Programme de formation du CABRI et de l’Institut de la Banque mondiale
Download
1 / 10

L Afrique du sud est un pays revenus moyens sup rieurs - PowerPoint PPT Presentation


  • 153 Views
  • Uploaded on

Programme de formation du CABRI et de l’Institut de la Banque mondiale Gestion budgétaire et responsabilité financière publique Présenté par : Matthew Simmonds Directeur en chef : Politique fiscale Trésorerie Nationale, Afrique du Sud. 7. Croissance réelle du PIB. 6. 5. 4. 3. Par centre.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'L Afrique du sud est un pays revenus moyens sup rieurs' - Mia_John


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Slide1 l.jpg

Programme de formation du CABRI et de l’Institut de la Banque mondiale

Gestion budgétaire et responsabilité

financière publique

Présenté par : Matthew SimmondsDirecteur en chef : Politique fiscale

Trésorerie Nationale, Afrique du Sud


L afrique du sud est un pays revenus moyens sup rieurs l.jpg

7 Banque mondiale

Croissance réelle du PIB

6

5

4

3

Par centre

2

1

0

1980

1982

1984

1986

1988

1990

1992

1994

1996

1998

2000

2002

2004

2006

-1

-2

160

Emplois

150

non agricoles

(2000=100)

140

130

Indice

120

110

100

1992

1994

1996

1998

2000

2002

2004

1980

1982

1984

1986

1988

1990

90

L’Afrique du sud est un pays à revenus moyens à supérieurs

  • PIB par habitant de 4 798 US$

    • Niveau de revenus similaire à celui de la Malaisie, du Chili, de l’Argentine, de la Turquie et de la Pologne

  • Croissance économique de plus de 5%

    • a accéléré à partir des niveaux inférieurs

  • Le chômage reste très élevé

    • Mais la récente réussite économique a encouragé la croissance de l’emploi


Politique fiscale r cente divis e en 4 p riodes l.jpg
Politique fiscale récente divisée en 4 périodes Banque mondiale

1989 - 1993: apartheid tardif

  • Politique fiscale très expansionniste

  • Déficits importants :

    • Ralentissement mondial en 1992

    • Dépenses motivées politiquement

    • Légitimité politique limitée afin d’augmenter les revenus fiscaux par la suite

  • Isolation politique, accès limité au capital étranger

    • Nécessité d’utiliser un excédent comptable actuel pour accéder aux devises

  • Politique monétaire nécessaire pour protéger le taux de change (taux d’intérêt élevés, inflation élevée)

  • Contraintes fiscales + externes + monétaire = boom à court terme/ cycles d’effondrement


Politique fiscale r cente divis e en 4 p riodes suite l.jpg

1993 Banque mondiale

1994

1995

1996

0.0%

-1.0%

-2.0%

-3.0%

-4.0%

-5.0%

-6.0%

-7.0%

-8.0%

Solde des liquidités en % du PIB

-9.0%

% de croissance du PIB réel

5

20

% de croissance des emplois non agricoles

18

4

Dépenses totales en % d’intérêt (RHS)

16

3

14

2

12

1

10

8

0

1993

1994

1995

1996

6

-1

4

-2

2

-3

-

Politique fiscale récente divisée en 4 périodes (suite)

  • 1993 – 1996: Transition

  • Programme de reconstruction et de développement (PRD)

  • Déficits importants

    • Causés par le besoin de commencer à régler les inégalités historiques

    • Effort pour répondre aux besoins de base

  • Impulsion de croissance entraînée par la demande

    • Le déficit est perçu comme un élément de la croissance

    • Effet multiplicateur

    • Forte accélération des factures salariales

  • Cependant :

    • La croissance économique est restée modérée

    • Croissance négative de l’emploi

    • Poursuite de la hausse du coût de la dette


Politique fiscale r cente divis e en 4 p riodes suite5 l.jpg
Politique fiscale récente divisée en 4 périodes (suite) Banque mondiale

1997

1998

1999

2000

  • 1997 – 2000 Consolidation

  • Croissance, emploi et redistribution (GEAR)

  • Politique informée par besoin de stabiliser la macroéconomie

    • Déficit élevé résultant de l’érosion de l’intérêt des dépenses de production

    • Coûts d’intérêt mettant la pression sur les investissements du secteur privé

    • Pressions de l’inflation érodant la stabilité, compétitivité, et revenus

  • Les coûts d’intérêt baissent avec du retard

  • Le GEAR est parvenu à la stabilisation, cependant :

    • La croissance économique est restée modérée

    • Croissance négative de l’emploi

0.0%

-1.0%

-2.0%

-3.0%

-4.0%

Solde des liquidités en % du PIB

-5.0%

-6.0%

% de croissance du PIB réel

5

20

% de croissance des emplois non agricoles

18

4

Dépenses totales en % d’intérêt (RHS)

16

3

14

2

12

1

10

0

8

1997

1998

1999

2000

-1

6

-2

4

-3

2

-4

-


Politique fiscale r cente divis e en 4 p riodes suite6 l.jpg

2001 Banque mondiale

2002

2003

2004

0.0%

-0.5%

-1.0%

-1.5%

-2.0%

Solde des liquidités en % du PIB

-2.5%

20

20

18

15

16

14

10

12

10

5

8

6

0

4

2001

2002

2003

2004

2

% de croissance du PIB réel

-5

-

% de croissance des emplois non agricoles

Dépenses totales en % d’intérêt (RHS)

Politique fiscale récente divisée en 4 périodes (suite)

  • 2001 – 2004 Expansion

  • Consolidation fiscale dans le cadre du GEAR ont laissé de la place à l’expansion fiscale

    • Forte croissance réelle des dépenses

  • Accent sur :

    • Subventions sociales

    • Dépenses d’investissement

  • Les taux d’intérêt et l’inflation plus faibles font baisser les coûts d’intérêt

  • La croissance de l’emploi reprend

  • Cependant :

    • La croissance reste modérée


Politique fiscale r cente divis e en 4 p riodes suite7 l.jpg

1992 Banque mondiale

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

0.0%

-1.0%

-2.0%

-3.0%

-4.0%

-5.0%

-6.0%

Solde des liquidités en % du PIB

-7.0%

-8.0%

-9.0%

20

20

18

15

16

14

% de croissance du PIB réel

10

12

% de croissance des emplois non

agricoles

10

Dépenses totales en % d’intérêt (RHS)

5

8

6

0

4

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2

-5

-

Politique fiscale récente divisée en 4 périodes (suite)

  • 2005 – 2006 L’économie est de la fête

  • Poursuite de la forte croissance des dépenses

  • Accent sur :

    • Infrastructures

    • Education

    • Secteur criminel/judiciaire

  • Une base économique solide conduit à une performance de revenus exceptionnelle

    • Les déficits reculent

  • Le coûts d’intérêt continuent de baisser

  • L’emploi poursuit sa croissance positive


La r forme des revenus et l effort ont jou un r le essentiel l.jpg

2005/06 Banque mondiale

2003/04

2001/02

1999/00

1997/98

1992/93

Sociétés

TVA/Taxe sur les ventes

Droits de douane

Personnes et particuliers

La réforme des revenus et l’effort ont joué un rôle essentiel

  • 1994 Commission d’imposition indépendante.

    • Rationaliser les assiettes de l’impôt sur le revenu (particuliers) et des exonérations (entreprises)

    • Taux de TVA unique

    • Renforcer l’administration fiscale

  • 1995 les administrations douanière et fiscale se sont regroupées en une autorité des revenus indépendante (SARS)

  • La réforme administrative, l’effort du SARS et la croissance économique ont permis :

    • Réductions successives et progressives de l’impôt des particuliers

    • Réduction de l’impôt sur les sociétés de 40% (1995) à 29%

    • Dividendes fiscaux de 25% (1995%) à 10%

    • Libéralisation commerciale agressive à la fin des années 90.

Revenus fiscaux en % des dépenses

100%

20%

% de croissance en dépenses (RHS)

18%

95%

16%

90%

14%

85%

12%

80%

10%

8%

75%

6%

70%

4%

65%

2%

60%

0%

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006


La consolidation des d penses a permis les quatre expansion actuelles l.jpg

40% Banque mondiale

Compen. des salariés

35%

Règlement des intérêts

Subventions

30%

Avantages sociaux

Achats d’actifs non financiers

25%

Biens & Services

% des dépenses publiques totales

20%

15%

10%

5%

0%

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

La consolidation des dépenses a permis les quatre expansion actuelles

  • La charge de la consolidation est assumée par :

    • La compensation des salariés (initialement), biens et services, subventions, (dépenses d’investissement)

  • L’après-consolidation :

    • Les coûts du service de la dette ont continué à créer un espace fiscal

    • Biens et services, récupération de la compensation des salariés

    • Espace fiscal attribué à la croissance des avantages sociaux et du capital


Et ensuite l.jpg

Solde du compte courant Banque mondiale

Solde du compte financier

10

8

6

4

2

% du PIB

0

-2

-4

-6

-8

1995

1997

2000

2003

1996

1998

1999

2001

2002

2004

2005

2006

Et ensuite ?

  • Le budget 2007 indique :

    • Un environnement économique fort

    • Les revenus fiscaux restent soutenus

    • Les dépenses non liées aux intérêts ont fortement augmenté

    • Les coûts d’intérêt poursuivent leur baisse

  • Cependant :

    • L’environnement économique est déséquilibré : faible épargne, déficit du compte courant et dépendance des afflux de capital étranger

  • Donc

    • La situation fiscale s’est améliorée : budget équilibré pour encourager l’épargne nationale, le compte courant.


ad