Operation de longo l.jpg
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 24

OPERATION DE LONGO PowerPoint PPT Presentation


  • 112 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

OPERATION DE LONGO. 1) HISTORIQUE - PESCATORI 1997 - A. LONGO 1998 2) DEFINITION - Hémorroïdopexie transanale - à 2-3 cm au dessus de la ligne pectinée - avec une agrafeuse circulaire PPH ( 31 mm ) - repositionnant les paquets hémorroïdaires en situation anatomique normale.

Download Presentation

OPERATION DE LONGO

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Operation de longo l.jpg

OPERATION DE LONGO

1) HISTORIQUE

- PESCATORI 1997

- A. LONGO 1998

2) DEFINITION

- Hémorroïdopexie transanale

- à 2-3 cm au dessus de la ligne pectinée

- avec une agrafeuse circulaire PPH (31 mm)

- repositionnant les paquets hémorroïdaires en situation anatomique normale

N. HUTEN DES C NANTES 2009


Longo les resultats 1 l.jpg

LONGO : LES RESULTATS (1)

  • Ce qui est mieux :

    • On gagne :

      • 1 jour d’hospitalisation

      • 12 jours d’immobilisation

      • 3 points (EVA) douleur postopératoire

      • 87 % retard de cicatrisation

      • Moins de fécalomes postopératoires

        Le niveau de satisfaction des malades est élevé.


Les resultats 2 l.jpg

LES RESULTATS (2)

  • CE QUI EST EQUIVALENT

    • Hémorragies postopératoires

    • Complications septiques

    • Rétention d’urine

    • Troubles de la continence

    • thromboses


Les resultats 3 l.jpg

LES RESULTATS (3)

  • CE QUI EST MOINS BIEN

    • La récidive de la procidence pour les stades IV de Goligher = 50 %

    • L’impériosité fécale à un an pour 1/3 des malades (à préciser par des études à venir)

    • La persistance des marisques


Avant l operation 1 l.jpg

AVANT L’OPERATION (1)

  • La sélection des malades

    • Troubles de la statique périnéale postérieure ?

    • Pathologie prostatique ?

    • Bassin étroit ? Sténose anale ? Obésité ? PTH?

    • Pathologie proctologique associée ?

    • Homosexuel masculin ?

    • MST ? Cancer col corps utérin ?

    • Prolapsus permanent = stade IV

    • Traitement anticoagulant « majeur » ?

    • Test de la compresse en début d’opération ?


Avant l operation 2 l.jpg

AVANT L’OPERATION (2)

  • La sélection du chirurgien

    • Courbe d’apprentissage ≥ 20 procédures

      Compagnonnage en début d’expérience +++


Technique operatoire 1 l.jpg

TECHNIQUE OPERATOIRE (1)

  • Flash antibiotique préopératoire

  • Infiltration péri-anale de bupivacaïne

  • Dilatation prudente

  • Tester la procidence muqueuse : compresse + bétadine

  • Utilisation du kit ou valve de Doyen


Technique operatoire 2 l.jpg

TECHNIQUE OPERATOIRE (2)

  • Confection de la bourse

    • À 2-3 cm au dessus de la ligne pectinée

    • Prolène 2/0 en sous muqueux

    • Sortir l’anuscope fenêtré à chaque passage pour éviter le « vissage »

    • 1 ou 2 bourses ?

    • Hématome à comprimer ?

    • Traction, serrage du fil à régler

    • Orienter la pince en haut et en arrière

    • Lors du serrage de la pince tester la mobilité de la paroi vaginale postopératoire

    • Résection - agrafage (pas de contrôle visuel)


Technique operatoire 3 l.jpg

TECHNIQUE OPERATOIRE (3)

  • Après la résection :

    • Hémostase à vérifier points en X ?

    • Colerette complète ? Régulière en épaisseur?

    • (Si anapath : beaucoup de variations pour une technique « standardisée »…)

    • Gestes associés ?

      • Résection d’un paquet restant prolabé ?

      • Marisques ?

    • Pain Buster ?


Periode postoperatoire 1 l.jpg

PERIODE POSTOPERATOIRE (1)

  • Examen anapath ?

    • MST, contexte évocateur ?

    • Étude systématique ?

  • Douleurs postopératoires ?

    • Résection muqueuse trop basse ?

    • Hématome sous muqueux ?

    • Fissures crées par la dilatation ?

    • Thrombose ?


Periode postoperatoire 2 l.jpg

PERIODE POSTOPERATOIRE (2)

  • Saignement nécessitant une réintervention ?

    • En début d’expérience +++

    • Précoce :

      • évacuer le caillot +++

      • Hémostase, si foyer identifié

    • Tardif :

      • désunion des agrafes ?

      • Hématome sous muqueux ?

      • Granulome cicatriciel à détruire ?

    • Sténose ?

      • Facile souvent à dilater


En resume l.jpg

EN RESUME

  • Cette technique est validée

  • Mais :

    • INDICATIONS ?

    • STANDARDISATION TECHNIQUE ?

    • RESULTATS APRES 2 ANS ?

    • La qualité de vie est proportionnelle plus au respect des objectifs du malade que du résultat « objectif »


References l.jpg

REFERENCES

SHAO WJ, LI GC, ZHANG ZH, YANG BL, SUN GD, CHEN YQ (2008) : systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials comparing stapled

haemorrhoidopexy with conventionnal

haemorrhoidectomy. Br J. Surg ; 95 : 147-60

SIPROUDHIS L (2008) : hémorroïdopexie à la pince agrafée pour le traitement chirurgical de la maladie hémorroïdaire : résultats Colon and Rectum 2 : S9-S13

FAUCHERON J.L (2008) : les complications de l’hémorroïdopexie : la réalité des chiffres. Colon and Rectum 2 : S14-S16

GODEBERGE P. (2008) : Hémorroïdopexie à la pince : trucs et astuces. Colon and Rectum 2 : S17-S20


  • Login