Envi f 407 consommation m nages et environnement s ance 3 19 f vrier 2014
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 18

ENVI-F-407 Consommation, ménages et environnement Séance 3 – 19 février 2014 PowerPoint PPT Presentation


  • 56 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

ENVI-F-407 Consommation, ménages et environnement Séance 3 – 19 février 2014. Tom Bauler – [email protected] Support internet : http://tbauler.pbwiki.com. Stratégies et approches. Economie fonctionnelle Modernisation écologique Stratégies intégrées.

Download Presentation

ENVI-F-407 Consommation, ménages et environnement Séance 3 – 19 février 2014

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Envi f 407 consommation m nages et environnement s ance 3 19 f vrier 2014

ENVI-F-407Consommation, ménages et environnementSéance 3 – 19 février 2014

Tom Bauler – [email protected]

Support internet : http://tbauler.pbwiki.com


Strat gies et approches

Stratégies et approches

Economie fonctionnelle

Modernisation écologique

Stratégies intégrées


1 conomie fonctionnelle repr sentation

1° Économie fonctionnelle : représentation

  • Principe de base : séparer achat/vente d’un bien de l’usage/utilisation du bien; i.e. séparer la fonction recherchée par l’utilisation d’un bien de la nécessité de possession

Jackson (2005 : 91)


Consommation fonctions et besoins

Consommation, Fonctions et Besoins

  • Besoins essentiels (en lignes) vs catégories existentielles (en colonnes), induit une série de « satisfiers » (i.e. les cellules)

  • Adjoindre à la catégorie existentielle « avoir » (i.e. « possession ») une lecture plus complète de la façon de rencontrer des besoins

  •  vers la notion de fonction

Manfred Max-Neef, 1991


Economie fonctionnelle logique

Economie fonctionnelle : logique

  • Logique première de l’économie fonctionnelle, i.e. pourquoi le principe de location devrait induire une diminution des impacts sur l’environnement?

  • Gains sont associés aux cycles de location de l’objet!

  • Producteur reste le propriétaire du bien, et ne fait que louer l’objet;

  • Producteur allonge la durée de vie de l’objet (moins il doit produire d’objets, plus il peut relouer le même objet, plus il gagne); ce qui implique une réduction de production de nouveaux produits; i.e. réduction des matières utilisées + énergies pour production;

  • Producteur intègre les interventions de maintenance et de réparation;

  • Producteur intègre dans ses coûts de fonctionnement la reprise et mise en décharge de l’objet; i.e. incite à minimiser les matières chères à jeter (i.e. souvent les matières dangereuses) ou difficile à recycler; i.e. recyclage est intégrée dans la conceptualisation des objets; i.e. modularisation.


Economie fonctionnelle exemples

Economie fonctionnelle : exemples

  • Michelin : location de pneus pour flottes de camions

  • Rank-Xerox : location de photocopieurs

  • Linge professionnel

  • Cambio

  • Vélib’

  • --> relativement peu d’exemples qui sont véritablement documentés; construction de mythes autour des cas d’écoles; défis de la généralisation

  • Contre-exemples : ‘Interface’ (moquettes), Electrolux (machines à laver: mise à disposition de machines, paiement par cycle de lavage)


Conomie fonctionnelle probl mes

Économie fonctionnelle - problèmes

  • Pas nécessairement une motivation environnementale, bien plus souvent une motivation d’explorer de nouveaux marché; i.e. performances environnementales souvent incertaines

  • Risque commercial : les intermédiaires

  • Impact négatif sur la capacité d’innovation des entreprises, car absence d’incitation de générer de nouveaux produits pour de nouveaux marchés ?

  • Marchés incertains, i.e. la mauvaise bonne idée (moquette de bureau)

  • Semble plutôt adaptée à des biens/services qui ont une durée de vie réduite; quid des biens dont la durée de vie est d’emblée longue?

  • Risque juridique pour le producteur : extension de sa responsabilité juridique face au produit/service : quid du pneu de camion qui éclate et crée un accident majeur? Quid d’un comportement irresponsable de la part des consommateurs/clients?


Conomie fonctionnelle conditions

Économie fonctionnelle - conditions

  • Nécessite que l’introduction induit une baisse de prix du service (p/r à l’achat du bien initial, y compris les coûts d’utilisation et de décharge) pour le consommateur

  • Nécessite que le service induit une rente pour le constructeur / producteur / loueur, donc une hausse de sa marge (p/r à la simple production + vente)

  • Cycle de maintenance, réparation et interventions doivent être possibles et faciles (réalisables à moindre coûts)

  • Probablement aussi : il semble qu’un des facteurs-clés soit une diminution réelles des coûts d’utilisation et d’entretien combinée à une diminution des coûts organisationnels (i.e. dans la prolongation du ‘outsourcing’ et des sous-traitances)

  • Pour l’instant : essentiellement dirigé vers les services professionnels (business to business), notamment à cause de l’intégrité de la sphère privée, et de l’éclatement du marché des particuliers (augmentation des coûts de transaction)

  • Essor futur lié à le reprise du modèle par la grande distribution?


Au del de l conomie fonctionnelle

Au-delà de l’économie fonctionnelle

  • Substitution entre biens et services ne peut suffire: en termes de CO2, p.ex. on devrait arriver à qch comme 1,7t CO2/cap/an, i.e. 460kg de C/cap/an, et à terme 250kg.

  • De ces objectifs « naturalistes », déduction d’objectifs systémiques :

  • Facteur 4 (Wuppertal Institut)

  • Facteur 10 (F. Schmidt-Bleek)

  • Question : comment y arriver? quels mécanismes? Changement entier du « système », ou suffit-il d’améliorer?

  • Créativité obligatoire; mais pas impossible? Ou, révolution?

Jackson T. (2001 : 10)


2 modernisation cologique

2° Modernisation écologique

  • Les marchés et ses fonctions « naturelles » au service de la Nature:

  • signaux-prix

  • allocation des ressources

  • efficience

  • avantages comparatifs

  • destruction créatrice

  • innovations

  • Objectif : augmenter l’éco-efficience des systèmes de produits via l’innovation technologique

  • Plusieurs concepts et approches qui se rejoignent : Modernisation écologique (D); Ecologie industrielle (D/Dk); Ecologie urbaine (F); Natural Capitalism (USA); Politique industrielle écologique (D/EU); Craddle-to-craddle (NL).


Modernisation cologique principes

Modernisation écologique - principes

  • Utiliser les dynamiques capitalistes et industrielles usuelles, et spécifiquement la capacité des acteurs économiques à créer de réelles dynamiques basées sur l’innovation technologique.

    •  dans des marchés dits « saturés », le différentiation se fait sur l’avantage en matière d’innovation

  • Système industriel basé sur la concurrence et les avantages comparatifs génère des forces mobilisatrices très importantes, qui se laissent orientées vers une prise en compte frontale de la donnée « performance environnementale ».

  • Principale dynamique recherchée : « Win-Win », gagner des parts de marché avec des produits/services positifs pour l’environnement (voir aussi : « Win-Win-Win », « double / triple dividend»).

  • En effet : le potentiel d’innovation est énorme et largement inexploité, et en vue des risques environnementaux actuels et futurs, minimiser l’impact environnemental commence à faire sens (signaux prix & marketing).


Modernisation cologique probl mes

Modernisation écologique - problèmes

  • « Effets rebonds » de plusieurs natures, i.e. ce qu’on gagne en efficience sur un produit/service/système est rongé par la croissance économique, et la multiplication des biens/services/systèmes. On obtient facilement des gains relatifs, mais pas absolus (problème pour le CC, mais pas nécessairement pour les autres problématiques environnementales).

  • « Win-Win » est un mythe, tout comme l’est l’issue positive de la « destruction créatrice ». Or, les perdants sont souvent des acteurs à forte influence. Conséquence : nécessite la mise en place de mécanismes de gouvernance de l’innovation plus ou moins complexes (voir + loin: Transition Management).

  • Solution incrémentale (même si résultats étonnants). Or, on peut douter du succès de solutions qui ne sont pas orientées vers un changement structurel de certaines relations entre production/produits et consommation/consommateur. Ou, espérer que le moment de « révolution » soit une occasion pour « corriger » autres conséquences négatives.


3 strat gies int gr es

3° Stratégies intégrées

  • Pour rappel, première tentative d’intégration : Impact = Consommateurs x Consommations x Technologies (Uiterkamp)

  • Objectif global : Max(S), où S = WB / EF , i.e. « augmenter le degré de soutenabilité (S) » = « maximiser le bien-être (WB) » en « minimisant l’impact environnemental (EF) » (voir aussi : Mick Common)

  • Max(WB), où WB = Q * L , i.e. bien-être (WB) équivaut à maximiser le produit « satisfaction/qualité de vie (Q) » par « espérance de vie (L) », i.e. une vie longue et satisfaisante.

  • S = une vie longue et satisfaisante avec peu d’impact sur les ressources naturelle

  • ( méthodologiquement: « décomposition en facteurs de Kaya »)


3 strat gies int gr es1

3° Stratégies intégrées …

  • Introduction d’un facteur pour la consommation de biens&services = C (EN:« commodities »):

  • nouveaux ratios : S = (WB / C) * (C / EF), i.e. soutenabilité revient à augmenter le bien-être par unité consommée = (WB / C) en diminuant l’impact environnemental par unité consommée (= C / EF)

  • Bien-être par unité consommée --> référence directe aux notions de différents niveaux/formes de besoins élémentaires, symboliques… que remplis les actes de consommation (voir Maslow, Max-Neef), donc aux fonctions que l’on cherche à remplir avec les actes de consommation, au services que nous rendent les actes de consommations = Se :

  • nouveaux ratios : S = (WB / Se) * (Se / C) * (C / EF), i.e. soutenabilité revient à augmenter le bien-être par service/fonction en augmentant les services rendus par commodité en diminuant l’impact environnemental pour chaque commodité


Vers l int gration de 3 strat gies

Vers l’intégration de 3 stratégies

  • S = (WB / Se) * (Se / C) * (C / EF), se décompose en 3 stratégies d’actions:

    • augmenter WB / Se : maîtriser la demande par rapport au bien-être, i.e. décroître les demandes tout en gardant/augmentant le bien-être tiré de la satisfaction de nos demandes, i.e. découpler qualité de vie et demandes (matérielles) ou : recoupler qualité de vie et services offerts par actes de consommation

    • augmenter Se / C : maîtriser la consommation par rapport aux demandes, i.e. découpler nos demandes de la consommation, i.e. augmenter les services rendus par commodités; i.e. varier les services…

    • augmenter C / EF : maîtriser les impacts environnementaux par rapport à la consommation, i.e. découpler impacts environnementaux de la consommation

  • --> C / EF = dématérialisation, décarbonisation, éco-efficience, Facteur 4…

  • --> Se / C = décommodification de la satisfaction des besoins, démarchandisation, relocalisation, resocialisation

  • --> WB / Se = dématérialisation de la satisfaction des besoins, i.e. dématérialisation culturelle, i.e. suffisance, simplicité volontaire….


Vers l int gration de 3 strat gies1

Vers l’intégration de 3 stratégies

  • S = (WB / Se) * (Se / C) * (C / EF), ou encore en d’autres termes…

  • WB/Se : productivité de la demande à satisfaire le bien-être

  • Se/C : productivité de la consommation à satisfaire des demandes

  • C/EF : productivité de l’utilisation de ressources pour la consommation

  • dans les termes de Max-Neef: substituer « être », « faire », « interagir » à « avoir »


Vers l int gration de 3 strat gies l exercice

Vers l’intégration de 3 stratégies : l’exercice

  • Pour le domaine de la consommation alimentaire au niveau des ménages

  • Imaginons le contenu de ces 3 stratégies d’efficience environnementale, de décommodificationet de dématérialisation


  • Login