immunologie n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Immunologie PowerPoint Presentation
Download Presentation
Immunologie

Loading in 2 Seconds...

  share
play fullscreen
1 / 53
Download Presentation

Immunologie - PowerPoint PPT Presentation

eliza
321 Views
Download Presentation

Immunologie

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Immunologie 4ème partie: Applications cliniques

  2. La compatibilité immunologique entre les individus Transfusion Transplantation Incompatibilité fœto-maternelle

  3. La transfusion sanguine Des règles de compatibilité à connaître

  4. Les 1ers essais de transfusion Transfusion de sang animal à l’homme Ca ne marche pas !... Et c’estdangereux Pourquoi ? On introduit dans l’organisme humain des antigènes de groupe sanguin d’animal: l’organisme les élimine  Réaction immunitaire contre le « Non soi » immunité spécifique - IFSI - 2009

  5. Les essais homme à homme Transfusion de sang homme à l’homme Ca ne marche pas toujours Pourquoi ? Les antigènes de groupe sanguin de nos globules rouges ne sont pas tous identiques : l’organisme élimine les antigènes qu’il ne possède pas lui-même  Réaction immunitaire contre le « Non soi » immunité spécifique - IFSI - 2009

  6. Découverte du groupe sanguin ABO K. Landsteiner découvre en 1900 les 4 groupes ABO: A, B, AB et O immunité spécifique - IFSI - 2009

  7. Groupe ABO et étude de populations Majorité de gène A en Europe et Scandinavie Majorité de gène B en Asie centrale et Inde 100%de gène O en Amérique du Sud immunité spécifique - IFSI - 2009

  8. A Groupe B Hémolyse A + = Ag A Ac anti A Conflit Ag + Ac Application à la transfusion Conséquence d’une transfusion incompatible (Ag que ne possède pas l’individu): immunité spécifique - IFSI - 2009

  9.  Règle de compatibilité des transfusions sanguines: Ne pas transfuser à un sujet un antigène qu’il ne possède pas sur ses propres globules rouges immunité spécifique - IFSI - 2009

  10. A O AB B Règles de compatibilité ABO immunité spécifique - IFSI - 2009

  11. Règles de compatibilité appliquées aux autres groupes sanguins: le Rhésus RH1 D • La présence ou non de l’antigène RH1 = D sur les hématies définit si un sujet est Rhésus positif ou négatif. • Antigène RH1 D présent = RH+ (85% population) • Antigène RH1 D absent = RH – (15% population) immunité spécifique - IFSI - 2009

  12. Règles de compatibilité appliquées aux autres groupes sanguins: le Rhésus RH1 D • Transfusion RH+ à un sujet RH - dans 80% des cas, le sujet s’immunise quelques semaines après la transfusion en fabricant des anticorps anti RH1 D • Une nouvelle transfusion RH+ à ce sujet immunisé provoquerait un conflit Ag/Ac et entraînerait une hémolyse. immunité spécifique - IFSI - 2009

  13. La transplantation Greffer un organe et maîtriser le phénomène de rejet

  14. Les 1ers essais de transplantation • 1ère greffe de rein en Russie 1933: décès à J4 • 1ère greffe de rein avec donneur vivant 1952 (J. Hamburger): greffe rein d’une mère à son fils, décès à J21 Ca ne marche pas !... Pourquoi ? On introduit dans l’organisme humain des cellules considérées comme étrangères : l’organisme les élimine  Réaction immunitaire contre le « Non soi » et rejet de la greffe immunité spécifique - IFSI - 2009

  15. Le système HLA • Découvert en 1952 par J. Dausset. • HLA = Human Leucocyte Antigen: protéines antigènes présentes sur toutes les cellules du corps ; elles permettent de distinguer les cellules de l’organisme des cellules étrangères. Chaque individu (sauf les vrais jumeaux) possède une combinaison HLA qui lui est propre immunité spécifique - IFSI - 2009

  16. Le phénomène de rejet • Introduction dans l’organisme d’un organe n’ayant pas le même système HLA entraîne une réaction immunitaire de rejet. • Seules les transplantations entre vrais jumeaux n’entraînent pas de rejet. • Pour que la greffe réussisse, il faut bloquer partiellement le système de défense immunitaire du receveur = c’est l’immunosuppression immunité spécifique - IFSI - 2009

  17. Les traitements immunosuppresseurs • Traitement durant toute la vie post greffe, combinant plusieurs molécules en fonction du type de greffe, de l’état du patient, de sa tolérance aux médicaments. • Le blocage du système immunitaire affaiblit aussi les défenses de l’organisme et rend le receveur plus vulnérable: • Aux maladies infectieuses • Aux tumeurs cancéreuses immunité spécifique - IFSI - 2009

  18. L’incompatibilité foeto maternelle Quand les groupes sanguins mère/enfant sont incompatibles

  19. RH- RH+ Définition et mécanisme • Fixation d’anticorps maternels sur les hématies du fœtus, pouvant détruire ces hématies et provoquant une maladie hémolytique du nouveau-né. • Mécanisme: • Les hématies du fœtus portent un ANTIGENE que la mère ne possède pas, le plus souvent: Bébé RH + et Maman RH – • La mère a déjà un ANTICORPS dirigé contre cet antigène (ex: anticorps anti RH1 D) • Cet anticorps traverse le placenta pour attaquer les hématies du fœtus. immunité spécifique - IFSI - 2009

  20. Conséquence de l’incompatibilité Conflit Ag/Ac Hémolyse ANEMIE • Pendant la grossesse: peut entraîner une insuffisance cardiaque du fœtus, des œdèmes et conduire au décès  surveillance +++ grossesse, transfusions in utero • A la naissance, anémie + ictère (accumulation de bilirubine provenant de la destruction des hématies): la bilirubine en excès peut provoquer des lésions cérébrales et entraîner le décès. surveillance bilirubine, exsanguino transfusion immunité spécifique - IFSI - 2009

  21. Prévention de l’incompatibilité Rhésus Eviter l’immunisation (Apparition d’anticorps anti RH1D) chez les femmes RH – • Ne jamais transfuser du sang RH + à une petite fille ou une femme RH – avant la ménopause • A chaque naissance, fausse couche ou IVG d’une femme RH -, lui injecter des Immunoglobulines anti RH1 D But: ces anticorps anti RH1 D détruisent les hématies du fœtus RH+ ayant pu passer dans la circulation maternelle et empêchent l’immunisation. immunité spécifique - IFSI - 2009

  22. Les désordres immunologiques Maladies auto immunes Allergie Déficits immunitaires

  23. Les maladies auto-immunes Quand l’organisme considère ses propres antigènes comme étrangers

  24. Définition • Dérèglement du système immunitaire qui attaque ses propres antigènes qu’il était sensé tolérer (tolérance du Soi). • Les pathologies sont variées selon qu’elles touchent un ou plusieurs organes. On dénombre environ 80 maladies qui affecteraient 5% de la population mondiale. • Le diagnostic repose sur la clinique, l’imagerie et la présence d’auto-anticorps. immunité spécifique - IFSI - 2009

  25. 1er exemple: la thyroïdite de Hashimoto • Maladie de la glande thyroïdienne: • Auto anticorps dirigés contre la thyroïde, qui bloquent son fonctionnement et provoquent une hypothyroïdie. • Hypothyroïdie • Fatigue, frilosité • Rythme cardiaque ralenti • Constipation… immunité spécifique - IFSI - 2009

  26. 2ème exemple: le lupus érythémateux disséminé • Maladie du tissu conjonctif, surtout chez les femmes. • Touche plusieurs organes: • Peau (lupus) • Articulations (polyarthrite) • Rein • Système nerveux central • Cellules sanguines immunité spécifique - IFSI - 2009

  27. L’allergie Une réaction immunitaire inadaptée

  28. Mécanisme • Réaction immunitaire inappropriée après contact avec une substance étrangère appelée « allergène » • Le contact provoque: • La fabrication d’immunoglobulines IgE pour lutter contre l’allergène • La fixation des IgE sur des cellules appelées mastocytes • La libération par les mastocytes de molécules (histamine…) responsables des symptômes immunité spécifique - IFSI - 2009

  29. Principales manifestations • Selon la zone de contact, on observe des signes: • Cutanés (eczéma, urticaire…) • Oculaires (conjonctivite) • Pulmonaires (asthme…) • ORL (rhinite…) • Certaines formes sont plus graves • Œdème de Quincke (œdème du larynx et de la face) • Choc anaphylactique: hypotension pouvant aller jusqu’à l’arrêt circulatoire, c’est une urgence vitale immunité spécifique - IFSI - 2009

  30. Les déficits immunitaires Des défenses immunitaires affaiblies

  31. Mécanisme • Anomalie de fonctionnement d’une ou plusieurs lignées des cellules de l’immunité (Ly B, Ly T, polynucléaires, macrophages…) • Quelque soit leur origine, ces déficits favorisent la survenue d’infections parfois sévères. • On distingue: • Déficits primaires, congénitaux, rares • Déficits secondaires • À certaines maladies (lymphomes…) • À certaines infections (SIDA…) • À certains traitements (immunosuppresseurs, anticancéreux…) immunité spécifique - IFSI - 2009

  32. Exemple: déficit immunitaire combiné sévère • Infections sévères à répétition dès la petite enfance • Nécessité de placer les enfants dans une bulle stérile jusqu’à la greffe de cellules souches immunité spécifique - IFSI - 2009

  33. 2 applications thérapeutiques Vaccination et sérothérapie

  34. La vaccination Un exemple d’immunisation active

  35. Introduction dans l’organisme d’un ANTIGÈNE spécifique afin de provoquer une réaction immunitaire active, durable et protectrice. Cette immunisation stimule les lymphocytes spécifiques de l’antigène et produit des lymphocytes mémoires. La protection apportée par un vaccin N’est pas immédiate A une durée variable et nécessite de nouvelles stimulations par des rappels du vaccin Définition de la vaccination immunité spécifique - IFSI - 2009

  36. Catégories de vaccins • La majorité des vaccins met en jeu l’immunité humorale avec production d’anticorps protecteurs. Les Ag utilisés pour vacciner sont: • Des micro-organismes vivants ou atténués ou tués • Des toxines sécrétées par certaines bactéries • Des Ag de synthèse reproduisant les Ag de virus. • Un vaccin met en jeu l’immunité cellulaire, par injection de l’Ag par voie intra dermique: le BCG (Bacille de Calmette et Guérin), vaccin contre la tuberculose. immunité spécifique - IFSI - 2009

  37. La sérothérapie Un exemple de protection passive

  38. Introduction dans l’organisme d’ANTICORPS spécifiques déjà synthétisés par d’autres humains ou des animaux, afin de provoquer une protection passive. Le système immunitaire de l’organisme n’est pas stimulé et il ne génère pas de mémoire La protection apportée par un sérum Est immédiate A une durée courte Définition de la sérothérapie immunité spécifique - IFSI - 2009

  39. Complémentarité vaccin/sérum: prévention du tétanos Lorsqu’une personne non vaccinée, ou avec vaccination anti tétanique très ancienne, présente une blessure souillée, on lui administre: • Un sérum antitétanique = protection passive immédiate mais courte ET • Une injection de vaccin antitétanique = protection active non immédiate mais durable avec phénomène de mémoire. immunité spécifique - IFSI - 2009

  40. Immunologie et biologie Groupage sanguin Diagnostic de maladies infectieuses Immuno marquage de tissus

  41. Le groupage sanguin La réaction d’agglutination

  42. Principe d’un groupage sanguin • Déterminer les antigènes (Ag) de groupe sanguin présents ou non sur les globulesrouges du sujet. • On met en contact le sang du sujet avec des réactifs contenant des anticorps (Ac) dirigés contre les antigènes que l’on recherche • Exemple: groupage ABO utilise réactif anti A (Ac anti A), réactif anti B (Ac anti B) immunité spécifique - IFSI - 2009

  43. Réaction d’agglutination • Quand l’Ac du réactif rencontre l’Ag lui correspondant sur les globules rouges, il y a fixation Ag+Ac et les globules rouges forment des agglutinats (petits amas de globules visibles à l’œil nu). • Quand l’Ac du réactif ne rencontre pas l’Ag sur les globules rouges, les globules restent séparés et n’agglutinent pas entre eux. immunité spécifique - IFSI - 2009

  44. Pas d’agglutination avec réactif anti A  Absence antigène A • Agglutination avec réactif anti B  Présence antigène B • GROUPE B • Agglutination avec réactif anti A  Présence antigène A • Pas d’agglutination avec réactif anti B  Absence antigène B • GROUPE A Exemple de réaction immunité spécifique - IFSI - 2009

  45. Au vu des réactions observées, quel est le groupe de ce patient? immunité spécifique - IFSI - 2009

  46. Au vu des réactions observées, quel est le groupe de ce patient? immunité spécifique - IFSI - 2009

  47. Au vu des réactions observées, quel est le groupe de ce patient? immunité spécifique - IFSI - 2009

  48. Au vu des réactions observées, quel est le groupe de ce patient? immunité spécifique - IFSI - 2009

  49. Diagnostic de maladies infectieuses Les sérodiagnostics

  50. Les sérodiagnostics • Recherche d’anticorps spécifiques d’un micro-organisme dans la circulation • La présence de ces anticorps peut être témoin: • D’une vaccination antérieure • D’une infection antérieure par ce micro-organisme immunité spécifique - IFSI - 2009