la leptospirose n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
LA LEPTOSPIROSE PowerPoint Presentation
Download Presentation
LA LEPTOSPIROSE

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 24

LA LEPTOSPIROSE - PowerPoint PPT Presentation


  • 165 Views
  • Uploaded on

LA LEPTOSPIROSE. Dr Dominique NEUBURGER 11 mai 2005 JDV REIMS. LA LEPTOSPIROSE. LA LEPTOSPIROSE. Généralités Diagnostic clinique Diagnostic biologique La prévention Reconnaissance en maladie professionnelle Un cas clinique Conclusions. GENERALITES. Anthropozoonose (spirochètes)

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'LA LEPTOSPIROSE' - dominica


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
la leptospirose

LA LEPTOSPIROSE

Dr Dominique NEUBURGER

11 mai 2005

JDV REIMS

la leptospirose2
LA LEPTOSPIROSE
  • Généralités
  • Diagnostic clinique
  • Diagnostic biologique
  • La prévention
  • Reconnaissance en maladie professionnelle
  • Un cas clinique
  • Conclusions
generalites
GENERALITES
  • Anthropozoonose (spirochètes)
  • Souvent méconnue alors que la forme ictérohémorragique peut être fatale
  • Très répandue en milieu chaud et humide
  • Contamination le plus souvent indirecte par les rongeurs (porteurs sains) et leurs urines souillant le sol, les eaux, les aliments. Parfois directe par contact avec l’animal vivant ou mort
  • Autres animaux porteurs: chien, chevaux, bovins, ovins, porcins
generalites1
GENERALITES
  • La bactérie ne se multiplie pas à l’extérieur mais peut survivre jusqu’à 6 mois dans l’eau, les sols boueux à PH alcalin, à salinité très faible, et en l’absence de rayonnement ultraviolet
  • Voies de pénétration: muqueuses, tous types de plaie, peau macérée
diagnostic clinique
DIAGNOSTIC CLINIQUE
  • Les symptômes initiaux peu spécifiques handicapent le dépistage rapide de la maladie
  • Incubation 7 à 13 jours
  • Début pseudo grippal peu évocateur, d’où un retard diagnostic pour le médecin traitant ignorant le contexte et le médecin du travail non contacté.
  • Manque d’information et polymorphisme clinique >> traitement retardé et moins efficace
diagnostic positif
Diagnostic positif
  • Fièvre élevée, céphalées intenses, myalgies, parfois nausées, vomissements
  • Signes caractéristiques au bout de 5 à 10 jours: ictère, syndrome hémorragique, méningé
  • En fonction de la diffusion: atteinte rénale, pulmonaire, cardiaque, oculaire.
formes cliniques
Formes cliniques

FORME BENIGNE ANICTERIQUE PSEUDOGRIPPALE

-syndrome infectieux isolé 3 à 7 jours, rémission de 1 à 3 jours, puis phase d’état de 4 à 30 jours avec fièvre modérée, asthénie marquée

-évolution sévère possible à tout moment, viscérale isolée ou polyviscérale

formes cliniques1
Formes cliniques

MALADIE DE WEIL

(FORME ICTERO-HEMORRAGIQUE)

-Biphasique

-Phase initiale: tableau septicémique (céphalées, fièvre élevée, prostration, troubles de la conscience)

-défervescence vers le 5èjour

-Deuxième phase: insuffisance rénale, hémorragies diffuses, atteinte hépatique (ictère flamboyant), rash cutané, signes méningés et myocardiques

-L’ictère disparaît entre le 15è et 25è jour avec une remontée thermique

-Mortalité 15% à 40%

formes cliniques2
Formes cliniques
  • Formes pulmonaires:

>pneumopathie interstitielle diffuse avec hémoptysies et dyspnées sévères

  • Formes cardiaques:

>myocardites hémorragiques et troubles du rythme

  • Formes neurologiques:

>syndrome méningé fébrile avec encéphalite

diagnostic biologique
DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE
  • Recherche de leptospires en hémoculture, dans les urines (difficile et inconstamment positif)
  • Recherche de leptospires dans le liquide céphalorachidien
  • Sérologie: en technique Elisa puis en sérodiagnostic de Martin et Petit
la prevention
LA PREVENTION
  • Les mesures de protection individuelle
  • Les mesures de prévention collective
  • Le vaccin
protection individuelle
PROTECTION INDIVIDUELLE
  • Incontournable
  • Respect des consignes de sécurité adaptées aux modalités de contamination: gants, vêtements de protection, bottes, masques antiaérosols, lunettes
  • Jamais suffisamment efficace car la maladie est basée sur notion d’un effet risque ( 1 seul évènement est suffisant), contrairement à l’effet dose des agents physiques ou chimiques

>> jamais ignorer, minorer ou relativiser la vaccination… très efficace

mesures d hygiene collective
MESURES D’HYGIENE COLLECTIVE
  • Dératisation
  • Assèchement des collections d’eau par drainage
  • Aération des lieux à risques
  • Nettoyages des locaux infectés(abattoirs)
  • Assainissement des berges
  • Aménagement des vestiaires et des installations sanitaires
  • Entretien des équipements
  • Information des personnels à risque et de leurs employeurs
  • Toutes ces mesures sont répertoriées dans le Décret n° 94-352
le vaccin
LE VACCIN
  • Vaccin Leptospire icterohaemorrhagiae PASTEUR, depuis 1993
  • 2 injections à 15 jours d’intervalle
  • Premier rappel 4 à 6 mois
  • Un rappel tous les 2 ans
prise en charge
PRISE EN CHARGE
  • Toute manifestation clinique de Leptospirose, confirmée par un examen de laboratoire est indemnisable comme maladie professionnelle pour les salariés du Régime Général de Sécurité Sociale (tableau n°19 A) ou du Régime Agricole (tableau n°5)
  • Cette référence aux travaux exposants

>>s’impose à la connaissance de tout employeur pour assurer la protection des salariés

>>guide de réflexion de tout médecin du travail

le cas clinique
LE CAS CLINIQUE
  • Mr B… 25 ans, plombier
  • Entreprise du bâtiment
  • Entretien, dépannage en plomberie et couverture
  • Pas d’antécédent médical particulier
  • Aucun sport aquatique, ni chasseur, ni pêcheur
  • Pas d’animaux domestiques
  • Descend dans une galerie pour réparer une canalisation d’eaux usées
  • Equipement EPI avec demi masque
slide19
Mr B…
  • Projection d’eaux usées sur le visage, avec une petite ingestion de liquide
  • Aucune suite à l’incident
  • 10 jours plus tard… syndrome pseudogrippal avec fièvre (40°), myalgies, asthénie, douleurs abdominales
  • Traitement symptomatique en ville
  • Persistance des symptômes, altération état général, ictère cutanéomuqueux après 4 jours
  • >> hospitalisation
slide20
Mr B…
  • Abdomen sensible avec HSMG
  • Examens cardiaque, pulmonaire et neurologique normaux
  • Insuffisance rénale (créatininémie 406 µmol/l), hyperleucytose (12300) thrombopénie (60000) VS 115 (1ére h), cytolyse hépatique (Transaminases x10), CPK x50, cholestase
  • Séméiologie et notion d’exposition >>diagnostic
  • Sérologie
  • Aggravation rapide de l’insuffisance rénale
  • Traitement pénicilline G après recherche leptospires dans sang, urines, et LCR
slide21
Mr B…
  • Evolution clinique et biologique rapidement favorable: apyrexie en 3j, disparition thrombopénie en 3j, normalisation rénale en 10j et hépatique en 15j
  • Sérodiagnostic Elisa positif à la 2è semaine
  • Sérodiagnotic MAT… augmentation significative à 10 j d’intervalle
  • Recherche leptospires négative pendant 2 mois
  • Patient guéri sans séquelles après 18j d’hospitalisation
conclusion
CONCLUSION

Caractère souvent accidentel de l’infection

>>notion de milieu exposant

Difficultés diagnostiques dans les premiers jours

>>importance de l’information des salariés, des employeurs, des médecins traitants

>>vigilance du médecin du travail

Gravité potentielle

>>vaccination pour les postes exposés

Décision vaccinale est facile en cas de poste habituel et régulier, mais plus délicate en cas de poste imprévu, bref et occasionnel

conclusion1
CONCLUSION

Rôle central du médecin du travail dans la stratégie de prévention:

>>évoquer le risque

>>évaluer l’importance

>>informer l’entreprise et chacun des salariés

>>définir cette stratégie et l’exposer au CHSCT

La vaccination est une arme efficace, mais ne doit pas négliger les efforts d’information du personnel pour le sensibiliser au respect des règles d’hygiène et des consignes de sécurité.

la leptospirose3
LA LEPTOSPIROSE

MERCI

DE VOTRE ATTENTION