musique et plasticit c r brale l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Musique et plasticité cérébrale PowerPoint Presentation
Download Presentation
Musique et plasticité cérébrale

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 33

Musique et plasticité cérébrale - PowerPoint PPT Presentation


  • 131 Views
  • Uploaded on

Musique et plasticité cérébrale. Patricia Moreau. PLAN. Qu’est-ce que la plasticité cérébrale? Plasticité et musique Musiciens vs non-musiciens Discussion et questions. Qu’est-ce que la plasticité cérébrale?.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Musique et plasticité cérébrale' - chas


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide2
PLAN
  • Qu’est-ce que la plasticité cérébrale?
  • Plasticité et musique
  • Musiciens vs non-musiciens
  • Discussion et questions
qu est ce que la plasticit c r brale
Qu’est-ce que la plasticité cérébrale?
  • Ajustement ou adaptation d’un système neuronal en réponse à une demande environnementale, un besoin de performance, ou encore en compensation de dommages causés à certains structures cérébrales.
qu est ce que la plasticit c r brale4
Qu’est-ce que la plasticité cérébrale?
  • Capacité du cerveau à remodeler ses connexions synaptiques (Hebb, 1949)
  • Résulte de l’apprentissage, la mémoire et l’adaptation à des lésions cérébrales
plasticit c r brale p riode critique
Plasticité cérébrale – Période critique
  • Enfance = apprentissage fonctionnel = organisation structurelle
  • Par exemple, il est beaucoup plus facile d’apprendre à jouer d’un instrument de musique en jeune âge(habiletés motrices plus malléables et cortex auditif plus sensible à la réorganisation)
  • Le même apprentissage plus tard dans la vie implique un plus grand effort
tudes de plasticit chez les animaux
Études de plasticité chez les animaux
  • Chats aveugles (Rauschecker & Korte, 1993)
    • Quatre chats rendus aveugles par une suture des yeux à l’âge de 10 jours, comparés à deux chats normaux.
    • Au moment de l’expérimentation, les chats avaient entre 4 et 10 ans.
    • Les yeux des chats ont été ré-ouverts pour l’expérimentation. Le fonctionnement des yeux étaient normal.
    • Micro-électrophysiologie : une microélectrode permet de cibler l’activité d’un neurone à la fois.
    • Présentation de stimuli visuels, auditifs et somatosensoriels.
tudes de plasticit chez les animaux12
Études de plasticité chez les animaux
  • Résultats
    • Aire du cortex normalement dédiée à la modalité visuelle est maintenant prise en charge par les modalités auditives et somatosensorielles.
    • Au niveau du cortex auditif, les neurones montrent une plus grande précision pour la localisation de source sonore.
tudes de plasticit chez les animaux13
Études de plasticité chez les animaux
  • Singes (Recanzone et al. 1993)
    • 5 singes sont entraînés à discriminer de petites différences de fréquence sonore
    • 5 autres singes contrôles ne participent pas à l’entraînement.
    • Durée de l’entraînement = 60 à 80 jours à raison d’une session par jour
    • Micro-électrophysiologie utilisée pour faire la cartographie des aires tonotopiques auditives
tudes de plasticit chez les animaux14
Études de plasticité chez les animaux
  • Résultats
    • Les aires corticales auditives dédiées au traitement des fréquences utilisées pour les sons différents, lors de l’entraînement, sont de 2 à 3 fois plus volumineuse chez les singes ayant suivi l’entraînement.
tude de plasticit chez l homme
Étude de plasticité chez l’homme
  • Aveugles congénitaux (Weeks et al. 2000)
    • Neuf aveugles de naissance sont comparés à neuf voyants.
    • PET (positron emission tomography)
    • On demande aux sujets de localiser des sons dans l’espace. Ils doivent bouger un manche de jeux vidéo dans la direction d’où venait le son.
    • Mesure comportementale de performance au niveau de l’identification de la localisation des sons.
tude de plasticit chez l homme16
Étude de plasticité chez l’homme
  • Résultats
    • Comportemental: aucune différence entre les aveugles et les voyants
    • Lors de la localisation de sons dans un espace virtuel, on observe une activation de certaines parties du cortex pariétal postérieur dans une région séparée des aires visuelles.
    • Ches les sujets aveugles, on observe une plus grande portion de cette même région activée, mais on observe aussi une large activation du cortex occipital généralement dédié aux stimulations visuelles.
pourquoi tudier les musiciens
Pourquoi étudier les musiciens?
  • Entraînement musical commence dans une période où le cerveau bénéficie encore d’un grand potentiel d’adaptation.
  • Ils entreprennent de longues périodes d’entraînement impliquant des fonctions motrices complexes.
trois tudes frappantes
Trois études frappantes…
  • Pantev et al. 2001
  • Pascual-Leone et al. 1995
pantev et al 2001

Pantev et al. 2001

Representational cortex in musicians

Plastic alterations in response to musical practice

participants
Participants
  • Groupe 1
    • Composé de 9 musiciens: 6 violonistes, 2 violonscelistes et un guitariste.
    • Jouent en moyenne depuis 12 ans (7 – 17 ans).
    • Pratiquent leur instrument de 9 à 10 heures par semaine.
  • Groupe 2
    • Composé de 6 sujets contrôles n’ayant jamais joué d’un instrument et ne pratiquant pas régulièrement des activités impliquant une grande dextérité manuelle tel que taper au clavier d’un ordinateur.
m thode
Méthode
  • On stimule les doigts D1 (pouce) et D5 (le petit doigt) de chaque main chez tous les sujets en appliquant une brève pression pneumatique.
  • Pendant ce temps on procède à un enregistrement magnétoencéphalograpique de l’activité cérébrale dans le but de localiser les sources d’activation cérébrale et d’en quantifier la force.
  • On s’intéresse plus particulièrement à la main gauche.
r sultats25
Résultats
  • Sources neuronal plus ample chez les musiciens que chez les non-musiciens
  • Effet significatif pour D1 mais nettement plus évident pour D5.
  • Aucune différence entre musiciens et non-musiciens pour la main droite.
r sultats26
Résultats

Age (years)

pascual leone et al 1995

Pascual-Leone et al. 1995

Modulation of muscle responses evoked by transcranial magnetic stimulation during the acquisition of new fine motor skills

participants28
Participants
  • Tous les participants sont non-musiciens
  • Groupe 1 (6 sujets)
    • Pratiquent une séquence de huit notes à faire avec la main droite au piano avec un métronome.
  • Groupe 2 (6 sujets)
    • Jouent ce qu’ils veulent au piano mais n’ont pas le droit de jouer des séquences fixes
  • Groupe 3 (6 sujets)
    • Ne fais rien
m thode29
Méthode
  • À chaque jour pendant 5 cinq jours, les sujets viennent pour pratiquer (ou ne rien faire) pendant 2 heures.
  • Tous les jours on procède à une stimulation magnétique transcranienne (TMS) qui permet de définir la cartographie des zones motrices corticales pour les muscles flexeurs et extenseurs du plus long doigt
r sultats31
Résultats
  • Les sujets ayant pratiqué la séquence de 5 doigts au piano montrent une représentation cortical de la zone motrice dédiée au doigt plus grande que les deux groupes contrôles.
  • Démontrent la rapidité avec laquelle le cortex peut être modifié.
en conclusion
En conclusion!
  • Le cerveau est un organe malléable
  • Capacités adaptatives et réorganisationelles extraordinaires et rapides
  • Les musiciens sont de réels exemples de plasticité cérébrale
le c t sombre de la plasticit
Le côté sombre de la plasticité
  • La plasticité cérébrale engendrée par la pratique professionnelle d’un instrument peut provoquer menées à des conséquences négatives.
  • Ex: la représentation corticale des doigts des musiciens peut s’étendre et engendrer une superposition des zones corticales.
  • Résultats: la perceptions somatosensorielle des doigts est confondue.

Elbert, T., et al. (1998). Alteration of digital representations in somatosensory cortex in focal hand dystonia. Neuroreport, 9, 3571-3575.