Download
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Territoires créatifs PowerPoint Presentation
Download Presentation
Territoires créatifs

Territoires créatifs

68 Views Download Presentation
Download Presentation

Territoires créatifs

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Territoires créatifs Christian Lemaignan Université/EMF/IAAT octobre 2011

  2. Territoire intégrateur de compétences : système ouvert entre acteurs pour développer des connaissances et des compétences et pour innover; ce qui autorise un processus cumulatif de connaissances pour faire face à la concurrence Territoire système de culture locale : ressources issues des actifs patrimoniaux ( symboles, normes, savoirs partagés …) Territoire lieu d’intégration des enjeux de la création : création spontanée, création en réaction aux évolutions sociétales, création répondant à des besoins identifiés

  3. Economie créative des territoires La Créativité sociale, culturelle, économique fait grandir et génère du sens dans nos territoires en mutation : elle permet le passage de la civilisation du bonheur basée sur l’avoir, à la civilisation de la communication basée sur le savoir, à la civilisation du « vivre ensemble » basée sur l’être. Les territoires créatifs sont ceux qui  Développent de l’innovation à travers l’apport de technologies nouvelles , de formation favorisant la création d’activités, innovantes : clusters, pépinières d’entreprises, CEAscoop,…en sont les outils dédiés.  Coordonnent les forces vives, entreprenantes à travers des animations, des coopérations autour de projets collectifs, montage de projets, favorisant la dynamique du territoire. Les trois types de logique territoriale permettant de développer la création : une logique interstitielle, favorisant l’émergence de projets innovants là où une niche technologique et/ou commerciale permet d’ouvrir une brèche, entre deux ensembles, soutenus pour certains par une plate-forme d’initiative locale. logique d’hybridation, lorsque le territoire accueille des activités, venant soit compléter, soit se greffer sur celles existantes  une logique de « turbulence économique positive, ou de foisonnement économique ».

  4. La créativité est un pouvoir de création, d’invention La créationconstruit « un univers » La création, un mode de vie qui s’invente, qui se risque, une vision. Les trois formes d'expression de la création En 2004, Eurostat estimait à 5 millions d’emplois les activités culturelles en Europe (soit 3,5% de la population active, ce serait 2,5% en France soit près de 500 000 postes en France, sans compter les 40 000 chargés de mission culture des collectivités locales) Les créatifs culturels en France Une rupture culturelle est celle de la participation des acteurs: mettre le consommateur au travail, la coproduction dans les services... La création d’entreprises dans les secteurs technologiquement innovants s’élève à 5 237 unités, contre 300 000 créations d’entreprises par an. Les effectifs salariés dans l’ensemble des secteurs technologiquement innovants s’élèvent à 1 576 milliers de salariés (2006)

  5. Politique de création territoriale • Développement endogène par la mobilisation des acteurs  • Années 1980 : • accroître les connaissances, les domaines de compétences • ressources provenant des résultats de la recherche : sciences de la vie, sciences de • l’ingénieur, sciences cognitives, sciences juridiques et sociales, économiques, de gestion… • avantage concurrentiel bâti sur des spécialisations différentielles. • Années 1990 : • importance de l’organisation, de l’animation des acteurs du territoire, des effets réseaux, • de la place du milieu local • nouvelles solidarités pour réinsérer un large public d’exclus (insertion par l’économique) • et pour partager un projet de territoire nouveau moteur de développement local • Pays, Agglomération. • Années 2000 : • nombreux territoires en rupture d’activités : • reconversion d’un bassin d’emplois, mutations économiques, passage difficile vers le • tertiaire supérieur, recentrage de grands groupes sur leurs métiers…. • sur la base des acquis antérieurs (maîtrise des connaissances, renouvellement des • solidarités), les citoyens sont invités à la créativité dans tous les domaines : artistiques • (art contemporain, arts de la rue…), culinaires (les saveurs des terroirs.), artisanaux • (soutenus par une politique patrimoniale), naturels (parcs, jardins, …), entrepreneuriaux • (nouvelles activités liées aux TICS, aux biotechnologies, industries de pointe).

  6. Les créations viennent bousculer nos modes de vie  • nouvelles représentations : • la représentation donne du sens, trouve son socle dans une histoire, un patrimoine, un acquis, un héritage qui exprime le bien commun, enrichit l’âme de la communauté concernée, dans un même inconscient collectif, et ouvre des horizons par une promesse projetée dans le futur. • nouvelles valeurs : • les valeurs expriment le sens du bien commun repérable à travers la mémoire historique d’une communauté, une culture comportementale liée aux métiers, aux usages, aux richesses propres, aux individus associés, une projection dans le futur qui fait des valeurs des vecteurs d’entraînement attractifs : • lien social, nouvelle éthique, ouverture du public au monde.

  7. Les petites villes créatives développent-elles plusieurs fonctions: Intégration, opérationnalité , innovation, rayonnement. Elles prennent en compte la durée liée à l’apprentissage, réenchantent la ville (imaginaire collectif), promeuvent la médiation de proximité, selon les différents plans des espaces (de vie, sociaux, vécus, sociétaux).

  8. « Refondons la passion de vivre, de redécouvrir l’humain dans le monde cosmique avec sagesse, c’est à dire par la poésie, la communion, l’amour de la nature, de soi, des autres » E.Morin Merci, Petites villes créatives

  9. L’économie créative « traduit la valeur, la richesse extraordinaire produites par la créativité, principale ressource de cette dynamique : régénération urbaine, lien social, image, attractivité, tourisme et…revitalisation de l'économie dans son ensemble ». Les secteurs de l’économie culturelle et créative : Activités non industrielles : Arts visuels ; art du spectacle, Patrimoine (Musées,..). Activités industrielles : Cinéma, vidéo, Livre, Musique enregistrée, Média. Industries et activités créatives : Mode, Design, Architecture, Publicité. Industries et Activités connexes : Tourisme culturel, Industries de l’informatique (logiciels de loisirs interactifs), NTIC et multimédia (Téléphonie mobile, baladeurs MP3, web collaboratif, toutes interactions entre nouveaux supports et services à forte valeur ajoutée en contenu créatif) . La révolution numérique se nourrit de tous les autres secteurs et crée de nouvelles opportunités.

  10. Politiques de création territoriale • Les politiques d’innovation s’appuient sur des dispositifs favorisant la rencontre entre acteurs du territoire pour qu’ils se reconnaissent dans leur capacité de création et explorent de nouvelles formes d’activité selon trois formes de création territoriale : • logique de coopération (1990) et logique de « turbulence • économique positive, ou de foisonnement économique »: • confiance développant des partenariats • logique interstitielle : émergence de projets innovants là où une • niche technologique et/ou commerciale permet d’ouvrir une brèche • logique d’hybridation : le territoire accueille des activités • venant se greffer sur celles existantes  • Et trois niveaux d’innovation:Innovation d’amélioration, • Innovation d’adaptation, • Innovation d’anticipation

  11. L’Economie créative engage de nouvelles politiques territoriales : • Une politique éducative  • Une politique culturelle  • Une politique de communication  • Une politique d’individuation psychique et collective  • Une politique de civilisation nouvelle 

  12. Nouveaux espaces de vie : • espaces de vie, territoire domestique de la proximité, où se développent les relations familiales, de voisinage, amicales, où peut s’exercer un métier (artisan, commerçant, services de proximité…) ; • espaces sociaux, territoires géo administratifs, où se développent les réseaux associatifs (clubs de loisir, éducation, école) , professionnels, religieux, dans un quartier, dans un village… ; • espaces vécus, territoires de projet (ville, Pays, communautés d’agglomération ou de communes,..), où prennent place la vie culturelle et symbolique, les universités et la recherche, l’innovation, avec une mobilité physique plus importante.. • espaces sociétaux, territoires des enjeux liés à la mondialisation, à la mobilité virtuelle (Internet), des réseaux de création (art contemporain, mode, urbanisme, ..), à des civilisations .

  13. L’économie propre à la modernité démocratique peut être décomposée et analysée à travers trois pôles : • l’économie marchande correspond à l’économie dans laquelle la • distribution des biens et services est confiée prioritairement au • marché ( principe d’équivalence) ; • l’économie non marchande correspond à l’économie dans laquelle la • distribution des biens et services est confiée à la redistribution • ( principe de centralité : celle des seigneurs, de l’État, de la • grande entreprise et ses filiales…) ; • l’économie non monétaire correspond à l’économie dans laquelle la • distribution des biens et de services est confiée à la réciprocité, • manifestation du lien social entre groupes ou personnes (principe • de symétrie).

  14. Mondialisation Echanges immatériels Commerce international Opportunités Ruptures Réactivité Adaptation Développement territorial Intelligence territoriale Cohésion sociale Intelligence économique Intelligence de la gouvernance Intelligence sociale Intégration de compétences Système de culture locale Intégration des enjeux de la création

  15. Les trois formes d’intelligence territoriale L’intelligence économique est l’aptitude à capter des flux d’information souvent codifiés et formatés pour transformer cette information en connaissance; et, surtout, c’est la capacité à mobiliser cette connaissance pour en créer une nouvelle. L’intelligence sociale est l’ensemble des actions coordonnées de recherche, d’analyse et de diffusion de phénomènes sociaux nouveaux dans une société en mouvement, nous obligeant à construire nos représentations du monde . L’intelligence de la gouvernance est l’habileté à mobiliser les acteurs compétents autour de projets pertinents pour le territoire

  16. « En un premier sens, on entend par culture le système d’attitudes, de croyances, de valeurs et de représentations collectives formant le milieu dans lequel les sciences, les institutions, les entreprises se développent … » « En un deuxième sens, on pense la culture à partir des « objets » ( matériels et immatériels ) produits par les hommes et les groupes vecteurs et acteurs de ce système: les œuvres d’art, les savoirs scientifiques et techniques, les outils et les machines, les institutions et les organisations … » « En un troisième sens, la culture est ce qui distingue un groupe ou une population d’une autre. La culture est un jeu du commun et de la différence selon le point de vue et l’échelle choisis .. »