la n c ssit d une perspective panromane dans l tymologie idioromane n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
PowerPoint Presentation
Download Presentation

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 16

- PowerPoint PPT Presentation


  • 77 Views
  • Uploaded on

La nécéssité d'une perspective panromane dans l'étymologie idioromane. . Le cas du roum. lumin ă « lumière ». Le rapport entre p rotorom. */ ' lumen/ et roum. lumin ă.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about '' - crwys


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
la n c ssit d une perspective panromane dans l tymologie idioromane

La nécéssité d'une perspective panromane dans l'étymologie idioromane.

Le cas du roum. lumină

« lumière »

le rapport entre p rotorom lumen et roum lumin
Le rapport entre protorom. */'lumen/ et roum. lumină
  • Est-ce qu’il faut inclure dans mon article ce mot comme dérivé protoroman ou est-ce qu’il s’agit seulement d’une formation idioromane (roumaine)?
  • De toutes manières, ce lexème ne peut pas rester sans étymologie détérminée!!!
hypoth ses tymologiques
Hypothèses étymologiques
  • étymon de base */'lumen/ - mais les opinions diffèrent pour ce qui est du procédé par lequel on arrive à roum.lumină.
  • EWRS (1905):
  • REW s.v. lumenle note parmi les dérivés idioromans (cf. aussi ER : 112 «lume + ină»).
slide4

Quel sens pourrait avoir ce dérivé adjectival?

  • Les explications phonétiques ne sont pas infaillibles.
  • Candrea-Densusianu:
  • CDER:
  • Hypothèse réprise par DLR s.v. lumină: <« nom.pl. al lui lumen, luminis»

 Il combat l’hypothèse de Candrea-Densusianu, mais sans argumenter son point de vue

slide5

REW, Graur, CDER fondent leur explication sur la prémisse d’un suffixe -ină( ??? )

  • Les dérivés en -in / -inădu roumain sont soit de date protoromane (albină, rădăcină, porcină etc.), soit des emprunts slaves (grădină, tulpină, rogojină) soit des emprunts francais (femininetc)
  • Cioranescu place au même niveau les mots en -inăd’origine protoromane (albină, sulfină) et ceux d’origine slave (tulpină).
  • On ne peut pas parler d’une véritable classe des dérivés -in / -inăen roumain, et pas plus d’une classe modèle des paroxytons qui pourrait porter une forte influence sur les proparoxytons, puisqu’il y a parallèlement des proparoxitons en ´-ină, e.g. pómină (< bg. / sb.), țárină( < sl.), țélină( < sl.) etc.
  • De plus, la tendance en roumain est justement celle d’accentuation regressive (Niculescu : 1956), voir l’exemple des emprunts français oxytones qui deviennent paroxytons ou proparoxytons en roum: intime > íntim, antique > ántic, il domine > el dómină , famine > fámină etc.
slide6

D’autres propositions

  • ILR 2: 302 Lumină< *luminia
  • Hristea (1960): derivation postverbale (a lumina, III sg. el lumínă> lumínă s.f.), hypothèse émise en avance par Graur (1954 : 152).
  • Hristea suppose que l’apparition spontanée de ce postverbal au sens de « lumière » estla principale raison de la perte du signifié « lumière » de lume (comme conséquence d’une synonymie superflue dans la langue)
  • MAIS:
  • Tous sont d’accord à expliquer le verbe a lumina comme postnominal d’après lumină(EWRS, Candrea-Densusianu, CDER, DLR).
  • Graur même (ER : 112) revient sur son hypothèse
  • Hristea part justement de la prémisse que la situation (pan)romanene peut pas nous aider dans ce cas-là.
  • Il ne prend pas en compte les dialectes historiques du roum. (où la présence du mot indiquerait une formation plus ancienne)
les dialectes historiques du roumain
Les dialectes historiques du roumain
  • Aroum.luńină(attesté dp. 1770, KavalliotisProtopeiria n° 145, DDA, Pascu), istroroum. lumirę(Candrea-Densusianu, Caragiu-Marioteanu [lumíne])– bien que absent de EWRS, des gloss. de Puscariu, CDER)
  •  forme protoroumaine (du roumain commun)
  • Son ancienneté se reflète aussi dans le phonétisme des premières formes attestées, luminră (Psalt. Hur.124/ 20), lumiră (DLR, ca 1600)
  • D’autres langues romanes?
lumen
*/'lumen/
  • */'lumen/ s.n. > istriot.loûmes.m. « lampe » / « lumière » , it.lume(dp. 1313/1319, DELI2), logoud.lúmene « claire d'oeuf » (DES), occit.lum, gasc.lüm, cat.llum,ast.llume, gal./port.lume (dp. 13e s., DDGM)
  • La raison pour laquelle nousne proposons pasun type /’lum-e/ est justement la forme du logudorais lumene,où il s’agit d’un -e paragogique (ajouté à la forme lumen) et non pas d’une issue de la forme oblique lumine. Donc on peut attéster l’étymon dans sa forme originelle lumen.
  • Cette forme doit appartenir à la phase la plus ancienne du protoroman (que l'on peut appeler protoroman commun), étant à la base de tous les autres types reconstruits.
recat gorisation lum e s f
Recatégorisation */'lum-e/ s.f.
  • */'lum-e/ > dacoroum.lume s.f (dp. 1573/1578 [date du ms.], Psalt. 95), istroroum.lume (KovačecRječnik 108), méglénoroum.lumi « monde », aroum.lume (Pascu 1, 110 ; DDA2 ; BaraAroumain [lumi]), dalm.lóin s.f. « lampe » /«  lumière », istriot.loûme,it.lume, frioul.lum, lad.lüm, romanch.glüm, agn.lume (hap. 1185 ca [Si revent leyns la clarté Et la lume de sa bealté], ANDEl), gasc.lum,cat.llum.
  • Le passage au féminin de ce type de genre neutre originaire doit être simultané avec un changement formel du lexème, de */'lumen/ en */'lum-e/, par analogie avec la sous-classe flexionnelle des parisyllabiques masculins et féminins.
  • on situe ce type dans une phase qui précède la séparation du roumain (2e m. 3e s.[?]), mais qui succède à l'individuation du sarde (2e m. 2e s.[?]), vue son absence de cet idiome.
remorphologisation 1 lumin e s m s f
Remorphologisation 1 : */'lumin-e/ s.m. / s.f.
  • Le changement du genre neutre en masculin / fémininla séparation entre nominatif et accusatif
  • N. la forme brève, */'lumen/; Ac. la forme longue, */'lumin-e/ –recatégorisée et continuée, régionalement, comme forme de base.
  • */'lumin-e/ > afrpr.lumen s.m. « lumière » (fin 16e s. [u lumen du cruzieu «à la lumière de la lampe à huile»], TuaillonPoèmes 126,9), frpr.lúmes.m. « lampe », prov.lúme (dp. 1377).
  • */'lumin-e/ > esp.lumbre s.f. « lampe » (dp. ca 1140).
  • le féminin, caractérisant seulement la forme castillienne, doit représenterune évolution secondaire.
  • la distribution aréologique du type */'lumin-e/, réduite auprovençal, franco-provençal et à l’espagnol, indique une innovation occidentale plus tardive que les autres deux types.
remorphologisation 2 lumin a s f lumin a s n pl
Remorphologisation 2 : */'lumin-a/ s.f. < */'lumin-a/ s.n.pl.
  • */'lumin-a/ > sard.lúmina s.f. « oeil » ( [dans des expressions stérótypes èst a una lúmina «il a un seul oeil»], DES).
  • De plus, à partir d’ici s’est formé un masculin lúminu (est a unu lúminu Pirona, ButlerLatin 113)
  • le sarde conserve l’accentuation proparoxytone ´-inu/ ´-ina: kérvinu, múrinu, mélinu, fémina etc ( ButlerLatin 104, cf. Meyer-Lubke, GLR 2 §454).
  • Cette même forme morphologique a pu être interprétée comme derivéeen */´-in-u/, */´-in-a/.
remorphologisation 3 lu min a s f lumin a s n pl
Remorphologisation 3 : */lu'min-a/ s.f. < */'lumin-a/ s.n.pl.
  • */'lumin-a/, tel que des dérivés véritables en */´-in-u / */´-in-a / (proparoxytones) ,a pu êtreassociéavec les noms suffixés en */-'in-u/, */-'in-a/ (paroxytones) ; parallèle avec les adjectifs proparoxytons en */'-in-u/ devenus paroxytons, */-'in-u/, cf. MeyerLübkeGLR 2, § 454.
  • l’étape suivante implique, donc, un déplacement d'accent, en donnant naissance au type */lu'min-a/.
  • */lu'min-a/ > dacoroum.lumină s.f. « lumière » (dp. 1491/1516 [date du ms. ; luminră], Psalt. Hur.2 192 , aroum.luńină (dp. 1770, KavalliotisProtopeiria n° 145; istrorom. lumirę (Candrea-Densusianu, Caragiu-Marioteanu 1960)
  • Cf. aussi le sard. lumínu « objetd'illumination » (DES), quipourraitêtre un masculin tiré de */lu'min-a/, en raison de la différencesémantique « lumière » / « lampe », transposée dans le genre (voir le cas du cat.llums.m. « lampe » vsllum s.f. « lumière »).
  • On ne peut pas supposer un changement d’accent en sarde, en raison de la conservation de l’accent retrait dans cette langue; les seuls mots sardes en -ínu / -ína sont de date protoromane (ButlerLatin 104)
  • Cf. lomb. lümin, piém. lumin, ven. lumin, cf. gr. τό λουμίνι
slide13
*/'φamen/
  • DÉRom s.v. */'φamen/
  • */'φamin-a/s.n.pl. > */φa'min-a/ s.f. > piém. famina, romanch. famina, afr., fr. famine, frpr.┌famena┐,occit. famina, acat. famina.
  • */'βɛrmin-a/> */βɛr'min-a/
slide14

La grand majorité des noms roumains en -ínă est de date protoromane:

  • e.g. */al'β-in-a/ > dacoroum. albină (Candrea-Densusianu n° 46 ; REW3 ; Cioranescu n° 179)
  • */ka'pr-in-a/ > dacoroum. căprină (DA s.v. capră ; MihăescuRomanité 267), aroum. căprină (Candrea-Densusianu n° 250 ; REW3 ; DDA2 ; MihăescuRomanité 268)
  • */φol'l-in-a/ > aroum. ful'ină (REW3 ; DDA2 ; MihăescuRomanité 268)
  • */marru'k-in-a/> dacoroum. mărăcine (Candrea-Densusianu n° 1046)
  • */ɔ'β-in-a/ > adacoroum. oínă (REW3 ; Cioranescu n° 5746 ; DLR ; MihăescuRomanité 266)
  • */pɔr'k-in-a/ > dacoroum. porcină (Candrea-Densusianu n° 1430 ; Cioranescu n° 6652 ; DLR), aroum. purţină (Candrea-Densusianu n° 1430 ; REW3 ; DDA2)
  • */radi'k-in-a/ > dacoroum. rădăcină (MeyerLübkeGLR 2, § 453 ; REW3 ; Cioranescu n° 7020 ; DLR)
  • */sul'φ-in-a/ > dacoroum. sulfină (DLR), aroum. sulfină/ sulhină(DDA2)
conclusion
Conclusion
  • Nous considerons la forme */lu'min-a/ de date protoromane (cf. EWRS qui suppose un étymon « *lumīna (von lumen) », mais sans d'autres explications), et non pas idioromane, ayant souffert un déplacement d'accent parallèleàce type de formations, dans la phase protoromane
  • On peut mettre en lumière l’utilité du travail et de la publication en parallèle de plusieurs articles déromiens (sans */'φamen/ l’hypothèse aurait étémoins sûre)
  • Dans la même classe – */'nomen/
  • Travail d’équipe (non idio-, mais pan- , tel que la vue idioromane a moins de chances de réussir que la vue panromane)
un grand merci
Un grand merci à:
  • Eva Buchi
  • Victor Celac
  • Pascale Baudinot
  • Yan Greub
  • Jean-Paul Cheveau
  • Sextil Puscariu
  • Simone Pisano
  • Ana Cano
  • Auguste Kovaček
  • José Antonio Pascual
  • L’éstimé auditoire pour la patience de m’avoir écouté!!!