M.E.D.A.L. - PowerPoint PPT Presentation

veda-webb
m e d a l n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
M.E.D.A.L. PowerPoint Presentation
play fullscreen
1 / 75
Download Presentation
M.E.D.A.L.
51 Views
Download Presentation

M.E.D.A.L.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. M.E.D.A.L. IUP-MIAGE 1ère année Module d’Enseignement à Distance pour l’Architecture Logicielle Le modèle relationnel (3) Diapositive n° 1 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  2. AVERTISSEMENT L’usage de ce document, sous quelque forme que ce soit (électronique, papier…), à titre personnel ou devant des étudiants, est autorisé et libre de droits, à la condition expresse qu’il soit conservé dans l’état (et notamment qu’il comporte la page de garde et cet avertissement). Tout autre usage, notamment commercial, toute diffusion via un serveur informatique, une liste de diffusion… est soumis à l’accord PRÉALABLE de son auteur. Ce document constitue un TOUT. Toute coupe, toute modification non autorisée par son auteur sera assimilée à une atteinte aux droits de l’auteur et poursuivie comme telle devant les tribunaux. Diapositive n° 2 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  3. Cours magistral M.E.D.A.L. Evaluation Références Contexte Exercices MEDAL Corrigés des exercices Etudes de cas Auto-évaluation Diapositive n° 3 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  4. informations M.E.D.A.L. fonctions PLAN comportements 1) Introduction 2) Notions de base Cours magistral 3) Normalisation et décomposition 4) Utilisation de relations - le modèle E-A-P 5) Conclusion - le modèle relationnel - les réseaux de PETRI - les modèles de traitement de Merise Diapositive n° 4 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  5. Cours magistral 1) Introduction M.E.D.A.L. 2) Notions de base 4) Utilisation de relations 2.1) Notions de domaine, d’attribut 2.2) Notion de relation 2.3) Notions de clés 2.4) Notion de dépendance 4.1) Mise en évidence 4.2) Implémentation 4.3) Algèbre relationnelle 3) Normalisation et décomposition 3.1) Normalisation 3.1.1) Intérêt de la normalisation 3.1.2) Formes normales 3.2) Décomposition 3.2.1) Notions complémentaires 3.2.2) Autres dépendances 3.2.3) Algorithmes de décomposition fonctionnelle PLAN 4FN maxi. 5) Conclusion multi-valuée Il y en a d’autres. Diapositive n° 5 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  6. 0) Rappels M.E.D.A.L. Déjà vu : - définition des relations, - mise en évidence des dépendances, - relation, attribut, domaine, - choix des attributs, - dépendance fonctionnelle, - algèbre relationnelle, - dépendance multi-valuée, - SGBD vs tableur style Excel, - couverture/fermeture, - introduction aux modèles conceptuels, - normalisation, décomposition, - ... - ... Encore à découvrir : Diapositive n° 6 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  7. 0) Rappels M.E.D.A.L. Tous les exemples de cette présentation sont tirés du même contexte, celui de la création d’une base de données entomologiques et philatéliques. 3 volets sont développés : - volet « animaux », - volet « observations », Contexte - volet « timbres ». Diapositive n° 7 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  8. Contexte (2) 0) Rappels M.E.D.A.L. AVERTISSEMENT : Les informations contenues dans la base de données que nous évoquons ont été choisies sur des critères pédagogiques. L’entomologie est passée au second plan. Nous savons, par exemple, parfaitement que le nom vernaculaire d’un papillon ne peut, en général, pas servir de clé, tant les appellations locales sont nombreuses. Notre objectif n’est pas de faire de nos étudiants informaticiens de futurs Jean Henri Fabre, mais de les sensibiliser aux problèmes que l’on doit surmonter lorsque l’on conçoit une base de données. L’entomologie n’est, ici, qu’un moyen, aucunement un but. Jean Henri Fabre, entomologiste français, né en 1823 à Saint Leons, dans l’Aveyron. Célèbre comme écrivain vulgarisateur, il est l’auteur des Souvenirs entomologistes. Diapositive n° 8 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  9. dans cette partie du cours Il y a d’autres choses que les attributs à récupérer. 4) Utilisation de relations M.E.D.A.L. La représentation d’un problème, quel qu’il soit, directement sous forme de relations est possible. On distingue généralement plusieurs étapes : enquête - recueil des attributs, - recueil des dépendances entre attributs, - structuration en relations, - normalisation et décomposition. Si les deux premières taches se font surtout en discutant avec l’utilisateur, les deux dernières sont purement mécaniques, algorithmiques. déjà vu synthèse Diapositive n° 9 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  10. 4) Utilisation de relations 4.1) Mise en évidence M.E.D.A.L. Pour définir une relation, il faut réunir des informations sur : - ses attributs, - les domaines de valeur de ceux-ci, - les contraintes qui pèsent sur eux. Il faut également définir (ie. rédiger) le prédicat associé à la relation, puis définir la clé. Il faut, enfin, normaliser cette relation et, le cas échéant, la décomposer en relations plus petites, plus « normales » et donc plus « propres ». Diapositive n° 10 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  11. 4) Utilisation de relations 4.1.1) Mise en évidence des attributs M.E.D.A.L. Je veux tout ! Choisir l’ensemble des attributs est LA tache difficile par excellence. Cette activité oblige à des compromis entre : Il faut saisir tout ça ? - les demandes des utilisateurs « prescripteurs », - les demandes des utilisateurs « utilisateurs », - le temps imparti pour la définition du logiciel, - la place mémoire, - ... Y-a plus de place sur le disque ... Vite, on est en retard ! Il faut juste le nécessaire ! Diapositive n° 11 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  12. 4) Utilisation de relations 4.1.1) Mise en évidence des attributs M.E.D.A.L. Que veut-on ? Pilotage par le but, par la solution Il y a deux techniques principales, opposées … mais que l’on a intérêt à associer. La première consiste à partir des objectifs, à recenser les informations souhaitées et à en faire des attributs. La seconde consiste à rassembler toutes les informations disponibles sur le sujet, à enlever celles qui sont inutiles et à en faire des attributs. Pilotage par l’existant, par le problème Qu’est-ce qu’on a ? Il faut les deux ! Diapositive n° 12 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  13. France : Vaucluse Mont Ventoux Jas du Mourre (1040m) 4 VI 1975 Gérard Chr. Luquet leg. Suisse : Grisons Col de l’Albula Haute Engadine (2312m) 20 VII 1979 Emmanuel de Bros leg. 4) Utilisation de relations 4.1.1) Mise en évidence des attributs M.E.D.A.L. Exemple Selon I. Novak et F. Severa, une collection de papillons n’a de valeur scientifique que si chaque exemplaire qu’elle contient est accompagné d’une étiquette correctement rédigée. Voici deux exemples d’étiquettes correctes : Hypothèse : ce type de fiche correspond à un bon point de départ. legit : a récolté, en latin Diapositive n° 13 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  14. France : Vaucluse Mont Ventoux Jas du Mourre (1040m) 4 VI 1975 Gérard Chr. Luquet leg. 4) Utilisation de relations 4.1.1) Mise en évidence des attributs M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, endroit Diapositive n° 14 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  15. France : Vaucluse Mont Ventoux Jas du Mourre (1040m) 4 VI 1975 Gérard Chr. Luquet leg. 4) Utilisation de relations 4.1.1) Mise en évidence des attributs M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, Date, endroit date Diapositive n° 15 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  16. France : Vaucluse Mont Ventoux Jas du Mourre (1040m) 4 VI 1975 Gérard Chr. Luquet leg. 4) Utilisation de relations 4.1.1) Mise en évidence des attributs M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, Date, Nom, Prénom, endroit date nom, prénom Diapositive n° 16 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  17. France : Vaucluse Mont Ventoux Jas du Mourre (1040m) 4 VI 1975 Gérard Chr. Luquet leg. 4) Utilisation de relations 4.1.1) Mise en évidence des attributs M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, Date, Nom, Prénom, Type, endroit date nom, prénom type Diapositive n° 17 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  18. France : Vaucluse Mont Ventoux Jas du Mourre (1040m) 4 VI 1975 Gérard Chr. Luquet leg. adresse 4) Utilisation de relations 4.1.1) Mise en évidence des attributs M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, Date, Nom, Prénom, Type, Adresse, endroit date nom, prénom type Diapositive n° 18 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  19. France : Vaucluse Mont Ventoux Jas du Mourre (1040m) 4 VI 1975 Gérard Chr. Luquet leg. adresse 4) Utilisation de relations 4.1.1) Mise en évidence des attributs M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, Date, Nom, Prénom, Type, Adresse, Papillon) endroit date Ce fameux « faux » papillon date de 1702 ! Après avoir peint des taches sur les ailes d’un Souffré, le collectionneur déclara avoir affaire à une nouvelle espèce, décrite sous le nom de Papilio ecliptis. nom, prénom type Diapositive n° 19 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  20. France : Vaucluse Mont Ventoux Jas du Mourre (1040m) 4 VI 1975 Gérard Chr. Luquet leg. 4) Utilisation de relations 4.1.1) Mise en évidence des attributs M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, Date, Nom, Prénom, Type, Adresse, Papillon) Cette liste des attributs définie, il faut passer en revue chaque élément pour vérifier s’il est vraiment utile. Il faut aussi définir précisément chaque attribut. Diapositive n° 20 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  21. France : Vaucluse Mont Ventoux Jas du Mourre (1040m) 4 VI 1975 Gérard Chr. Luquet leg. 4) Utilisation de relations 4.1.1) Mise en évidence des attributs M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, Date, Nom, Prénom, Type, Adresse, Papillon) Cette liste des attributs définie, il faut passer en revue chaque élément pour vérifier s’il est vraiment utile. Il faut aussi définir précisément chaque attribut. Cet attribut « endroit » est composé sur l’étiquette de 5 éléments. Faut-il le garder comme un élément unique ou bien faut-il le transformer en 5 attributs élémentaires ? En dernier ressort, c’est toujours l’utilisateur qui décide. Diapositive n° 21 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  22. Type : attribut présentant la nature de l’endroit où s’est effectuée l’observation. 4) Utilisation de relations 4.1.2) Mise en évidence des domaines M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, Date, Nom, Prénom, Type, Adresse, Papillon) Quelles valeurs pour l’attribut ? Quel sens ? Quel type ? ça dépend ! Diapositive n° 22 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  23. 4) Utilisation de relations 4.1.2) Mise en évidence des domaines M.E.D.A.L. Exemple Le type de cet attribut va dépendre de ce que l’on veut faire. pas pratique ; « gourmand » en ressources pictogramme code libellé choix significatif ; pas pratique pratique ; non significatif Diapositive n° 23 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  24. COD-TYP LIBELLE PICTOGRAMME 01 Bois de conifères 02 Bois de feuillus 03 Prairies sans arbres (humides ou sèches) 04 Parcs, prairies avec arbres 05 Montagnes 4) Utilisation de relations 4.1.2) Mise en évidence des domaines M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, Date, Nom, Prénom, Type, Adresse, Papillon) SYMBOLES (Cod-Typ, Libellé, Pictogramme) Cet attribut peut même transformé en une relation ! Diapositive n° 24 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  25. COD-TYP LIBELLE PICTOGRAMME 4) Utilisation de relations 4.1.2) Mise en évidence des domaines M.E.D.A.L. Exemple SYMBOLES (Cod-Typ, Libellé, Pictogramme) image, format jpg chaîne (50) de caractère {n N+, n < 13} intension {01, 02, 03, 04, 05, 06, 07, 08, 09, 10, 11, 12} extension Diapositive n° 25 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  26. 4) Utilisation de relations 4.1.3) Mise en évidence du prédicat M.E.D.A.L. Une fois cet ensemble d’attributs constitué, il va falloir le normaliser (on appliquera pour cela les techniques vues précédemment). Auparavant, il faut vérifier sa cohérence sémantique en REDIGEANT le prédicat. C’est un élément indispensable de la relation. Avoir des difficultés à le définir doit attirer l’attention de l’architecte sur une vraisemblable incohérence au niveau de l’ensemble (c’est un signal d’alerte fort, à ne pas négliger). Diapositive n° 26 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  27. e 4) Utilisation de relations 4.1.3) Mise en évidence du prédicat c M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, Date, Nom, Prénom, Type, Adresse, Papillon) OBSERVATIONS (A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7) f g d a b Le papillon <g> a été vu à l’endroit <a>, le <b>, par <c d>, qui réside à l’adresse <f> ; cet endroit <a> est de type <e>. Le papillon <g> a été décrit par <c d>, habitant à <f>, le <b>. Il vit le plus souvent en <a>, habitat de type <e>. Le papillon <g> a disparu de tout habitat de type <e> le <b>. Il a été vu pour la dernière fois à <a>, par <c d>. Celui-ci habite à <f>. Diapositive n° 27 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  28. C1 R1 (A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7) 4) Utilisation de relations 4.1.4) Mise en évidence des contraintes M.E.D.A.L. Le domaine de valeur des attributs ne sera complètement défini que lorsque l’on aura détaillé les diverses contraintes d’intégrité que doivent respecter ces attributs, qu’il s’agisse de : - contraintes intra-attributs, - contraintes inter-attributs, intra-relations, C3 - contraintes inter-relations. R1 (A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7) R1 (A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7) R1 (A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7) C2 Diapositive n° 28 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  29. C1 R1 (A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7) 4) Utilisation de relations 4.1.4) Mise en évidence des contraintes M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, Date, Nom, Prénom, Type, Adresse, Papillon) C2 - Date : constituée de 3 champs JJMMAAAA JJ compris entre 01 et 28, 29, 30 ou 31, selon les valeurs de MM et AAAA. MM compris entre 01 et 12. AAAA compris entre 0001 et la date du jour (1400 et la date du jour ; 1800 et ... C3 - Type : C1  {01, 02, 03, 04, 05, 06, 07, 08, 09, 10, 11, 12} - Papillon : C3 est référencé dans la relation PAPILLONS1. R1 (A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7) R1 (A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7) R1 (A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7) C2 Diapositive n° 29 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  30. 4) Utilisation de relations 4.1.4) Mise en évidence des contraintes M.E.D.A.L. Exemple PAPILLONS1 (Famille, Genre, Espèce, Nom-Ver, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle) Tous les papillons dans la base respectent la contrainte suivante : leur taille maximum est plus grande que (ou égale à) leur taille minimum.  x  PAPILLONS1 x.Maxi ≥ x.Mini R1 (A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7) C2 Diapositive n° 30 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  31. 4) Utilisation de relations 4.1.4) Mise en évidence des contraintes M.E.D.A.L. Exemple OBSERVATIONS (Endroit, Date, Nom, Prénom, Type, Adresse, Papillon) PAPILLONS1 (Famille, Genre, Espèce, Nom-Ver, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle) Toutes les observations dans la base respectent la contrainte suivante : les papillons observés sont décrits. C3 R1 (A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7)  x  OBSERVATIONS  x.Papillon  PAPILLONS1 R1 (A1, A2, A3, A4, A5, A6, A7) Diapositive n° 31 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  32. 4) Utilisation de relations 4.1.4) Mise en évidence des contraintes M.E.D.A.L. Exemple La formule précédente est fausse. Si x est une observation, x.Papillon est la référence d’un papillon. Pas un papillon. La formule correcte est :  x  OBSERVATIONS ! y  PAPILLONS1  x.Papillon = y.Nom-Ver formule fausse On ne peut pas réduire un homme à son numéro d’INSEE ! On ne réduit pas un papillon à son nom vernaculaire !  x  OBSERVATIONS  x.Papillon  PAPILLONS1 Diapositive n° 32 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  33. DOUANE ZOLL 4) Utilisation de relations 4.1.4) Mise en évidence des contraintes M.E.D.A.L. Les contraintes d’intégrité sont vérifiées à chaque tentative de mise à jour de la base. L’ordre n’est pas garanti. 2 L’ordre règne ! 1 1- Les données respectent les contraintes. 2- Les données ne respectent pas les contraintes. Diapositive n° 33 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  34. X Y XY 4) Utilisation de relations 4.1.5) Mise en évidence des dépendances M.E.D.A.L. Les dépendances sont, nous l’avons montré, un élément important de la structuration des attributs en relations normalisées. La normalisation est basée sur un algorithme, dont la mécanique repose sur l’existence de dépendances : - fonctionnelles - multi-valuées Il est donc essentiel de bien constituer cet ensemble. Ceci va se faire en posant des questions à l’utilisateur. Diapositive n° 34 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  35. x x x x x x X Y x x x x x relation 4) Utilisation de relations 4.1.5) Mise en évidence des dépendances M.E.D.A.L. Pour vérifier l’existence d’une dépendance fonctionnelle entre X et Y, il faut demander : Question Q1 : « Peut-on associer à une valeur de X plusieurs valeurs de Y ? » Réponse OUI : Il n’y a pas de dépendance fonctionnelle. Il y a « suspicion » de dépendance fonctionnelle, que l’on va confirmer. Réponse NON : Diapositive n° 35 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  36. X Y 4) Utilisation de relations 4.1.5) Mise en évidence des dépendances M.E.D.A.L. La confirmation va se faire en posant une deuxième question : Question Q2 : « Toutes les valeurs de X sont donc associées, chacune, à une seule valeur de Y ? » Réponse OUI : Il y a dépendance fonctionnelle. Réponse NON : Y-a comme un défaut ! On recommence à questionner l’utilisateur en se servant du schéma précédent. Diapositive n° 36 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  37. x x x x x x X Y x x x x x relation Question Q4 : « Jamais ? » 4) Utilisation de relations 4.1.5) Mise en évidence des dépendances M.E.D.A.L. Question Q3 : « Peut-on avoir la situation illustrée par le schéma suivant, qui décrit les associations existant entre les valeurs de X (l’ensemble de gauche) et celles de Y (l’ensemble de droite) ? » Réponse OUI : Il n’y a pas dépendance fonctionnelle. Réponse NON : Réponse OUI : Il y a dépendance fonctionnelle. Réponse NON : (Y-en-a marre !) … On recommence ... Diapositive n° 37 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  38. XY 4) Utilisation de relations 4.1.5) Mise en évidence des dépendances M.E.D.A.L. Vérifier l’existence d’une dépendance multi-valuée est beaucoup plus délicat. Ce travail (qui concerne les attributs X et Y) va impliquer plus de deux attributs. La première question à poser est la suivante : Question Q1 : « Peut-on associer, à chaque valeur de X, un ensemble de valeurs de Y, et ce indépendamment des autres attributs ? » En général, l’utilisateur réfléchit. Très souvent, il répond « euh … » ! Diapositive n° 38 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  39. XY 4) Utilisation de relations 4.1.5) Mise en évidence des dépendances M.E.D.A.L. Pour éclairer sa lanterne, on peut (on doit, souvent) recourir à une explication en forme d’exemple : - papillons, chenilles et nourriture, - bureaux, téléphones et employés, - classes, livres et élèves, 3 attributs au moins à chaque fois - ... Des exemples simples et concrets sont nécessaires ! Diapositive n° 39 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  40. XY R (Famille, Genre, Plante) 4) Utilisation de relations 4.1.5) Mise en évidence des dépendances M.E.D.A.L. Question Q1 : « Tous les papillons d’une même famille mangent-ils, tous, la même série de plantes, indépendamment de leur genre ? » Réponse OUI : Il y a dépendance multi-valuée. Réponse NON : Question Q2 : « Certains genres de la famille mangent donc des plantes qui ne sont pas mangées par d’autres genres de la même famille ? » Réponse OUI : Il n ’y a pas dépendance multi-valuée. Réponse NON : Il y a dépendance multi-valuée. Diapositive n° 40 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  41. XY R (Bureau, Téléphone, Employé) 4) Utilisation de relations 4.1.5) Mise en évidence des dépendances M.E.D.A.L. Question Q1 : « Tous les téléphones d’un même bureau sont-ils, tous, utilisables par tous les employés du bureau, ou bien y-a-t-il affectation de certains téléphones à certains employés seulement ? » Solution 1 : Il y a dépendance multi-valuée entre le bureau et le téléphone. Solution 2 : Il n’y a pas dépendance multi-valuée entre le bureau et le téléphone. Diapositive n° 41 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  42. XY R (Classe, Livre, Elève) 4) Utilisation de relations 4.1.5) Mise en évidence des dépendances M.E.D.A.L. Question Q1 : « Tous les élèves d’une même classe utilisent-ils, tous, la même série de livres préconisée pour la classe, ou bien certains élèves utilisent-ils des livres que n’ont pas les autres ? » Solution 1 : Il y a dépendance multi-valuée entre la classe et le livre. Solution 2 : Il n’y a pas dépendance multi-valuée entre la classe et le livre. Diapositive n° 42 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  43. Si X Y, alors X U - (X, Y) XY 4) Utilisation de relations 4.1.5) Mise en évidence des dépendances M.E.D.A.L. Complémentation RD07 Cette règle de dérivation nous fournit un « truc » pour le cas où le premier essai de mise en évidence d’une dépendance multi-valuée a échoué. Si, avec une relation R (X, Y, Z), la dépendance multi-valuée entre X et Y n’a pu être révélée, alors il faut tenter de mettre en évidence une dépendance multi-valuée sur le complément (entre X et Z). Si la tentative réussit, par complémentation, on aura aussi la première. Diapositive n° 43 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  44. Modèle E-A-P Outil d’aide 4) Utilisation de relations 4.2) Implémentation des relations M.E.D.A.L. Le modèle relationnel est assez peu souvent utilisé directement. Proche de la machine, il est souvent produit par un outil d’aide à la spécification qui permet à un architecte logiciel de définir la structure de données nécessaire dans un langage de plus haut niveau. 2b Traduction (semi-)automatique Modèle relationnel Architecte logiciel objectif 2a 3b 3a 1 Possible, mais difficile Diapositive n° 44 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  45. 4) Utilisation de relations 4.2) Implémentation des relations M.E.D.A.L. Une fois la structure de données définie, il faut mettre en place physiquement ces données. Puis, il faut écrire les fonctions de manipulation de ces données, les tester avec des jeux d’essais pertinents et, enfin, initialiser la base de données. 1) création des tables relationnelles 2) écriture des requêtes 3) chargement de la base Toutes ces taches accomplies, l’exploitation peut commencer. NB : nous sommes aux limites de ce cours et ne ferons qu’esquisser le travail à faire pour implémenter la base, en renvoyant le lecteur intéressé aux cours de Bases de Données et/ou de Langage relationnel qui peuvent exister par ailleurs. Diapositive n° 45 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  46. 4) Utilisation de relations 4.2) Implémentation des relations M.E.D.A.L. L’ensemble des données recueillies durant tout cet exposé, et concernant ce que l’on peut appeler notre base entomologico-philatélique, est le suivant : TIMBRES (Numéro, Nom-C, Pays, Année, Nom-Ver) OBSERVATEURS (Nom, Prénom, Adresse) OBSERVATIONS (Numéro, Nom, Prénom, Endroit, Type, Date, Nom-Ver) SYMBOLES (Cod-Typ, Libellé, Pictogramme) PAPILLONS (Famille, Genre, Espèce, Nom-Ver, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle, Taille-moyenne) MANGENT (Famille, Plante) ENTOMOS (Cod-D, Nom-D, Nat-D) Diapositive n° 46 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  47. 4) Utilisation de relations 4.2) Implémentation des relations M.E.D.A.L. Si l’on y ajoute les contraintes d’intégrité référentielle, cela donne ceci : TIMBRES (Numéro, Nom-C, Pays, Année, Nom-Ver) OBSERVATEURS (Nom, Prénom, Adresse) OBSERVATIONS (Numéro, Nom, Prénom, Endroit, Type, Date, Nom-Ver) SYMBOLES (Cod-Typ, Libellé, Pictogramme) PAPILLONS (Famille, Genre, Espèce, Nom-Ver, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle, Taille-moyenne) MANGENT (Famille, Plante) ENTOMOS (Cod-D, Nom-D, Nat-D) Diapositive n° 47 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  48. 4) Utilisation de relations 4.2) Implémentation des relations M.E.D.A.L. Si l’on y ajoute les contraintes d’intégrité référentielle, cela donne ceci : TIMBRES (Numéro, Nom-C, Pays, Année, Nom-Ver) OBSERVATEURS (Nom, Prénom, Adresse) OBSERVATIONS (Numéro, Nom, Prénom, Endroit, Type, Date, Nom-Ver) SYMBOLES (Cod-Typ, Libellé, Pictogramme) PAPILLONS (Famille, Genre, Espèce, Nom-Ver, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle, Taille-moyenne) MANGENT (Famille, Plante) ENTOMOS (Cod-D, Nom-D, Nat-D) Diapositive n° 48 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  49. TIMBRES (Numéro, Nom-C, Pays, Année, Nom-Ver) 4) Utilisation de relations 4.2) Implémentation des relations M.E.D.A.L. Si l’on y ajoute les contraintes d’intégrité référentielle, cela donne ceci : OBSERVATEURS (Nom, Prénom, Adresse) OBSERVATIONS (Numéro, Nom, Prénom, Endroit, Type, Date, Nom-Ver) SYMBOLES (Cod-Typ, Libellé, Pictogramme) PAPILLONS (Famille, Genre, Espèce, Nom-Ver, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle, Taille-moyenne) MANGENT (Famille, Plante) ENTOMOS (Cod-D, Nom-D, Nat-D) Diapositive n° 49 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY

  50. TIMBRES (Numéro, Nom-C, Pays, Année, Nom-Ver) 4) Utilisation de relations 4.2) Implémentation des relations M.E.D.A.L. Si l’on y ajoute les contraintes d’intégrité référentielle, cela donne ceci : OBSERVATEURS (Nom, Prénom, Adresse) OBSERVATIONS (Numéro, Nom, Prénom, Endroit, Type, Date, Nom-Ver) SYMBOLES (Cod-Typ, Libellé, Pictogramme) PAPILLONS (Famille, Genre, Espèce, Nom-Ver, Cod-D, Mini, Maxi, Mâle, Femelle, Taille-moyenne) MANGENT (Famille, Plante) ENTOMOS (Cod-D, Nom-D, Nat-D) Diapositive n° 50 IUP MIAGE - Université de NANTES AlainVAILLY