Denutrition et amelioration de l alimentation du patient atteint de maladie d alzheimer
Download
1 / 27

denutrition et amelioration de l - PowerPoint PPT Presentation


  • 172 Views
  • Updated On :

DENUTRITION ET AMELIORATION DE L’ALIMENTATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMER. N. LE REUN ,C. TANGUY , M. LE BOT et LES SOIGNANTS DE LA RESIDENCE DELCOURT-PONCHELET SGOC, La Baule, 30-31 mai 2008. CONTEXTE

Related searches for denutrition et amelioration de l

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'denutrition et amelioration de l' - Thomas


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Denutrition et amelioration de l alimentation du patient atteint de maladie d alzheimer l.jpg

DENUTRITION ET AMELIORATION DE L’ALIMENTATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMER

N. LE REUN ,C. TANGUY , M. LE BOT

et LES SOIGNANTS DE LA RESIDENCE DELCOURT-PONCHELET

SGOC, La Baule, 30-31 mai 2008


Slide2 l.jpg

CONTEXTE ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMER

En 2005, notre établissement, un EHPAD du CHU de Brest hébergeant 174 personnes âgées, a dû procéder au déménagement de 114 résidants pour que les travaux obligatoires de mise aux normes de sécurité incendie puissent être réalisés.

Une unité de 28 lits pour « déments déambulants et grabataires » a été créée. Les lieux répondaient à des critères de sécurité des sorties et l’espace disponible permettait l’usage des lèves personnes et des fauteuils de vie.

Entre mai et octobre 2005, après 5 mois de fonctionnement nous constatons qu’un grand nombre de résidants de cette unité est en perte de poids involontaire.


Slide3 l.jpg

OBJECTIF / FINALITE ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMER

En équipe, notre objectif est de comprendre pourquoi les résidants perdent du poids afin de mettre en place les actions d’amélioration de l’alimentation du malade d’Alzheimer et permettre à ces résidants de reprendre du poids.

MOYENS

La situation est complexe et il nous a semblé que s’inscrire dans une démarche structurée d’E.P.P nous offrirait le plus de garanties de parvenir à nos objectifs.


Slide4 l.jpg

METHODE ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMER

Nous nous sommes engagés dans une démarche de «  résolution de problème », méthode de démarche qualité validée par la Haute Autorité de Santé

Une étude rétrospective des dossiers a été menée afin de :

-quantifier en octobre 2005 toutes les pertes de poids involontaires depuis mai 2005 chez tous les résidants

-d’évaluer la sévérité de la dénutrition en utilisant le pourcentage de perte de poids depuis avril 2005 et le dosage de l’albuminémie en octobre 2005


Slide5 l.jpg

La deuxième étape ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMERd’identification des causes

La recherche des causes de perte de poids s’est faite dans un premier temps en échangeant avec l’ensemble de l’équipe. Le cadre de l’Unité et le médecin du Service se sont entretenus avec l’équipe affectée à ce service soit : 4 ASH, 6 AS, 6 IDE ainsi qu’auprès de la diététicienne et du cadre supérieur de santé.

7 causes de pertes de poids ont été évoquées. Ces éléments ont été ensuite vérifiés sur le terrain.

Par ailleurs, l’étude rétrospective sur dossiers a permis de relever les éléments liés aux résidants pouvant expliquer la perte de poids.


Slide6 l.jpg

La troisième étape a consisté à élaborer ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMERdes actions d’amélioration de l’alimentation dans notre établissement à partir des causes identifiées

La quatrième étape consiste à évaluer l’impact des mesures d’amélioration de l’alimentation et de nouvelles études de l’état nutritionnel des résidants sont réalisées


1 re tape de la d marche d finir le probl me et le quantifier fr quence des pertes de poids l.jpg
1ère étape de la démarche ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMERDéfinir le problème et le quantifier (fréquence des pertes de poids)

28 fiches ont été renseignées en octobre 2005

Nombre d’amaigrissements ( entre avril 2005 et octobre 2005) = 17 résidants/ 28

Gravité de l’amaigrissement dénutrition modérée = 11/17

dénutrition sévère = 6/17

→ 60,7 % des résidants ont maigri pendant la période d’étude (mai à octobre 2005).

2/3 présentent une dénutrition modérée

1/3 présente une dénutrition sévère


2 i me tape de la d marche identification des causes l.jpg
2 ième étape de la démarche ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMERIdentification des causes

Les causes évoquées :

7 causes classées par ordre de fréquence des réponses :

1-fiabilité du matériel de pesée

2-manque de personnel

3-répartition des tâches entre les personnels

4-manque de temps pendant le repas

5- fréquence de la pesée

6-manque de savoir-faire dans les situations de difficulté d’alimentation

7-plus de 12h entre le repas du soir et le petit-déjeuner le matin


Slide9 l.jpg

 1-     ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMERLa fiabilité du matériel

Le matériel de pesée utilisé consiste en : - 1 module de pesée sur 2 lève personnes - 1 pèse personne - 1chaise balance

La vérification du bon fonctionnement du matériel a été effectuée par un ouvrier du service Mécanique.

Point positif: Aucun dysfonctionnement du matériel n’a été constaté.

Point à améliorer : Il est apparu qu’un mésusage de la tare sur les lève personnes pouvait faire varier le poids .

Objectif d’amélioration : Que tous les professionnels se servent de façon optimale du lève personne

Moyens à mettre en œuvre : Former tous les personnels au bon usage du matériel.

Rappeler régulièrement de bien refaire la tare avant l’usage du lève personne

Limiter le nombre et le type de matériel utilisé


Slide10 l.jpg

2-     ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMER Le manque de personnel 

Les 28 résidants mangent en salle à manger commune le midi. Du fait de leur fatigue au fauteuil 4 résidants sont servis en chambre le soir    Aide à l’alimentation (novembre 2005): Aide humaine pour la totalité du repas : 11 Aides partielles: 4 Surveillance : 13

Pointpositif : Cette unité dont la charge en soins est comparable à celle d’une unité de soins de longue durée est mieux pourvue en personnel IDE et comparable en AS-ASH que l’U.S.L.D. du CHU.

Point à améliorer : Ce ratio reste insuffisant et n’atteint pas ce qui est pratiqué dans d’autres pays européens.

Objectifd’amélioration: Renforcer l’équipe de soins

Moyenàmettreenœuvre: Continuer par les bilans d’activité annuels médicaux, paramédicaux d’argumenter les demandes de personnels supplémentaires.


Slide11 l.jpg

3- La répartition des tâches entre les personnels : ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMER

Le rôle de l’IDE a été redéfini spécifiquement pour cette unité. En effet du fait d’une présence IDE 24h/24 7j/7 pour 28 résidants il a été possible pour les IDE d’investir leur rôle propre.

Les infirmières et aides-soignantes travaillent donc en étroite collaboration.

Les infirmières aident à la prise des repas à 12h, au goûter et le soir.

Le matin, les IDE réalisent 2 toilettes en semaine, et 4 le dimanche.

Le soir, elles aident l’aide-soignante au coucher des résidants

Toutefois, cette organisation différente de celle connue auparavant sur la résidence Delcourt- Ponchelet a mis quelques mois à se mettre en place.


Slide12 l.jpg

4- ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMERLe manque de temps pendant le repas

Pointpositif: Si les horaires sont respectés, le temps du repas est conforme aux besoins des résidants.

Point àaméliorer : Notre observation des soignants montre que les repas commencent plus tôt et finissent plus tôt.

Objectifd’amélioration: Faire respecter les horaires

Moyensà mettreen œuvre: L’ IDE ne doit démarrer la distribution des médicaments qu’à l’heure de début du repas.

Créer un nouvel horaire d’ASH :12h -19h30 du lundi au vendredi et affecter ce professionnel dans les 3 étages de Ponchelet par redistribution de l’équipe logistique .


Slide13 l.jpg

5- ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMERLa fréquence de la pesée

Les résidants sont pesés tous les 2 mois par les aide soignantes ou les agents de service hospitaliers.

Les poids sont communiqués aux infirmières pour être colligés sur la courbe de poids du résidant dans chaque dossier de soins.

En cas de variation de poids le médecin doit être informé par l’infirmière qui le note dans le cahier de visite.

Pointsà améliorer: La vérification des dossiers montre que les résidants ont été pesés en avril avant le déménagement mais qu’ils n’ont pas été pesés en juin dans la nouvelle unité d’hébergement.

Les poids ont de nouveau été pris en Août et l’on constate que les pertes de poids étaient déjà installées sans que le signalement n’ait été fait au médecin.

Objectif d’amélioration: Parvenir à un contrôle mensuel des poids afin de réagir rapidement (sous réserve que l’alerte soit donnée)

Moyen à mettre en œuvre : Vérification par les infirmières des poids mensuels et information du médecin sur les variations par notification dans l’agenda des visites médicales


Slide14 l.jpg

6- ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMERle manque de savoir – faire dans les situations de difficulté d’alimentation :

Les fausses routes, les troubles praxiques buccaux, les troubles du comportement sont fréquents chez les malades d’Alzheimer

Pointà améliorer : Notre observation des professionnels en salle à manger nous fait constater que  « les bons gestes alimentaires » ne sont pas toujours respectés : résidants penchés en arrière, soignants debouts pendant qu’ils donnent à manger, bruits, conversations de niveau sonore élevé .

Objectif d’amélioration : Que tous les professionnels respectent les « bons gestes alimentaires »

Moyen à mettre en œuvre: Former les soignants à la spécificité de l’alimentation du malade d’Alzheimer


Slide15 l.jpg

7- ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMERplus de 12h entre le repas du soir et le petit-déjeuner le matin

Ce point à améliorer est en relation avec les horaires hospitaliers des personnels.

Objectif d’amélioration : Réduire la durée du jeûne

Moyens à mettre en œuvre : Rajouter pour certains résidants une collation après le repas du soir

Impliquer les IDE dans l’aide aux repas en chambre


Slide16 l.jpg
3 ième étape de la démarche ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMERActions d’amélioration de l’alimentation du malade d’alzheimer et échéancier

La réponse immédiate au dysfonctionnement 

Dès octobre 2005, pour les résidants en perte de poids isolée, sans baisse de l’albuminémie, une alimentation orale fractionnée, enrichie en calories a été prescrite et mise en place par la diététicienne.

Pour les résidants en perte de poids avec diminution de l’albuminémie, une alimentation orale fractionnée, enrichie en calories et en protéines a été prescrite et mise en place par la diététicienne.


Slide17 l.jpg

La réponse aux causes identifiées et vérifiées : ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMER

Solutions pédagogiques :

- Pour améliorer le savoir-faire des soignants nous nous sommes intéressées à ce qui était en place au niveau du CHU.

Notre questionnement est partagé par le service de Médecine Physique et Réadaptation (réalimentation après AVC) et par le service d’ORL (réalimentation après chirurgie oro pharyngée)

Un groupe de travail pluridisciplinaire et inter services s’est constitué avec

         pour le service de Médecine Physique et Réadaptation : 1 cadre de santé, 1 orthophoniste

         pour le service d’ORL : 1 médecin phoniatre, 1 orthophoniste

         pour notre EHPAD : 1 cadre de santé, 1 médecin


Slide18 l.jpg

Les réunions ont eu lieu de ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMERnovembre 2005 à mai 2006.

2 types d’actions ont été priorisés par le groupe de travail:

élaborer un « plan de soins guide » dans les situations de difficulté d’alimentation

précéder l’utilisation de ce document dans nos services par une formation des soignants

(formation faite le 09/10/06 de 14h30 à 16h)

- Une information sur «  la dénutrition de la personne âgée » a été proposée aux professionnels de la résidence, aux bénévoles,et aux familles des résidants . Elle a eu lieu le 23 mai 2006.

- Informer sur l’utilisation du matériel de pesée et l’obligation de refaire la tare avant usage.


Slide19 l.jpg

« BONS GESTES » EN CAS DE DIFFICULTE D’ALIMENTATION: ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMER

POSTURE

-Siège adapté,personne au fond de la chaise,dos droit,pieds à plat,genoux à angle droit

-s’installer en face du malade à la même hauteur

-faire pencher la tête en avant(si besoin coussin dans le dos et faire s’accouder sur la tablette)

-attendre(au moins 5 secondes) que la bouche soit vide pour bavarder ou avant d’introduire une nouvelle bouchée avec une petite cuillère posée sur le milieu de la langue et stimuler par des conseils  « machez » « avalez »

TEXTURE -modifier les liquides :épaississant eaux gélifiées -Utiliser paille coudée ou verre à découpe nasale -modifier la texture des aliments solides


Slide21 l.jpg

Solutions environnementales ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMER

-Vérification régulière du matériel de pesée 

- L’utilisation de la chaise balance ne se fait plus afin de limiter le nombre de matériel de pesée différent utilisé

- Mise à disposition des aidants professionnels en salle à manger de matériel adapté : tabourets roulants à hauteur variable (mai 2006), couverts adaptés ergonomiques (juin 2006), verres tronqués


Slide23 l.jpg

Solutions organisationnelles ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMER

- Fiche de poste « officière » réactualisée : collaboration avec la diététicienne formalisée

- Depuis juin 2006, surveillance mensuelle (au lieu de tous les 2 mois) par les aide soignants ou agents de service hospitalier du poids des résidants en utilisant le même matériel à chaque fois. L’infirmière vérifie que les poids ont été relevés, les note dans le dossier de soins sur la courbe de poids et alerte le médecin en cas de variation.

- Solliciter la kinésithérapeute pour l’amélioration des positions au fauteuil et au lit lors des repas


4 i me tape de la d marche evaluation de l impact des mesures d am lioration de l alimentation l.jpg
4 ième étape de la démarche ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMER :Evaluation de l’impact des mesures d’amélioration de l’alimentation

Le suivi du poids des résidants dénutris(17 résidants) a été réalisé afin d’évaluer l’efficacité des premières mesures mises en place .

En Mai 2006 7 résidants continuent leur perte de poids involontaire

4 résidants ont repris du poids mais n’ont pas atteint leur poids d’avril 2005

4 résidants dénutris sont décédés dont 1 dénutri par néoplasie évolutive

11 résidants sur 13 restent dénutris soit 84,6% des résidants de l’étude


Slide25 l.jpg

Une nouvelle étude a été réalisée en ATTEINT DE MALADIE D’ALZHEIMERoctobre 2006 avant de regagner la Résidence et après l’utilisation de ce « plan de soins guide » pour vérifier l’impact du plan d’amélioration de l’alimentation sur la diminution de la fréquence de la dénutrition des résidants :

1 résidante continue de perdre du poids

6 résidants ont repris du poids mais n’ont pas atteint leur poids d’avril 2005

7 résidants sur 13 restent dénutris soit 53,8% des résidants de l’étude


Slide26 l.jpg

les résidants ont regagné la Résidence Delcourt-Ponchelet en Novembre 2006 et ont,si possible, retrouvé leur unité d’hébergement

En avril 2007

3 résidants sont décédés : 1 dans un contexte de complications de la dénutrition (escarres)

1 de mort subite

1 de l’évolution de sa pathologie principale neurologique

4 résidants sont en perte de poids dont 2 avec une albuminémie < à 35g/l

2 résidants ont repris du poids mais sans atteindre le poids d’avril 2005

4 résidants ont retrouvé leur poids habituel

6 résidants sur 10 restent dénutris soit 60% des résidants de l’étude


Conclusion l.jpg
CONCLUSION  en Novembre 2006 et ont,si possible, retrouvé leur unité d’hébergement

La dénutrition de la personne âgée touche de 20 à 60% des patients en hébergement (selon les études et selon le degré de médicalisation gériatrique). Les conséquences sont graves en terme de morbidité (chutes, escarres, risque infectieux x 2 à 6…) et de mortalité (x 2 à 4)

Cette étude met en évidence que la dénutrition évolue à bas bruit et se révèle lors d’un événement intercurrent. Les particularités métaboliques de la personne âgée expliquent la résistance à la renutrition et la difficulté d’atteindre l’objectif de reprise du poids chez le sujet âgé

Ce constat renforce l’importance de dépister, évaluer et prendre en charge précocement les situations de difficulté d’alimentation de la personne âgée.


ad