Download
influence et lobbying n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Influence et lobbying PowerPoint Presentation
Download Presentation
Influence et lobbying

Influence et lobbying

138 Views Download Presentation
Download Presentation

Influence et lobbying

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Influence et lobbying Olivier arifon Université libre de bruxelles 2013-2014

  2. Instructions pour le cours • Cfr les consignes du cours, disponibles sur l’UV • Les conférences peuvent être évaluées

  3. Introduction

  4. Mindmapping de l’influence et du lobbying

  5. Contexte • Mondialisation • Enjeuxglobaux : sociaux, culturels, sociaux • Société de l’information : Web 2.0 & réseauxsociaux • Le lobbying estune des dimensions de l’IE • Presque toutes les organisations produisent des lois et des normes • “Rescaling states” : nouveaux espaces et nouvellesformesd’actions pour les acteurs • Poidsaccru du ParlementEuropéen suite au Traité de Lisbonne

  6. Chapitre 1 : Influence

  7. Trois dimensions de l’influence • Du local au global, de l’individu au collectif • Dimension psychologique • Manipulation et psychologie • Se vit en face à face • Dimension diplomatique • Lobbying sur les procédureslégales • Se réalise via les diplomates, les lobbyistes et les fonctionnaires • Dimension médiatique et numérique • Se réalise via l’activisme et la e-réputation des net-izens

  8. Dimension psychologique • Influence = pressionsurquelqu’undans le but de modifier son jugement, ses perceptions ou son opinion • Caractéristiques : • Persuasion, crédit, prestige • Pouvoirintellectuelou moral • Séduction et conviction • Affectif et raison

  9. 2. Influence diplomatique • Diplomatiepublique • Définition : tous les moyens par lesquels un pays ouune organisation (comme les Nations Unies) communique avec les citoyensd’autressociétés, en excluant la diplomatiemenée entre gouvernementsnationaux(source: dictionnary.com). • Exemples :organiser les programmes d’échangeétudiants, recevoir des séminaires et rencontrer des hommesd’affaireou des académiques (academic leaders) étrangers

  10. Soft power : selon Joseph Nye le soft power ou la puissance par cooptation reposent sur des ressources intangibles : l'image ou la réputation positive d'un État, son prestige (souvent ses performances économiques ou militaires) = la conduite ses capacités de communication, le degré d'ouverture de sa société, l'exemplarité de son comportement (de ses politiques intérieures et de sa politique étrangère) = des outils sa culture, ses idées (religieuses, politiques, économiques, philosophiques...) son rayonnement scientifique et technologique sa place au sein des institutions internationales = des politiques publiques

  11. Les critiques du concept • Concept libéral et des Etats Unis • La société civile active serait co-responsable • Nature du modèle décentralisé des acteurs des USA • Rôle des fondations, des universités, des groupes de médias • Les failles de certains Etats (Chine, Russie), absence de société civile et d’actions décentralisées • Concept théorique difficile à mesurer ?

  12. Influence 3 - médias et digital • ???

  13. Chapitre 2 : Lobbying

  14. 2.1 – Comparaison entre marketing & lobbying

  15. 2.2 – Définitions et acteurs L’activité et les gens qui la pratique

  16. Trois perspectives du lobbying Perspective de la communication Y compris l’intelligence économique Lobbying Perspective du droit et des affaires Perspective des sciences politiques

  17. Trois perceptions du lobbying EU / USA Entreprises, politiques, « haut niveau » de complexité Lobbying EU, national, toutes organisations Faire pencher la balance, les lois et normes, gagner l’opinion publique National, local, grand public Empêcher le tram 71 ou influencer pour aller à cet endroit

  18. Définition(s) • = Influencer directement ou indirectement les procédures d’élaboration des lois, normes et standards (source www.reseaubase.fr) • Activités qui visent à influer sur l’élaboration des politiques et les processus décisionnels des institutions europénnes (Bardon Libaert, 2012) • Plus toutes les actions sur les politiques publiques et les processus décisionnels • Autres noms du lobbying : affaires publiques, relations publiques, relations institutionnelles, communication politique

  19. Une loi au Quebec • Objet et champ d’application constituent des activités de lobbyisme au sens de la présente loi toutes les communications orales ou écrites avec un titulaire d'une charge publique en vue d'influencer ou pouvant raisonnablement être considérées, par la personne qui les initie, comme étant susceptibles d'influencer la prise de décisions relativement : •  1° à l'élaboration, à la présentation, à la modification ou au rejet d'une proposition législative ou réglementaire, d'une résolution, d'une orientation, d'un programme ou d'un plan d'action;  

  20. 2° à l'attribution d'un permis, d'une licence, d'un certificat ou d'une autre autorisation; • 3° à l'attribution d'un contrat, autrement que dans le cadre d'un appel d'offres public, d'une subvention ou d'un autre avantage pécuniaire, ou à l'attribution d'une autre forme de prestation déterminée par règlement du gouvernement. • Le fait, pour un lobbyiste, de convenir pour un tiers d'une entrevue avec le titulaire d'une charge publique est assimilé à une activité de lobbying

  21. Advocacy vs. Lobbying • Advocacy: • = Un processus politique dirigé par un individu ou un groupe, qui vise à influencer les politiques publiques et les décisions concernant l’allocation des ressources à l’intérieur des systèmes et institutions politiques, économiques et sociales • = Supporter ou recommander publiquement; plaider pour ou parler en faveur d’une cause (Wikipédia)

  22. Advocacy vs. Lobbying BA Advocacy is: • political process by an individual or group, which aims to influence public-policy and resource allocation decisions within political, economic, and social systems and institutions. • to support or recommend publicly; plead for or speak in favor of one cause.

  23. De l’international au local • Nouveaux rôles des régions et territoires : modification de la loi, ressources financières, aménagement • A l’UE, panorama des acteurs : Register

  24. Types d’acteurs • Associations professionnelles et institutions : • FEBI (Fédérations Européennes de Branche Industrielle) • Syndicats professionnels (généralement donne de l’information technique à ses adhérents) • Associations économiques. (Ex. Free Trade Association) • Société civile, ONG & parties prenantes multiples : • ONG telles Amnesty (11 pax à Bruxelles) • ONG soutenues par l’UE : Bureau Européen de l’Union des Consommateurs (BEUC) • Groupement et plateformes d’ONG • Lobbyistes et fournisseurs de services (Ex. Agence de RP et de communication)

  25. Autre classification d’acteurs • Au niveau européen : • Le fonctionnaire en charge du sujet + le chef de la DG associée • Se faire connaître d’eux • MP (Membre du Parlement) + assistant du MP • Rôle de l’assistant : faire l’agenda, filtrer, rédiger les rapports • Parlement Européen = 22 comités: rapports, auditions, échanges de points de vues… • Portes d’entrée à Bruxeles • Députés et assistants • Commision parlementaires et comités consultatifs • Groupes politiques • Rapoorteurs coordinateurs • Au niveau des Etats Membres : • Le cabinet du ministre en charge du sujet • Le fonctionnaire en charge du sujet dans le ministère concerné • Répartition des acteurs à Bruxelles (2013) : • Fédérations professionnelles européennes (32%) • Consultants (20%) • Entreprises (13%) • ONG (11%) • Associations nationales (10%) • Représentations régionales (6%) • Organisations internationales (5%) • Think tanks (1%)

  26. Déséquilibre entre acteurs • Groupes d’intérêt économiques • Légitimes, organisés, de culture identique, anciens, capacité d’expertise • Groupes d’intérêt publics • Intérets divergents, récents, cultures différentes, manque d’expertise, hétérogènes, thèmes diffus, sur des valeurs

  27. Les répertoiresd’actions Négociation = Rôle officiel Consultation : nouvelles voies de dialogue, sur un sujet précis Recours à l’expertise : réponses considérées comme rationnelles ET argumentation de pouvoir Protestation : montrer au public et aux médias un sujet Recours à la justice : utile pour valider l’influence de certains groupes

  28. Les types de dialogue Transmission de notes techniques RDV individuels Participation à un club Visite de sites Auditions publiques Participation à des colloques Déjeuners et diners

  29. Lobbying interne et externe Source : GrossmanSaurugger, 2012

  30. Construction d’alliances • Constat : multiplication des nouveaux de décision et de gouvernance • Venue building = alliances • Recherche du meilleur endroit où trouver des alliés et un écho à ses propos • Ex. FIDH : Conseil de sécurité de l’ONU vs OIT et HR commission • Framing = modeler le champ à son avantage • Rapport de force faible dans une enceinte, plus forte dans une autre • Ex. de la cour nationale à la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

  31. Five divisions for indirect lobbying • the spokesperson: his know-how, his status and his organization; • diverging ways: a message with a unique content but repeated by 
different actors; • relays: for more credibility, a third part is involved; • relays within the sphere: find a civil servant that will relay the claims within the institutional organization; • multiple uplifting: hammer the same message but from organizations/persons that look independent from each other

  32. 3 – Processus de prise de décision

  33. Caractéristiques • Un forum • Un jeuà parties prenantes multiples • Uneprocédure • Un confrontation de valeurs • A la recherche d’un compromis

  34. Le travail des représentants des parlementaires? • Le parlement est : • Un outil légal • Un outil financier • Un outil démocratique • Le parlement peut : • Questionner son administration • Poser des questions • Réagir à des situations

  35. Decision-makingprocesstrouver un autre titre • Le pouvoir des différentes institutions : • Facteurtemporel : comprendre les étapes, interpréterl’agenda, respecter les deadlines • Collecterl’informationcorrecte • Contacter les personnesclé • Mobiliser les ressources : • Agenda setting • Opinions et débats • Relais

  36. 4 – Savoir-faire des lobbyistes • 4.1 – Strategie • 4.2 – Networking efficace • 4.3 – Lobbyingefficace • 4.4 – Objectifs • 4.5 – Analyse • 4.6 – Cartographie

  37. 4.1 – Strategie • Questions clés: • Qui sont les acteurs? • Qui sont les opposants et les alliés? • Quellessontleurs positions et quelssontleurs arguments? • Quand la loi sera-t-ellepréparée/discutée/votée?

  38. Contribution aux textes techniques • Contribution aux textes réglementaires • S’engager à des progrès • S’allier avec un décideur • Innover localement (ex. une région) • Plaider l’exception • Proposer son propre sujet

  39. Recruter les anciens négociateurs • Neutraliser les opposants • Placer un permanent • Suggérer une méthode, un dispositif • Faire naître des droits nouveaux : ex Mariage pour tous (Fr) • Choisir sa juridiction • Appel à la désobéissance civique • Jouer la victime : ex. Leclerc et la parapharmacie

  40. 4.2 – Networking efficace • Unebonneconnaissance des protagonistes • Qualité des contacts • Unebonneconnaissance des procéduresinstitutionnelles

  41. Trois niveaux : le réseau, travail sur un dossier, construire des coalitions • Qui a le même intérêt que moi dans ce domaine ? • Exemples : • Fédération de professionnels : managers • Plate forme d’ONG : women • Groupement de consommateurs : beuc

  42. 4.3 – Lobbying efficace • A un niveaugénéral : • Utiliser les outils et la méthode de l’intelligenceéconomique • Elaborer son lobbying sur des données et des étudesd’évaluation • Anticiper les amendements qui pourraients’opposerà son lobbying • Prendre en compte les activités des thinks tanks

  43. 4.3 – La méthode • 1 le problèmeposé • 2 l’état des lieuxet connaissance du sujet • 3 définition de la stratégie • 4 mise en oeuvre et évaluation • !! Idem àdia 36

  44. Au niveaueuropéen • Encourager la participation d’experts au ??? trad • Support experts participation’s to Commission groups • Searching for objective alliances towards MS • Au ParlementEuropéen, considérerà la fois les coalitions politiques et les intérêtsnationaux • Accroître les alliances et solidarités “fournisseurs/producteurs” vis-à-vis des partenairescommerciauxeuropéens ?? • Increasing alliances and solidarities “supplier/producer” face to EU commercial partners

  45. 4.4 – Objectifs • Objectif minimum : obtenir un ajustement sur ce qui est le plus gênant • Objectif de substitution : obtenir des compensations • Objectif d’assouplissement : champ de la norme • Objectif collectif : un objectif particulier qui devient collectif • Adapté au contexte, pérenne, flexible, dynamique, fructueux

  46. Rappel de la position envisagée : dimension géographique, population et entreprises concernées, chiffres d’affaires, emplois • Conséquences de la décision : avant/après : Effets macro (commerce, revenus fiscaux) Micro (chiffre d’affaires, marges), effets sociaux, effets sociétaux (environnement, empreinte écologique, transports…) • Données institutionnelles : politique choisie, précédents, base juridique, processus, acteurs.

  47. 4.5 – Analyse • Analyse légale : • Evaluer le dossier dans sa dimension juridique • Contester la procédure • Gains attendus : gain de temps, décisions plus favorables, déstabilisation des positions adverses, initiative des arguments

  48. Analyse des enjeux : • Impacts de la décision sur les intérêts de chacun • Utile quand : • les arguments sont techniques • l’argumentation est centrée sur un seul axe • les arguments restent confus • Le débat va durer dans les médias

  49. BA • Analyse des parties prenantes : • Décision à prendre sous forme d’une alternative • Recenser les acteurs et classement selon position et dynamique = cartographie • Utile : avec de nombreux acteurs / alliance non formées ou pas claires / arguments plus politiques que techniques

  50. 4.6 – Cartographie ? • Identification et évaluation des enjeux politiques ainsi que des objectifs associés pour le groupe d’intérêt. • Analyse des circuits décisionnels. • Evaluation des rapports de force. • Sélection de cibles à convaincre, en tenant compte des différentes sensibilités des décideurs politiques. • Analyse des forces et des faiblesses du groupe d’intérêt. • Mise en évidence des contraintes et des opportunités (calendrier politique, budget, leadership). • Identification des ressources disponibles et détermination des modalités d’action.