terme et les compagnies d’assurances à long terme.

  19. Les titres d’échéances différentes ne sont pas substituables et les marchés sont ainsi parfaitement cloisonnés. • La structure par terme des taux perd tout son sens du fait de l’indépendance des taux, chacun d’entre eux étant déterminé sur un compartiment du marché . La courbe des taux est alors composée des segments correspondant aux principaux compartiments du marché. • Lesanticipations des titresne jouent pratiquement aucun rôle

  20. Contrairement à la théorie de la prime de risque , la substitution entre les titres ne peut être rachetée . • L’avenir parait incertain aux yeux des investisseurs qu’une prime ne peut les convaincre d’investir pour une autre durée que celle qui emporte leur préférence.

  21. 4/ La théorie de l’habitat préféré • Lorsque l’offre et la demande de titres sur un segment de courbe donné ne coïncident pas , certains emprunteurs et prêteurs sont prêts à se déplacer sur d’autres parties de courbe à condition de recevoir une prime de risque qui compense leur aversion au risque de prix ou de réinvestissement.

  22. La structure des taux d’intérêts au Maroc en 2006Les bons de trésors A-les taux d’intérêt des bons de trésor à court terme ( moyennes mensuelles ) Source: Banque Al-Maghrib

  23. B- Le taux d’intérêt des bons de trésors à moyen terme (Moyennes mensuelles) Source: Banque Al-Maghrib

  24. C- Le taux d’intérêt des bons de trésors à long terme (moyennes mensuelles) Source: Banque Al-Maghrib

  25. Les trois courbes sont ascendantes, mais la vraie signification aura lieu lorsque on projette ces trois courbes dans un même graphe.

  26. Source: Banque Al-Maghrib

  27. Les taux longs sont supérieur aux taux courts, la courbe des taux a tendance à être normal , on parle d’une reprise économique. • L’écart étant faibles entres les taux d’intérêts pour les différentes maturité explique la tendance de la courbe presque plate. • Le taux d’inflation en 2006 a atteint 3.3% alors les placements à long terme sont très risqué, c’est pourquoi les investisseurs demande une forte prime de risque, ce la se traduit par une baisse du taux à long terme. • Alors l’investissement dans un titre de créance ne permet pas d’échapper à tous les risques.

  28. 1- Risque de l’évolution d’inflation: Investir dans une obligation à long terme , sachant que l’on connaît la somme procuré à l’échéance, peut ne pas être le choix optimal. Une évolution de l’inflation anticipée par le marché le prouve, car le rendement actuariel assura un pouvoir d’achat supérieure à celui du long terme. Il est indispensable de calculer le taux d’intérêt réel c’est-à-dire le taux après inflation Taux réel = [ (1+ le taux nominal )/(1+ le taux de l’inflation)]-1 Les risque liés à la détermination du structure du taux d’intérêt

  29. L’horizon du placement • A fin d’éviter la hausse non anticipé de l’inflation. Les investisseurs choisiront de placer leur argent à court terme. • L’investissement à court terme, renouvelable permet de sécuriser une certaine liquidité. • L’investisseur risque d’exposer à l’évolution du taux d’intérêt réel à court terme.

  30. Conclusions • Les taux de rentabilité des titres de créance ayant des échéances différentes peuvent être illustrer sur un graphique. • La courbe dépend des anticipation de l’évolution des taux courts et des taux longs. • Ces anticipations ne sont pas unique dans la détermination de la structure des taux d’intérêt. • D’autres facteurs explicatifs de la structure des taux tel la prime de risque. • La courbe des taux d’intérêt peut être un indicateur de conjoncture pour les économistes.