un bref survol de l histoire rurale fran aise l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Un bref survol de l’Histoire rurale française PowerPoint Presentation
Download Presentation
Un bref survol de l’Histoire rurale française

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 21

Un bref survol de l’Histoire rurale française - PowerPoint PPT Presentation


  • 136 Views
  • Uploaded on

Un bref survol de l’Histoire rurale française. Jean-Marc Boussard. Où commencer ? . Les gaulois (de -2000 à – 50): Premiers agriculteurs historiques sur territoire actuel Cultivent clairières dans la forêt Société peu organisée; exploitation sans doute collective

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

Un bref survol de l’Histoire rurale française


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
o commencer
Où commencer ?
  • Les gaulois (de -2000 à – 50):
      • Premiers agriculteurs historiques sur territoire actuel
      • Cultivent clairières dans la forêt
      • Société peu organisée; exploitation sans doute collective
  • Les gallo-romains (de -50 à +500)
      • Société très « moderne » (grandes exploitations, commerce )
      • Infrastructures et machinisme
      • Esclavage (= terre abondante, travail rare); structures « traditionnelles » coexistant sans doute avec « villae ».
      • Effondrement pour raisons peu connues
le moyen ge 500 1500
Le Moyen-âge (500 – 1500)
  • Système féodal
      • Peu d’Etat.
      • Le lien personnel entre « protecteur » et « protégé »
      • Paysans liés à la terre, doivent services collectifs (corvée, taille etc. .) ; le seigneur aussi doit services (moulin, four). Mélange collectif/individuel.
      • Peu de commerce (villes petites et peu peuplée)
      • Faibles rendements; élevage extensif en forêt
  • Evolution vers urbanisation
      • Surplus alimentaire (à certaines époques) permet spécialisation artisans dans les villes.
      • Permet renforcement du pouvoir royal
      • Hauts et bas démographiques ; épidémies; misère.
  • Rôle de l’Eglise
      • Organisation de la Société; Rôle des monastères
les temps modernes 1500 1700
Les temps modernes (1500-1700)
  • Emergence du pouvoir royal
      • Les seigneurs féodaux perdent leur rôle et leur fonction, sinon leur prestige et leurs rentes
      • Ils confisquent la propriété foncière à leur profit
      • Le Roi s’appuie sur la bourgeoisie urbaine, et développe les infrastructures
      • Naissance du salariat rural et de la petite exploitation individuelle ; disparition progressive des structures collectives
  • Naissance de l’idée de progrès technique (et du rôle de l’Etat pour le développer)
      • Olivier de Serre; Le Muséum ; La bergerie de Rambouillet
      • Colbert et l’idée mercantiliste
  • Le rôle de l’aventure coloniale
      • Diminue la population à nourrir; augmente la terre disponible
      • Oblige à reconsidérer l’agronomie
le xviii eme si cle 1700 1789
Le XVIIIeme siècle (1700 – 1789)
  • Apogée de l’ évolution précédente
      • Pouvoir fort; féodaux soumis devenus grands propriétaires
      • Naissance d’une classe de fermiers aisés
      • Persistance d’une pauvreté profonde
      • Progrès techniques réels, routes permettant des transports à longue distance. Importance grandissante du commerce.
      • Famines plus rares mais plus générales
  • Les problèmes émergeants
      • Les inégalités sociales apparentes et non justifiées
      • Renforcement du rôle de la bourgeoisie urbaine et du pouvoir de l’argent. Création de la bureaucratie royale.
      • Naissance de l’opinion publique; affaiblissement de l’Eglise
  • Conduit à la Révolution
le xviii me si cle le d bat sur le commerce des grains
Le XVIIIème siècle : le débat sur le commerce des grains
  • Le contexte
      • Le Colbertisme aboutit à la création d’une bureaucratie économique
      • Elle impose des contraintes dont les gens riches veulent se libérer
  • Le libéralisme physiocratique
      • Quesnay et la comptabilité nationale
      • L’école des « physiocrates » (gouverner suivant la physiologie sociale)
  • Les critiques de Galiani
      • Le libéralisme est très bon pour l’industrie, pas pour l’agriculture
      • Faute de réguler le commerce des grains, on risque la famine
      • Il est peu écouté sur le moment; Cela favorise la révolution
le xix me si cle les v nements
Le XIXème siècle : les évènements
  • La Révolution et ses suites
      • La révolution se trouve bientôt en guerre, ce qui fait oublier le libéralisme.
      • La saisie des biens féodaux fonctionne comme une réforme agraire, renforçant le rôle de la petite et moyenne propriété.
      • La Restauration en conserve les acquis, appuie le progrès technique agricole, et pratique un protectionnisme extérieur habile
  • Les régimes suivants continuent dans la même ligne
      • Tentative de libéralisation sous Napoléon III;
      • Dernière crise alimentaire en 1856
      • Retour au protectionnisme sous la IIIème république
      • Fondation d’un ministère de l’Agriculture
le xix me si cle les volutions sous jacentes
Le XIXème siècle : les évolutions sous jacentes
  • Baisse de la natalité
      • Commencée au XVIIIème, plus tôt qu’ailleurs
      • Accélérée par les lois sur les héritages
  • L’industrie absorbe de plus an plus de main-d'œuvre
      • La population active agricole diminue
      • Compensés par plus de capital
  • Progrès technique et hausse des rendements
      • Prairies artificielles; Fertilisation; Amendements; Nouvelles cultures
  • Russie et USA deviennent des concurrents agricoles
      • Au désespoir des aristocrates fonciers (deviennent protectionnistes).
  • Concurrence entre l’Eglise et l’Etat laïque
      • En particulier dans l’éducation; Les instituteurs et les campagnes
le xx me si cle continuit et ruptures
Le XXème Siècle : continuité et ruptures
  • Continuité
      • Poursuite de l’évolution démographique
        • Actuellement, 3% d’agriculteurs dans la population active
        • Natalité en forte baisse, compensée par immigration.
      • L’augmentation du capital par ha et par travailleur
      • Renforcement du rôle de l’Etat
        • Quasi disparition de celui de l’église (sauf éducation, et, temporairement, la JAC)
        • Le corporatisme agricole; Le rôle du crédit agricole
  • Ruptures
      • La dissolution du lien colonial
      • L’agriculture n’est plus la seule source de matières premières
      • La crise de 1929 et l’abandon du marché comme régulateur de la production agricole
      • La monté du rôle des Industries alimentaires
      • Une originalité agricole : le mouvement cooperatif
les cons quences de la d colonisation
Les conséquences de la décolonisation
  • Le rôle économique des colonies :
      • Exutoire au trop plein de main-d'œuvre
      • En application des avantages comparatifs:
        • Fournissent des denrées alimentaires qui ne pourraient pas être produites en métropole, en échange de produits manufacturés .
        • Permettent de négliger l’agriculture métropolitaine
  • Aujourd’hui
      • Ne sont plus « politiquement correctes »
      • Le progrès technique permet de produire sur place ; les ex-colonies sont plutôt des concurrents
      • L’offre agricole mondiale est pléthorique; seuls les PVD seraient acheteurs, mais n’en ont pas les moyens
  • Le drame des pauvres est qu’on a plus besoin d’eux (mais cela pourrait conduire à la révolution…)
le xx me si cle continuit et ruptures12
Le XXème Siècle : continuité et ruptures
  • Continuité
      • Poursuite de l’évolution démographique
        • Actuellement, 3% d’agriculteurs dans la population active
        • Natalité en forte baisse, compensée par immigration.
      • L’augmentation du capital par ha et par travailleur
      • Renforcement du rôle de l’Etat
        • Quasi disparition de celui de l’église (sauf éducation, et, temporairement, la JAC)
        • Le corporatisme agricole; Le rôle du crédit agricole
  • Ruptures
      • La dissolution du lien colonial
      • L’agriculture n’est plus la seule source de matières premières
      • La crise de 1929 et l’abandon du marché comme régulateur de la production agricole
      • La monté du rôle des Industries alimentaires
      • Une originalité agricole : le mouvement coopératif
l agriculture n est plus la seule source de mati res premi res
L’agriculture n’est plus la seule source de matières premières
  • Jusqu’en 1900, l’agriculture produisait :
      • L’énergie de traction (chevaux) et de chauffage (bois)
      • Les textiles (lin, chanvre, laine, puis coton)
      • De nombreux matériaux (bois)
  • Aujourd’hui, tout ceci a disparu sauf que :
      • Le bois :
          • Concurrence des bois tropicaux; limites à la déforestation
          • Les plastiques viennent du pétrole, qui n’est pas éternel
      • Les carburants :
          • Rareté du pétrole et effet de serre
          • Cependant, l’agriculture ne suffirait pas à remplacer le pétrole
le xx me si cle continuit et ruptures14
Le XXème Siècle : continuité et ruptures
  • Continuité
      • Poursuite de l’évolution démographique
        • Actuellement, 3% d’agriculteurs dans la population active
        • Natalité en forte baisse, compensée par immigration.
      • L’augmentation du capital par ha et par travailleur
      • Renforcement du rôle de l’Etat
        • Quasi disparition de celui de l’église (sauf éducation, et, temporairement, la JAC)
        • Le corporatisme agricole; Le rôle du crédit agricole
  • Ruptures
      • La dissolution du lien colonial
      • L’agriculture n’est plus la seule source de matières premières
      • La crise de 1929 et l’abandon du marché comme régulateur de la production agricole
      • La monté du rôle des Industries alimentaires
      • Une originalité agricole : le mouvement coopératif
l abandon du march comme r gulateur de la production agricole
L’abandon du marché comme régulateur de la production agricole
  • L’intervention de l’Etat en agriculture aura été forte depuis le XVIIIèmesiècle (et avant)
  • Jusqu’en 1930, le marché avait toujours été le régulateur ultime
  • A partir de 1935 aux USA, et 1940-45 en France, l’agriculture est déconnectée du marché
      • Les prix sont fixés par l’Etat
      • La PAC accentue cette politque
  • Le résultat est spectaculaire :
le xx me si cle continuit et ruptures17
Le XXème Siècle : continuité et ruptures
  • Continuité
      • Poursuite de l’évolution démographique
        • Actuellement, 3% d’agriculteurs dans la population active
        • Natalité en forte baisse, compensée par immigration.
      • L’augmentation du capital par ha et par travailleur
      • Renforcement du rôle de l’Etat
        • Quasi disparition de celui de l’église (sauf éducation, et, temporairement, la JAC)
        • Le corporatisme agricole; Le rôle du crédit agricole
  • Ruptures
      • La dissolution du lien colonial
      • L’agriculture n’est plus la seule source de matières premières
      • La crise de 1929 et l’abandon du marché comme régulateur de la production agricole
      • La monté du rôle des Industries alimentaires
      • Une originalité agricole : le mouvement coopératif
la mont du r le des industries agroalimentaires
La monté du rôle des industries agroalimentaires
  • Jusqu’en 1900, liens directs fréquents entre producteurs et consommateur
      • Rôle des « foires et marchés » ,
      • du métayage et du fermage en nature
  • Disparaît avec :
      • les progrès de l’urbanisation
      • Les exigences des consommateurs et les changements de mode de vie
      • Implique que la politique alimentaire est différente de la politique agricole
le xx me si cle continuit et ruptures19
Le XXème Siècle : continuité et ruptures
  • Continuité
      • Poursuite de l’évolution démographique
        • Actuellement, 3% d’agriculteurs dans la population active
        • Natalité en forte baisse, compensée par immigration.
      • L’augmentation du capital par ha et par travailleur
      • Renforcement du rôle de l’Etat
        • Quasi disparition de celui de l’église (sauf éducation, et, temporairement, la JAC)
        • Le corporatisme agricole; Le rôle du crédit agricole
  • Ruptures
      • La dissolution du lien colonial
      • L’agriculture n’est plus la seule source de matières premières
      • La crise de 1929 et l’abandon du marché comme régulateur de la production agricole
      • La monté du rôle des Industries alimentaires
      • Une originalité agricole : le mouvement coopératif
une originalit agricole le mouvement cooperatif
Une originalité agricole : le mouvement cooperatif
  • Avantage et inconvénients du capitalisme :
      • Avantage : la possibilité de mobiliser de grandes quantités d’épargne dans des sociétés anonymes
      • Inconvénient : le pouvoir à l ’argent
  • La proposition du mouvement coopératif :
      • Conserver la possibilité de mobiliser l’épargne collective
      • Un homme = une voix
  • Les réalisations
      • Echec ces « coopératives ouvrières »
      • Succès considérable des coopératives agricoles au 20ème siècle
      • Cela peut – il durer ?
la politique agricole aujourd hui
La politique agricole aujourd’hui
  • La PAC A l’origine :
      • dans la ligne des années 30
      • Idée fédératrice pour l’Europe, autour de la sécurité alimentaire
      • Le revenu agricole est un moyen, non une fin
      • Le systèmes des prélèvements/restitution
      • Large autonomie des Etats sur les « structures »
  • Evolution récente :
      • Succès dépasse les espérances
      • La recherche de la maîtrise de l’offre ; Les quotas laitiers
      • Conflit avec les USA ; L’OMC.
      • La théorie du « farm problem »
      • Les paiements découplés
      • L’écoconditionalité
      • Le libéralisme a-t-il crée une classe de rentiers ?