Mise en œuvre du Livret Personnel de Compétences (LPC) dans les EGPA de l’Isère - PowerPoint PPT Presentation

neveah
mise en uvre du livret personnel de comp tences lpc dans les egpa de l is re n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Mise en œuvre du Livret Personnel de Compétences (LPC) dans les EGPA de l’Isère PowerPoint Presentation
Download Presentation
Mise en œuvre du Livret Personnel de Compétences (LPC) dans les EGPA de l’Isère

play fullscreen
1 / 27
Download Presentation
Presentation Description
92 Views
Download Presentation

Mise en œuvre du Livret Personnel de Compétences (LPC) dans les EGPA de l’Isère

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Mise en œuvre du Livret Personnel de Compétences (LPC) dans les EGPA de l’Isère • Réunion des directeurs PE PLP et PLC intervenant dans les SEGPA du Nord Isère • 23 novembre 2010 : La Tour du Pin • 30 novembre 2010 : La Côte St André V.MONTANGERAND, IEN Bourgoin Jallieu Nord Isère http://www.ac-grenoble.fr/ien.bourgoinashnord/

  2. 1. Les différentes étapes lors des années scolaires 2009-2010 et pour cette rentrée 2010 1.1. Circulaire n° 2009-060 du 24 avril 2009 : « Orientations pédagogiques pour les enseignements généraux et professionnels adaptés dans le second degré » Chap 1 – « Principes d’organisation pédagogique – parag. 3 « Suivi, évaluation et validation des parcours » « La validation des compétences du socle commun, attendues en fin de scolarité obligatoire, est progressive. Elle est enregistrée dans le livret personnel de compétences, commun à tous les élèves. » 1.2 Un constat partagé dans les EGPA de l’Isère Beaucoup de « bricolages » qui aboutissent à un outil utilisable au sein de l’équipe mais pas ou peu transférable d’une SEGPA à l’autre (problème quand les élèves changent de lieu de scolarisation). Ce livret n’était plus en adéquation avec les compétences du socle commun De grandes disparités au sein des différents EGPA à la fois en termes d’outil « livret » mais tout autant en termes de démarches.

  3. 1.3 Décision par Monsieur Batailler, IAA de la mise en place de deux groupes de travail au niveau du département • l’un sur le livret de compétences (pilotage IEN ASH Nord et IEN ET) • l’autre sur la mise en place des réseaux (pilotage IEN ET et IEN ASH Nord) 1.4 Mise en œuvre du travail au sein du groupe « livret de compétences » Composition du groupe « livret de compétences » • Des directeurs • Des PE de SEGPA • une PLC venue une seule fois • IEN ASH Nord, CPC Nord et sud Tous les EGPA du département n’étaient pas représentés dans le groupe de travail. Un déséquilibre entre nord et sud (sous représenté)

  4. Les grandes lignes du travail conduit dans le groupe sur le livret de compétences Quatre réunions dans l’année 2009-2010 1. Définition de conditions inhérentes à cet outil • Avoir une souplesse d’utilisation. • Eviter de recommencer chaque début d’année les mêmes évaluations (effet négatif sur les élèves) : c’est comme si avec ces élèves en grande difficulté, on était incapable de se prononcer sur la validation de compétences. • Il devait permettre la réalisation des bulletins et aider à renseigner l’attestation de maîtrise de compétences et des connaissances. • Il ne devait pas être trop lourd à renseigner : éviter l’effet « annuaire ». L’outil devait inclure : - une partie destinée aux 7 compétences du socle - une partie pour la validation progressive des compétences du CFG - une partie réservée à l’élaboration du projet personnel de l’élève (dont le projet professionnel) 2. Autres éléments mis en discussion Il pouvait être informatisé sans interdire le support papier Réflexion sur les critères permettant d’affirmer que la compétence est acquise et au codage à retenir pour renseigner le livret : début d’une réflexion non aboutie.

  5. Le livret devait être associé à un outil élève, type portefeuille de compétences = compilation de travaux choisis par/avec l’élève constituant des « preuves » visibles de ses acquisitions 3. Le travail effectivement réalisé Appel aux contributions des équipes de SEGPA qui ont fourni le livret utilisé dans leur structure Elaboration de grilles en petits groupes. Chacun des groupes a exploré une des 7 compétences. Détermination d’items différents de ceux proposés dans le socle commun même si respect des grandes orientations Travail réalisé à partir du palier 3 du socle Il s’agissait notamment de fournir aux équipes des repères identiques pour parvenir à la validation des 7 compétences du socle en fin de 3ème.


  6. Illustration du travail effectué par le groupe l’an dernier à partir d’un exemple • A partir de la compétence 1 – palier 3 - S'EXPRIMER A L'ORAL • Restituer un propos, rendre compte d’un travail à un public donné. • Développer un propos en public sur un sujet déterminé. • Adapter sa prise de parole à la situation de communication. • Participer à un débat, à un échange verbal.

  7. 1.5. Le 4 mai 2010, séminaire national à Paris sur la mise en œuvre du LPC dans les collèges à compter de la rentrée 2010 Décisions prises au niveau du Ministère qui a obligé un changement d’orientation du travail de ce groupe Dernière réunion du groupe en juin : communication des éléments essentiels du séminaire. 1.6. Parution des textes officiels sur le LPC parus au B.O n° 27 du 8 juillet 2010 Livret personnel de compétences Arrêté du 14-6-2010 - J.O. du 1-7-2010 (NOR : MENE1015788A) Mise en œuvre du livret personnel de compétences Circulaire n° 2010-087 du 18-6-2010 (NOR : MENE1015809C) En annexes de la circulaire, le livret personnel de compétences du palier 1 au palier 3 (quelques items ont été quelque peu modifiés par rapport aux versions précédentes).

  8. 2. Les points à retenir concernant la mise en œuvre du LPC explicités lors du séminaire national et indiqués dans les textes sur le LPC (outil de validation du socle commun) Prise d’appui sur le diaporama conçu par M GACHET, chef du bureau ASH DGESCO Le socle commun : un ensemble de savoirs fondamentaux Le socle commun de connaissances et de compétencesprésente ce que tout élève doit savoir et maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire. C’est un ensemble de savoirs fondamentaux : connaissances, compétences, valeurs et attitudes. Il est mesuré à 3 étapes de la scolarité, les « paliers » : en CE1, en CM2 et en 3e. Le socle s’inscrit une logique européenne : la capacité à s’orienter et se former tout au long de la vie.

  9. Socle commun et examens Il n’existe pas d’examen spécifique pour valider le socle commun. Socle et diplôme national du brevet À partir de la session 2011, les élèves doivent maîtriser les 7 compétences du socle commun au palier 3 pour obtenir le diplôme. Ils se présentent tous à l’examen final. Socle et certificat de formation générale Les élèves de troisième de SEGPA passent cet examen. Ils doivent valider des compétences du socle au moins au palier 2. Le LPC doit faciliter aussi l’orientation active des élèves.

  10. Le LPC permet de suivre les apprentissages de chaque élève Le livret personnel de compétences permet aux familles de suivre la progression des apprentissages de leur enfant (support du dialogue) Les élèves des EGPA disposent du même LPC que les autres. Il est créé à l’école primaire. Il accompagne les élèves au collège et pendant toute leur scolarité obligatoire. En conséquence, le travail conduit l’an dernier dans la conception d’un livretdépartemental isérois pour les élèves des EGPA est caduc. Il est identique pour tous, quel que soit leur parcours. C’est un document officiel. Il atteste la maîtrise des compétences du socle commun pour les examens (diplôme national du brevet, certificat de formation générale). Le groupe « livret de compétences » doit réorienter ses directions de travail. Ne pas fabriquer des usines à « cases » = Intégrisme d’un référentiel parallèle (ne pas tomber dans l’évaluation de micro compétences) Pour les élèves des EGPA, il sera nécessaire de travailler à la fois au niveau du palier 2 et au niveau du palier 3.

  11. Tout au long de la scolarité obligatoire, 3 attestations Le livret comprend 3 attestations de maîtrise des compétences du socle. Attestation de palier 1 Renseignée en fin de CE1 3compétences Attestation de palier 2 Renseignée en fin de CM2 7compétences Attestation de palier 3 Renseignée en fin de 3e à la fin de la scolarité obligatoire Une application informatisée nationale permet l’édition d’attestations intermédiaires pour la famille, à l’initiative du collège ou à la demande des parents.

  12. Au niveau du collège : Trois principes forts dans la mise en œuvre du LPC On doit valider ce que l’élève sait et non plus sanctionner ce qu’il ne sait pas (sortir de la « constante macabre ») Importance aussi de donner confiance aux élèves LPC : Une chance pour faire évoluer les pratiques enseignantes Notre système actuel est encore trop souvent producteur d’échec. L’approche par compétences remet en cause les pratiques évaluatives actuelles. 1. Changer les pratiques évaluatives 2. Entrer dans la logique de l’interdisciplinarité 2. Le LPC a pour objectif d’être au service du socle commun de compétences et de connaissances et doit permettre de faire davantage travailler les disciplines ensemble. La validation d’une compétence est obligatoirement interdisciplinaire . nécessité d’un travail en équipe En SEGPA aussi, cette obligation s’impose. 3. Un accent mis sur la personnalisation des parcours : on doit éviter l’exclusion et la marginalisation des élèves en difficulté. On doit encourager et encadrer les élèves 3. Personnaliser les parcours

  13. Quelques précisions de vocabulaire Dans le socle commun, il y a 7 compétences seulement. On ne les appelle plus « piliers » car confusion fréquente avec le mot « palier ». • La maîtrise de la langue française • La pratique d’une langue vivante étrangère • Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique • La maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication • La culture humaniste • Les compétences sociales et civiques • L’autonomie et l’initiative. Pour les paliers 1 et 2, elles sont intégrées aux programmes 2008 de l’école maternelle et élémentaire. Pour le palier 3, elles sont intégrées aux programmes du collège.

  14. Définition adoptée au sujet de la compétence dans le socle français • Chaque grande compétence du socle est conçue • comme une combinaison • de connaissances fondamentales pour notre temps, • de capacités à les mettre en œuvre dans des situations variées • mais aussi • - d’attitudes indispensables tout au long de la vie, comme l’ouverture aux autres, le goût pour la recherche de la vérité, le respect de soi et d’autrui, la curiosité et la créativité.  Chaque compétence du socle requiert la contribution de plusieurs disciplines. Toutes les disciplines ne contribuent pas obligatoirement au renseignement de tous les items (sinon trop lourd à porter pour l’équipe pédagogique).

  15. Pour chaque compétence, des domaines et des items Exemple COMPETENCE 1 : maîtrise de la langue française LIRE  1. Adapter son mode de lecture à la nature du texte proposé et à l’objectif poursuivi. 2. Utiliser ses capacités de raisonnement, ses connaissances sur la langue, savoir faire appel à des outils appropriés pour mieux lire. 3. Dégager, par écrit ou oralement, l’essentiel d’un texte lu. 4. Comprendre un texte à partir de ses éléments explicites et des éléments implicites nécessaires. 5. Manifester sa compréhension de textes variés, par des moyens divers ECRIRE 1. Reproduire un document sans erreur et avec une présentation adaptée 2. Ecrire lisiblement un texte, sous la dictée ou spontanément, en respectant l’orthographe et la grammaire. 3. Rédiger un texte bref, cohérent et ponctué, en réponse à une question ou à partir de consignes données. 4. Utiliser ses capacités de raisonnement, ses connaissances sur la langue, savoir faire appel à des outils variés pour améliorer son texte. S'EXPRIMER A L'ORAL 1. Restituer un propos, rendre compte d’un travail à un public donné. 2. Développer un propos en public sur un sujet déterminé. 3. Adapter sa prise de parole à la situation de communication Participer à un débat, à un échange verbal. Les domaines ne sont pas un niveau de validation. Ils structurent seulement les items pour préciser les capacités de l’élève. . Les items constituent un niveau d’information.

  16. Quelques points importants concernant l’utilisation du LPC en collège • ce n’est pas classer les élèves • ce n’est pas évaluer une performance. VALIDER UNE COMPETENCE Evaluer et noter sont deux notions distinctes qui ne s’excluent pas et qu’il convient de distinguer de la validation. Un seul professeur peut évaluer la performance d’un élève dans un contexte donné. Pour valider une compétence du socle, nécessité d’avoir l’avis de plusieurs professeurs (forcément interdisciplinaire). En effet, pour valider une compétence, il faut qu’il y ait eu plusieurs évaluations de la performance dans des contextes différents (dans plusieurs disciplines). Interdit de définir un % d’items réussis pour valider la compétence - Seule exception : le B2i - A propos de la notation : ce n’est pas la note qui pose problème mais une moyenne de notes (car on ne peut pas moyenner des notes qui correspondent à des compétences différentes)

  17. La validation des 7 compétences du socle Validation souple et progressive qui combine le cadrage national et des marges d’initiatives par les équipes pédagogiques • Quand la compétence est validée : • Tous les items ne sont pas forcément renseignés. • Choix de l’équipe enseignante de renseigner ou pas les items lorsque la compétence est validée. Pas de hiérarchie entre items. Quand la compétence n’est pas validée : Obligation d’indiquer les items qui ont été évalués. L’application informatique offre la possibilité d’aller loin dans la description des items lorsque la compétence n’est pas validée. Mise en place d’aides individualisées Les items non renseignés sont à nouveau évalués ultérieurement : le livret pourra continuer à être rempli au lycée ou au centre de formation d’apprentis.

  18. Application nationale « livret personnel de compétences » A partir du portail « sconet » 4 fonctionnalités : administration – saisie - édition de documents - statistiques Paramétrage : le chef d’établissement doit déclencher la campagne de saisie (peut donc décider du moment) Possibilité de choisir aussi des dates de fin de saisie Choix également par le chef d’établissement du ou des niveaux de collège qui seront concernés (on peut décider de demander la saisie possible dès la classe de 6ème) 1. administration Chef d’établissement et professeurs principaux ont d’office accès à l’application On peut paramétrer des droits supplémentaires (ensemble des enseignants, …) On doit choisir pour chaque élève la LVE Pour la saisie proprement dite - on peut procéder à une saisie globale (toute une classe dont on peut retirer quelques élèves pour indiquer qu’une compétence est validée) - on peut aussi procéder à une saisie par élève Pour chaque item renseigné, l’application propose le nom de l’enseignant et la date de la saisie On pourra aussi directement valider la compétence sans renseigner les items. 2. saisie

  19. 3. édition de documents - attestation des paliers dans un format réglementaire - outils d’aide aux équipes pédagogiques - synthèse par élève - synthèse globale pour une classe entière ou pour toutes les classes d’un niveau ou pour tout l’établissement (document qui peut être utile pour les différentes réunions) 4. statistiques - pour l’établissement

  20. 3. Le groupe départemental de travail « Livret de compétences » Composition • IEN ASH NORD ISERE : pilote • CPC ASH NORD et CPC ASH SUD • Un représentant au moins de chacune des EGPA du département qui peut être : • Le directeur adjoint • Un PE • Un PLC • Un PLP Objectifs poursuivis dans le groupe • Aider les équipes pédagogiques des EGPA à concevoir l’outil élève de type port folio qui accompagnera le livret personnel de compétences • Accompagner les équipes des EGPA à s’approprier le LPC et son fonctionnement • À partir d’une compétence du socle ( Maîtrise de la langue), déterminer quelles activités peuvent être proposées aux élèves dans le cadre de la validation (palier 2 et palier 3)

  21. Modalités de travail Une première réunion de travail en janvier 2011 Entre chaque réunion, le représentant de l’EGPA aura pour mission de transmettre les fruits de la réflexion du groupe à son équipe… • Puis une réunion de travail tous les deux mois • Mars • Mai • Juin et de transmettre au groupe la manière dont s’opère l’appropriation du LPC dans son EGPA. Informations régulières de l’IEN ASH à l’IAA (transmission de compte-rendu) • Présentation à l’IAA en fin d’année du travail réalisé en vue d’une prise de décision : • Poursuite ou non du travail au sein du groupe, l’an prochain • Réajustement éventuel des objectifs

  22. 4. Au sein de chaque équipe de SEGPA Un membre participant aux travaux du groupe départemental (PE, directeur, PLP, PLC) Qui contribuera par la réflexion collective Qui fera le relais avec son équipe 1. Appropriation progressive du LPC dans le cadre de son utilisation En liaison avec le livret personnel de compétences 2. Mise en place d’un outil de type « portfolio » pour accompagner le LPC LE PORT FOLIO = un outil spécifique et individualisé pour chaque élève

  23. Le portfolio ou dossier d'apprentissage est une collection de travaux réalisée par un élève dans un double but. • C'est d'abord... • un outil pour rendre l'élève conscient de ses apprentissages et de sa progression • tout en • - lui permettant de témoigner de ses accomplissements dans l'atteinte d'objectifs importants poursuivis au cours d'une période donnée. Un dossier qu’on constitue avec chaque élève qui compile toutes les réussites à partir de la 6ème. Tri et toilettage nécessaires année après année quand on travaille la même compétence dans un nouveau contexte plus complexe.

  24. Proposition pour la réalisation de ce dossier… Diverses traces soignées, corrigées, choisies si possible en y associant l’élève 1er bloc : les traces des réussites dans les apprentissages scolaires. On retrouve 7 parties correspondant aux 7 compétences du socle 2ème bloc : les traces des réussites pour le CFG On peut y adjoindre une partie spécifiquement réservée au CFG. ( ex : traces de préparation du dossier, « oral » ? ) : discutable puisque CFG référencé au palier 2 On réserve une partie à la construction du projet personnel dans ses deux dimensions : 3ème bloc - la dimension identitaire : Mieux se connaître (dans ses capacités, ses aspirations…) - La dimension professionnelle : connaissance des métiers, des filières de formation pour mieux choisir son orientation (= passer d’une orientation subie à une orientation choisie) Pas de modèle imposé, à réfléchir au sein des équipes

  25. Pour résumer, chaque élève disposera Du livret personnel de compétences D’un outil qui lui sera associé (classeur d’évaluations sous forme d’un port folio) Qui permettront notamment de renseigner progressivement l’attestation de fin de scolarité obligatoire. Rappel Un professeur peut évaluer une compétence. La validation dans le LPC induit une démarche « collégiale »

  26. Circulaire n° 2010-087 du 18-6-2010 L’acquisition et l’évaluation des compétences du socle commun sont progressives et s’effectuent tout au long du parcours scolaire ; elles requièrent la contribution de plusieurs disciplines et, réciproquement, chaque discipline contribue à l’acquisition de plusieurs compétences. Conformément à l'article D. 311-8 du code de l'Éducation, le livret personnel de compétences est renseigné, à l’école, par le conseil des maîtres de cycles, au collège, par le professeur principal, l’enseignant de référence en section d’enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) et en établissement régional d’enseignement adapté (EREA) après consultation de l’équipe pédagogique. Quand on évalue une compétence … La production « témoin » doit préciser : • La performance évaluée ; • Les conditions de réalisation de l’épreuve ; • Le niveau d’exigence ;

  27. A partir de l’Item du domaine « Ecrire » Reproduire un document sans erreur et avec une présentation adaptée – compétence 1 Maîtrise de la langue – palier 3 Exemple La performance L’élève est capable de reproduire sans erreur et avec une présentation adaptée une poésie d’une vingtaine de lignes. Le modèle est fourni sur un manuel ou écrit au tableau. L’énoncé doit décrire l’activité de l’élève par un comportement observable. Les conditions L’énoncé doit mentionner les conditions dans lesquelles le comportement escompté doit se manifester. L’épreuve se déroule en classe en temps limité (indiquer le temps dévolu à l’activité). Le niveau d’exigence • On tolérera au plus 4 imperfections dont • Ponctuation • Majuscule • Deux erreurs orthographiques. L’énoncé doit indiquer le niveau d’exigence, les critères qui serviront à l’évaluation de l’apprentissage.