slide1 l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
ORL Pharmacologie PowerPoint Presentation
Download Presentation
ORL Pharmacologie

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 83

ORL Pharmacologie - PowerPoint PPT Presentation


  • 287 Views
  • Uploaded on

ORL Pharmacologie. ORL. Spécialité médicale large Affection ORL courantes: - Rhinite allergique - Angine - Toux Médicaments courants utilisés . Rhinite allergique. Rhinite allergique. Physiopathologie :

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'ORL Pharmacologie' - yule


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

ORL

Pharmacologie

slide2

ORL

Spécialité médicale large

Affection ORL courantes:

- Rhinite allergique

- Angine

- Toux

Médicaments courants utilisés

slide4

Rhinite allergique

Physiopathologie :

Réaction allergique déclenchée par l'inhalation d'une substance : « allergène »

Allergène :

- Pollen, morceau de plante => rhume des foins

- Poussière, poils d'animaux...

slide5

Rhinite allergique

Physiopathologie :

Symptomatologietouche surtout :

- La muqueuse nasale: éternuement, écoulement clair, démangeaisons, obstruction.

- les conjonctives des yeux : démangeaisons, larmoiement.

slide6

Rhinite allergique

Traitement non médicamenteux :

Traitement de première intention:

Éviter l'exposition à l'allergène

Difficile à mettre en pratique

- Propreté du milieu de vie

- Se doucher après exposition à l'allergène

slide7

Rhinite allergique

Traitement médicamenteux :

Traitement évidemment symptomatique

Aucun ne soulage complètement les symptômes

On utilise des médicaments par :

voie locale ou par

voie orale

slide8

Rhinite allergique

Traitement médicamenteux :

Médicaments par voie locale:

- NaCl solution (Sinomarin, Sterimar...)

- Cromoglicate de sodium (Lomusol)‏

- Azelastine (Allergodil)‏

- Corticoides : Béclométasone (Beconase), Mométasone (Nasonex), Fluticasone (Flixonase), Triamcinolone (Nasacort) ....

- Oxymétazoline (Aturgyl)‏

slide9

Rhinite allergique

Chlorure de sodium en solution:

- Médicament de base

- Apporte un soulagement dans les cas légers

- Reste un bon traitement de fond même si soulagement incomplet => Élimination locale de l'allergène.

- Effets indésirables exceptionnels : épistaxis principalement si usage prolongé.

=> Attention chez les enfants en bas age: utiliser des spécialités adaptées => Pression moins importante, moins de risque de fausse route.

slide10

Rhinite allergique

Cromoglicate de sodium (voie nasale):

- Efficace sur les symptômes nasaux surtout l'éternuement

- Efficace ++ en prévention : Exposition prévisible, rhume des foins par exemple.

- Effets indésirables exceptionnels :

- irritation locale, céphalées

=> Balance bénéfice/risque nettement positive.

slide11

Rhinite allergique

Cromoglicate de sodium (voie oculaire):

- Efficace sur l'ensemble des symptômes

- Effets indésirables exceptionnels :

- irritation locale

=> Balance bénéfice/risque nettement positive. TTT de première intention en association au chlorure de sodium en rinçage. ( Règle générale en ophtalmo dans une grande majorité des cas).

slide12

Rhinite allergique

Azélastine - ALLERGODIL:

- Antihistamine H1 par voie locale

- Efficace sur l'ensemble des symptômes nasaux

- Effets indésirables exceptionnels:

- irritation locale, altération du goût

=> Balance bénéfice/risque positive, mais moins bien évaluée que le cromoglicate de Na et ne présentant pas l'interêt d'un TTT préventif très efficace.

slide13

Rhinite allergique

Corticoïdes - NASONEX:

- Plus efficaces que les molécules précédentes notamment sur la congestion nasale.

Mais effets indésirables beaucoup plus fréquents et importants:

- Epistaxis fréquents

- Irritations locales

- Infection nasales et pharyngées (Rincer la bouche à l'eau même pour les voies nasales)‏

- Effets de type systémiques toujours possible rester vigilant

slide14

Rhinite allergique

Corticoïdes:

Les effets indésirables sont parfois plus importants que les symptômes de base

=> A utiliser en deuxième intention et

sur des durées courtes.

slide15

Rhinite allergique

Oxymétazoline - ATURGYL:

Vasoconstricteur local.

- Efficacité incertaine, au mieux modérée.

- Phénomène de dépendance très fréquent avec ce type de molécule:

- Acoutumance : utilisation permanente => Phénomène de rebond +++ des symptomes à l'arrêt

=> Utilisation chronique expose d'autant plus aux EI fréquents de cette classe.

slide16

Rhinite allergique

Oxymétazoline:

Effets indésirables nombreux et disproportionnés:

- Dépendance

- Sécheresse buccale

- Glaucome aigu

- Hypertension => Incertitude sur certains cas d'arrêt cardiaque, AVC ...

=> Balance bénéfice risque nettement négative.

=> Rester attentif au risque de dépendance en début de TTT, Prévenir !!!

slide17

Rhinite allergique

Traitement médicamenteux :

Médicaments par voie orale:

- Antihistaminiques : Cétirizine (Zyrtec ...), Loratadine (Clarytine)‏

- Pseudoéphédrine : (Sudafed, Actifed rhume, Rhinadvil)‏

slide18

Rhinite allergique

Antihistaminiques oraux:

- Efficacité équivalente à celle des corticoides locaux sur l'inconfortnasal et les symptômes oculaires,

- mais moins bonne sur l’obstruction et l'éternuement.

Effets indésirables se résument principalement à un effet sédatif +/- marqué selon les molécules:

- Loratadine (Clarityne®) semble la moins sédative suivie de Cétirizine (Zyrtec®), on utilise donc celles-ci de préférence.

slide19

Rhinite allergique

Pseudoéphédrine:

Vasoconstricteur sympathomimétique.

Efficacité non démontrée au mieux modeste sur les symptômes nasaux

Effets indésirables disproportionnés:

- Poussées hypertensives

- Convulsions

- AVC

=> Aucune place en thérapeutique.

slide21

Angine

Généralités:

Angine aiguë : « survenue brutale d'une douleur de l'oropharynx »

- Souvent bégnine : Guérison spontanée en une semaine.

slide22

Angine

Généralités:

Généralement d'origine virale

Parfois d'origine bactérienne, surtout streptocoque β hémolytique A (25 à 40% des cas de 5 à 14ans, 5 à 25% des cas chez l'adulte)‏

slide23

Angine

Traitement:

Antalgiques antipyrétiques:

Traitement de première intention, symptomatique on utilise les molécules suivantes :

- Paracétamol

- Ibuprofène

- AAS – acide acétyl salicylique - aspirine

- AINS (sauf ibuprofène)‏

slide24

Angine

Antalgiques antipyrétiques: PARACETAMOL

Médicament de première intention 

- Utilisable pour toutes les catégories de patients hormis les IH sévères

Posologies :

- Enfants : 10 - 20 mg/kg/prise 4 prises par jour

50 - 80 mg/kg/j (→ 100mg/kg/j)‏

- Adultes : 500 – 1000 mg/prise 4 prises par jour

4g/j max

slide25

Angine

Antalgiques antipyrétiques: PARACETAMOL

Effets indésirables :

- Exceptionnels aux doses thérapeutiques

- Rares réactions allergiques

- Atteintes hépatiques en cas d'accumulation ou de surdosage (il existe un antidote – N Acétyl-cystéine)‏

Interactions Médicamenteuses :

- Pratiquement inexistantes : risque mineur avec certains AVK et risque probable avec l'imatinib (Glivec)‏

slide26

Angine

Antalgiques antipyrétiques: PARACETAMOL

En pratique :

- Attention au dosage chez les enfants !!

- Attention aux NOMBREUSES SPECIALITES en contenant

- Doliprane, Efferalgan, Dafalgan, Diantalvic, Propofan, Novacétol, Lamaline, Actifed, Fervex, Actron, Claradol, Dolko, Dolirhume, Géluprane, Humex Rhume, Klipal, Migralgine, Prontalgine, Rhinofebral, Zaldiar, Trophires composé …

- Attention aux NOMBREUSES FORMES existantes:

- Comprimés, Suppo, Sirop (sucré!), Injectable...

=> Vérifier les doses cumulées !!

slide27

Angine

Antalgiques antipyrétiques: AAS/Aspirine

- Antipyrétique, antalgique et anti-agrégant plaquettaire à faible dose

- Nécessite beaucoup plus de précautions d'emploi que le paracétamol

Posologies :

- Enfants : 50 mg/kg/j (en 4 prises) (→ 100mg/kg/j)‏

- Adultes : 500 - 1000 mg/prise 4 prises par jour

6g/j max

slide28

Angine

Antalgiques antipyrétiques: AAS

Effets indésirables:

- Atteinte digestive : Gastrite → Ulcère (Prise aux repas)‏

- Anti-agrégant plaquettaire : Augmente le temps de saignement. Patients sous AVK (Préviscan, Sintrom, Coumadine)‏

- Risque de syndrome de Reyes (!!!Varicelle = CI majeure !!!)‏

Balance Bénéfice/Risque beaucoup moins bonne que le paracétamol

=> A priori, peu de raisons de choisir ce médicament

slide29

Angine

Antalgiques antipyrétiques: AAS

En pratique:

- Attention aux posologies chez les enfants !!

- !! VARICELLE !!

- Ne pas le recommander pour les fièvres.

→ Attention aux discours « prenez une aspirine » en pensant paracétamol

- Douleurs gastriques = STOP !

- Nombreuses spécialités en contiennent = attention aux doses cumulées :

- Actron, Alka Seltzer, Aspégic, Aspirine, Antigrippine, Aspro, Catalgine, Céphyl, Claragine, Sedaspire, Novacetol, Migpriv...

slide30

Angine

Antalgiques antipyrétiques: Ibuprofène

- Antipyrétique, Antalgique, Anti-inflamatoire (AINS)‏

- Plus de précautions d'emploi que le paracétamol

Posologies:

Enfants : 30 – 60mg/kg/j (en 3 prises)‏

Adultes : 1200 mg/j (en 3 prises)‏

slide31

Angine

Antalgiques antipyrétiques: Ibuprofène

Effets indésirables:

- Atteintes gastriques : Gastrite → Ulcère

- Déclenchement de crise d'asthme possible

- Atteinte cutanée grave type Reyes en cas de Varicelle !!

- Foetotoxique (CI chez la femme enceinte (>1° tmstr))‏

- Diminue la pression de perfusion rénale

→ CI en cas d'insuffisance cardiaque

→ CI en cas d'insuffisance rénale

- Risque d'atteinte cutanée augmentée en cas de lupus erythémateux disséminé (LED) → CI

slide32

Angine

Antalgiques antipyrétiques: Ibuprofène

En pratique:

- Attention aux posologies chez l'enfant

- En deuxième intention après le paracétamol aussi bien en tant qu'antipyrétique, qu'antalgique.

- Douleur gastrique = STOP

- Attention aux doses cumulées nombreuses spécialités existantes : Advil, Antarène, Brufen, Doltaque, Gelufène, Intralgis, Nurofen, Rhinadvil, Spedifen, Spifen, Upfen...

- Attention aux Contre indications !!!

- IC, IR, Varicelle, LED , Anticoagulants oraux ...

slide33

Angine

Antalgiques antipyrétiques: autres AINS

Diclofenac (Voltarène), Ketoprofène (Ketum, Biprofenid ...), Piroxicam (Feldène), Meloxicam (Mobic)...

- Possèdent des propriétés antipyrétiques, mais non utilisés dans cette indication car

- Non supérieurs aux 3 molécules déjà vues

- Beaucoup plus d'effets indésirables, notamment gastriques

Aucune place dans cette pathologie

slide34

Angine

Antalgiques antipyrétiques:

- Humidification des muqueuses + stimulation de la sécrétion salivaire

=> Apaisement ponctuel

Pour cela les médicaments commercialisés n'ont pas montrés une meilleur efficacité que les confiseries simples.

slide35

Angine

Antalgiques antipyrétiques: Collutoires / pastilles

- Attention certaines pastilles contiennent des AINS : Strefen (flurbiprofène). => Pastille ou Cp ce sont des AINS attention aux CI : Femme enceinte, asthme, IC...

- Beaucoup d'anesthésiques locaux (lidocaine, tetracaine), efficacité modérée + risques de fausse route, et intoxication possible chez les enfants => convulsion, décès.

slide36

Angine

Antalgiques antipyrétiques: Corticoïdes

- Principalement la Prednisolone (Solupred).

- Souvent prescrit à tort dans les angine d'intensité modérée.

- Efficacité intéressante mais EI nombreux et disproportionnés.

- Risque de recrudescence des symptômes si angine bactérienne.

=> Aucune place dans les cas classiques.

slide37

Angine

Cas particulier des Angines Bactériennes.

- Symptômes supplémentaires généralements présents:

- Fièvre > 38°C

- Ganglions

- Atteintes des amygdales

- PAS de toux

=> Dg selon ces symptômes +/- test rapide

slide38

Angine

Cas particulier des Angines Bactériennes.

- Antibiothérapie bénéfique si symptomatologie importante

- A débuter après 48h de TTT symptomatique sans amélioration !!!

=> Raccourcit la durée des symptômes de 1 à 2 jours

slide39

Angine

Cas particulier des Angines Bactériennes.

Amoxicilline (Clamoxyl ...)‏

- Première intention

-6 jours de TTT complets obligatoires sauf EI sévère

Effets indésirables

- Troubles gastro intestinaux (Prise aux repas)‏

- Eruptions cutanées (rares)‏

- Allergies relativement fréquentes

slide40

Angine

Cas particulier des Angines Bactériennes.

Céphalosporines:Cefpodoxime (Orelox), Céfuroxime (Zinnat), Cefotiam (Texodil)‏

- Deuxième intention si CI aux Pénicillines

=> !! Allergies croisées fréquentes rester vigilant !!

Effets indésirables :

- idem amoxicilline

- Colite pseudo membraneuse => Diarrhées +++ => Risque vital => Arrêt du TTT !!!

=> Parfois après plusieurs jours :

Infirmiers = seuls professionnels de contact !!

slide41

Angine

Cas particulier des Angines Bactériennes.

Macrolides:

- « _mycine » dans les formes PO

- Clarythromycine (Zeclar)‏

- Josamycine (Josacine)‏

- Azithromycine (Zithromax) ...

=> ATB large spectre.

slide42

Angine

Cas particulier des Angines Bactériennes.

Macrolides:

Effets indésirables:

- Idem amoxicilline

- Inhibiteur enzymatique puissant !!

=> Ne pas apprendre chaque molécule, mais rester vigilant à tout signe de décompensation de patients équilibrés jusque là par un TTT chroniques. => Si doute : médecin !!!

slide43

Angine

En pratique:

- Pathologie généralement bénigne

- Paracétamol en première intention

- Antibiotiques sans intérêts la majorité du temps => Attention à vos discours : L'antibiothérapie peut être indispensable mais pas systématiquement: Toujours rappeler la règle des 48h.

=> Pression antibiotique

slide45

Antitussifs

Généralités :

- Toux = réflexe protecteur => La supprimer a un effet délétère dans de nombreuses situations:

- Asthme

- Bronchite chronique

- Cancer pulmonaire

- Mucoviscidose

- ...

=> D'une façon générale ils sont inappropriés dans toutes les toux productives.

slide46

Antitussifs

Généralités :

Trois principales molécules toutes opiacées:

- Dextrométorphane(Tussidane, Nodex, Drill, Dexir ...)‏

- Codéine( Euphon, Neocodion, Poléry, Tussipax ...)‏

- Pholcodine( Biocalyptol, Clarix, Hexapneumine, Respilène, ...)‏

slide47

Antitussifs

Dextrométorphane :

- Efficacité modérée sur les toux non productives

Effets indésirables :

- Dérivé opiacé => Risque de décompensation d'une insuffisance respiratoire. Rester vigilant.

- Passe dans le lait maternel !!! => Contre indication => Risque de dépression respiratoire chez le nourrisson.

- Risque de syndrome sérotoninergique en association à d'autres médicaments sérotoninergique. Ne pas tout apprendre mais connaître les signes !

slide48

Syndrome sérotoninergique

Syndrome uniquement médicamenteux

Généralement association de plusieurs médicaments sérotoninergiques:

- Antidépresseurs (IRS, ATC)‏

- Tramadol

- Lithium ...

- Confusion, frisson, sudation, myoclonies, diarrhées, hyperthermie, incoordination...

=> Si présences de plusieurs de ces symptômes lors de l'initiation d'un traitement => Médecin.

slide49

Antitussifs

Pholcodine :

- Efficacité modérée sur les toux non productives

Effets indésirables :

- Dérivé opiacé=> Risque de décompensation d'une insuffisance respiratoire. Rester vigilant.

- Passe dans le lait maternel !!!=> Contre indication => Risque de dépression respiratoire chez le nourrisson.

- Risque de syndrome de sevrage de l'enfant à naître si prise dans les derniers mois de grossesse.

slide50

Antitussifs

Codéine :

- Efficacité modérée sur les toux non productives

Effets indésirables :

- Passe dans le lait maternel=> Risque de dépression respiratoire.

- Effet tératogène probable

- Risque de sevrage de l'enfant à naître si prise dans les derniers mois de grossesse.

slide51

Antitussifs

Codéine :

Effets indésirables :

- Les effets opioïdes de la codéine sont plus importants que ceux des 2 autres molécules

=> Risque augmenté de dépression respiratoire, nausées, vomissements, constipation, sédation. Prévenir !!

- Métabolisé en morphine => Dépendance rapide.

- Souvent détourné pour calmer un effet de sevrage de manque = Automédication toxicomanogène.

slide53

Mucolytiques

Généralités

-N-Acétylcystéine (Mucomyst ...), Carbocistéine (Bronchokod...), Ambroxol (Surbronc...), Guaifénésine (Vicks expectorant ...)‏

- Aucune efficacité démontrée dans les toux « productive »

=> Effets indésirables rares. Peu d'intérêt au dela du placebo.

slide56

Dermocorticoides

Généralités

« Anti inflammatoires stéroidiens par voie locale »

Classe très utilisées en pratique courante => A connaitre!!

Possèdent les effets classiques des corticoïdes :

- Anti-inflammatoire

- Anti-prolifératif

- Immunosuppresseur

slide57

Dermocorticoides

Généralités

Sont classés selon 4 niveaux d'activité:

- Classe 4 : activité très forte

- Classe 3 : activité forte

- Classe 2 : activité modérée

- Classe 1 : activité faible

slide58

Classe 4 : Clobétasol (Dermoval)‏

Betaméthasone (Diprolène)‏

Classe 3 : Bétaméthasone (Betnéval)‏

(Diprosone)‏

Diflucortolone (Nérisone)‏

Hydrocortisone (Locoid)‏

Classe 2 : Désonide (Locapred)‏

(Tridésonit)‏

Classe 1 : Hydrocortisone (Hydrocortisone)‏

(Hydracort)‏

slide59

Dermocorticoides

Indications

Pour leur effets anti inflammatoire:

- Eczema

- Dermatite atopique

- Lichen plan

- Piqûre d'insecte

- ...

slide60

Dermocorticoides

Indications

Pour leur effets anti prolifératifs:

- Psoriasis : surtout pour le cuir chevelu et le visage

- Cicatrices hypertrophiques : DC de classe 4

Pour leur effet immunosuppresseur:

- Pemphigoïde bulleuse : Dermatose auto-immune traitée par DC de classe 4

slide61

Dermocorticoides

Effets indésirables

- Atrophie épidermique, retard de cicatrisation, vergétures irréversibles... Augmentent avec la durée de traitement.

- Acnée induite assez fréquente. Prévenir => réversible à l'arrêt.

- Rosacée cortisonnée = complication grave des TTT long sur le visage => Arrêt obligatoire de la corticothérapie. Attention à l'arrêt augmentation des symptômes pendant une courte période : prévenir!!

slide62

Dermocorticoides

Effets indésirables

- Infection cutanée

- Aggravation des infections existante (herpès, galle ...)‏

- Infection secondaire moins fréquente

- Hypertrichose

- Hypopigmentation

slide63

Dermocorticoides

Effets indésirables

- Effets systémiques: Rares mais possibles

- Dépendance physique lors des TTT long avec rebond de la maladie à l'arrêt => Éviter le plus possible les traitements longs, ne pas encourager l'automédication.

- Augmentent les risques de glaucome et de cataracte.

- Tachyphylaxie = Résistance au traitement lors des TTT long et ininterrompus => Très frqts dans ces cas.

slide64

Dermocorticoides

Absorption

- Importante dans les plis, moins dans les zones cornées épaisses ( paumes, plantes)‏

- Augmentée si altération de la barrière épidermique

- Augmentée par l'occlusion. Attention si application sous les couches des enfants par exemple. Parfois utilisée (film plastique) pour le TTT de zones épaisses.

- Effet réservoir = accumulation dans la couche cornée justifie une seule application par jour en général.

slide65

Dermocorticoides

Règles d'utilisation

Choix de la galénique:

- Crème pour les lésions suintantes et les plis

- Pommade pour les dermatose sèches

NB: Pommade = effet occlusif => augmente la pénétration, à éviter dans les plis !!

- Lotion et gel pour les régions pileuses

slide66

Dermocorticoides

Règles d'utilisation

Choix de la classe:

- Toujours le plus faible capable de controler les symptômes

- Visage = pas de classe 4 ni de TTT long

- Enfant = pas de classe 4 ni de TTT long

slide67

Dermocorticoides

Règles d'utilisation

- L'association à un antibiotique ou antifongique local n'est pas pas justifié et illogique.

- Une application par jour est suffisante sauf pour les dermatoses érosives qui font disparaître l'effet réservoir. Dans ce cas 2 applications par jour peuvent être nécessaire.

=> Applications plus fréquentes inutiles et augmentent les effets indésirables.

slide68

Dermocorticoides

Règles d'utilisation

- Arrêt progressif obligatoire pour les TTT longs !!!!!

- Préférer les applications le soir : prurit plus important la nuit.

- Jamais de pommade dans les plis

- 1 FTU par 300 cm² de peau

slide69

Dermocorticoides

Règles d'utilisation

FTU (Finger Tip Unit)‏

300cm² ≈ 2 surfaces de mains

slide71

Ophtalmologie

Généralités

- Spécialité médicale complexe. Nombreuses pathologies différentes.

Parmis elles, on retrouve une pathologie fréquente:

- Glaucome à angle ouvert.

slide72

Glaucome à angle ouvert

Généralités

- Hypertension intra oculaire chronique => atrophie progressive du nerf optique avec altération du champ visuel évoluant vers la cécité.

- L'objectif principal du traitement est de limiter cette hypertension.

- TTT généralement local (collyres)‏

slide73

Glaucome à angle ouvert

Les collyres à base de beta bloquants (-lol)‏

- Traitement de première intention

- Timolol (Timoptol) souvent pris comme référence.

- Absorption systémique plus ou moins importante expose aux risques de la voie orale (asthme, hypotension, bradycardie..)‏

slide74

Glaucome à angle ouvert

Les collyres à base de prostaglandine (-oprost)‏

Latanoprost (Xalatan), Travoprost (Travatan), Bimatoprost (Lumigan)‏

- En deuxième intention si les Beta bloquant (timolol) sont insuffisamment efficaces ou mal supportés.

- Efficacité supérieure aux beta bloquants mais plus d'effets indésirables locaux.

slide75

Glaucome à angle ouvert

Les collyres à base de prostaglandine (-oprost)‏

Effets indésirables :

- Assombrissement de l'iris

- Assombrissement des paupières

=> Prévenir, sans danger mais parfois anxiogène connaître la cause médicamenteuse rassure.

- Allongement des cils

- Plus rarement uvéite, irritation oculaire

slide76

Glaucome à angle ouvert

Les collyres à base de prostaglandine (-oprost)‏

Effets indésirables :

- Effets généraux rapportés :

- Hypertension

- Crise d'asthme

- Douleurs angineuse

=> Cas rares. Ne pas prévenir? Effet nocebo? => A connaître pour réagir rapidement.

slide77

Glaucome à angle ouvert

Inhibiteur de l'anhydrase carbonique (-zolamide)‏

Dorzolamide (Trusopt), Brinzolamide (Azopt)‏

- En troisième intention

- Rares effets indésirables locaux : irritation, kératite

- Rares effets indésirables généraux :

fatigue, dépression, myopie transitoire (prévenir), acouphènes.

slide78

Glaucome à angle ouvert

La Briminodine (Alphagan)‏

Troisième intention

Rares effets indésirables locaux : irritation, larmoiements...

Effets indésirables généraux exceptionnels: principalement dépression parfois sévère. Ne pas prévenir (effet nocebo) mais rester attentif et alerter le corps médical si besoin.

slide79

Glaucome à angle ouvert

La Dipivéfrine (Propine)‏

Très peu utilisé en pratique, à juste titre.

Risque de glaucome aigu non négligeable.

Effets indésirables systémiques plus fréquents qu avec les autres collyres : Tachycardie, angor, trouble du rythme.

=> Rester attentif au début du TTT. Prévenir le médecin en cas de doute (il y a toujours une autre solution).

slide80

Glaucome à angle ouvert

La Pilocarpine (Pilo, ...)‏

Très peu utilisé en pratique à cause de troubles de l'accomodation important. => Vision trouble, le patient ne ressent pas les bénéfices du TTT, au contraire.

Risque d'EI systémique de type cholinergique.

slide81

Glaucome à angle ouvert

L'Apraclonidine (Iopidine)‏

Médicament efficace avec peu d'EI, mais présente un échappement thérapeutique rapide.

=> Utilisé uniquement en cure courte en attendant une intervention chirurgicale.

slide82

Glaucome à angle ouvert

Règles générales

On utilise les béta bloquant en première intention puis les analogues des prostaglandines puis une classe autre.

Si une seule spécialité ne suffit pas on associe deux voire trois médicaments de classes différentes.

=> Comme toujours on ophtalmologie il faut laisser un minimum de 15 minutes entre l'instillation de deux collyres.

=> Il est préférable de nettoyer l'oeil au sérum physiologique avant chaque instillation.