accueil diaporama n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Accueil diaporama PowerPoint Presentation
Download Presentation
Accueil diaporama

play fullscreen
1 / 44
Download Presentation

Accueil diaporama - PowerPoint PPT Presentation

zulema
91 Views
Download Presentation

Accueil diaporama

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Accueil diaporama

  2. Plan 1. Introduction 1.1. Contexte de recherche 1.2. Objectifs 1.3. Terminologie 2. Signifiant 2.1. Intégration phonologique 2.2. Intégration dérivationnelle 3. Signifié 3.1. Ajout du sème /+russe/ 3.2. Dégagement de nouveaux lexèmes 3.3. Perte du lexème emprunté 4. Combinatoire restreinte 4.1. Intégration catégorielle 4.2. Intégration flexionnelle 5. Synthèse : comment mesurer l’intégration ?

  3. Merci ! • 2003 • HDR Université de Paris-Sorbonne • 2005 • Remise du manuscrit • 16 mars 2010 • Parution • http://www.cnrseditions.fr • 39 € • 2007– DÉRom • (Dictionnaire Étymologique Roman)

  4. Base documentaire 445 notices Roumain : 330 Italien : 186 Français : 225 Catalan : 76 Espagnol : 115 Portugais : 110

  5. Grille d’analyse (1) Espagnol : 25% < français

  6. Grille d’analyse (2)

  7. Exemple de notice étymologique

  8. Principaux résultats de recherche • Datations : • 365 antédatations • 22 rétrodatations • des dizaines de datations princeps • Étymologies : • 69 étymologies inédites • des dizaines d’arbitrages étymologiques • des dizaines d’étymologies princeps • Intégration : • étude systématique des processus d’adaptation • relevé des formations secondaires (« dérussismes ») • Mise en perspective : • étymon par étymon • synthèse finale

  9. Plan 1. Introduction 1.1. Contexte de recherche 1.2. Objectifs 1.3. Terminologie 2. Signifiant 2.1. Intégration phonologique 2.2. Intégration dérivationnelle 3. Signifié 3.1. Ajout du sème /+russe/ 3.2. Dégagement de nouveaux lexèmes 3.3. Perte du lexème emprunté 4. Combinatoire restreinte 4.1. Intégration catégorielle 4.2. Intégration flexionnelle 5. Synthèse : comment mesurer l’intégration ?

  10. Emprunt ? Haugen (1950 : 212) : « the attempted reproduction in one language of patterns previously found in another » Neveu 2004 s.v. emprunt : « Le terme d’emprunt désigne un processus selon lequel une langue acquiert une unité lexicale intégrée au lexique d’une autre langue. L’étendue temporelle de ce processus est très variable et se trouve déterminée […] par la codification plus ou moins rapide d’un fait de discours dans la langue. Le terme d’emprunt a une valeur très large en lexicologie. Elle couvre celle de xénisme (première étape de l’emprunt, correspondant à l’usage d’un mot d’une autre langue exprimant une réalité étrangère à la culture de la langue d’accueil […]

  11. Lexicalisation : diffusion « Diachronic change, conceived as a small-step spread across the speech community » (Beeching & Waltereit 2009 : 198)  (1) Une ou des occurrence(s) isolée(s) d’une unité lexicale produite(s) par un ou des locuteur(s), appartenant à une variété diasystémique particulière (caractéristique d’une région, d’un milieu socio-professionnel etc.) (2) Stabilisation de cette unité lexicale dans une ou des variété(s) du système linguistique (3) Adoption de l’unité lexicale par l’ensemble de la communauté linguistique Effacement progressif des marques d’altérité linguistique concomitant ?

  12. Plan 1. Introduction 1.1. Contexte de recherche 1.2. Objectifs 1.3. Terminologie 2. Signifiant 2.1. Intégration phonologique 2.2. Intégration dérivationnelle 3. Signifié 3.1. Ajout du sème /+russe/ 3.2. Dégagement de nouveaux lexèmes 3.3. Perte du lexème emprunté 4. Combinatoire restreinte 4.1. Intégration catégorielle 4.2. Intégration flexionnelle 5. Synthèse : comment mesurer l’intégration ?

  13. Terminologie : théorie Sens-Texte « Un mot-forme est un signe linguistique ayant les deux propriétés suivantes : 1. il possède une certaine autonomie de fonctionnement ; 2. il possède une certaine cohésion interne. » (Polguère 2008 : 48) « Le lexème est une généralisation du signe linguistique de type mot-forme : chaque lexème de la langue est structuré autour d’un sens exprimable par un ensemble de mots-formes que seule distingue la flexion. » (Polguère 2008 : 50) « un vocableest un regroupement de lexies [ou de lexèmes] qui ont les deux propriétés suivantes : 1. elles sont associées aux mêmes signifiants ; 2. elles présen-tent un lien sémantique évident » (Polguère 2008 : 59)

  14. Signes linguistiques тройка (trojka)1 NOMINATIF SINGULIER ‘chiffre trois’ тройка (TROJKA) тройки (trojki)1 NOMINATIF PLURIEL ‘chiffre trois’ Mots- formes тройка (TROJKA)1 ‘chiffre trois’ тройки (trojki)1 GÉNITIF SINGULIER ‘chiffre trois’ тройке (trojke)1 DATIF SINGULIER ‘chiffre trois’ тройка (TROJKA)2 ‘attelage de trois chevaux’ etc. тройка (TROJKA)3 ‘groupe de trois personnes’ Lexèmes Vocable

  15. Plan 1. Introduction 1.1. Contexte de recherche 1.2. Objectifs 1.3. Terminologie 2. Signifiant 2.1. Intégration phonologique 2.2. Intégration dérivationnelle 3. Signifié 3.1. Ajout du sème /+russe/ 3.2. Dégagement de nouveaux lexèmes 3.3. Perte du lexème emprunté 4. Combinatoire restreinte 4.1. Intégration catégorielle 4.2. Intégration flexionnelle 5. Synthèse : comment mesurer l’intégration ?

  16. Transfert phonologique « In the case of simple (non-compound) lexical elements, the most common type of interference is the outright transfer of the phonemic sequence from one language to another. » (Weinreich 1953 : 47) Simplification : « In Tat und Wahrheit ist die Sachlage natürlich komplizierter, da die beiden Wörter in ihrer jeweiligen Sprache in unterschiedlichen phonologischen […] Strukturen eingebettet sind. » (Buchi 2006b : 74)

  17. Phonèmes inconnus dans la langue cible « Fundamentally, the problem is whether the borrowed S‑morpheme is integrated into the phonic pattern of P, or whether it is rendered in terms of original S-sounds » (Weinreich 1953 : 26) Russ. полынья (polyn’ja) s.f. > it. polinia Diffusion ! /ɨ/ → /i/ « Or, nous savons bien que jusqu’à une époque assez récente, il n’y avait pas de contacts oraux à grande échelle entre hispanophones d’une part, et francophones ou anglophones (etc.) d’autre part. Dans plusieurs champs sémantiques, en particulier les plus abstraits, le contact s’est fait essentiellement par le canal de l’écrit. De nos jours, la télévision, le cinéma et les voyages ont changé la donne, mais il ne faut pas perdre de vue qu’autrefois les ‘emprunts’ se transmettaient sans que l’on sache comment les mots étrangers imités tant bien que mal se prononçaient dans la langue d’origine. » (Thibault 2009 : 135-136)

  18. Finale marquée russ. кацавейка (kacavejka) s.f. ‘veste courte doublée de fourrure’ > fr. (1)casavéika s. (1844), kasaweïka f. (1849), casaweika s. (1850) ; casaweïka m. (1849) Emprunté par le wallon et le francoprovençal (2) kazaveck s. (1849), kazaweck (1850), casaweck f. (1850), kazawek (1852) ; casaweck m. (1956), kasaweck (1983) Cf. Buchi 2006c Cf. bec, sec, évêque Emprunté par le wallon, le berrichon, l’angevin, le franc-comptois, le francoprovençal, l’occitan et le gascon [> berr. casaveste m., avec attraction paronymique]

  19. Plan 1. Introduction 1.1. Contexte de recherche 1.2. Objectifs 1.3. Terminologie 2. Signifiant 2.1. Intégration phonologique 2.2. Intégration dérivationnelle 3. Signifié 3.1. Ajout du sème /+russe/ 3.2. Dégagement de nouveaux lexèmes 3.3. Perte du lexème emprunté 4. Combinatoire restreinte 4.1. Intégration catégorielle 4.2. Intégration flexionnelle 5. Synthèse : comment mesurer l’intégration ?

  20. Adaptation suffixale (simple) russ. яровизация (jarovizacija) s.f. > roum. iarovizaţie s.f., it. iarovizzazione (< angl.), fr. jarovisation, port. iarovização (< angl.) Systématique, cf. par exemple russ. радиофикация (radiofikacija) s.f. > roum. radioficaţie N.B. Suffixe = signe linguistique → signifiant et signifié !

  21. Réanalyse suffixale russ. бутафория (butaforija) s.f. ‘moyens d’imitation (théâtre)’ > roum. butaforie ‘ensemble des accessoires de théâtre’ russ. фактология (faktologija) s.f. ‘description de faits’ > roum. factologie ‘accumulation de faits’ Captation par le suffixe collectif -ie → changement d’accentuation (Buchi 2003 : 312, 313)

  22. roum. bolşevism roum. menşevism roum. maximalism it. bolscevismo it. menscevismo it. massimalismo fr. bolchevisme fr. menchevisme fr. maximalisme cat. bolxevisme cat. menxevisme cat. maximalisme esp. bolchevismo esp. menchevismo esp. maximalismo port. bolchevismo port. menchevismo port. maximalismo Mirage phonologique Cadre français trop étroit !

  23. Greffe suffixale Russ. бояре (bojare) s.m.pl., pluriel de боярin (bojarin) > Fr. Bayares s.m.pl. (après 1450), Boyar sg. (1575), Boyare (1606), boiares pl. (1637), boïar sg. (dp. 1692) > Fr. boyart (1571–1600), boyard (dp. 1727), boïard (1759–1912), bojard (1803) Captation par le suffixe français -ard (< *HARD-) боярMORPHÈME LEXICALеMORPHÈME FLEXIONNEL Indice dérivationnel : boyarde s.f., boyardise s.f.

  24. Plan 1. Introduction 1.1. Contexte de recherche 1.2. Objectifs 1.3. Terminologie 2. Signifiant 2.1. Intégration phonologique 2.2. Intégration dérivationnelle 3. Signifié 3.1. Ajout du sème /+russe/ 3.2. Dégagement de nouveaux lexèmes 3.3. Perte du lexème emprunté 4. Combinatoire restreinte 4.1. Intégration catégorielle 4.2. Intégration flexionnelle 5. Synthèse : comment mesurer l’intégration ?

  25. Restriction sémantique ? Oui ! Vocables Lexèmes Non ! russ. тройка (TROJKA) fr. TROÏKA тройка (TROJKA)1 ‘chiffre trois’ тройка (TROJKA)2 ‘attelage de trois chevaux’ TROÏKA1 ‘attelage de trois chevaux’ тройка (TROJKA)3 ‘groupe de trois personnes’ TROÏKA2 ‘groupe de trois personnes’ Ce sont les lexèmes qui sont empruntés et non pas les vocables

  26. Une autre restriction sémantique... Facilite l’intégration lexicale (champ sémantique)

  27. Plan 1. Introduction 1.1. Contexte de recherche 1.2. Objectifs 1.3. Terminologie 2. Signifiant 2.1. Intégration phonologique 2.2. Intégration dérivationnelle 3. Signifié 3.1. Ajout du sème /+russe/ 3.2. Dégagement de nouveaux lexèmes 3.3. Perte du lexème emprunté 4. Combinatoire restreinte 4.1. Intégration catégorielle 4.2. Intégration flexionnelle 5. Synthèse : comment mesurer l’intégration ?

  28. Exemple symbolique

  29. Pour en revenir à troïka fr. troïka s.f. ‘ensemble de trois personnes dirigeant une institution russe’ (dp. 1921 [Staline, Zinoviev, Kamenev]) fr. troïka s.f. ‘ensemble de trois personnes dirigeant une institution quelconque’ (dp. 1928)

  30. Réalités indigènes Russ. чека (čeka) s.f. ‘police politique [1917–1922]’ Terme d’histoire > Roum. it. fr. cat. esp. port. ‘police politique soviétique’ Non lexicographié ! > Cat. txeca,esp. checa ‘durant la guerre civile espagnole (1936–1939), centrale de détention et de torture’ Lexème non marqué

  31. Plan 1. Introduction 1.1. Contexte de recherche 1.2. Objectifs 1.3. Terminologie 2. Signifiant 2.1. Intégration phonologique 2.2. Intégration dérivationnelle 3. Signifié 3.1. Ajout du sème /+russe/ 3.2. Dégagement de nouveaux lexèmes 3.3. Perte du lexème emprunté 4. Combinatoire restreinte 4.1. Intégration catégorielle 4.2. Intégration flexionnelle 5. Synthèse : comment mesurer l’intégration ?

  32. Roumain ↔ français et italien russ. закуска (zakus- ka) s.f. ‘collation ; hors-d'œuvre’ (dp. 17e s. [закуски pl.], SRJ11-17) roum. zacuscă s.f. ‘petit déjeuner’ (dp. 1793, 'vieilli', Tiktin3) ; ‘collation’ (dp. av. 1826, DLR) ; ‘apéritif’ (dp. 1834/1849, DLR) ; ‘type de conserve’ (dp. 1969, DLR) fr. zakouski s.f.pl. ‘hors-d'œuvre russes’ (dp. 1843 [zacusca sg. ; ital. ; en ment.], DDL16) it. zacusca s.f. ‘hors-d'œuvre russe’ (dp. 1836, NicolaiDizionario) Intégration sémantique plus poussée

  33. Plan 1. Introduction 1.1. Contexte de recherche 1.2. Objectifs 1.3. Terminologie 2. Signifiant 2.1. Intégration phonologique 2.2. Intégration dérivationnelle 3. Signifié 3.1. Ajout du sème /+russe/ 3.2. Dégagement de nouveaux lexèmes 3.3. Perte du lexème emprunté 4. Combinatoire restreinte 4.1. Intégration catégorielle 4.2. Intégration flexionnelle 5. Synthèse : comment mesurer l’intégration ?

  34. Théorie Sens-Texte « La combinatoire restreinte d’un signe linguistique est l’ensemble des contraintes propres à ce signe qui limitent sa capacité de se combiner avec d’autres signes linguistiques et qui ne peuvent être déduites ni de son signifié ni de son signifiant. Par opposition, la combinatoire libre d’un signe linguistique est sa capacité de se combiner avec d’autres signes linguistiques qui est directement héritée de son signifié et de son signifiant. » (Polguère 2008 : 40) = Syntactique

  35. Plan 1. Introduction 1.1. Contexte de recherche 1.2. Objectifs 1.3. Terminologie 2. Signifiant 2.1. Intégration phonologique 2.2. Intégration dérivationnelle 3. Signifié 3.1. Ajout du sème /+russe/ 3.2. Dégagement de nouveaux lexèmes 3.3. Perte du lexème emprunté 4. Combinatoire restreinte 4.1. Intégration catégorielle 4.2. Intégration flexionnelle 5. Synthèse : comment mesurer l’intégration ?

  36. Traitement du neutre russe Russ. ведро(vedro) s.n. > it. fr. vedro s.m. Russ. народничество(narodničestvo) s.n. > it. narodnicestvo, fr. narodnitchestvo s.m. Neutres en -o (Lombard & Gâdei 1981 : N II 44-45) Russ. самбо(sambo) s.n. > roum. sambo s.n. ↔ it. fr. esp. port. sambo s.m. Russ. слово(slovo) s.n. > fr. esp. slovo s.m. Russ. земство(zemstvo) s.n. > roum. zemstvă s.f. fr. it. (< fr.) cat. esp. port. zemstvo s.m. [-Ʌ]

  37. Plan 1. Introduction 1.1. Contexte de recherche 1.2. Objectifs 1.3. Terminologie 2. Signifiant 2.1. Intégration phonologique 2.2. Intégration dérivationnelle 3. Signifié 3.1. Ajout du sème /+russe/ 3.2. Dégagement de nouveaux lexèmes 3.3. Perte du lexème emprunté 4. Combinatoire restreinte 4.1. Intégration catégorielle 4.2. Intégration flexionnelle 5. Synthèse : comment mesurer l’intégration ?

  38. Fr. bolchevik Stade 1 : Bolchevik s.m.sg. (1917) Bolcheviki s.m.pl. (1918) Flexion russe Stade 2 : bolchevikis s.m.pl. (1918) Flexion russe + française Stade 3 : bolchevik s.m.sg. (1917) bolcheviks s.m.pl. (1918) Flexion française

  39. Pluralia tantum Russ. гусли (gusli) s.pl. (nom./acc.) ‘psaltérion, harpe horizontale’ гусель (gusel‘) (gén.) (aujourd'hui гуслей [guslej]) > Fr. gusli s.f.sg. (1772–1839), gousli (dp. 1780) gousli s.m.sg. (1803–1901), gusli (dp. 1872) > Fr. gussel s.sg. (1839 ; 1872) Intégration à la morphologie nominale française : un(e) gousli/des gouslis

  40. Plan 1. Introduction 1.1. Contexte de recherche 1.2. Objectifs 1.3. Terminologie 2. Signifiant 2.1. Intégration phonologique 2.2. Intégration dérivationnelle 3. Signifié 3.1. Ajout du sème /+russe/ 3.2. Dégagement de nouveaux lexèmes 3.3. Perte du lexème emprunté 4. Combinatoire restreinte 4.1. Intégration catégorielle 4.2. Intégration flexionnelle 5. Synthèse : comment mesurer l’intégration ?

  41. Hypothèse Le degré d’intégration d’un emprunt lexical est fonction du nombre d’adaptations qu’il a subies, que celles-ci concernent le signifiant, le signifié ou la combinatoire restreinte. • Mais le besoin d’intégration des différents emprunts est très inégal : • phonétisme de l’étymon plus ou moins compatible avec celui de la langue cible ; • sémantisme de l’étymon plus ou moins « exotique » ; • propriétés syntaxiques de l’étymon plus ou moins éloignées de celles de la langue cible.

  42. Exigence méthodologique Durkin 2009 : 163 : « Ideally, etymologies of borrowed items will account for such factors, explaining not only the initial adoption of a word, but its subsequent spread within the lexical system. » + Description précise des phénomènes d’adaptation !

  43. Sans parler des jeux de mots... Calvet 1988 : 42