Ent robact ries
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 30

Entérobactéries PowerPoint PPT Presentation


  • 320 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Entérobactéries. Jean-Michel Scheftel 2010. Entérobactéries. Le nom d’ entérobactéries fait référence à la localisation de cette famille de microorganismes dans le tube digestif et principalement le côlon de l’homme et des animaux

Download Presentation

Entérobactéries

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Ent robact ries

Entérobactéries

Jean-Michel Scheftel

2010


Ent robact ries1

Entérobactéries

Le nom d’entérobactéries fait référence à la localisation de cette famille de microorganismes dans le tube digestif et principalement le côlon de l’homme et des animaux

Bacilles à Gram négatif de 2 à 3 μm de long sur 0,4 - 0,6 μm de large

Mobiles ou immobiles

Parfois capsulés, toujours non sporulés

Type respiratoire: aérobie-anaérobie facultatif


Ent robact ries2

Entérobactéries

Caractères principaux: fermentation du glucose avec ou sans gaz

Oxydase (-), nitrate réductase (+), catalase (+)

GC% : 39 à 60 %

Bactéries commensales, présentes normalement dans les selles d’individus sains, sauf exception.

Certaines espèces sont strictement pathogènes:

Salmonelles, Shigelles, Yersinia sp


Ent robact ries

cas particulier : Escherichia coli

Normalement saprophyte , mais certaines souches ont acquis des facteurs de virulence qui les rendent pathogènes au niveau intestinal

Les entérobactéries sont aussi présentes dans l’environnement où elles végètent (sol, eau, plantes, intestin d’insectes, matériel médical, environnement hospitalier…)

Rôle important dans l’étiologie des infections nosocomiales en raison de la sélection de souches multirésistantes aux antibiotiques.


Ent robact ries

la famille des Entérobactéries

famille des Enterobacteriaceae, Ordre des Entérobactériales (une seule famille), Classe des GammaProteae...)Principales espèces isolées en clinique

Citrobacter (freundii, koseri, …)

Enterobacter (aerogenes, cloacae, asburiae …)Escherichia-Shigella (coli, fergusonii, hermannii, vulneris,, Shigella)HafniaalveiKlebsiella (pneumoniae, oxytoca,)Kluyvera (ascorbata, cryocrescens)Leclercia adecarboxylata

MorganellamorganiiPantoea agglomeransPlesiomonas shigelloïdes

Proteus (vulgaris, mirabilis, penneri, rettgeri,)Providencia (stuartii, alcalifaciens)Raoultella (ornithinolytica, planticola)Salmonellaenterica

Serratia (marcescens, liquefaciens,..,)Yersinia (enterocolitica, pestis, pseudotuberculosis)


Escherichia coli esp ce type

Escherichia coli: espèce-type


Ent robact ries

HISTORIQUE

En 1885, Theodor Escherich (1857-1911) découvre

un bacille qu’il dénomma :

Bacterium coli commune dans des selles de nourrissons

Médecin allemand, il fit une partie de ses études

de médecine à Strasbourg

Thèse de doctorat en Pédiatrie en 1881 à Munich

« A propos des bactéries intestinales des nourrissons

et de leur rapport avec la physiologie de la digestion »

1904 : isolement de cette même bactérie dans un cas

d’infection urinaire

1919 : Castellani et Chalmers donne le nom d’Escherichia coli à cette bactérie


Ent robact ries

Théodor Escherich


Ent robact ries

  • Bactérie commensale du tube digestif

  • E.coli est l’espèce la plus importante des anaérobies facultatifs de l’intestin (<1% de la flore totale du côlon, 99% représentés par les anaérobies stricts)

  • La présence d’ E.coli dans l’eau est le témoin d’une contamination fécale qui la rend impropre à la consommation (recherche des coliformes)

  • C’est aussi un pathogène indiscutable pour l’homme et l’animal.

  • - responsable de diarrhées aiguës de type

    • cholériforme (turista)

    • dysentériforme

    • hémorragique

  • - infections urinaires: cystites, pyélonéphrites

  • - bactériémies, méningites


  • Ent robact ries

    Caractères bactériologiques

    -morphologie : caractères généraux des entérobactéries

    -caractères culturaux:

    en bouillon: trouble abondant en 18h à 37°C

    sur milieu gélosé:

    gélose au sang colonies rondes, translucides, parfois hémolytiques

    géloses semi-sélectives: Drigalski (colonies jaunes), Mc Conkey (colonies rose-rouge)

    peut survivre 3 mois à température ordinaire

    tué à 56°C pendant 1h


    Ent robact ries

    Caractères biochimiques

    glucose fermenté avec ou sans gaz

    lactose (+)

    indole (+), citrate (-), mannitol (+)

    Certaines souches ont une faible activité métabolique

    (lactose (-) confondues avec shigelles)


    Ent robact ries

    Structure antigénique

    Ag O somatique (lipopolysaccharidique) 160 Ag différents

    Ag H flagellaire, (protéique) : 52 Ag différents

    Ag K capsulaire (polysaccharidique) : 70 Ag différents (L,A,B)


    Ent robact ries

    Pouvoir pathogène

    I Infections intestinales: 5 groupes de souches d’E.coli responsables de diarrhées.

    - EPEC responsables de gastro-entérites infantiles

    - ETEC responsables de diarrhées liquidiennes cholériformes (diarrhées du voyageur ou turista)

    - EIEC : syndromes dysentériformes (diarrhées mucopurulentes et sanglantes)

    - EHEC: syndrome entéro-hémorragique

    Responsable chez les enfants (1mois à 3 ans) du syndrome hémolytique et urémique (SHU)

    - EAEC : diarrhées infantiles aiguës


    Ent robact ries

    II Infections extra-intestinales

    - infections urinaires: la majorité des infections urinaires de la femme jeune est due à E.coli

    - bactériémies

    - suppurations diverses: cholécystites, péritonites, salpingites, suppurations post-opératoires.

    - méningites néonatales: due au sérotype K1 (Ag capsulaire =Ag polysaccharidique proche de l’Ag capsulaire du méningocoque de type B)


    Ent robact ries

    Physiopathologie

    I Infections intestinales

    EPEC : facteurs d’adhésion et destruction (effacement) des microvillosités de la bordure en brosse

    ETEC: adhésines et entérotoxines

    Adhésines: facteur de colonisation (CFA I,II, III …)

    Entérotoxines: entérotoxine thermolabile (LT) et entérotoxine thermostable (ST)

    EIEC: invasines et toxines cytotoxiques shiga-like

    EHEC: adhésines, destruction des microvillosités et effet cytotoxique (vérotoxines)

    II Infections extra-intestinales

    Infections urinaires: pili, Ag O, Ag capsulaire, hémolysines

    Méningites : Ag K1


    Ent robact ries

    Classes d’E.coli

    Syndrome clinique

    Entéropathogène

    EPEC

    Gastro-entérites infantiles aiguës ou chroniques

     Adhésion étroite et destruction des microvillosités des entérocytes de l’intestin grêle

    Adhésion

    Entérotoxinogène

    ETEC

    Diarrhées très liquidiennes

    Adhésion aux entérocytes de l’intestin grêle

    Entérotoxine thermolabile

    Entérotoxine thermostable

    Toxine

    Entéroinvasif

    EIEC

    Diarrhées dysentériformes

    Invasion et multiplication dans les entérocytes du côlon

    Entérohémorragique

    EHEC

    Diarrhées sanglantes

    Colites hémorragiques

    Adhésion étroite et destruction des microvillosités des entérocytes du côlon

    Vérotoxine

    Entéroaggrégant

    EAEC

    Diarrhées infantiles aiguës

    Entérotoxine Shiga-like

    Entérotoxine Shiga-like

    ND

    ND


    Ent robact ries

    Les différents pathovars

    d’ E.coli


    Ent robact ries

    EPEC


    Ent robact ries

    piédestal

    E.coli

    EPEC


    Ent robact ries

    ETEC


    Ent robact ries

    E.coli EIEC : cf cours shigelle

    E.coli EHEC: vérotoxine

    Effet cytotoxique sur cellules de rein de singe (cellules véro)

    Toxine shiga-like


    Ent robact ries

    Diagnostic bactériologique

    Prélèvements

    Selles, urines, LCR, sang, pus, …

    Diagnostic direct

    1) Coprocultures

    Isolement et identification d’E.coli

    Recherche des sérotypes de gastroentérites infantiles (à l’aide de sérums agglutinants nonavalents, trivalents, monovalents)

    Recherche de souches productrices d’entérotoxines

    - en cas de suspicion de turista (retour d’un pays tropical)


    Ent robact ries

    Diagnostic bactériologique

    - en cas de suspicion d’un syndrome hémorragique et urémique : recherche de vérotoxines (Toxines VT1, VT2) par un test

    d’agglutination de particules de latex (RPLA) ou par immuno-chromatographie .

    Sérotype O157:H7 responsable +++du SHU: sorbitol (-), et sérotypage par le sérum agglutinant O157:H7


    Ent robact ries

    Autres prélèvements: urines, sang, pus, plaies,liquides internes…

    Isolement et identification

    Cas particulier : LCR

    Dans le cas de méningites néonatales: recherche d’E.coli K1

    Technique des antigènes solubles avec le sérum d’agglutination du méningocoque du groupe B


    Traitement

    traitement

    Détermination de la sensibilité aux antibiotiques

    Antibiogramme

    E.coli : les souches sauvages sont sensibles à toutes les bêta-lactamines, aux aminosides, aux fluoroquinolones,

    Les résistances acquises en milieu hospitalier touchent plus de 50% des souches :

    Pénicillinases bas ou haut niveau

    Céphalosporinases bas ou haut niveau

    Bêta-lactamase à spectre élargi (BLSE)

    Enzymes d’inactivation des aminosides


    Ent robact ries

    NDM-1

    E.coli

    Multi résistance

    due à une carbapénémase

    article

    L’Alsace

    21 août 2010


    Ent robact ries

    Prévention et Traitement de la turista

    Mesures d’hygiène: dans les pays tropicaux, ne pas consommer de fruits non pelés à l’étal des commerces , de légumes crus, de salades dans les buffets des hôtels, de l’eau en dehors de l’eau en bouteilles fermées…

    Hygiène des mains.

    Traitement en cas de turista: un antisecrétoire (acétorphan) qui permet d’inverser l’hypersecrétion hydrique.

    Éventuellement des antibiotiques: fluoroquinolones, bactrim

    Eviter les inhibiteurs du péristaltisme intestinal (ex :lopéramide)

    Dans le cas de diarrhées sévères: réhydratation orale ou parentérale

    Utilisation de sérum glucosé salé (solution de réhydratation orale)


    Ent robact ries

    Epidémie de diarrhées à Escherichia coli entérotoxinogènes dans un service hospitalier à Strasbourg

    Février 1982 : épidémie de diarrhées dans une des pouponnières de la maternité du CHU d’Hautepierre.

    ►►► 14 nouveau-nés touchés : diarrhées liquidiennes profuses mettant en jeu le pronostic vital

    ►►► transfert en réanimation néonatale

    ►►►isolement de souches d’E.coli productrices d’entérotoxines LT dans les selles . 

    (test de l’anse ligaturée de lapin + et test d’immuno-hémolyse radiale +)

    ►►► souches du même sérotype : O 63 : H- et CFA 1

    1ère épidémie à E.coli entérotoxinogènes décrite en France


  • Login