activit physique et personne g e l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Activité physique et personne âgée PowerPoint Presentation
Download Presentation
Activité physique et personne âgée

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 36

Activité physique et personne âgée - PowerPoint PPT Presentation


  • 139 Views
  • Uploaded on

Activité physique et personne âgée. Dr O.Tissandier Service de Gériatrie Hôpital Rothschild, 75012 Paris. Introduction. La pratique d’une activité physique et/ou sportive (APS) régulière chez le SA se conçoit essentiellement dans un rôle de prévention de la perte d’autonomie

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Activité physique et personne âgée' - tamma


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
activit physique et personne g e

Activité physique et personne âgée

Dr O.Tissandier

Service de Gériatrie

Hôpital Rothschild, 75012 Paris

introduction
Introduction
  • La pratique d’une activité physique et/ou sportive (APS) régulière chez le SA se conçoit essentiellement dans un rôle de prévention de la perte d’autonomie
  • La perte d’autonomie est un problème crucial:
    • Dimension humaine
    • Coût pour la société
    • En France, 1 million de personnes dépendantes
facteurs influen ant la r duction de l activit physique avec l ge
Facteurs influençant la réduction de l’activité physique avec l’âge
  • L’évolution de la consommation maximale d’oxygène (VO2 max) avec l’âge
  • Les modifications de l’appareil musculaire, de la composition corporelle et des concentrations de GH et de DHEA avec l’âge
  • Le vieillissement de l’appareil ventilatoire
  • Autres facteurs
l volution de la consommation maximale d oxyg ne vo2 max avec l ge 1
L’évolution de la consommation maximale d ’oxygène (VO2 max) avec l’âge (1)
  • Mesure de l’aptitude physique aérobie
  • VO2 max = Qc max x DAV, avec Qc max = Fc max x VES max
  •  10% par décennie (rôle ++ de la  de la Fc max, témoin du vieillissement CV et peu modifiable par l’entraînement).

Très dépendant du niveau d’APS: pour les actifs  5%

(Heath, J. Appl. Physiol., 1981)

l volution de la consommation maximale d oxyg ne vo2 max avec l ge 2
L’évolution de la consommation maximale d ’oxygène (VO2 max) avec l’âge (2)
  • VO2 max = 35 à 45 ml/Kg/min à 30 ans et 18 à 20 ml/Kg/min à 80 ans
  • Seuil de dépendance:15 ml/Kg/min
  • une  de la VO2 max de 3-4 ml/Kg/min peut repousser de + de 5 ans la survenue d’un état de dépendance

(Shephard, 1991)

le vieillissement musculaire 1
Le vieillissement musculaire (1)
  • La masse musculaire est un déterminant majeur des performances physiques
  • sarcopénie: perte de 50% de la masse musculaire entre 20 et 80 ans (Tzankoff, J. Appl. Physiol., 1978) avec une  nbre et surface FM (surtout de type IIb) remplacées par du tissu graisseux et conjonctif

( Seals, J. Appl. Physiol.,1984)

  • Cette sarcopénie est très dépendante du niveau d’APS et de l’apport nutritionnel protéique
le vieillissement musculaire 2
Le vieillissement musculaire (2)
  • Elle s’accompagne d’une  force musculaire de

10 à 15% par décennie

(Bonnefoy, Eur. J.Appl. Physiol., 1988)

  • 2/3 femmes et 1/4 hommes de + de 70 ans sont incapables de soulever une charge de 4 Kg (Sandstead, Am. J. Clin. Nutr., 1967)
  • Relation + entre la force musculaire et l’aptitude fonctionnelle à marcher, à se relever d’une chaise (Bassey, Clin. Sci., 1988;1992 ; Foldvari, J. Gerontol. A Biol. Sci. Med. Sci., 2000)
le vieillissement musculaire 3
Le vieillissement musculaire (3)
  • La force de préhension estun marqueur de fragilité chez le sujet âgé (Syddall, Age Ageing, 2003):

717 H et F de 64 à 74 ans, une faible force de préhension est corrélée au niveau d ’altération cognitive,  vue et audition, troubles de la marche...

le vieillissement musculaire 4
Le vieillissement musculaire (4)
  • Autres modifications:
    • Contraction musculaire:  temps de latence, retard et  pic de force,  temps de demi-relaxation et

 fatigabilité

    • Commande motrice:  nbre de moto neurones innervant le muscle ( unités motrices) dès 60 ans

(Booth, Med. Sci. Sport Exerc., 1984)

    •  Capillarisation et activité mitochondriale

  capacité d’extraction en O2 au niveau du muscle

(Coggan, J. Gerontol. Biol.Sci., 1984)

les modifications de la composition corporelle et des gh et dhea avec l ge 1
Les modifications de la composition corporelle et des GH et DHEA avec l’âge(1)
  •  GH de 14% par décennie dès l’âge de

20 ans, avec  parallèle IGF1 qui est l’effecteur périphérique

(Rudman, J. Clin. Invest., 1981, Abbasi, J. Am. Geriatr. Soc., 1993)

  •  DHEA de 2% par an dès l’âge de 20 ans à 60 ans, DHEA = 1/3 de celle de sujets + jeunes

(Barett-connor, N. Engl. J. Med., 1986, Orentreich, J. Clin. Endocrinol. Metab., 1992)

les modifications de la composition corporelle et des gh et dhea avec l ge 2
Les modifications de la composition corporelle et des GH et DHEA avec l’âge(2)
  • Variations inter-individuelles importantes
  • Des GH basses seraient associées à:
    •  masse grasse (Rosen, Acta Endocrinol., 1993), une insulino-résistance et  masse maigre (Forbes, Metabolism, 1970; Cohn, Am. J. Physiol., 1980)
    •  force musculaire (Cuneo, J. Appl. Physiol., 1991) et

 DMO (Holmes, J. Clin. Endocrinol. Metab., 1994)

    • ces modifications sont très dépendantes du niveau d’APS
les modifications de la composition corporelle et des gh et dhea avec l ge 3
Les modifications de la composition corporelle et des GH et DHEA avec l’âge(3)
  • Des DHEA basses seraient associées à:
    •  Autonomie fonctionnelle et de la masse musculaire (Rudman, J. Am. Geriatr. Soc., 1990)
    •  Insulino-résistance (Coleman, Diabetes, 1982)
le vieillissement de l appareil ventilatoire 1
Le vieillissement de l’appareil ventilatoire (1)
  • Atrophie des muscles respiratoires avec

 de leur force

  •  Compliance de la cage thoracique,

 élasticité pulmonaire

  •  CV,  de 50% des possibilités de ventilation max (140 l/min à 20 ans, 65 l/min à 70 ans)
le vieillissement de l appareil ventilatoire 2
Le vieillissement de l’appareil ventilatoire (2)
  •  surface alvéolaire,  Pa O2,  Pa CO2, inégalité des rapports Va/Qc,  modérée de la PAP moy,  des RVP

 amputent les réserves fonctionnelles à l’exercice

  • Très dépendant du niveau d’APS: l’entraînement régulier peut permettre de maintenir de bonnes capacités ventilatoires à l’effort (Johnson, Exerc. Sport Sci. Rev., 1991)
autres facteurs
Autres facteurs
  • Episode pathologique:

- Effet direct:

(Ex: cardiopathie…)

- Effet indirect:

(Ex: Infection hypercatabolisme  fonte musculaire et désadaptation à l’effort)

  • Isolement
  • Facteurs culturels...
aps r guli re et maintien de l autonomie chez le sa
APS régulière et maintien de l’autonomie chez le SA
  • Effets sur la VO2 max (activités d’endurance)
  • APS et autonomie au domicile
  • Effets sur la GH et la DHEA
  • Effets sur l’appareil musculaire
  • APS et prévention des chutes
effets sur la vo2 max 1
Effets sur la VO2 max (1)
  •  VO2 max (Kohrt, J. Appl. Physiol., 1991) par:
    •  Qc max et du VES max (Ehsani, Circulation, 1991)
    • Pas de variation de Fc max ni Ca O2
    •  Cv O2: meilleure extraction musculaire avec  du nbre de mitochondries et  densité capillaire (Coggan, J. Appl. Physiol., 1992)

d’où une  des capacités oxydatives

effets sur la vo2 max 2
Effets sur la VO2 max (2)
  • Les gains de VO2 max obtenus après un entraînement sont d’autant plus importants que la valeur initiale est basse (Denis, Science et Sport, 1994)
  • Ils sont significatifs dès le 3ème mois (Sheldahl, J. Am. Geriatr. Soc., 1993)
aps et autonomie au domicile 1
APS et autonomie au domicile (1)

Etude de Lacroix (Am. J. Epidemiol., 1993):

  • 6981 SA, âge  65 ans autonomes (et ambulatoires): monter et descendre un escalier, marcher au moins 1 Km
  • Durée 4 ans, évaluation annuelle de l’autonomie par questionnaire
aps et autonomie au domicile 2
APS et autonomie au domicile (2)
  • à 4 ans:
    • 55.1% autonomes
    • 36.2% ont une perte d’autonomie
    • 8.7% sont décédés
  • Groupes homogènes sur âge, pathologies
  • Le maintien de l’autonomie est associée à la pratique d’une APS (marche, jardinage, « exercice », 3 fois/sem. ( RR de  40%)
aps et autonomie au domicile 3
APS et autonomie au domicile (3)
  • Etude de Brach (Arch. Med, 2003):

étude prospective, 229 F (moy 74 ans), suivi de 14 ans, participent à un programme promouvant la pratique de la marche. Evaluation sur questionnaire et tests fonctionnels.

Résultats: 59% des F du groupe des moins actives ont des difficultés pour les gestes de la vie quotidienne / 38% dans le groupe le + actif

relation entre niveau d ’APS et autonomie fonctionnelle à long terme.

effets sur la gh et la dhea
Effets sur la GH et la  DHEA
  • Après entraînement en endurance,  IGF1 chez les hommes et corrélation + avec VO2 max(Poehlman, J. Clin. Endocrinol. Metab., 1990; Horber, Eur. J. Clin. Invest., 1996)
  • Association entre valeurs basses de VO2 max et DHEA-S et IGF1 basses chez des femmes de 70 ans actives et en bonnes santé(Bonnefoy, Age Aging, 1998)
  •  DHEA-S chez des SA entraînés en endurance / SA sédentaires (Tissandier, Eur. J. Appl. Physiol., 2001)
effets sur l appareil musculaire 1
Effets sur l’appareil musculaire (1)

Entraînement à la force  (si intensité suffisante: début 60% RPM, puis 80%):

  • hypertrophie musculaire et  force musculaire(Frontera, J. Appl. Physiol., 1988; Latham, J. Gerontol. A. Biol. Sci. Med. Sci., 2004)
  • pourrait maintenir, voire  DMO au niveau vertébral et fémoral(McCartney, J. Gerontol., 1995; Layne, Med. Sci. Sports Exerc., 1999)
effets sur l appareil musculaire 2
Effets sur l’appareil musculaire (2)
  • Résultats possibles même chez le vieillard:

Etude de Fiatarone (N. Engl. J. Med., 1994)

    • Randomisée contre placebo, durée 10 semaines
    • 100 SA, résidents de « nursing Home », 63 F et 37 H, âge: 87.1  0.6 ans (72-98)
    • 4 groupes: exercice seul, exercice + supplé. nutritionnelle (360Kcal + Vit + minéraux), supplé. seule et témoin
effets sur l appareil musculaire 3
Effets sur l’appareil musculaire (3)
  • entraînement 3 fois/sem, 45 min, 80% RPM sur les muscles extenseurs de la hanche et du genou
  • groupes homogènes sur: MMS, dépendance, pathologies, traitement, BMI, vélocité de la démarche, niveau d’activité, nbre de chutes l’année précédente
  • résultats groupe exercice/témoin:
    •  113  8 % de la force musculaire
    •  11.8  3.8 % de la vélocité de la démarche
    •  28.4  6.6 % de la capacité à monter des escaliers

 * persistance d’une plasticité musculaire

 * effets + sur l’autonomie quotidienne

aps et pr vention des chutes 1
APS et prévention des chutes (1)
  • Fréquente: 50% des + de 80 ans chutent au moins 1 fois dans l’année (Speechley, Physiother. Can., 1990), Morbidité importante: ex: fracture du col, Coût pour la société: hospitalisation et dépendance
  • Facteur de risque principal: trouble de l’équilibre (ex: incapacité à se maintenir sur une jambe pendant au moins 5 sec)
aps et pr vention des chutes 2
APS et prévention des chutes (2)
  • Axes de prévention: corriger les troubles visuels,  certains médicaments, aménager l’environnement, apports suffisants en protéines.., prévention par les APS
  • La prévention des chutes par un programme d ’APS a bien été démontrée: méta-analyse de Chang, BMJ, 2004
  • Quelques exemples:
aps et pr vention des chutes 3
APS et prévention des chutes (3)
  • Exemple du programme FICSIT(Frailty and Injuries: Cooperative Studies of Intervention Techniques, Province, JAMA, 1996; Wolf, J. Am. Geriatr. Soc., 1996)
  • But: tester si  programmes d’APS pouvaient

 l’incidence des chutes

  • Etude multi-centrique (7 sites), de 100 à 1323 sujets par site, total=2328, à domicile pour 5 sites, de 73 à 88 ans d’âge moyen, durée 10 à 36 sem
aps et pr vention des chutes 4
APS et prévention des chutes (4)
  • Chacun des sites a testé contre placebo  programmes: Intervention(musculation+ rééducation de l’équilibre+exc. d’assouplissement),Exercice (endurance+ exc. d’assouplissement), Réed. fonctionnelle, Tai-Chi (2 f/sem), Musculation, Rééd. de l’équilibre
  • Après 1 suivi d’1.5 ans (durée médiane), le nbre moyen de chutes/pers a été  dans le groupe Tai-Chi (0.79 versus 1.17 témoins) soit un RR = 0.63
  • Méta-analyse, les activités améliorant l’équilibre,  le risque de chutes (RR = 0.83)
aps et pr vention des chutes 5
APS et prévention des chutes (5)
  • Etude de Barnett (Age Aging, 2003):

- étude contrôlée, randomisée, 163 SA de 75 ans à risque de chute

- un groupe: exercice en groupe pendant 1 an (34% ont participé à au - 30 séances d ’1 heure sur 37 possibles)

- un groupe témoin

- à M12, Freq. Chutes de 40% dans le groupe 1, par amélioration de l’équilibre

aps et pr vention des chutes 6
APS et prévention des chutes (6)
  • Etude de Feskanich (« Nurses’ Health Study », JAMA, 2002):

- 61200 f, ménopausées, âgées de 40 à 77 ans, suivi de 12 ans.

- but: évaluer l ’influence de la marche sur le risque de fracture de la hanche

- résultats:

*1 heure de marche par semaine  le risque de 6%

* les F qui marchent au - 4 h /sem ont une de 41% du risque versus celles qui marchent - d ’1 h

aps et maintien de l autonomie chez le sa aspects pratiques
APS et maintien de l’autonomiechez le SA: aspects pratiques
  • Activités dans la vie quotidienne
  • Préparer la reprise
  • Quelles activités ?
activit s dans la vie quotidienne
Activités dans la vie quotidienne
  • Favoriser autant que possible les activités dans la vie quotidienne:
    • monter les escaliers,
    • faire ses courses à pied
    • jardiner...
pr parer la reprise
Préparer la reprise
  • Evaluation médicale préalable
  • Reprise progressive, adaptée au sujet et programmée, respecter les classes d’âge
  • Limiter les efforts explosifs, la pratique en conditions extrêmes ( T°, durée…)
  • Varier les activités: activités d’endurance, de force, travail de l’équilibre
quelles activit s
Quelles activités ?
  • Marche: activité de base, aspect sportif( capacités à l’effort),aspect vie quotidienne( autonomie)
  • Activités aquatiques: dos crawlé, nage à l’indienne, gym aquatique(dév musculaire, effets sur l’appareil respiratoire et CV, coordination)
  • Parcours santé dans les institutions
  • Tai-Chi
  • Gym utilitaire, gym volontaire, muscul. adaptée
  • En fonction du sujet: golf, tir à l’arc, activités dansées, …
conclusion
Conclusion
  • La pratique régulière d’une APS permet de ralentir le déclin des capacités physiques chez le SA, entraînant une perte d’autonomie
  • Les activités d’endurance agissent favorablement sur la fonction cardio-circulatoire, tandis que les activités contre résistance sont bénéfiques au niveau musculaire, osseux, et sur la réduction du risque de chutes (action conjointe des activités agissant sur l’équilibre)
  • Le rôle de la nutrition (notamment sur le muscle) est capital