cours 9 ses les grands principes de pr vention n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Cours 9 SES : Les grands principes de prévention PowerPoint Presentation
Download Presentation
Cours 9 SES : Les grands principes de prévention

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 51

Cours 9 SES : Les grands principes de prévention - PowerPoint PPT Presentation


  • 111 Views
  • Uploaded on

Cours 9 SES : Les grands principes de prévention. Corinne Alberti. Introduction. La plupart des médecins sont attirés par la médecine car ils essaient de guérir les malades.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Cours 9 SES : Les grands principes de prévention' - chance


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
introduction
Introduction
  • La plupart des médecins sont attirés par la médecine car ils essaient de guérir les malades.
  • Mais, tout bien considéré, la plupart des malades préféraient ne jamais être malades, ou du moins, s’ils ne peuvent l’éviter, ils préfèrent qu’on diagnostique leur maladie tôt pour la traiter avant qu’elle ne leur cause trop de douleur ou de mal.
introduction1
Introduction
  • Intérêt des visites préventives
  • Pour identifier et modifier, en absence de toute plainte, les facteurs de risque afin d’éviter le développement des maladies
  • Ou pour diagnostiquer une maladie tôt dans son évolution
slide4
Plan
  • Définitions de la prévention
  • Dépenses de prévention
  • Programmes de prévention et de santé publique
classifications de la pr vention
Classifications de la prévention
  • Basée sur la nature de l’intervention préventive, celle de l’OMS (Organisation Mondiale de la santé)
  • Basée sur la nature de la population cible
  • Basée sur une combinaison des 2 approches précédentes
classification de l oms
Classification de l’OMS
  • Prévention primaire
  • Prévention secondaire
  • Prévention tertiaire
histoire naturelle de la maladie
Histoire naturelle de la maladie

Début processus biologique

Possibilité diagnostic précoce

Diagnostic clinique usuel

Bonne santé

Devenir

Dx

Guérison

Temps

Incapacité

Décès

classification de l oms pr vention primaire
Classification de l’OMSPrévention primaire
  • A pour but d’éviter l’apparition de la maladie en agissant sur les causes
  • Désigne l’action portant sur les facteurs de risque des maladies avant leur survenue
  • Médicale et non médicale
    • Prévention de la transmission ou de l’infection : vaccination, lavage des mains, détection des infections au don du sang
    • Education pour la santé : manger mieux, manger plus, ne pas fumer
    • Sécurité routière (ceintures de sécurité, casques de moto)
classification de l oms pr vention secondaire
Classification de l’OMSPrévention secondaire
  • Vise à détecter la maladie ou la lésion qui la précède à un stage où l’on peut intervenir utilement
  • Vise à dépister les maladies et à éviter l’apparition des symptômes cliniques ou biologiques
    • Dépistage des cancers
slide11

Classification de l’OMSPrévention secondaire (suite)

  • Dépistage

= identification rapide d’une maladie ou d’un facteur de risque inconnu

    • Par l’interrogatoire (par ex, demander si le sujet fume)
    • Par l’examen clinique(par ex, examen prostatique)
    • Par des examens biologiques (ex, taux de cholestérol dans le sang)
    • Ou autres(mammographie, frottis cervico-vaginaux, colonoscopie)
  • Geste de prévention primaire et secondaire
  • N’est pas un acte diagnostique +++
slide12

Classification de l’OMSPrévention tertiaire

  • A pour objectif de diminuer les récidives, les incapacités et de favoriser la réinsertion sociale.
  • A pour vocation de limiter les complications et séquelles d’une maladie.
  • Est pratiquée pendant ou après les soins et s’attache à limiter la gravité des conséquences de la pathologie
    • Utilisation de β-bloquantspour diminuer le risque de décès des malades après infarctus du myocarde
classification de l oms pr vention tertiaire suite
Classification de l’OMSPrévention tertiaire (suite)
  • Limites plus ou moins floues avec la médecine curative (et non préventive)
  • Particulièrement importante en cas de maladie chronique afin de maximiser la durée de vie à haut niveau de qualité de vie.
    • Ex malades diabétiques
    • Prévention tertiaire nécessite plus de contrôle de la glycémie (examens ophtalmo, éducation, recherche des FDR cardiovasculaires, recherche de protéinurie)
bilan des pr ventions
Bilan des préventions

Début processus biologique

Possibilité diagnostic précoce

Diagnostic clinique usuel

Bonne santé

Devenir

Dx

1

2

3

  • Primaire :
  • Supprime les facteurs de risque
  • Secondaire :
  • Détection précoce et traitement
  • Tertiaire :
  • Diminuer les complications

Guérison

Incapacité

Décès

exemples
Exemples
  • Hyperlipidémie :
    • Prévention primaire :
      • Conseils diététiques et hygiène de vie données au cours d’une consultation médicale
    • Prévention secondaire :
      • Dépistage des sujets à risque par un bilan biologique et suivi médical
    • Prévention tertiaire :
      • En cas d’IDM, prise en charge médicale à court et long terme pour éviter complications et récidives
autre exemple
Autre exemple
  • SIDA
    • Prévention primaire :
      • Actions pour réduire le risque de contamination par le virus : sérologies au don du sang, préservatifs, seringues à usage unique
    • Prévention secondaire :
      • Vise les porteurs asymptomatiques : suivi biologique de la charge virale et du taux de T4, traitements antirétroviraux
    • Prévention tertiaire :
      • Traitement du SIDA.
classification bas e sur le type de population cible
Classification basée sur le type de population cible
  • Prévention individuelle
    • Vise à modifier les comportements par des obligations(vaccinations obligatoires, interdiction de fumer…) ou des incitations(dépistage, vaccinations recommandés, éducation pour la santé…)
    • Tout ce qui est fait en direction des individus pour améliorer leurs connaissances des problèmes de santé et amender leurs comportements
classification bas e sur le type de population cible1
Classification basée sur le type de population cible
  • Prévention collective :
    • Vise à réduire les facteurs de risque liés à l’environnement(mesures de sécurité sanitaire concernant l’eau, l’air, les rayonnements ionisants…).
    • Vise à préserver la santé des individus en agissant en amontdu système de santé par action sur l’innocuité et la préservation de l’espace public.
classification combinant les 2 approches
Classification combinant les 2 approches
  • Travail d’un groupe d’experts français (DRASS, CNAMTS, Université, PMI, INPES, HAS, Inserm…) au sein de l’IRDES(Institut de Recherche et de Documentation et Economie de la Santé) – 2008.
  • Combine la nature réelle de l’action de prévention au sens des objectifs et des moyens et le type de populationciblée par l’action préventive.

DRASS : Direction Régionale des Affaires sanitaires et sociales.

CNAMTS : Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés.

PMI : Protection Maternelle et Infantile.

INPES : Institut National de Prévention et d’Education à la Santé.

HAS : Haute Autorité de Santé.

Inserm: Institut National de la Santé et Recherche Médicale

classification combinant les 2 approches1
Classification combinant les 2 approches
  • A – Eviter la survenue d’une maladie ou d’un état de santé indésirable :
    • Les mesures à visée environnementale(collectives)
      • Mesures d’hygiène, conditions de logement, sécurité routière, lutte contre les expositions nocives (rayonnements, qualité de l’eau de baignade…)…
    • Les mesures axées sur le comportement individuel (collectives et individuelles).
      • Hygiène de vie, alimentaire et bucco dentaire, lutte contre letabagisme, l’alcoolisme, …chez les personnes bien portantes
    • Les mesures réalisées dans le cadre du système de santé.
      • Actions individuelles réalisées par les biens portants afin d’éviter une maladie et ayant induit un contact avec le système de santé à l’exclusion des dépistages : vaccin hors calendrier vaccinal pour les voyages, prévention du paludisme, suivi de grossesse…
classification combinant les 2 approches2
Classification combinant les 2 approches
  • B – Dépisterles maladies
    • Les actions sont essentiellement individuelles et sont toutes réalisées dans le cadre du soin
    • Les actions concernent les biens portants
      • Mammographies, hémocult, prise de la pression artérielle, surveillance du poids, prises de sang pour les dosages du cholestérol, des triglycérides, du glucose…
classification combinant les 2 approches3
Classification combinant les 2 approches
  • C – Prendre en chargeles facteurs de risque et les formes précoces des maladies
    • Prise en charge des facteurs de risque : actions de prise en charge individuelle des facteurs de risque non compliqués ou des comportements à risque additifs.
      • Traitement médicamenteux et suivi médical de l’HTA, du diabète de type 2 et des hyperlipidémies simples, sevrage tabagique, prise en charge de l’obésité, prise en charge de la dépendance alcoolique…
    • Prise en charge des formes précoces des maladies : actions de prise en charge individuelle précoce cherchant à éviter une aggravation ou l’apparition d’un autre trouble connexe plus sévère
      • Correction de la dyslexie ou du strabisme, rééducations des déficiences sensorielles et des troubles de la statique, orthodontie, surveillance des cancers in-situ (peau), traitement des primo-infections tuberculeuses…
classification combinant les 2 approches4
Classification combinant les 2 approches
  • Liens avec la classification de l’OMS
    • A. prévention primaire
    • B. prévention secondaire
    • C. prévention tertiaire
  • Mais aussi des différences
    • Prévention primaire : A et C
    • Prévention tertiaire : fraction de C
rappel comptes de la sant
Rappel : Comptes de la santé
  • Les comptes nationauxde la Santé :
    • Compte satellite de la comptabilité nationale.
    • Evaluation rétrospective annuelle de la consommation et du financement de la « fonction santé »(ensemble des actions qui concourent au traitement ou à la prévention d’une perturbation de l’état de santé).
  • 2 agrégatsprincipaux
    • Consommation médicale totale (CMT)
    • Dépense courante de Santé (DCS)
  • Consommation Médicale Totale (CMT)
    • Consommation de Services et Biens médicaux (CSBM)
    • Consommation de soins de médecine préventive (CSMP)
  • DCS : comprend la CMT + dépenses de prévention collective…(cf. cours 3).
sources de financement des mesures de pr vention dans le cns
Sources de financement des mesures de prévention dans le CNS
  • État, collectivités locales et territoriales
  • Assurance maladie
  • Organismes institutionnels(ex : INPES, MiLDT)
  • Fonds de prévention spécifiques (ex : Fonds National de Prévention, d’Education et d’Information en Santé)
  • Organismes de fonctionnement privés
    • Planning familial
    • Médecine du travail
    • Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics
le poste de pr vention individuelle des cns 1
Le poste de prévention individuelle des CNS (1)
  • Prévention individuelle primaire
    • Dépenses de vaccin
    • Budgets de la Protection Maternelle Infantile (PMI) et du planning familial
    • Médecine du travail
    • Médecine scolaire
le poste de pr vention individuelle des cns 11
Le poste de prévention individuelle des CNS (1)
  • Prévention individuelle secondaire :
    • Dépistage des tumeurs
    • Dépistage du SIDA, de l’hépatite, de la tuberculose et des infections sexuellement transmissibles
    • Dépistage des autres pathologies
    • Bilans bucco-dentaires
    • Examens de santé
le poste de pr vention collective des cns 2
Le poste de prévention collective des CNS (2)
  • Prévention collective à visée environnementale
    • Relève surtout de la sécurité sanitaire
    • Hygiène du milieu
    • Prévention des accidents du travail
    • Lutte contre la pollution
    • Recherches dans le domaine de la prévention sanitaire
    • Observation, veille, alerte
    • Urgences et crises
    • Sécurité sanitaire de l’alimentation
    • Production et mise en œuvre de dispositifs
le poste de pr vention collective des cns 21
Le poste de prévention collective des CNS (2)
  • Prévention collective axée sur les comportements
    • Campagne en faveur des vaccinations
    • Campagne contre l’addiction
    • Information, promotion de la prévention et éducation à la santé
      • Regroupe l’ensemble des dépenses relatives aux campagnes d’information et d’éducation à la santé.
les actions de pr vention de la csbm non rep rables dans les cns 3
Les actions de prévention de la CSBM non repérables dans les CNS (3)
  • Actions préventives réalisées via le système de soins et non subventionnés par le fonds spécifiques de prévention de l’Etat ou de l’Assurance Maladie
  • Financées par les branches classiques de l’Assurance Maladies, les complémentaires santé ou les ménages
    • Mammographie et dépistage cancer du sein avant 50 ans
    • Prescription de médicaments antipaludéens
    • Préparation à l’accouchement
    • Prise en charge de la dyslexie avant 16 ans, du strabisme avant 6 ans,…
les d penses de pr vention en france pour l ann e 2002 selon la nature de l action pr ventive
Les dépenses de prévention en France pour l’année 2002 selon la nature de l’action préventive
les d penses de pr vention en france pour l ann e 2002 selon la nature de l action pr ventive bilan
Les dépenses de prévention en France pour l’année 2002 selon la nature de l’action préventive (Bilan)
  • Éviter la survenued’une maladie ou d’un état indésirable – 52%
    • Mesures et actes de prévention axés sur :
      • L’environnement et la sécurité sanitaire (1 874M€)
      • Le comportement individuel (347 M€)
      • Les biens portants dans le système de soins (3 229M €)
  • Dépisterles maladies – 24%
    • Recours aux :
      • Examens, actes et suivi médical (2 478M€)
  • Traiter les facteursde risques et les formes précoces des maladies – 24%
    • Prise en charge des :
      • Symptômes (147M€)
      • Facteurs de risque, addictions et conduites à risque (2 420M€)
la pr vention hors du champ des cns
La prévention hors du champ des CNS
  • Prévention collective (4)
    • Financement par des fonds publics non dédiés à la santé ou gérés par des ministères autres que celui de la santé.
    • Bien qu’en amont du système de soins, ces actions ont des conséquences positives sur la santé : SECURITE SANITAIRE
      • Équipement (prévention routière)
      • Urbanisme (hygiène de l’habitat)
      • Education (nutrition, conduites à risque dans les établissements scolaires)
      • Environnement (qualité de l’eau, zones de baignade, aliments)…
la pr vention hors du champ des cns1
La prévention hors du champ des CNS
  • Prévention individuelle (5)
    • Ensemble d’initiatives individuelles de prévention en général non médicale et de financements spécifiques d’actions de prévention médicale
    • Ces dépenses sont supportés par les ménages ou financeurs privés
      • Prévention des accidents domestiques(protection prises électriques…)
      • Prévention des MST (préservatifs…)
      • Choix alimentaires, pratiques sportives
      • Assureurs : prévention MAIF
strat gies de mise en place des actions de pr vention primaire et a c
Stratégies de mise en place des actions de prévention primaire et A-C
  • Stratégies éducatives globalesde la promotion de la santé.
  • Stratégies d’information, de mise en garde, d’influence passive, proches de la publicité.
  • Stratégies d’influence active reposant sur les actions de proximité et des relais de prévention.
  • Stratégies éducatives ciblées sur des personnes ou des groupes clefs (leaders d’opinions, référents…)
strat gies de mise en place des actions de pr vention primaire et a c1
Stratégies de mise en place des actions de prévention primaire et A-C
  • Le succès de ces actions repose :
    • La cohérence des différentes actions entre elles et avec la règlementation, l’attitude de l’état, des autorités et acteurs institutionnels
    • La durée dans le temps (bannir les opérations « coup de poing »)
    • La redondance et la coordination des moyens
    • Une bonne connaissance des populations cibles afin que le message donné soit compréhensible et adapté à leurs problèmes de vie (« marketing social »)
le d pistage comment d pister
Le dépistage : comment dépister?
  • Le dépistage repose sur la réalisation d’un test clinique (prise de la pression artérielle), biologique (sérologie VIH), ou radiologique (mammographie).
  • Ce test doit présenter :
    • Une bonne validité interne
    • Une bonne validité externe
    • Une faisabilité
le d pistage validit interne d un test de d pistage
Le dépistage : validité interne d’un test de dépistage
  • C’est la capacité globale du test à différencier des individus malades parmi des individus sains.

VP : Vrais positifs

VN : Vrais négatifs

FP : Faux positifs

FN : Faux négatifs

le d pistage validit interne d un test de d pistage1
Le dépistage : validité interne d’un test de dépistage
  • 2 critères :
    • La sensibilité :capacité du test à donner comme malades ceux qui le sont :
      • Se = VP / (VP+FN)
    • La spécificité :capacité du test à donner comme non-malades ceux qui ne le sont pas :
      • Sp = VN / (FP+VN)
le d pistage validit externe d un test de d pistage
Le dépistage : validité externe d’un test de dépistage
  • C’est la capacité du test à être utilisée à grande échelle
    • Reproductible
    • Fiable et exact
      • Repose sur la qualité du matériel de dépistage, l’aptitude et la formation des personnels qui réalisent l’examen et de ceux qui l’interprètent.
le d pistage faisabilit d un test de d pistage
Le dépistage : faisabilité d’un test de dépistage
  • Simplicité et coût :un test de dépistage idéal doit durer quelques minutes avec un minimum de préparation pour le sujet, et peut être coûteux (coût de la procédure et le coût des examens de confirmation)
  • Innocuité des tests de dépistage car concerne les personnes bien portantes
  • Acceptabilitépar le patient etle médecin qui repose sur :
    • les conditions de réalisation du test (difficultés Hémocult)
    • la nécessité d’une confirmation
    • les conséquences des faux positifs et des faux négatifs
le d pistage qui d pister
Le dépistage : qui dépister?
  • Importance de la morbidité / mortalité
    • Le dépistage doit être justifié par la sévérité des conditions cliniques en termes de mortalité et morbidité : apprécier la balance risque/pronostic
  • Importance de la fréquence de la maladie
    • Plus une maladie est fréquente, meilleur sera le rendement Cibler un groupe d’âge
  • Quelque soit l’intervention, elle doit être efficace (provoquer un bénéfice dans des situations idéales) et effective(produire un bénéfice en situation courante).
exemples de plans de pr vention et de sant publique
Exemples de plans de prévention et de santé publique
  • Plan national de lutte contre le cancer
    • Frottis cervico-vaginal tous les 3 ansde 20 à 65 ans.
    • Détection du sang dans les selles tous les 2 ans chez tous les hommes et les femmes de 50 à 74 ans.
    • Mammographie tous les 2 ansde 50 à 74 ans.
    • Journée nationale annuelle d’information :journée SOLEIL; journée nationale de dépistage anonyme et gratuit des cancers de la peau par les dermatologues.
examens de plans de pr vention et de sant publique
Examens de plans de prévention et de santé publique
  • Dépistage néonatal : phénylcétonurie, hypothyroïdie congénitale, hyperplasie congénitale des surrénales, drépanocytose, mucoviscidose
  • Programme national de réduction des risques cardio-vasculaires
    • Diminuer les dyslipidémies (consultation de diététique et de nutrition dans les hôpitaux, améliorer l’équilibre des apports alimentaires, dépister les plus jeunes).
    • Diminuer l’HTA : diminuer la consommation de sel et surveiller la tension artérielle.
    • Lutte contre le tabagisme et le tabagisme passif.
exemples de plans de pr vention et de sant publique1
Exemples de plans de prévention et de santé publique
  • Plan triennal de lutte contre la drogue et de prévention des dépendances : national, mis en place dans les centres d’hygiène alimentaire et d’alcoologie.
  • Stratégie d’action alcool 2002-2004 :nationale, campagnes de communication et d’information, contrôle de la répression de la conduite sous l’emprise de l’alcool (réduction des comportements à risque), éducation pour la santé, loi Evin.
  • Le bilan bucco-dentaireen 2002 : cible adolescent, comprend un examen bucco-dentaire, des radios si nécessaire et des conseils d’hygiène et de prévention.
rapport strat gies nouvelles de pr vention

Ministère de la santé

Commission d’Orientation et de Prévention présidée par le docteur Jean François Toussaint

RAPPORTStratégies nouvelles de prévention
propositions d actions ne pas apprendre
Propositions d’actions (ne pas apprendre)
  • Inscrire l’éducation à la santé dans tous les projets d’établissements scolaires et universitaires.
  • Promouvoir l’activité physique, en intégrant plus fortement les professionnels du monde éducatif et sportif dans les démarches préventives.
  • Élaborer un programme visant à réduire l’impact des principaux facteurs de risque sur la grossesse et la petite enfance.
  • Instaurer un rendez-vous santé permettant l’évaluation individuelle des besoins de santé et de prévention et le suivi des recommandations formulées pour répondre à ces besoins.
  • Optimiser le dépistage précoce des principaux facteurs de risque cardiovasculaire.
  • Anticiper les répercussions des perturbations environnementales et des changements climatiques sur la santé humaine.
  • Lancer un programme de recherche sur les sur les actions et l’économie de la prévention, et sur l’évaluation des politiques de santé publique.
  • Inclure dans l’évaluation a priori des programmes de prévention, l’évaluation de leur impact sur les inégalités sociales de santé.
propositions d actions ne pas apprendre1
Propositions d’actions (ne pas apprendre)
  • Développer l’éducation thérapeutique, dans le cadre d’un parcours coordonné de soins et de prévention.
  • Mettre un place un système d’information des risques à partir des données des services de santé au travail et développer l’épidémiologie autour des facteurs de risque, des pathologies et des expositions professionnelles.
  • Évaluer l’application des mesures d’interdiction du tabagisme dans les lieux publics, et les mesures d’accompagnement correspondantes.
  • Relancer les programmes de vaccination en développant de nouvelles campagnes de communication.
  • Définir le cadre et la faisabilité d’une expérience de consultation familiale de prévention.
  • Étendre le réseau « Ville – Santé » à un plus grand nombre de collectivités en soulignant les efforts de prévention.
  • Labelliser des entreprises en « Prévention – Santé » sur la base d’un cahier des charges renforçant la promotion de la santé.