le disque de nebra l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Le disque de Nebra PowerPoint Presentation
Download Presentation
Le disque de Nebra

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 21

Le disque de Nebra - PowerPoint PPT Presentation


  • 226 Views
  • Uploaded on

Le disque de Nebra. Novembre 2010. Patrice. Le disque. La découverte du millénaire.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

Le disque de Nebra


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
le disque de nebra
Le disque de Nebra

Novembre 2010

Patrice

la d couverte du mill naire
La découverte du millénaire
  • Le disque céleste de Nebra est semble t-il la représentation la plus ancienne de la voûte céleste jamais retrouvée. Il s’agit ainsi d’une découverte clé non seulement pour l’archéologie, mais aussi pour l’astronomie et l’histoire des religions.
  • Le disque avait été enterré avec des objets précieux (deux épées, deux haches, deux bracelets et un burin) dans le cadre d’un rituel il y a environ 3600 ans au sommet du mont Mittelberg, près de Nebra-sur-Unstrut. Ce disque de bronze orné d’or, d’un diamètre de 32 centimètres et d’un poids de plus de deux kilogrammes, est considéré l’une des découvertes archéologiques les plus importantes du siècle dernier.
  • En juillet 1999 à Nebra-sur-Unstrut en Saxe-Anhalt,dans le centre de l'Allemagne, des fouilleurs clandestins mettent au jour ce dépôt contenant des objets en bronze dont un disque du même métal orné d'incrustations en or.
  • Après avoir été revendu une première fois semble-t-il, celui-ci est récupéré in-extrémis par la police suisse infiltrée sur le marché noir des fouilleurs du dimanche à Bâle en février 2001 avec l'aide de l'archéologue Harald Meller lui même, transformé pour l'occasion en amateur de ''transactions fortes''. Le piège se referme et les pilleurs de trésors sont mis sous les verrous. Le disque rejoint enfin le chemin des laboratoires de l'histoire. Après les habituelles querelles d'authentification et quelques analyses isotopiques plus tard, la datation est fixée à 1600 ans avant notre ère. Par comparaison avec le matériel d'autres sites clairement datés car le cuivre utilisé est d'origine centre-européenne le disque semble donc bien autochtone.
  • Il est conservé au Musée régional de la Préhistoire à Halle en Allemagne.
histoire
Histoire
  • Les civilisations de l’est du bassin méditerranéen, quelles soient égyptiennes ou babyloniennes, représentaient les différentes constellations sous formes d’animaux. Les premières représentations réalistes des étoiles n’apparaissent qu’en 1400 avant Jésus Christ, en Egypte. C’est du moins ce que nous avons longtemps crus, jusqu’à ce que la découverte du disque de Nebra, remettant en cause toutes nos connaissances à ce sujet.Si sa datation est vérifiée et une telle signification des éléments de décoration admise, il serait alors permis de se demander si les habitants du Nord de l’Europe n’avaient pas à cette époque des connaissances plus avancées que celles de la grande Civilisation d’Egypte ou de Babylone...Tout dépend donc de l’âge exact du disque de Nebra et de la signification de celui-ci… Sa création peut-elle être antérieure à 1400 avant Jésus-Christ ? La méthode de datation au Carbone 14 n’était ici pas applicable de manière optimale car le disque est constitué de métal. Les chercheurs vont alors s’orienter vers la datation par association, en assimilant l’âge du disque à l’âge d’objets découverts au même endroit et à la même profondeur. Cette première approche permettra d’affirmer que ce disque a bien été crée vers 1600 avant Jésus Christ. Depuis 2006 d’autre tests plus poussés ont été réalisés (analyse isotopique du plomb radioactif contenu dans le disque) et sont arrivés à la même conclusion.
  • Avec un reportage, diffusé par Arte en juillet 2006, nous vous proposons de remettre à plat les connaissances que nous pensions posséder sur les premières civilisations avancées à avoir représentées de manières réalistes les constellations de leur époque.
supercherie
Supercherie ?
  • Le disque de Nebra est considéré comme une sorte d’aide-mémoire astronomique.
  • Wolfart Schlosser* considère ce disque comme un calendrier agricole destiné à repérer le début et la fin des travaux des champs dans l'Allemagne de l'âge du bronze. Il se base essentiellement sur le fait que les étoiles pourraient être les Pléiades, dont les dates de lever et de coucher sont utilisées dans d'autres sociétés passées ou contemporaines à cet usage.
  • Bien évidemment, cette découverte suscite de nombreuses questions. La réalisation d’un tel calendrier réclame de bonnes connaissances astronomiques. Or, à cette époque, nos ancêtres n’étaient pas sensés observer la voûte céleste et encore moins établir de savants calculs.
  • Le disque de Nebra serait-il un faux ?
  • L’authenticité du disque a été remise en question par Peter Schauer, un archéologue de l’Université de Ratisbonne. Il estime que la patine verte qui recouvre l’objet, et qui semble ancienne, ne l’est pas. Il affirme qu’elle a été recréée artificiellement dans un atelier en utilisant de l’acide, de l’urine et une lampe à souder!
  • Il semblerait également que l’indentation sur les bords du disque n’ait pas été faite avec de l’outillage de l’Âge du Bronze…
  • D’autres experts rejettent ses allégations. Le Professeur Josef Riederer a déclaré que

« l’examen de la patine confirmait bien son ancienneté ».Des analyses chimiques ont révélé que le disque provenait bien du site de Nebra.

  • Cependant, l’enquête n’est toujours pas terminée !
  • Pr. Wolfhard Schlosser de l’Université de la Ruhr à Bochum, astronome spécialisé en astro-archéologie
que voit on
Que voit-on ?
  • Il est décrit comme un disque d'une trentaine de centimètres et de deux kilos en bronze (Alliage de cuivre et d'étain à forte proportion de cuivre. ) comportant :
  • un croissant
  • un disque plein
  • deux arcs de cercle dont un (à gauche) où il ne reste que la marque d'incrustation
  • un troisième arc strié
  • trente deux petits disques (deux d'entre eux sont recouverts par l'arc qui subsiste) répartis régulièrement sauf sept regroupés
  • une série de petites perforations sur le pourtour
quelle signification
Quelle signification ?
  • La datation du disque ayant été confirmée, une question reste encore en suspend … Quelle est la signification des éléments composant ce disque ?
  • 1.- d'abord le grand disque, le croissant et les points
  • 2.- les deux arcs sont ajoutés, l'un d'eux recouvre deux points et un autre point a peut-être été déplacé pour l'occasion sur le côté opposé
  • 3.- le croissant strié
  • 4.- les perforations bien appuyées pour éventuellement le fixer
  • 5.- le disque a perdu ou bien on lui a enlevé un des arcs
  • 6. - L'ébréchure à été causée par l'empressement des pirates de l'histoire?
d tails
Détails

Le grand disque, les incrustations par superposition permettent de distinguer plusieurs phases de « travaux » .

les perforations

L'ébréchure

le croissant strié

Les deux arcs

le disque a perdu ou on lui a enlevé un des arcs

quelles interpr tations
Quelles interprétations ?
  • Parmi les interprétations, l'idée commune, difficile d'y échapper est qu'il s'agit de la plus vielle représentation concrète de la voûte céleste. Plus encore, c'est peut-être un calendrier agricole, une sorte de planiciel réglant les travaux agrestes.
  • Concernant le site de découverte, c’est un talus surplombant un petit corridor s'ouvrant sur une vallée alluviale.
  • La vallée, c'est l'autoroute de l'époque et la barque, le véhicule le plus commode. En les suivant, les hommes venus de l'est ont peuplé l'Europe du nord dès le néolithique par le Danube, le Rhin... Le rebord de cette petite hauteur, un endroit facile à protéger, un verrou le cas échéant et n'empiétant pas sur les bonnes terres alluviales en contrebas. C'est très protohistorique !
  • Pour le reste...
  • - Un croissant de lune ?
  • - Une pleine lune, un soleil ou les deux à la fois ?
  • - Trente deux étoiles ?
repr sentation
Représentation
  • L’attention des chercheurs s’est rapidement posée sur un groupe de 7 petits disques dont la représentation se démarquait des autres éléments présents. Cet amas d’objets à conduit les chercheurs à en rapprocher sa signification de la représentation des pléiades, telles qu’elles étaient vues il y a 3600 ans par un observateur qui se serait situé en Allemagne. Ce disque serait alors effectivement la représentation la plus ancienne de la voûte céleste.
  • Mais les possibilités d’exploitations scientifiques de ce disque ne s’arrêtent pas là. Les autres objets décoratifs présents sur ce disque, des objets en forme d’arcs, soulèvent de nombreuses questions. Le reportage insiste sur l’interprétation esotérico-religieuse des « formes en arcs » pressantes sur le disque. Ces arcs peuvent ainsi être interprétés comme les « barques solaires », objets religieux permettant le passage des âmes dans l’outre monde. Le coude est entouré de fines hachures pratiquées dans la plaque de bronze, comparables à la représentation des gouvernails sur des représentations grecques ou scandinaves de ce type de navires temporels (n'étant pas chargés de passagers, mais ayant une valeur divinisée telle la barque solaire de Ra*).

Rê ou Ra est le dieu du disque solaire dans la mythologie égyptienne. Sa naissance serait attribuée à la déesse Neit, qui aurait mis Rê au monde sous la forme d'un œuf. Rê sortit de l'œuf et fut aveuglé par la lumière. Cette lumière fit couler des larmes de ses yeux, d'où naquirent les premiers hommes.

barque solaire
Barque solaire

Là aussi le symbole est usuel de l'Europe du nord sur des gravures rupestres jusqu'en Egypte, quant à sa signification un passage: la vie/la mort, le changement de saisons, le jour/la nuit (entre le soleil et la lune sur le disque) ?

des symboles forts
Des symboles forts
  • D'après Miranda Aldhouse-Green*, on y retrouve les symboles forts des thématiques religieuses, comme le soleil, l’axe des solstices, la barge solaire, la lune et les étoiles (le groupe des Pléiades). Les créateurs du disque y ont réuni tous ces symboles religieux très présents également dans d'autres régions européennes.Ils poursuivaient un but précis, et faisaient sans doute partie d'un système de foi complexe à l'échelle européenne. Le disque de bronze représente peut-être une ambassade sainte. Les Européens d'Europe centrale de l'âge du bronze étaient par conséquent en mesure de représenter leur système de foi religieux, ou du moins son noyau central, sous une forme simple et facilement transportable.

* Ecrivain et historienne anglaise

sept toiles group es pour les pl iades
Sept étoiles groupées pour les Pléiades
  • On connaît depuis longtemps les relations que l'amas entretient avec la lune.
  • Des représentations se retrouvent en Mésopotamie vers 1000-1500 avant J.-C. sa disparition annonce le printemps, il est temps de semer, sa réapparition prévient de l'arrivée de l'automne les moissons doivent être rentrées.
  • Des mentions sont faites par les auteurs antiques comme Hésiode aux environs de 700 avant J.-C. : « Commence la moisson quand les Pléiades, filles d'Atlas, se lèvent dans les cieux, et le labourage quand elles disparaissent ; elles demeurent cachées quarante jours et quarante nuits, et se montrent de nouveau lorsque l'année est révolue, à l'époque où s'aiguise le tranchant du fer. »
voie lact e
Voie lactée ?
  • La Voie lactée ? Ou trente deux soleils miniatures, certains y voient un lien entre année solaire et année lunaire puisque 32 années solaires = 33 années lunaires (les 32 points + le grand disque) ?
  • Une autre hypothèse serait de ramener l'unité non pas à l'année solaire ou lunaire mais au mois. La Lune a été utilisée par un grand nombre de sociétés pour marquer le temps. Ses mouvements sont facilement visibles, repérables, mesurables sur la voûte céleste, d'autant qu'à l'époque : pas de pollution lumineuse, pas de télé ou radio pour accaparer l'attention des longues soirées d'hiver et sûrement une certaine envie de comprendre.
  • Selon ces calendriers lunaires, une lunaison est égale à 29,5 jours. Un mois est donc en général alternativement de 29 jours puis de 30 jours et une année lunaire comprend 12 lunaisons. Un problème cependant c'est le décalage avec le mouvement solaire. Au bout de trois ans on perd 33 jours et tous les phénomènes sont alors décalés d'un mois. Les calendriers luni-solaires (babylonien, pré-islamique, etc...) règlent ce problème en ajoutant un treizième mois tous les trois ans. On retrouve ainsi nos 32 points et le grand disque peut-être le signal de la grande correction.
les arcs
Les arcs
  • On y retrouve également un arc de 82 degrés représentant l'écart entre les points de l'horizon où le soleil se lève (ou se couche) aux solstices d'été et d'hiver. La valeur de cet angle correspond bien à la latitude du lieu de la découverte.
  • A la gauche du disque, il manquerait un arc de cercle doré signifiant un positionnement !
slide17
82°

Lever

Coucher

solstices
Solstices

Les deux plaques des côtés ajoutées plus tard (les segments de latitude) forment un angle de 82 degrés représentant l'écart entre les points de l'horizon où le soleil se lève (ou se couche) aux solstices d'été et d'hiver. La valeur de cet angle correspond bien à la latitude du lieu de la découverte.

Si la plaque est placée horizontalement sur la montagne de cette façon (voir schéma), ce qui représente un écart réel d’environ 80 km, elle pouvait être en effet utilisé en tant que calendrier pour calculer l'année de soleil.

Solstice d'été

Solstice d'hiver

conclusion
Conclusion
  • C'est une belle découverte. Dommage que de vrais archéologues ne furent pas présent ce jour-là. La datation correspond à la fin de la culture d'Aujetitz d'Europe centrale entre 2300 à 1600 BC ce que confirme les fouilles officielles (cette fois), sur le site du Mittelberg et alentours. Mais les interprétations vont souvent plus loin. Certains font de la région un observatoire astronomique séculaire (un peu comme Stonehenge dont les travaux démarrent vers 2800 BC à 51°10' nord ! et un lieu sacré en rapprochant le disque du site de Gosek (51°11' N /11°51E) proche de 25 kilomètres mais éloigné de plus de -3000 ans (5000-7000 BC).
  • On peut ici conclure sans se mettre une partie du monde à dos, qu’il y a plus de 3600 ans, la représentation du ciel passionnait déjà les esprits et qu’une tentative de représenter un amas d’étoiles, les pléiades, fut réalisée. Mais est-ce que, à cette époque, les connaissances des habitants du nord de l’Europe étaient plus avancées en matière d’astronomie que celles d’Egyptiens ou des Babyloniens ? La question fait encore débat.
  • Sources principales :
  • "Le disque de Nébra par Olivier Sailly La porte des étoiles été 2009".
  • « Les Secrets du disque céleste ». Documentaire de Collin Murray (Royaume-Uni, 2004, 49mn).
  • Production BBC Horizon. ARTE FRANCE »
  • Revue : « PM-History », juillet 2004 et octobre 2006.
documentaire diffus sur arte en 2006
Documentaire diffusé sur Arte en 2006
  • À la manière d'un polar, ce documentaire explore le mystère de ce disque céleste : de son excavation aux conclusions finales en passant par la reconstitution de l'arrestation des pilleurs, en passant par les tests d'authentification auxquels ont été soumis l'objet et l'exposition des les différentes hypothèses émises par les scientifiques, nous assistons à la mise au jour d'une découverte majeure pour l'histoire de notre culture européenne. La représentation de la constellation des Pléiades et d'un arc latéral symbolisant le solstice, le dessin d'une barque solaire inspiré des modèles égyptiens… Tout concorde à conclure que le peuple européen de l'âge de bronze aurait développé un système de connaissances et de croyances plus élaboré que l'on croyait.