recherche scientifique au senegal contraintes et perspectives n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
RECHERCHE SCIENTIFIQUE AU SENEGAL-CONTRAINTES ET PERSPECTIVES PowerPoint Presentation
Download Presentation
RECHERCHE SCIENTIFIQUE AU SENEGAL-CONTRAINTES ET PERSPECTIVES

Loading in 2 Seconds...

  share
play fullscreen
1 / 34
Download Presentation

RECHERCHE SCIENTIFIQUE AU SENEGAL-CONTRAINTES ET PERSPECTIVES - PowerPoint PPT Presentation

diem
141 Views
Download Presentation

RECHERCHE SCIENTIFIQUE AU SENEGAL-CONTRAINTES ET PERSPECTIVES

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. RECHERCHE SCIENTIFIQUE AU SENEGAL-CONTRAINTES ET PERSPECTIVES

  2. HISTORIQUE 1960-1972, la recherche se faisait à travers les structures héritées de la colonisation (ORSTOM , IFAN, IPM,BRGM,CNRA) Dans le cadre du deuxième plan de développement économique et social (1965-1969), Création de 2 structuresdu dépendant du Secrétariat Général de la Présidence : • Conseil Interministériel de la Recherche Scientifique et Technique (CIRST) • Bureau des Affaires Scientifiques et Techniques (BAST)

  3. HISTORIQUE • En 1973, création de la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique (DGRST) avec un Fonds de 100Millions FCFA/an pour la recherche universitaire (FIRST) • En 1979, la DGRST devient Secrétariat d'Etat auprès du Premier Ministre chargé de la Recherche Scientifique et Technique (SERST),avec un budget passant de 158Millions à 215Millions .

  4. HISTORIQUE • En 1983, création du Ministère de la Recherche Scientifique et Technique • En 1986 il est remplacé par la Direction des Affaires Scientifique et Techniques (DAST) rattachée au ministère du Plan et de la Coopération • Depuis lors plusieurs changements sont intervenus

  5. CONTRAINTES : • Gouvernance • Financement • Ressources humaines

  6. Gouvernance Organismes de gestion: • Ministères MBERRS MA MIN MESCURU • Agence ARESA

  7. Principaux organismes de recherche

  8. Principaux organismes de recherche

  9. Gouvernance • Contraintes majeures: • Difficulté de coordination nationale • Difficulté d’orientation par la définition de priorités • Absence de structure d’évaluation • Absence de structure de vulgarisation • Absence d’indicateurs bibliométriques

  10. Financement • Sources: • Etat • Coopération • Services • Types: • Subvention de l’Etat aux structures nationales de recherche • Fonds compétitifs(FNRAA,FIRST,etc.) • Programmes/projets(PSOAP, Africa Productivity Program (WAAPP), etc.)

  11. Financement • Outils : • Primes de recherche aux enseignants-chercheurs des Universités publiques • Voyages d’études des ES financés tous les deux ans • Subvention de thèses • Subvention de projets

  12. Financement Contraintes majeures: • Faibles ressources financières allouées par l’Etat • Faible participation du secteur privé • Forte dépendance aux programmes de coopération • Non mutualisation des ressources • Faible niveau d’équipements • Faible accès à l’information scientifique • Faible niveau de transfert de technologies

  13. Ressources humaines Effectifs 2005 • Enseignants Chercheurs 1650 • Chercheurs (Etat) 75 • Chercheurs (Industrie) 28 • Chercheurs (privé non lucratif) 513

  14. Ressources humaines Quelques chiffres en exemple: Université Cheikh Anta Diop de Dakar : 1169 enseignants-chercheurs; Université Gaston Berger de Saint-Louis: 145 enseignants-chercheurs; Université de Thiès: 100; Collège Universitaire de Bambey: 32 Université de Ziginchor:37

  15. Ressources humaines Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA): 120 chercheurs; Institut de Technologie Alimentaire (ITA): 80 chercheurs: 20 PhD, 60 ingénieurs

  16. Constat Nécessité absolue d’améliorer l’état de la recherche Pourquoi faut –il améliorer la recherche? Rôle primordial de la recherche dans le processus de développement

  17. Rôle de la recherche « La recherche est donc la source de renouvellement du monde au sens le plus général et le plus profond. » « le savoir est la seule force et la seule richesse ici-bas, » Cheikh Anta DIOP, 9e biennale de WASA, West African Science Association,Faculté des Sciences de l'Université de Dakar du 27 mars au 1er avril I974.

  18. Rôle de la recherche L'effet «booster» de la recherche scientifique sur l'économie est devenu aujourd'hui un fait incontestable: • une étude a montré que, en faisant passer la R & D privée de 1,3 à 1,4% du PIB, le pays gagne à terme 1,2 point de croissance supplémentaire par an (Pierre Kopp et Patrice Geoffron,Professeurs d’économie à Sorbonne et à Dauphine ). • En comparaison, une baisse de un point du taux d'inflation ou de la pression fiscale a un impact plus limité, de + 0,5 à + 0,7% du PIB.

  19. Rôle de la recherche La prise de conscience du rôle moteur de la recherche scientifique dans le développement Un pays riche n’est pas un pays qui dispose de matières premières, mais de produits à haute valeur ajoutée technologique. Ex: • en 1988, les Etats-Unis gagnaient 11 milliards de dollars grâce à leurs transferts de technologie (brevets) • en 1999, le baril d’eau minérale coûtait plus cher que le baril de pétrole.

  20. Rôle de la recherche  Il est temps de mettre la recherche scientifique au coeur de notre société et de l'économie sénégalaise

  21. Comment améliorer? Renforcer les ressources humaines Ex: la Tunisie (même population environ que le Sénégal): 23000 chercheurs en 2004 dont 12950 chercheurs en équivalent plein temps (EPT) : Renforcer la formation:  par les Ecoles doctorales  par la coopération Sud-Sud ( Centres d’excellence  par la coopération Nord-Sud (AIEA,ICTP,IRD,CRDI, etc.)

  22. Comment améliorer? Renforcer les ressources humaines Ex :La décision du Conseil européen de Barcelone de : porter les investissements européens dans le domaine de la recherche à 3% du PIB  se doter pour cela de 500 mille chercheurs de plus

  23. Comment améliorer? Trouver des mécanismes de financement durables La science est de plus en plus pluridisciplinaire et se fait de plus en plus en réseaux ;  Financement destinées à de vastes réseaux de chercheurs multidisciplinaires et multi-institutionnels, travaillant sur des thèmes présentant un intérêt économique ou social commun Ex : Le nombre de publications qui sont le fruit d’une collaboration internationale a triplé entre 1995 et 2005; le nombre de brevets partagés entre co-inventeurs situés dans des pays différents est passé de moins de 4 % à plus de 7 % entre 1991-93 et 2001-03.

  24. Comment améliorer? Exemples de bonnes pratiques: • Dans l’ UE, les entreprises financent 6.4 % de la R-D exécutée par les universités,2.7 % aux États-Unis et 2 % au Japon; • le Japon a consacré en 2005 3,3% de son PIB à la recherche (un peu plus de 120 milliards d'euros). En 3 ans, il a eu 4 prix Nobel (physique et chimie), le Japon vise d'en avoir trente en 2050;

  25. Comment améliorer? Trouver des mécanismes de financement durables: • Arriver à engager les organismes sous-régionaux et régionaux de développement économique dans le financement de la recherche ; • Amener les États à mettre en oeuvre la recommandation de l'UNESCO (affectation de 3% des ressources allouées dans le cadre du Programme Indicatif du PNUD au financement de la recherche); • Amener les Etats à respecter les engagements de financement de la recherche, conformément au plan d'action de Lagos et à au dernier sommet de l’AU de janvier 2007.

  26. Comment améliorer? Renforcer le dialogue avec les partenaires privés industriels • Par le développement des échanges de personnels: mobilité de chercheurs vers l'entreprise ou accueil au sein des laboratoires de spécialistes industriels; • Par une plus grande implication du secteur privé national dans le financement des activités de recherche;

  27. Comment améliorer? Renforcer le dialogue avec les partenaires privés industriels: • Par la constitution de réseaux de recherche et d'innovation technologique; • Par la création de réseaux de technopoles qui participent à l’effort de création d’entreprises économiques innovantes

  28. Comment améliorer? Mise en place de données bibliométriques Instrument important dans l’évaluation des activités de recherche, des laboratoires et des chercheurs, ainsi que dans l’appréciation des spécialisations et des performances scientifiques des pays.  Intérêt à fonder les opinions, et les choix des décideurs politiques sur des évaluations quantitatives

  29. PERSPECTIVES: • Politique scientifique • Actions

  30. Politique scientifique Mise en place d’un Système National de Recherche Scientifique et d’Innovation:  Mise en place de structures de suivi et d’Évaluation de la recherche;  Mise en place d’une structure de coordination nationale chargée de définir les orientations générales de la politique nationale de la recherche scientifique et de la Technologie ( en cours) ;

  31. Politique scientifique Mise en place d’un statut motivant du chercheur (en cours);  Mise en place d’un mécanisme de financement dédié à des groupes de recherche (GTP) Mise en place d’une Politique de Qualité, de Normalisation, de Certification et de Métrologie (CIMEST)

  32. Actions Création de structures de valorisation et de vulgarisation • Parcs scientifiques et technologiques (en cours); • CRES (déjà fait et à continuer); • Technopoles régionaux • Planetarium

  33. Chercheurs, décideurs politiques, partenaires du privé Ensemble, oeuvrons pour une démarche qualité dans la recherche pour l’amélioration de notre qualité de vie ainsi que notre environnement social et économique

  34. Conclusion « Le luxe va rarement sans les sciences et les arts et jamais ils ne vont sans lui » (Jean-Jacques Rousseau,1750, dans « Discours sur les sciences et les arts ». Plus de deux siècles plus tard cette pensée semble toujours aussi actuelle « chaque pays a le poids des cerveaux de ses chercheurs et cadres scientifiques. »(professeur LICHNEROWICZ