slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Soins palliatifs et fin de Vie en E.H.P.A.D. et à domicile Partie 1 – version courte PowerPoint Presentation
Download Presentation
Soins palliatifs et fin de Vie en E.H.P.A.D. et à domicile Partie 1 – version courte

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 21

Soins palliatifs et fin de Vie en E.H.P.A.D. et à domicile Partie 1 – version courte - PowerPoint PPT Presentation


  • 177 Views
  • Uploaded on

Mazoyer A. Formation continue des équipes ouverte aux professionnels ambulatoires Janvier 2013 EHPAD Boucard - 79 340 Ménigoute. Soins palliatifs et fin de Vie en E.H.P.A.D. et à domicile Partie 1 – version courte. Soins palliatifs et fin de vie en EHPAD et à domicile.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Soins palliatifs et fin de Vie en E.H.P.A.D. et à domicile Partie 1 – version courte' - sven


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1
Mazoyer A.

Formation continue des équipes ouverte aux professionnels ambulatoires

Janvier 2013

EHPAD Boucard - 79 340 Ménigoute

Soins palliatifs et fin de Vieen E.H.P.A.D. et à domicilePartie 1 – version courte

quels objectifs

Comprendre clairement ce que sont les soins palliatifs.

Comprendre la loi Léonetti.

Voir que «soins palliatifs» ne veut pas dire « arrêt des soins ».

Avoir des connaissances pour accompagner au mieux la fin de vie.

Entre médecine, idéologie, loi voire politique, spiritualité et religion…

Quels objectifs ?
de quoi on parle

Soins palliatifs – idées fortes:

Soins actifs pour maladie grave ou terminale.

Prise en charge des patients et de leur entourage.

Éviter ce qui est déraisonnable.

Ne pas donner la mort intentionnellement.

De quoi on parle ?
quand commence le soin palliatif

Dès le diagnostic d’une maladie incurable évolutive.

Parfois des années avant le décès.

Prise en charge individuelle et adaptée : elle sera différente selon l’espérance de vie et l’état clinique du patient.

Se poursuit après le décès vis-à-vis de l’entourage.

Quand commence le soin palliatif ?
sp cificit s g riatriques

85 % des décès après 60 ans.

Poly-pathologies avec atteinte en cascade.

Pathologies démentielles : évaluation de la volonté du patient délicate.

Pronostic vital très difficile à évaluer de par l’alternance d’épisodes aigus et de périodes de stabilité.

Spécificités gériatriques
et les aidants et soignants

Une prise en charge toujours complexe:

    • Accompagnement de l’entourage qui est dans l’aide au nursing et dans une souffrance affective.
    • Projection et charge affective du soignant dans un soin de durée avec transfert/contre transfert.
    • Prise en charge pluridisciplinaire.
ET les aidants ; et soignants…
euthanasie

Qu’est-ce ?

EUTHANASIE :

Ce n’est pas du soin palliatif.

euthanasie1

« L’acte d’un tiers qui met délibérément fin à la vie d’une personne dans l’intention de mettre un terme à une situation jugée insupportable »

Définition du Comité Consultatif National d’éthique

CCNE, Avis n°63 Janvier 2000

L’arrêt de traitements qui n’apportent aucun espoir réel d’amélioration n’est pas une euthanasie.

C’est différent de soulager la souffrance en prenant le risque d’abréger la vie.

EUTHANASIE :
euthanasie2

Comment faire face à une demande d’euthanasie ?

    • Peut arriver à tout professionnel.
    • Signe en général une souffrance.
    • Si elle vient de la famille, c’est surtout un appel à l’aide.
    • La proximité avec le patient peut mettre en porte à faux le professionnel qui peut être amené à faire un choix aux lourdes conséquences.
    • Quoiqu’il arrive, à ne pas se gérer seul.
Euthanasie :

Que veut vraiment dire cette demande ?

« De nombreuses études montrent qu’il est possible de soulager cette souffrance autrement qu’en la faisant taire par un geste d’euthanasie. En écoutant le patient et son entourage, en repérant les motifs sous-jacents à sa demande, en reprenant le dialogue avec des propositions adaptées, en associant le patient à son projet de soins, la quasi-totalité de ces demandes disparaît. »

SFAP

ii la loi l onetti 22 4 2005

IILa loi Léonetti22-4-2005

Soins palliatifs et fin de vie en EHPAD et à domicile

la loi l onetti

Renforce les droits du malade.

Probablement révisée en 2013 ou 2014

À connaître pour comprendre les enjeux (ou non) d’un nouveau texte de loi

La loi léonetti
la loi l onetti1

Droit d’interrompre ou de ne pas entreprendre des traitements jugés inutiles, disproportionnés ou n’ayant d’autres effet que le maintien artificiel de la vie.

Non acharnement thérapeutique.

Non obstination déraisonnable.

La loi léonetti
la loi l onetti2

Droit du refus de tout traitement :

    • Information indispensable sur les conséquences si le patient est conscient.
    • Peut porter sur tout traitement.
    • Triple faute si le médecin s’affranchit du refus : déontologique, pénale et civile.
    • En matière de refus : pré-constituer la preuve de celui-ci, réitérer les explications et noter que le refus est réitéré.
La loi léonetti
la loi l onetti3

Devoir de sauvegarder la dignité.

Devoir de prise en charge adaptée de la souffrance et de la douleur.

Possibilité de soulager la souffrance même si risque d’abréger la vie : en informant le malade et/ou la personne de confiance.

La loi léonetti
iii la personne de confiance et les directives anticip es

IIILa PERSONNE DE CONFIANCE et les directives anticipées

Soins palliatifs et fin de vie en EHPAD et à domicile

personne de confiance

Tout majeur peut la désigner.

Peut être consultée au cas où le patient ne pourrait pas exprimer sa volonté.

Alors, son avis prévaut sur tout autre avis non médical à l’exclusion des directives anticipées.

Personne de confiance
personne de confiance1

Elle peut :

    • assister aux entretiens médicaux
    • accompagner et soutenir le patient.
  • Elle n’a pas accès au dossier médical.
  • Elle n’est pas une personne morale.
Personne de confiance
directives anticip es

Nom – prénom - lieu et date de naissance.

Possible pour tout majeur.

Le patient peut les dicter pour qu’un tiers les rédige.

< 3 ans.

Ne doit pas mettre les professionnels hors la loi.

Garantie pour médecin.

Directives anticipées
directives anticip es1

Opposable si le patient est conscient.

Non opposable si le patient inconscient.

C’est un souhait mais pas une volonté.

Elles entrent dans un faisceau d’informations (avec personne de confiance et famille) pour connaitre le choix du patient lorsqu’il est inconscient ou incapable de donner son avis.

Directives anticipées
references

Texte de la loi Léonetti : loi N°2005-370 du 2 avril 2005 relative aux droits des malades en fin de vie

www.legifrance.gouv.fr

  • Cours de capacité de gérontologie grand ouest – années 2010/2012
  • Site de la Société Française d’Accompagnement et de soins Palliatifs : www.sfap.org
REFERENCES :