tats d agitation l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
États d’agitation PowerPoint Presentation
Download Presentation
États d’agitation

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 20

États d’agitation - PowerPoint PPT Presentation


  • 226 Views
  • Uploaded on

États d’agitation. Urgence psychiatrique. Spécificité par rapport à l’urgence médicale ou chirurgicale Diagnostic n’est souvent que syndromique Prise en compte de l’entourage et de la situation Symptomatologie fluctuante D’un moment à l’autre En fonction des lieux

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'États d’agitation' - Albert_Lan


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
tats d agitation

États d’agitation

N. Lafay - SHUPPM - 2004

urgence psychiatrique
Urgence psychiatrique
  • Spécificité par rapport à l’urgence médicale ou chirurgicale
    • Diagnostic n’est souvent que syndromique
    • Prise en compte de l’entourage et de la situation
    • Symptomatologie fluctuante
      • D’un moment à l’autre
      • En fonction des lieux
      • En fonction des interlocuteurs

N. Lafay - SHUPPM - 2004

agitation
Agitation
  • Urgence psychiatrique la plus fréquente
    • Mais ce n’est qu’un symptôme
  • Hyperactivité psychomotrice désordonnée
  • Logorrhée
  • Instabilité émotionnelle
    • Cris, rires larmes

N. Lafay - SHUPPM - 2004

agitation lieux
Agitation : lieux
  • Lieux les plus fréquents
    • Domicile du patient
    • Lieu social
      • Professionnel, institution
    • Lieu communautaire
      • Foyers …

N. Lafay - SHUPPM - 2004

agitation5
Agitation
  • évaluation rapide des critères d’urgence et de dangerosité
    • Détermination de la conduite à tenir
      • Maintien à domicile + traitement adapté
      • Transfert hospitalier avec SAMU
      • +/- Forces de l’ordre
    • Dans un second temps : recherche étiologique

N. Lafay - SHUPPM - 2004

sur le lieu de vie du patient
Sur le lieu de vie du patient
  • Se donner les moyens d’intervenir le plus rapidement possible
    • Pour ne pas favoriser une escalade surtout lorsque l’agitation est relationnelle
  • Prendre les informations concises et précises sur la situation
    • Par les proches au téléphone avant l’intervention
    • Sur place avant d’être en présence du patient
      • Afin de ne pas décupler l’agitation du malade qui peut interpréter négativement et de façon persécutive les contacts entre les proches et le médecin

N. Lafay - SHUPPM - 2004

sur le lieu de vie du patient7
Sur le lieu de vie du patient
  • Éloigner l’entourage
    • Surtout si l’agitation est relationnelle
  • Se présenter clairement comme médecin
  • Évaluation rapide des critères de dangerosité
    • Opposition à toute relation
    • Impulsivité ou absence de contrôle pulsionnel
    • Majoration des troubles du fait de l’intervention du médecin
    • Violence après l’éloignement des proches
    • Fureur ou agitation clastique
    • Intoxication associée (alcool ou drogues)
    • Délire avec ou sans hallucinations

N. Lafay - SHUPPM - 2004

sur le lieu de vie du patient8
Sur le lieu de vie du patient
  • Apprécier l’utilité de tiers si agitation clastique
    • Dangerosité potentielle
      • SAMU
      • Forces de l’ordre
      • Personnes en nombre suffisant
    • Menaces d’armes : forces de l’ordre
  • Eloigner du patient tout objet dangereux
  • Médicaliser la relation
    • Examen somatique, TA, se positionner en tant que soignant

N. Lafay - SHUPPM - 2004

sur le lieu de vie du patient9
Sur le lieu de vie du patient
  • Etablir une relation sécurisante et dédramatisante
    • Écoute bienveillante mais non complice
    • Expression des problèmes générant l’angoisse du patient
  • Au terme de cette évaluation : 3 orientations thérapeutiques

N. Lafay - SHUPPM - 2004

etiologies psychiatriques
Etiologies psychiatriques
  • Manie
  • Attaque de panique
  • Délire
    • BDA, délire paranoïaque, paranoïde
  • Hystérie
  • Psychopathie
    • Agitation clastique, alcool, rixes, TS, dépression à l’emporte pièce
  • Alcool
    • Ivresses pathologiques, DT
  • Toxicomanies
    • Intoxication aiguë, manque

N. Lafay - SHUPPM - 2004

tiologies non psychiatriques
Étiologies non psychiatriques
  • Confusion mentale
  • Démence
  • Iatrogénie
    • Corticoïdes
    • Opiacés
    • Digitaliques
    • Antiparkisoniens anticholinergiques
    • Antituberculeux (izoniazide)

N. Lafay - SHUPPM - 2004

tiologies
Manie

HDT, Loxapac ou Tiapridal 2 Amp IM

Mélancolie

HDT, Nozinan ou Tercian 100 mg

Confusion

Perplexité, onirisme

Cause organique ++ Ttt de la cause ou NLP

Démence

Tiapridal

Ivresse

Tiapridal 200 mg IM

Toxicomanie

Nozinan ou Tercian

Délire

Tercian +/- Clopixol ASP ou Solian

Psychopathie

Loxapac

Réactionnelle

BZD

Étiologies

N. Lafay - SHUPPM - 2004

orientations th rapeutiques 1
Orientations thérapeutiques (1)
  • Traiter à domicile
    • La relation a diminué l’agitation
    • Le patient est accessible et exprime par ses mots sa détresse
      • Sédation nécessaire
      • BZD d’assimilation rapide
        • Valium 10 mg, Xanax 1 mg, Lexomil 6 mg,
        • Parfois BZD IM (effet placebo) : Tranxène 50,
        • NLP IM : Loxapac 1 à 2 ampoules

N. Lafay - SHUPPM - 2004

orientations th rapeutiques 2
Orientations thérapeutiques (2)
  • Orientation vers l’hôpital général
    • Quand une étiologie somatique est évoquée (intoxication)
    • Transport médicalisé souhaitable après sédation
    • SAMU indispensable pour compléter la sédation et surveillance des effets pendant le transport

N. Lafay - SHUPPM - 2004

orientations th rapeutiques 3
Orientations thérapeutiques (3)
  • Orientation vers un service de psychiatrie
    • Si la clinique de l’agitation est en faveur d’une pathologie psychiatrique aiguë
      • Bouffée délirante aiguë
      • Épisode maniaque
      • Épisode floride d’une schizophrénie
      • Paranoïa

N. Lafay - SHUPPM - 2004

a l h pital
A l’hôpital
  • Urgences les plus préoccupantes après intervention du SAMU ou des FO
    • Bénéfice de la distance avec le milieu de vie du patient pour limiter l’escalade de l’agitation relationnelle
    • Mais nécessité de joindre
      • Proches et généraliste ( ATCD du malade )
    • Entendre les proches à part, à distance de l’agité

N. Lafay - SHUPPM - 2004

a l h pital17
A l’hôpital
  • Se présenter au malade, lui présenter les autres soignants
  • Parfois contention
  • Réevaluer les critères de dangerosité potentielle
    • Absence de contrôle du malade
    • Opposition à toute relation
    • Fureur et agitation clastique
    • Alcoolisation ou drogues

N. Lafay - SHUPPM - 2004

a l h pital18
A l’hôpital
  • Isoler le malade (chambre adaptée)
  • Examen médical
    • Éliminer une cause organique
      • Traumatisme crânien
      • Pathologie vasculaire ou tumorale cérébrale
      • Décompensation d’une pathologie organique
        • Diabète, déshydratation
      • Intoxication médicamenteuse, alcoolique ou sevrage
      • Prise de drogue

N. Lafay - SHUPPM - 2004

a l h pital19
A l’hôpital
  • Ne pas retarder une prise de décision médicale
    • Les hésitations de toute l’équipe soignante majorent l’agitation du patient qui cherche à cliver
  • Attention au diagnostic psychiatrique hâtif
    • HSD
    • Hémorragie méningée
    • Coma diabétique
    • Épilepsie temporale

N. Lafay - SHUPPM - 2004

a distance de l acc s
A distance de l’accès
  • Reprendre avec le patient le souvenir de son état d’agitation
  • Apprécier avec lui les conséquences familiales et sociales de cette agitation
  • Mettre en place un traitement et une prise en charge adaptée à l’étiologie de la pathologie

N. Lafay - SHUPPM - 2004