le complexe cepacia n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Le complexe cepacia PowerPoint Presentation
Download Presentation
Le complexe cepacia

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 34

Le complexe cepacia - PowerPoint PPT Presentation


  • 183 Views
  • Uploaded on

Le complexe cepacia. Actualités microbiologiques et cliniques Dr Agnès Ferroni Laboratoire de Microbiologie, Hôpital Necker-Enfants Malades. 9 novembre 2005. Burkholderia cepacia. Bacille à Gram négatif non fermentant, aérobie strict, mobile (polaire), oxydase + lente

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Le complexe cepacia' - chaylse


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
le complexe cepacia
Le complexe cepacia

Actualités microbiologiques et cliniques

Dr Agnès Ferroni

Laboratoire de Microbiologie, Hôpital Necker-Enfants Malades

9 novembre 2005

slide2

Burkholderia cepacia

  • Bacille à Gram négatif non fermentant, aérobie strict, mobile (polaire), oxydase + lente
  • Initialement genre Pseudomonas : Pseudomonas cepacia, Pseudomonas multivorans, Pseudomonas kingii
  • 1992 : création du genre Burkholderia => « Burkholderia cepacia »
  • Décrit historiquement comme unphytopathogène: mis en évidence en 1950 à partir du bulbe d ’oignon (cepia = oignon) (Burkholder , Phytopath, 1950)
evolution constante de la taxonomie
Evolution constante de la taxonomie

Depuis 1995:

division de l ’espèce en variétés génomiques :génomovars

(souches phénotypiquement similaires mais génotypiquement hétérogènes)

=> « complexe Burkholderia cepacia« ou » Burkholderia cepaciasensu lato »

≥ 9 génomovars

(30 à 60% d ’homologie entre les ADN)

I : B. cepaciasensu stricto

II : B. multivorans

III : B. cenocepacia

IV : B. stabilis

V : B. vietnamiensis

VI : B. dolosa

VII : B. ambifaria

VIII : B. anthina

IX : B. pyrrocinia (Reik, JCM, 2005)

habitat naturel saprophyte ubiquitaire
Habitat naturel : saprophyte ubiquitaire
  • Sol et eau (y compris eau du robinet, eau distillée)
  • Plantes
    • oignon, riz, blé, maïs
    • Fruits et légumes, "salad bars" (fast food)
  • Survie dans les amibes libres (Acanthamoeba polyphaga) => rôle dans la transmission? (Marolda, Microbiology, 1999)
slide5

Bactérie d’intérêt industriel « Jekyll and Hyde mibrobien »

• Production de substances

antibactériennes et antifongiques

=> utilisée dans l ’agriculture

• Biodégradant des agents polluants

organiques

(déchets industriels et pesticides

chimiques)

problème de santé publique :

risque d'infection humaine

(Reik, JCM, 2005)

pouvoir pathog ne
Pouvoir pathogène
  • Faible virulence chez l’homme sain => pathogène opportuniste
  • 3 types d’infections :
    • Epidémies d’infections nosocomiales
    • infections sévères chez les sujets immunodéprimés
    • Infections pulmonaires au cours de la mucoviscidose
infections nosocomiales
Infections nosocomiales
  • Après utilisation de liquides contaminés :
    • eau distillée, solutés injectables
    • solutions antiseptiques (ammoniums quaternaires, chlorexidine, polyvidone iodée)
  • Après utilisation de matériel

Instruments, sondes, cathéters, circuits de respirateurs, nébulisateurs, bronchoscopes

Types d’infections :Pseudobactériémies Abcès, plaies infectées, lésions hyperkératosiques macérées (“foot rot”) Arthrites aigues Infections urinaires

slide8

Derniers cas décrits

  • Outbreak of B. cepacia bacteriemia traced to contamined hospital water used for dilution of an alcohol skin antiseptic (Nasser, Infect control Hosp, Epidemiol, 2004)
  • B. cepacia infections associated with intrinsically contaminated ultrasound gel: the role of microbial degradation of parabens. (Hutchinson, Infect Control hosp Epidemiol, 2004)
  • Ralstonia picketti and B. cepacia complex bloodstream infections related to infusion of contaminated water for injection (Moreira, J Hosp Infect, 2005)
  • Outbreak of B. cepacia bacteremia in a pediatric hospital due to contamination of lipid emulsion stoppers(Doit, J. Clin. Microbiol, 2004)
infections chez les immunod ficients
Infections chez les immunodéficients
  • Quelques cas de bactériémies chez le drépanocytaire
  • Sepsis et infections pulmonaires chez les patients atteints de granulomatose septique chronique
    • 2eme infection la plus léthale (Johnston, Curr Opin Hematol, 2001)
    • 1er bacille à Gram négatif en cause
    • Grande résistance de B. cepacia à la bactéricidie non oxydative des cellules phagocytaires
infections pulmonaires au cours de la mucoviscidose epid miologie
Infections pulmonaires au cours de la mucoviscidoseEpidémiologie
  • 1979: 1ere description de colonisation pulmonaire à B. cepacia

(Blessing, Am Rev Respir Dis)

  • Incidence croissante depuis les années 80 : Etats Unis, Grande Bretagne ++
  • Incidence de 3,2% en France, mais très variable selon les centres ( 40%)
slide11

Répartition des 5 bactériescliniquement importantes selon l’âge

D (D’après l ’Observatoire National de la Mucoviscidose)

proportion des malades colonis s b cepacia selon l ge
Proportion des malades colonisés à B. cepacia, selon l’âge

Burkholderia cepacia

Classes d’âges

clinique
Clinique
  • variable selon les individus, même pour une même souche Portage chronique ------> détérioration pulmonaire rapide
  • Diminution de la survie moyenne des patients colonisés

=> prise en charge particulière de ces malades

slide14

Prévalence des génomovars de B. cepacia

Canada** 475 patients

Italie *** 59 patients

États-Unis*1218 patients

France****

153 patients

Genomovar ou espèce

B. cepacia « sensu stricto »

3,1

0.2

4.8

0

B. cenocepacia

45,6

80

69,5

45,1

B. multivorans

38,7

9,3

4,3

51,6

B. stabilis

0,3

3.8

3.2

1,3

B. vietnamiensis

5,9

1.6

ND

0,6

B. dolosa

3,8

ND

ND

0

0

B. ambifaria

0.8

ND

ND

0

B. anthina

0,2

ND

ND

B. pyrrocinia

0,3

ND

1,3

1,9

*Reik,JCM, 2005. **Speert, Can Emerg Infect Dis, 2002. ***Agodi, JCM, 2001. **** Brisse, JCM, 2004

potentiel pathog ne des diff rents g nomovars du complexe b cepacia au cours de la mucoviscidose
Potentiel pathogène des différents génomovars du complexe B. cepacia au cours de la mucoviscidose
  • B. cepacia sensustricto (génomovar I) : phytopathogène +++
  • B. cenocepacia (génomovar III): potentiel pathogène chez l’homme ++
      • souches hautement transmissibles
      • souches liées au “syndrôme Cepacia”
      • Survie à 5 ans raccourcie/patients colonisés à P. aeruginosa (p=0,01) (Jones, Thorax, 2004)
  • B. multivorans (gén II), B. vietnamiensis(gén V), B. dolosa (gen VI)
    • épidémies décrites
    • détérioration clinique moins marquée que pour B. cenocepacia
identification du complexe b cepacia

utilité du diagnostic génotypique

Identification du complexe « B.cepacia »
  • Culture lente (≥ 2 jours)
  • Milieux gélosés sélectifs très utiles (milieu « cepacia »)
  • Identification phénotypique par galeries peu aisée
  • Diagnostic différentiel difficile: - S. maltophilia, Ralstonia spp, Achromobacter... - Autres espèces de Burkholderia (B. gladioli…), - Génomovars du complexe Cepacia…
principales m thodes g notypiques d identification
Principales méthodes génotypiques d ’identification
  • ADNr 16S / 23S : diversité des séquences nucléotidiques
    • PCR avec primers spécifiques d’espèces
    • PCR RFLP (« Observatoirecepacia ». Segonds, JCM, 1999)
    • PCR puis séquençage de l ’ARNr 16S ciblé sur les bacilles à Gram négatif non fermentants  (Ferroni, JCM, 2002)
  • recA: diversité des séquences nucléotidiques
    • PCR RFLP
    • PCR avec primers spécifiques d ’espèces
    • PCR puis séquençage (Payne, Appl Environ Microbiol, 2005)
  • MLST: différentiation entre espèces et souches (Baldwin, JCM, 2005)
caract ristiques principales de b cepacia chez le patient atteint de mucoviscidose
Caractéristiques principales de B. cepacia chez le patient atteint de mucoviscidose

1) Risque de pneumopathies nécrosantes

2) Haut niveau de transmissibilité pour certaines souches

3) Multirésistance aux antibiotiques

syndr me cepacia
« Syndrôme Cepacia »
  • 1eres descriptions : 1984-1985(Isles, J. Pediatr, 1984; Thomassen, Am rev respir Dis, 1985)
    • Pneumonie nécrosante
    • Bactériémie (≠ P. aeruginosa)
    • Détérioration clinique rapide et fatale
  • Concerne 20% des patients colonisés à ce germe
  • B. cenocepacia +++ (génomovar III)
  • Marqueurs de l'inflammation  
    • Cytokines proinflammatoires : taux 10 fois > à P. aeruginosa
    • inflammation équivalente à celle induite par le LPS de E. coli
b cepacia et transplantation pulmonaire
B. cepacia et transplantation pulmonaire

Mortalité plus importante après greffe pulmonaire Mortalité à 6 mois : 33%(colonisés) vs 8% (non colonisés) Survie à 1, 3 et 5 ans diminuée Génomovar III : seul responsable (Aris, Pediatr Pulmonol, 2001; De Soyza, lancet, 2001)

=> l’exclusion de la transplantation des patients colonisés à d’autres génomovars est-elle licite?

=> le typage des souches devrait être systématique pour améliorer la prise en charge clinique de ces patients

transmissibilit de b cepacia
Transmissibilité de B. cepacia
  • Existence de clones hautement transmissibles : genomovar III +++
    • Clone ET12 : Canada (Toronto), Angleterre (début 90 => maintenant)
    • Clone PHDC et Midwest: USA
    • Clone A/D/A et D/B/C : France (Bretagne ++) (Chabanon, Observatoire National de la Mucoviscidose)
  • Analyse épidémiologique dans 13 centres mucoviscidose en France:
    • Contaminations croisées intracentres fréquentes (7/13)
    • Très peu de contamination inter-centre
    • Souches françaises ≠ souche épidémique ET12

(Segonds, JCM, 1997)

acquisition de b cepacia 1
Acquisition de B. cepacia (1)
  • Transfert direct de patient à patient +++ - Contact par gouttelettes - Personnel soignant : réservoir peu probable - Transmission prouvée à l'hôpital et à l'extérieur par contacts sociaux (Govan, Lancet, 1993)

 Isolement préconisé +++ - Isolement total dans les centres mucoviscidose (chambres seules, soins et kinésithérapie séparés...) - Regroupement des sujets colonisés non conseillé

 mesures d'exclusions ++(sont bannis: voyages en groupes, centres de vacances)

=> diminution des nouvelles colonisations(Chen, JPed, 2001)

    • Pasde risque de contamination pour les sujets contact immunocompétents
acquisition de b cepacia 3
Acquisition de B. cepacia (3)
  • Environnement domestique et hospitalier
    • Matériel humide : nébuliseurs…
    • Eau du robinet
    • Surfaces sèches: B. cepacia rarement retrouvé
  • Environnement naturel (sol, plantes, eau) : 2001 : pas de similarité souches du sol /souches cliniques 2002, Lipuma, Lancet : « an epidemic BC complex strain identified in soil » (genomovar III)

=> l ’usage commercial de B. cepacia est-il prudent?

=> les recommandations de prévention doivent tenir compte de ce réservoir

facteurs de transmissibilit de b cenocepacia
Facteurs de transmissibilité de B. cenocepacia

Etudiés sur le clone ET12

1) Gène cblA (cable pilus encoding strain) => « pilus cable »

  • favorise l’adhérence aux mucines et aux cellules épithéliales

=> souches hyperpiliées

  • non présent sur toutes les souches épidémiques

2) Adhésine de 22 kDa

3) B. cepacia Epidemic Strain Marker (BCESM; 1,4 kb)

non présent sur toutes les souches épidémiques

virulence 1
Virulence (1)

Facteurs de virulence

  • Absence d'exotoxine A, cytotoxine, alginate (≠ pyocyanique)
  • Facteurs non spécifiques : Hémolysine , quorum sensing, production de sidérophores, formation de biofilms
  • Facteurs spécifiques :1) LPS (structure particulière du lipide A)2) Gène cbllA 3)Ilôt génomique de pathogénicité (cenocepacia island)incluantle B. cepacia Epidemic Strain Marker et un système de quorum sensing propre (Baldwin, Infect Immun, 2004)
virulence 2
Virulence (2)

Survie et croissance intracellulaire

(analogie avec B. pseudomallei)

  • Burns, Infect Immun, 1996

“A invasion of respiratory epithelial cells by B. cepacia”

  • Saini, Microbiology, 1999

“Intravellular survival of B. cepacia complex isolates in the presence

of macrophage cell activation”

  • Cieri, Infect Immun, 2002

“Correlation between an in vitro invasion assay and a murine model of B. cepacia lung infection ”

virulence 3
Virulence (3)

Résistance à la bactéricidie non oxydative Au cours de l’infection chronique à P. aeruginosa, l’alginate (mucus) de P. aeruginosa piège les radicaux oxygénés des PNN

=> bactericidie oxydative diminuée => B. cepacia peut se développer (id granulomatose chronique)

traitement
Traitement

Résistance à de nombreux antibiotiques et désinfectants Apparition ++ de résistance en cours de traitement (mutants)

N'élimine pas la colonisation mais diminue l'inflammation Réponse clinique faible vis à vis des antibiotiques actifs in vitro

Pas de traitement antibiotique standardisé de l ’infection chronique (≠ P. aeruginosa) Aérosols : une seule étude sur la tobramycine en aérosols => résultats encourageants (3 patients/4: éradication du germe) (Middleton, Eur Respir J, 2005)

Traitement des exacerbations : choix restreint

slide30

TIC

TCC

PIP

TZP

CAZ

IMP

ATM

CFS

MOX

TM

AN

GM

CIP

FOS

CS

K

Burkholderia cepacia

slide31

TIC

TCC

PIP

TZP

C

SSS

CAZ

IMP

ATM

CFS

MEM

MOX

TM

AN

GM

MnO

RA

CIP

FOS

CS

K

Burkholderia cepacia multirésistant

activit in vitro des antibiotiques cmi 50 mg l
Amoxicilline >32

Amoxicilline + acide clav >32

Ticarcilline > 512

Ticarcilline + acide clav > 512

Pipéracilline 4

Pipéracilline + tazobactam 4

Cefotaxime 16

Ceftazidime 4

Céfépime 16

Aztréonam > 128

Imipénème 32

Méropénème 2

Gentamycine >32

Tobramycine > 32

Amikacine 32

Ciprofloxacine 2

Chloramphénicol 8

Tétracycline 4-8

Cotrimoxazole 4

Colimycine >16

Activité in vitro des antibiotiques (CMI 50%, mg/l)
antibioth rapie des souches multir sistantes
Antibiothérapiedes souches multirésistantes

Aaron, Am J Respir Crit Care Med, 2000 “multiple combination bactericidal antibiotic testing for patients with cystic fibrosis infected with B. cepacia” 119 B. cepacia multirésistants, 15 antibiotiques, 430 combinaisons

  • Monothérapie : méropénème le + performant mais bactéricidie sur seulement la 1/2 des souches
  • Bithérapie : méropénème-minocycline méropénème-amikacine méropénème-ceftazidime

=>bactericidie sur 75% des souches

  • Trithérapie : méropénème-ceftazidime-tobramycine (posologies ) =>bactericidie sur 93% des souches
questions
Questions...
  • Pourquoi B. cepacia, parmi tous les autres germes saprophytes environnementaux, est il devenu un pathogène de cet importance chez le patient atteint de MV?
  • Quels sont les facteurs humains, microbiologiques et environnementaux favorisant la transmission du germe?
  • Thérapeutique optimale des patients infectés?
  • Principal facteur de virulence de B. cepacia?