calendrier vaccinal 2012 actualit s pr o launay pr th may n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Calendrier vaccinal 2012: actualités Pr O. LAUNAY - Pr Th. MAY PowerPoint Presentation
Download Presentation
Calendrier vaccinal 2012: actualités Pr O. LAUNAY - Pr Th. MAY

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 46

Calendrier vaccinal 2012: actualités Pr O. LAUNAY - Pr Th. MAY - PowerPoint PPT Presentation


  • 127 Views
  • Uploaded on

Calendrier vaccinal 2012: actualités Pr O. LAUNAY - Pr Th. MAY. Semaine Européenne de la Vaccination. 1. Points abordés. Rougeole HPV Méningocoque Grippe Pneumocoque Immunodéprimés Mayotte. 2. Rougeole. Epidémie d’ampleur inquiétante, Due à l’accumulation d’adultes susceptibles

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Calendrier vaccinal 2012: actualités Pr O. LAUNAY - Pr Th. MAY' - neona


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
calendrier vaccinal 2012 actualit s pr o launay pr th may

Calendrier vaccinal 2012: actualitésPr O. LAUNAY - Pr Th. MAY

Semaine Européenne de la Vaccination

1

points abord s

Points abordés

Rougeole

HPV

Méningocoque

Grippe

Pneumocoque

Immunodéprimés

Mayotte

2

slide3

Rougeole

Epidémie d’ampleur inquiétante,

Due à l’accumulation d’adultes susceptibles

Nécessité d’une CV de 95% pour 2 doses pour arrêter la transmission

slide4

Epidémie de rougeole en France :

plus de 22.000 cas depuis 2008

slide6

Incidence de la rougeole selon l’âge

en 2008-2011

Depuis 2008

Augmentation ++ des cas chez l’enfant < 1 an, incidence : 15  135/100.000

Et chez le jeune adulte, incidence : 3  47/100.000

formes graves de rougeole
Formes graves de rougeole

Taux d’hospitalisation élevé

38% avant un an

46% chez le jeune adulte

Formes graves

Pneumopathies

Encéphalites (8 cas)

Plus de 50 cas nosocomiaux

slide8

Proportion élevée de cas non vaccinés

Non vaccinés: 84% - 2 doses : 3% - 1 dose : 12% (mais 22% des adultes)

progression de la vaccination ror entre 2007 2010
Progression de la vaccination ROR entre 2007 & 2010

Nombre de doses chez les enfants de 23-25 mois

+ 18,3 pts

Source : Institut des Mamans, Vaccinoscopie 2010, questionnaire internet 10.000 mères

enqu te de s ropr valence augmentation de la population adulte r ceptive
Enquête de séroprévalence : augmentation de la population adulte réceptive

Adultes nés après 1980 (19-30ans) : 8%de réceptifs

Adultes nés avant 19080: moins de 5%de réceptifs

Séroprévalence INVS 2009,-2010,

actualisation recommandations vaccin trivalent ror
Actualisation Recommandations Vaccin trivalent ROR

Trois volets :

Extension de la vaccination avec deux doses

Mise en oeuvre de prophylaxie post exposition

Modification de la recommandation de vaccination en post partum des femmes séronégatives allaitantes

vaccination ror recommand e
Vaccination ROR recommandée :

2 dosespour toutes les personnes nées après 1980

dès 12mois (9 mois si collectivités)

Rattrapage ensuite jusqu’à 31 ans

1 dose: personnels de la petite enfance et professionnels de santé nés avant 1980

une couverture vaccinale insuffisante qui augmente avec l ge
Une couverture vaccinale insuffisante qui augmente avec l’âge

Base 2010 : 1090 filles de 14-16 ans (375 filles de 14 ans, 356 filles de 15 ans, 360 filles de 16 ans )

Source : Institut des Mamans, Vaccinoscopie 2010

actualisation recommandations vaccinales hpv
Actualisation Recommandations Vaccinales HPV

Levée de la recommandation préférentielle(17/12/2010)

Considérant efficacité démontrée du CERVARIXà 3 ans

lésions pré-cancéreuses (CIN2+) liées aux HPV16 , 18

Protection croisée contre HPVoncogènes non contenus dans le vaccin

 Efficacité globale / lésions cancéreuses  70 %

Durée Ac persistante pendant au moins 7 ans

Considérant tolérance de adjuvantASO4 satisfaisante

Absence de risque induction ou révélation maladiesauto-immunes

Effets indésirables + fréquents

Avis HCSP(21/10/2011)

Aucune donnée ne remet en cause l’efficacité ou risque effets secondaires

actualisation recommandations vaccinales hpv1
Actualisation Recommandations Vaccinales HPV
  • Mettre en œuvre les moyens organisationnels pour atteindre une couverture vaccinale élevée particulièrement chez les jeunes filles vivant dans des conditions socio-économiques défavorables.
  • Poursuivre dépistage des lésions pré-cancéreuses du col de l’utérus sur l’ensemble du territoire
    • Ne pas pas altérer les messages de dépistage du cancer du col et de prévention des autres IST
vaccination m ningo c
Vaccination Méningo C
  • En France, 2 ans après le remboursement : stagnation des ventes
  • Couverture vaccinale :
    • nourrisson 45 %  pas immunité de groupe
    • adolescent < 10 %  pas immunité de groupe
  • La baisse des IIM n’est pas due à la vaccination
  • Portage de la bactérie non interrompue
slide22

Vaccination Méningo B

Un vaccin en développement : Bexsero®

4cMenB composé de 4 Ag vaccinaux

  • Schéma vaccinal
    • - avant 1 an : 3 doses (M2, M3, M4) + 1 rappel (M12-13)
    • - après 1 an : 2 doses (M12, M24) + 1 rappel (M36)
actualit s vaccin grippe saisonni re 2012
Actualités vaccin grippe saisonnière 2012
  • 4 millions de syndrome grippal mais peu de vraie grippe
  • Formes graves chez + > 85 ans
  • Circulation au sein des EPHAD
  • A (H3N2) variants / souche vaccinale
recommandations calendrier 2011 2012
Recommandations calendrier 2011-2012

Elargissement et précision de la liste des personnes à vacciner(HCSP 30/12/2010)

Personnes âgées de plus de 60 ans

Personnes à risque de grippe grave

Affections broncho-pulmonaires ALD ou non (dont asthme, BPCO)

Cardiopathies

Affections neurologiques ou musculaires

Néphropathies graves

Hémoglobinopathies

Diabète 1 et 2

Déficits immnunitaires dont VIH

Personnes séjournant dans un établissement de soins

Entourage nourrissons < 6 mois

Avis HCSP (2012)

Vacciner les femmes enceintes, quelque soit le trimestre de la grossesse

Vacciner les personnes obèses (IMC > 40)

vaccination grippe et femmes enceintes
Vaccination grippe et femmes enceintes
  • Immunogénicité: la vaccination grippale induit une réponse immunitaire comparable à celle de la femme non enceinte (Englund JA, & al. Vaccine 2003; 21: 3460-64).
  • Efficacité: une étude randomisée (vs vaccin pneumo): 340 femmes vaccinées au 3° trimestre. Réduction de 36% (IC95% 4-57)des épisodes respiratoires fébriles chez les femmes vaccinées grippe (Zaman K, & al. Effectiveness of maternal influenza immunization in mothers and infants. N Engl J Med. 2008; 359: 1555-64).
passage transplacentaire des anticorps vaccinaux
Passage transplacentaire des anticorps vaccinaux

Sérums provenant de 311 mères vaccinées au 3° trimestre et de 292 nourrissons

Steinhoff MC & al. Influenza immuinization in pregancy- Antibody responses in mothers and infants.

N Engl J Med 2010; 362: 1644- 6

slide30

Zaman K et al. N Engl J Med 2008; 359: 1555-64

Étude prospective comparative (vs vaccin pneumococcique) au Bengladesh

Vaccination au 3° trimestre- 316 couples mère enfant suivis jusqu’ à 24 semaines

Efficacité protectrice contre grippe confirmée au laboratoire: 62,8% (5-85,4)

Efficacité protectrice contre infections respiratoires fébriles: 28,9% (6,9- 45,7)

Efficacité protectrice, consultations médicales: 42% (18,2- 58,8)

de nouveaux vaccins grippe saisonni re
De nouveaux vaccins grippe saisonnière
  • Vaccin vivant, atténué, intranasal (FLUENZ®)
    • AMM chez enfant et adolescent de 2 à 17 ans avec facteurs de risque
    • 2-8 ans non vaccinés antérieurement : 2 doses à 4 semaines d’intervalle
    • sinon 1 dose (0,1 ml dans chaque narine)
  • Vaccin inactivé tétravalent (FLUARIX TETRA®) en 2014
    • H1N1 + H3N2 + 2 B (Victoria et Yamagata)
slide32

Pneumocoque

Epidémie d’ampleur inquiétante,

Due à l’accumulation d’adultes susceptibles

Nécessité d’une CV de 95% pour 2 doses pour arrêter la transmission

pr venar13
Prévenar13

13 sérotypes, dosé à 2,2 µg polyoside, sauf sérotype 6B (4,4 µg)

1-3-4-5-6A-6B-7F-9V-14-18C-19A-19F-23F

(communs Pneumo 23: 1-3-4-5-6B-7F-9V-14-18C-19A-19F-23F) 6A n’est pas compris dans le Pneumo23

Immunogène chez le nourrisson (réponse T)

Impact sur le portage

Efficacité chez l’enfant vis-à-vis des méningites et bactériémies

AMM 2009 :

- prévention des maladies invasives, pneumonie et otite moyenne aiguë causées par Streptococcus pneumoniae

- chez les nourrissons et les enfants âgés de 6 semaines à 5 ans.

volution de l incidence des iip entre 2008 2009 et 2010
Évolution de l’incidence des IIP entre 2008-2009 et 2010
  • Diminution de 4% tous âges confondus

- baisse de l’incidence des IIP dues aux 6 sérotypes additionnels de PCV-13

- et une poursuite de la baisse des IIP dues aux sérotypes du PCV-7

tude sur le portage
Étude sur le portage
  • Prélèvement naso-pharyngé chez des enfants présentant une OMA
  • Année 2010- 2011:
  • 943 patients inclus
    • < 1% non vaccinés
    • 30% vaccinés avec PCV-7
    • 69% ont reçu au moins 1 dose de PCV-13

Cohen R & al. Impact of 13 valent conjugate vaccine on nasopharyngeal carriage in

children with acute otitis media. Pediatr Infect Dis J 2012; in press

pr venar 13 perspectives chez l adulte
Prévenar 13 : perspectives chez l’adulte

Extension d’AMM fin 2011 : adulte > 50 ans

Quelles recommandations?

Place du Pneumo23  : élargissement de la couverture sérotypique mais phénomène d’hyporéponse

Quelle place dans les populations à haut risque en particulier les immunodéprimés?

vaccins conjugu s pneumo et immunod prim s
Vaccins conjugués pneumo et immunodéprimés
  • Données limitées: patients VIH+, tranplantés rénaux, allogreffés de moelle:

- immunogénicité Prevenar® > Pneumo23®

  • 1 essai d’efficacité chez les adultes VIH+ (French N, et.al. N Engl J Med 2010;362:812-22).

Essai randomisé PCV7 vs Placebo réalisé au Malawi

- antécedent d’IPP

14

des recommandations sp cifiques
Des recommandations spécifiques
  • Contre-indication par principe des vaccins vivants chez l’immunodéprimé : risque de maladie vaccinale.
  • Diminution de l’immunogénicité des vaccins pouvant justifier des schémas vaccinaux particuliers.
  • Risque accru de certaines infections justifiant la recommandation de vaccinations spécifiques.
  • Dans certaines situations, nécessité de dosage des anticorps sériques 4 à 6 semaines après la vaccination.
  • Vaccins polyosidiques non conjugués (pneumocoque, méningocoque) peu immunogènes et efficacité diminuée: utilisation de vaccins polyosidiques conjugués.
  • Importance de la vaccination de l’entourage de ces patients y compris du personnel soignant.
populations concern es
Populations concernées
  • Enfants et adultes
  • Présentant une immunodépression:

- congénitale ou primitive,

- acquise ou secondaire :

infection VIH,

transplantation d’organe solide,

greffe de cellules souches,

chimiothérapie pour hémopathie maligne ou tumeur solide,

immunosupresseurs, biothérapies (anti-TNF, anti- CD20..) corticothérapie, pour maladie inflammatoire chronique;

  • ou une sensibilité accrue aux infections: asplénie, hyposplénie
nouvelles recommandations du calendrier vaccinal mayotte
Nouvelles recommandations du calendrier vaccinal à Mayotte

Pas de vaccination systématique typhoïde, leptospirose, hépatite A (à discuter chez le voyageur)

programme national d am lioration de la politique vaccinale 2012 2017
Programme national d’amélioration de la politique vaccinale 2012-2017
  • Simplifier le calendrier vaccinal et l’accès aux données du carnet de vaccination
  • Faciliter l’accès à la vaccination en s’appuyant sur les Agences Régionales de Santé
    • la vaccination sur les lieux de vie
    • la simplification du parcours vaccinal en médecine libérale
    • l’organisation des campagnes de vaccination spécifique
  • Inciter à la vaccination
    • promouvoir l’accès aux connaissances de prévention vaccinale pour les professionnels de santé
    • communiquer auprès du public
    • redéfinir les notions de vaccination recommandée et obligatoire
    • renforcer le respect des recommandations vaccinales en collectivité
  • Améliorer le suivi et l’évaluation de la politique vaccinale
  • Conforter le continuum recherche fondamentale publique-transformation industrielle sur les vaccins et favoriser la recherche en sciences humaines