Download
gymn zium jana nerudy n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Gymnázium Jana Nerudy PowerPoint Presentation
Download Presentation
Gymnázium Jana Nerudy

Gymnázium Jana Nerudy

204 Views Download Presentation
Download Presentation

Gymnázium Jana Nerudy

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Gymnázium Jana Nerudy

  2. Caractéristique de GymnáziumJana Nerudy Les classes scientifiques, littéraires et la section bilingue sont installées dans le bâtiment du lycée à Malá Strana à Prague. La sectionmusicale a sonsiège à Prague 3 Žižkov. Lesclasses bilingues franco-tchèques datent de1990.Leur existence a éténégociée dans lecadre del’accord culturel entre laFrance et laTchécoslovaquie.

  3. Les études dans ces classes orientées sur les sciences durent 6 ans. Lesprogrammes ont été préparés par une commissiond’experts français,tchèques et slovaques. Pendant les deux premières années, les élèves suivent un enseignement de français intensif (français langue étrangère, 10 et 11 heures par semaine).

  4. A partir de la troisième année, lescours de mathématiques, histoire, géographie,physique et chimie sont donnés en français. Onutilise les manuels français pour le lycée, lefrançais devient à ce niveau langue de travail.

  5. A partir de la 3ème année, le français est enseigné comme en France (niveau français – langue maternelle). Le baccalauréat est le même qu’en France, sauf pour le tchèque. Lesconnaissances de français au niveau DALFpermettent aux bacheliers d’étudier à l’étranger, s’ils le désirent.

  6. PROJETCOMENIUS Co-nai-sens Au cours de l’année scolaire 2005/06 les élèves de la classe bilinguefranco -tchèque 2C ont rejointl’équipe de professeurs participantau projet international Co-nai-senssur la gestion mentale. Ils ont servide classe pilote.

  7. Les activités concernant le geste de mémorisation ont été menées par un de leur trois professeurs defrançais.

  8. TEMOIGNAGE D’ ELEVES SUR LE GESTE DE MEMORISATION

  9. âge • 15 ans

  10. élèves de la classe 2C puis3C de la section bilinguefranco-tchèque

  11. français langue étrangère cadre disciplinaire

  12. type de • résultat attendu Mémorisation d´un texte (support: la fable de Jean de La Fontaine: Le Corbeau et le Renard)

  13. finalité obtenir le témoignage des élèves sur le geste de mémorisationpour qu´ils: • prennent conscience de leur fonctionnement mental • profitent de ce que disent les autres pour enrichir leurs habitudes évocatives

  14. accent sur différence entre: perception, évocation, production à partir d’un texte qui ne pose pas de problèmes de compréhension

  15. durée • 1ère étape: 2 semaines, travail à faire àla maison • 2e étape: travail en classe àplusieursreprises, espacé dans le temps

  16. consignes pour le travail à la maison • rappel des informations données pendant la séance d´initiation à la GM: différence entre: - perception - évocation (voir document power point sur évocation –évoqué - www.conaisens.org) - familles évocatives - geste d´attention - et de mémorisation...

  17. 3 questions pour guider l’élève dans son auto-observation(Proposition de questions possibles) • Comment avez-vous appris la fable? (perception  évocation) • Comment l’avez-vous en tête maintenant (pendant la récitation, en situation de production)? • Quel réinvestissement avez-vous évoqué?

  18. travail en classe • distribution de textes • lecture • explication des mots nouveaux

  19. activité 1 • à la maison : tout en apprenant le texte de la fable, l’élève doit noter comment il s’y prend

  20. activité 2 • après 2 semaines d´apprentissage, plusieurs élèves présentent leurs notes • ils parlent de leur motivation pour apprendre, de leurs stratégies d’apprentissage, du réinvestissement prévu,… et des difficultés rencontrées pendant ce travail

  21. activité 3 • après avoir écouté plusieurs témoignages différents, les élèves ont la possibilité de compléter leurs notes • ajouter à la description de leurs évocations ce qu’ils ont oublié ou ce qu’ils n’ont pas trouvé important au départ

  22. Exemples de témoignages guidés par le maître qui facilite l’instrospection. (voir document power point sur l’introspection - projet européen Co-nai-sens : rubrique Productions, puis “Qu’est-ce que la gestion mentale ?” sur le site www.conaisens.org)

  23. JEANvers une évocation finale en mots vus • Première idée : cela pourrait être un texte plus long. • J’ai appris la fable en une heure : je l’ai lue plusieurs fois, après j’ai écrit le mot le plus intéressant pour chaque ligne. Je redisais le poème en regardant mes mots écrits. • Finalement je n’avais plus besoin de regarder les mots. • Quand je récite cette fable, je vois dans ma tête mes mots et le texte.

  24. PROFESSEUR Comment est votre texte dans votre tête : est-il écrit à la main ? En entier?

  25. Cliquez sur l’image pour entendre le témoignage

  26. Commentaire du professeur Jean confirme que son évocation finale du texte est une évocation qui utilise le code écrit et qu’elle est visuelle. Pour y parvenir, il est forcément parti (en perception) du texte distribué et il a réécrit le texte sur l’ordinateur. C’est ce travail personnel qui lui a permis d’arriver à la mémorisation du texte de la fable.On ne sait pas dans quelle langue évocative Jean a encodé ses mots clés (questionnement à poursuivre).

  27. SIMONEPLAISIR DE DECOUVERTE Quand j’ai appris que nous devionsapprendre un poème, c’était pour moi un changement intéressant. Pourquoi? Parce que cette fable est très connue et parce que je ne connais pas beaucoup d’oeuvres littéraires en français. Tout cela s’est passé dans ma tête au moment de la distribution des feuilles et c’était tout en tchèque.

  28. SIMONE REPETITIONS ET VERIFICATIONS • Comment j’ai appris la fable? Je l’ai lue chaque soir et chaque matin.Lundi j’ai essayé de laréécrire à la main. Il y avait beaucoup defautes, alors je les ai soulignées en rougeet je la réécrivais aussi longtemps qu’il yavait des fautes.

  29. SIMONE PROJET DE REINVESTISSEMENT • Comment je l’utiliserai dans le futur? Si je veux ébahir mes camarades, je pourraila réciter. Je pourrai aussi utiliser la morale, sije veuxsemoncer quelqu’un qui a les traits decaractère du Corbeau.

  30. SIMONERESTITUTION Avant de réciter je réentends ma voix dans ma tête.

  31. Commentaire du professeur Simone parle d’une évocation auditive.Est-ce l’aboutissement d’un itinérairemental faisant intervenir d’autres évocations mentales?

  32. PROFESSEUR Quelle est l’évocation initiale?

  33. Cliquez sur l’image pour entendre le témoignage

  34. Commentaire du professeur Simone précise qu’elle a des évocations auditives en 3ème , puis en 1ère personne (corbeau), mais aussi visuelles (langage des symboles).

  35. MONIQUEREFLEXIONS INTERIEURES Quand j’ai vu la fiche, la première chose que j’ai pensée c’était que c’est très intéressant d’apprendre cette fable. Après je me suis souvenue que j’ai toutes les fables àla maison parce que je les avais reçues pour monanniversaire.

  36. MONIQUE PROJET DE REINVESTISSEMENT Comment je pourrais utiliser cette fable ? Je vais obtenir une bonne note... et peut-être quelqu’un dira : « Dis quelque chose en français! » et je pourrai dire cette fable.

  37. MONIQUE PERCEPTION EVOCATION • Comment j’ai appris cette fable ? Je l’ai lue plusieurs fois... Après j’ai essayé de dire les quatre premiers vers sans l’aide du texte. Quand cela n’allait pas, j’ai regardé le papier encore une fois. Quand cela allait, j’ai continué. Parfois je savais l’histoire de cette fable, mais j’ai dû réfléchir aux mots du vers qui suivait.

  38. PROFESSEUR Comment était-elle présente dans votre tête pendant la récitation? En tchèque, en d’autres mots, en images, ...? Monique nous livre spontanément son habitude de mémoriser par répétition; néanmoins grâce aux questions du professeur, elle va nous livrer son itinéraire mental avec plus de précision.

  39. MONIQUE J’ai fait des liens logiques et dans ma tête j’ai vu le Renard assis sous un arbre et le Corbeau qui était sur cet arbre. J’ai vu le film en couleur du Renard et du Corbeau et j´ai entendu dans ma tête ma voix. J´ai entendu comment je disais cette fable (en français) pendant „le film“.

  40. Le professeur De quel type de liens logiques s’agit-il?

  41. Cliquez sur l’image pour entendre le témoignage

  42. Commentaire du professeur Monique confirme les évocations verbales (à la 1ère personne) et en même temps visuelles.

  43. Cliquez sur l’image pour entendre le témoignage

  44. MONIQUE J´ai imaginé l´histoire de cette fable. Au début j´ai vu le Renard assis sous un arbre et le Corbeau qui était sur cet arbre. Après comment le Renard parlait avec le Corbeau et à la fin comment le Corbeau laissait tomber sa proie et comment le Renard lui disait la morale.

  45. Commentaire du professeur Monique trouve des liens logiques exprimant la succession dans le temps.

  46. ELISEPROJET DE COMPARAISON ? J’ai lu la fable et je l’ai traduite. Je l’ai en tchèque (latraduction). J’ai comparéles deux variantes. J’ai apprisla fableen tchèque. J’ai appris la fable enfrançais. J’ai écris la fable en français sur unpapier.

  47. PROFESSEUR En apprenant le texte, qu’avez-vous vu/entendu dans votre tête? Des images, votre voix ou celle de quelqu’un d’autre? Y avait-il des différences pour l’apprentissage en tchèque et en français?

  48. ELISE J’ai imaginé la fable sous forme de film. J’ai aussi vu un dessin d’Adolf Born fait spécialement pour ce livre. J’ai vu cette illustration dans mon « film ». En situation de restitution : Quand je récitais ou écrivais la fable et que je ne pouvais pas me souvenir du texte en français, j’ai regardé la version tchèque et je continuais à réciter.

  49. Commentaire du professeur Elise a choisi un double cheminement mental pour arriver au but: elle fait une opération en plus en passant par le tchèque et à chaque fois elle doit regarder ce texte. Il n’est pas encore présent en mots dans sa tête. Il lui sert quand même d’appui car ses évocations visuelles ne sont pas suffisantes.