slide1 l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Psychologie et Psychopathologie de la Famille Familles traumatisées, Familles délinquantes, Familles d’accueil PowerPoint Presentation
Download Presentation
Psychologie et Psychopathologie de la Famille Familles traumatisées, Familles délinquantes, Familles d’accueil

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 16

Psychologie et Psychopathologie de la Famille Familles traumatisées, Familles délinquantes, Familles d’accueil - PowerPoint PPT Presentation


  • 263 Views
  • Uploaded on

Psychologie et Psychopathologie de la Famille Familles traumatisées, Familles délinquantes, Familles d’accueil. Daniel Derivois Psychologue clinicien, Maître de conférences en psychologie Laboratoire Santé, Individu, Société Université de Lyon. CM Master 1 Psychologie de la santé.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Psychologie et Psychopathologie de la Famille Familles traumatisées, Familles délinquantes, Familles d’accueil' - gaetane


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

Psychologie et Psychopathologie de la FamilleFamilles traumatisées, Familles délinquantes, Familles d’accueil

Daniel Derivois

Psychologue clinicien, Maître de conférences en psychologie

Laboratoire Santé, Individu, Société

Université de Lyon

CM Master 1 Psychologie de la santé

D. Derivois

slide2
Plan
  • Arguments, objectifs et mots-clé
  • Introduction: l’appareil psychique familial
  • Familles traumatisées
  • Familles délinquantes
  • Familles d’accueil
  • Conclusion: accompagner le processus
  • Eléments de bibliographie

D. Derivois

arguments objectifs et mots cl
Arguments, objectifs et mots-clé
  • Traumatismes, délinquances: problématiques d’actualité: dimensions individuelles, parentales, fraternelles, familiales, institutionnelles complexes.
  • Traitement institutionnel (et politique) clivé des phénomènes qui renforce les problématiques
  • Constats de répétition en Maison d’Arrêt (M.A.):
    • Beaucoup d’adolescents incarcérés ont (ont eu) des membres de la famille ou de la fratrie incarcérés
    • La plupart d’entre eux ont été placés
  • Constats de répétition en Maison d’Enfants à Caractère Social (M.E.C.S.):
    • La plupart des enfants placés ont des parents incarcérés ou qui ont été placés

« Trajet spatio-temporel de la trace traumatique-délinquante » (D. Dérivois, 2005, 2006)

D. Derivois

arguments objectifs et mots cl4
Arguments, objectifs et mots-clé
  • Objectifs:
    • Présenter des éléments d’une recherche en cours sur le syndrome « victime/délinquant » à l’échelle individuelle, familiale, institutionnelle…
    • Proposer des éléments théoriques pour comprendre les processus en jeu (répétition, déplacement, condensation, symbolisation…)
    • Illustrer par des vignettes cliniques
    • Poser le problème de la prise en charge et de l’accompagnement des familles traumatisées-délinquantes
      • Impact de la famille dans la construction, l’émergence et le développement du syndrome
      • Importance de la famille dans le traitement de ce syndrome
      • Importance de l’environnement thérapeutique (institutionnel)

D. Derivois

arguments objectifs et mots cl5
Arguments, objectifs et mots-clé
  • Mots-clé
    • Appareil psychique familial
    • Inconscient familial
    • Traumatismes
    • Délinquances
    • Processus de Répétition et de Symbolisation
    • Environnement (familial, institutionnel…)

D. Derivois

introduction l appareil psychique familial
Introduction:l’Appareil psychique familial
  • Appareil psychique groupal (R. Kaës, 1976, 1993)
    • Le groupe n’est pas la somme des individus qui le composent mais est une entité propre qui a un fonctionnement psychique particulier
    • L’APG est «la construction commune des membres d’un groupe pour constituer un groupe. Il s’agit d’une fiction efficace dont le caractère principal est d’assurer la médiation et l’échange de différences entre la réalité psychique individuelle et la réalité groupale. L’appareil psychique groupal fonctionne en tant qu’échangeur, assurant l’échange – la circulation – des imagos et des fantasmes à l’intérieur d’un groupe (…) »
    • « L’appareil psychique individuel fournit, de par sa nature groupale, la préforme de cet appareil psychique groupal »
    • « l’appareil psychique groupal se réalise selon deux formes:
      • La réalisation isomorphique, de nature psychotique: conséquence de la négation de la différence entre appareil psychique individuel et l’appareil groupal;
      • La réalisation homomorphique: fondée sur la différenciation entre appareil groupal et appareil individuel d’une part, et entre les appareils psychiques individuels eux-mêmes, d’autre part.

D. Derivois

slide7

Introduction:l’Appareil psychique familial

  • Appareil psychique familial (A. Ruffiot, 1990)
    • Comme premier Appareil psychique groupal
  • Appareil psychique parental
  • Appareil psychique fraternel
  • Appareil psychique individuel
  • Appareil psychique d’équipe, institutionnel…

Intrication des appareils psychiques

D. Derivois

introduction l appareil psychique familial8
Introduction:l’Appareil psychique familial
  • Fonctions
    • Contenir les psychismes individuels (co-étayage)
    • Fonction alpha (capacité de rêverie: Bion) de la mère, partagée par tous les membres
    • « Réseau d’étayage » ou « contrat d’étayage »: « ce qui s’appuie est en mesure de servir à son tour d’appui à ce qui soutient » (Kaës)
    • Libérer une énergie bloquée (niveau groupal ou individuel)
  • Notion d’inconscient familial (A. Eiguer)
    • Vie fantasmatique partagée (représentations communes)
    • « Habitat intérieur » comme organisateur de la famille
    • « La famille le porte avec chaque déménagement, dans ses ‘malles’ »

D. Derivois

familles traumatis es
Familles traumatisées
  • Éléments théoriques
    • « Familles traumatisées et traumatisantes » (A.A. Schutzenberger, 2005)
      • « Familles à secrets » (voir Tisseron, 1997)
        • Objet
        • Porteur
        • Dépositaire
      • Ce qui fait traumatisme, souffrance, c’est le silence…
    • Définitions du traumatisme
      • «Evénement de la vie psychique du sujet qui se définit par son intensité, l’incapacité où se trouve le sujet d’y répondre adéquatement, le bouleversement et les effets pathogènes durables qu’il provoque dans l’organisation psychique » (Laplanche et Pontalis, 1967).
      • « Il y a traumatisme psychique quand un événement imprévu et brutal soulève chez le sujet un orage émotionnel qu’il est incapable de contenir et qui lui donna la sensation d’une catastrophe » (Perron, 2000)
      • Qu’en est-il de la famille?

D. Derivois

slide10

Familles traumatisées

  • Éléments théoriques
    • Trois temps du traumatisme (Cl. Janin, 1996)
      • Noyau froid: carences des soins primaires
      • Noyau chaud (traumatisme tardif): moment où se rejoue la scène première
      • Traumatisme paradoxal: constitué par les 2 noyaux
    • Modèle: « le moment où ça se passe n’est pas celui où ça se signifie »
      • Le lieu où ça se passe n’est pas celui où ça se signifie
      • La personne par/pour qui ça s’est passé n’est pas celle par qui ça se signifie (ou tente de se signifier).
      • Nous sommes là au cœur de l’articulation de l’appareil psychique familial avec l’appareil psychique individuel 
  • Vignette clinique: la famille Ilétard (traumatisée par l’inceste, la pédophilie…)

D. Derivois

familles traumatis es vignette clinique la famille il tard
Familles traumatiséesVignette clinique: la famille Ilétard
  • Mme Ilétard a été placée de l’âge de 8 ans jusqu’à 17 ans
  • Elle a 4 enfants:l’aîné d’un père inconnu, les 3 autres avec M. Ilétard
  • Les enfants ont été placés pour « ambiance malsaine à la maison »
  • Ils assistent aux rapports sexuels de leur mère avec plusieurs hommes, visionnent ensemble des films pornographiques, subissent des attouchements de la part des « hommes » de la mère. C’est l’aîné qui a dénoncé, porté plainte à l’école
  • Il avait toujours dénoncé les maltraitances mais sa mère avait toujours démenti
  • L’aîné, Julien, 16 ans, est placé 9 ans, en même temps que ses sœur et frères
  • 3 hommes « tournent » à la maison: M. Ilétard (malade), M. Kino (un petit copain) qui reconnaît juridiquement et M.Ilo (un autre petit copain de la mère) avec qui Julien entretient un lien affectif
  • M. Ilo n’a jamais connu son père, a été placé pour maltraitances.
  • A 11 ans, Julien a agressé en MECS une fille de 8 ans. Les parents ont porté plainte mais cela a abouti à un « non lieu »
  • A 13, 14 ans, à l’école, plusieurs attouchements sur d’autres enfants de 8 ans. La mère dit que son fils n’y est pour rien.
  • A 16 ans, Julien en MECS, Julien a violé une petite fille de 11ans (fellation, pénétration anale…)
  • Cette petite fille de 11 ans a été placée pour maltraitance sexuelle dans sa famille
  • Julien quitte l’établissement, prison en perspective
  • Est en famille d’accueil, en attendant la prison…

D. Derivois

familles traumatis es vignette clinique la famille il tard12
Familles traumatiséesVignette clinique: la famille Ilétard
  • Plusieurs familles impliquées, avec chacune ses points de fragilités (Ilétard, Kino, Ilo et la famille de la petite fille de 8 ans):
  • Des appareils psychiques familiaux traumatisés et traumatisants
  • Intrication de « traumatismes partagés »
  • « Syndrome d’anniversaire » (8 ans, 16, 17 ans)
  • Quel lien entre les âges de début et de fin de placement entre M. Ilétard et Julien? ( 8-17 ans et 9-16 ans?)
  • Quel lien entre l’âge (8 ans) où la mère a été placée pour maltraitance sexuelle et les passages à l’acte de Julien sur des fillettes de 8 ans?
  • Quel lien entre Julien (qui n’a jamais connu son père) qui investit un homme (M. Ilo) qui n’a jamais connu son père?
  • Processus de répétition inter-générationnelle, inter-familiale complexe!
  • Quel devenir pour la violence physique
  • … violence sexuelle?
  • … violence scopique?
  • Quel traitement psychique individuel, fraternel et familial de cette « ambiance malsaine »?
  • Quel est le devenir parental des enfants Ilétard?
  • Comment « casser » cette répétition?, ce « syndrome d’anniversaire »?

D. Derivois

slide13
Familles traumatiséesVignette clinique: la famille Ilétu (traumatisée par une mort subite et le placement des enfants)
  • Famille franco-turque
  • Père Turc, mère Française d’origine turque
  • 7 enfants dont le 4ème (mort subitement)
  • Secrets de famille (enfant mort, placement)
  • Le 3ème serait dépositaire d’un secret
  • Le 5ème n’est pas investi, les deux dernières partiellement investies
  • Parents « déshonorés » par le placement par rapport à leur famille en Turquie.

D. Derivois

conclusion partielle m diter
Conclusion partielleà méditer:
  • « Ce ne sont pas les faits en eux-mêmes – si terribles ou horribles soient-ils – qui nous font souffrir. La souffrance vient de ce que l’on n’a pas pu montrer ses sentiments, ni en parler, ni le hurler, ni en pleurer, ni le partager, et qu’on a tout enduré en silence » (A.A. Schutzenberger, 2005)
  • « La fragilité est ainsi la condition de l’existence : nous ne sommes pas invités à nous lier, nous sommes ontologiquement liés. La fragilité, comme condition même de l’existence, est ce qui nous rappelle ces liens avec le tout substantiel dont nous sommes porteurs, mais aussi avec ce que notre époque oublie, la longue durée des phénomènes sociaux. Assumer cette fragilité est le défi de tout un chacun » (M. Benasayag, La fragilité, 2007)

D. Derivois

el ments de bibliographie compl ter
Eléments de bibliographie (à compléter)
  • AUSLOOS, G., La compétence des familles, Erès,1995
  • BORN, M. et al., Délinquance juvénile et famille, L’Harmattan, 2001.
  • BOULEY, J.C. et al., La famille adolescente. Conversations thérapeutiques, Erès, 2006.
  • DAVID, M., L’enfant, parents, en famille d’accueil, Erès, 2000.
  • DERIVOIS, D., Psychodynamique du lien drogue-crime à l’adolescence. Répétition et symbolisation, L’Harmattan, 2004.
  • DERIVOIS, D. : « Quand l’enfant placé s’identifie au père incarcéré », in Gaillard, B. Les violences en milieu scolaire et éducatif, Presses de l’Université de Rennes, 2005, p.409-417.
  • DERIVOIS, D. : « Le trajet de la violence à l’école : un point de vue clinique », in Spirale, Revue de Recherches en Education,# 37 janvier 2006, p. 39-48.
  • EIGUER, A. et LITOVSKY, D. : « Contribution psychanalytique à la théorie et à la pratique de la psychothérapie familiale », in RUFFIOT, A. et al., La thérapie familiale psychanalytique, Dunod, 1990, p. 99-114.
  • JANIN, Cl., Figures et destins du traumatisme, PUF, 1996.
  • JIMENEZ, T. I. et al. : «Le rôle de la communication familiale et de l’estime de soi dans la délinquance adolescente » in Revue internationale de psychologie sociale, # 2, 2007, p. 5-26.

D. Derivois

el ments de bibliographie suite
Eléments de bibliographie (suite)
  • KAES, R., L’appareil psychique groupal, Dunod, 1976.
  • LIGHEZZOLO, J. et DE TICHEY, Cl., La résilience. Se (re) construire après le traumatisme, In Press, 2004.
  • MARTY, F. et al., Figures et traitements du traumatisme, Dunod, 2001.
  • MUCCHIELLI, L.: « La dissociation familiale favorise-t-elle la délinquance? », in Recherches et prévisions, # 61, 2000, p. 35-50.
  • RUFFIOT, A. : « Le groupe-famille en analyse. L’appareil psychique familial », in RUFFIOT, A. et al., La thérapie familiale psychanalytique, Dunod, 1990, p. 1-98.
  • SANS, P., Le placement familial. Ses secrets et ses paradoxes, L’Harmattan, 1998.
  • SCHUTZENBERGER, A. A. ; DEVROEDE, G., Ces enfants malades de leurs parents, Payot, 2005.
  • TISSERON, S., Secrets de familles. Modes d’emploi, Marabout 1997.

D. Derivois