slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Perception visuelle et traitement sémantique M1 – UE15 cognition spatiale - 2008/2009 L.Sparrow PowerPoint Presentation
Download Presentation
Perception visuelle et traitement sémantique M1 – UE15 cognition spatiale - 2008/2009 L.Sparrow

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 34

Perception visuelle et traitement sémantique M1 – UE15 cognition spatiale - 2008/2009 L.Sparrow - PowerPoint PPT Presentation


  • 113 Views
  • Uploaded on

Perception visuelle et traitement sémantique M1 – UE15 cognition spatiale - 2008/2009 L.Sparrow ureca.recherche.univ-lille3.fr/sparrow. Objectifs : - étudier les rapports entre perception visuelle et langage écrit - existe-t-il une « spécialisation » cérébrale pour la lecture ?

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Perception visuelle et traitement sémantique M1 – UE15 cognition spatiale - 2008/2009 L.Sparrow' - bien


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

Perception visuelle et traitement sémantique

M1 – UE15 cognition spatiale - 2008/2009

L.Sparrow

ureca.recherche.univ-lille3.fr/sparrow

slide2

Objectifs :

- étudier les rapports entre perception visuelle et langage écrit

- existe-t-il une « spécialisation » cérébrale pour la lecture ?

- conséquences d’une lésion cérébrale

- nouvelles hypothèses permettant d’expliquer certains phénomènes (OVP)

Il sera beaucoup question d’organisation cérébrale, de plasticité.

Mise en perspective avec pathologies (dyslexie, alexie)

slide3

Au menu :

  • A – Spécificités du traitement visuel des mots
    • qu’est-ce qu’un mot ?
    • comment sont-ils perçus ?
  • B- Etapes de la perception des mots
    • combien de temps faut-il pour reconnaître un mot ?
    • combinaison d’indices physiologiques et comportementaux
  • C- modèles de la perception
    • modèles à « gabarit »
    • modèles à traits visuels
    • perception global vs analytique ?
  • D- Localisation cérébrale
    • visual word form area
  • E- Troubles visuels & lecture
    • alexies
    • les différents niveaux d’analyse perceptive
slide4

Tous les stimulus visuels n’ont pas le même statut :

Le carré est composé de traits élémentaires

Le mot est un stimulus particulier, en tout cas, qui entraîne de la part du sujet une réponse particulière

slide5

Pourtant, le mot est composé de lettres

Et les lettres sont aussi composées d’éléments unitaires

slide6

Reconnaitre un mot grâce à sa forme ?

  • Sperling (1963) : durée nécessaire pour la reconnaissance d’une lettre = 10 ms
  • Mais la durée requise pour reconnaitre un mot de 3 à 6 lettres est stable.
  • Paap et al (1984) (exemple à partir de « than », % d’omission )
slide7

Ces lettres semblent être des stimulus particulier, faisant l’objet d’un traitement différent

Par exemple :

mot : café

pseudomot : cufé

pseudohomophone : kafé, caphé, kafai

non-mot : ztrs

Certaines expériences montrent que ces items ne sont pas perçus de la même façon. Pourtant, ils sont composés des mêmes symboles (les lettres). Les éléments constitutifs sont identiques, mais l’ensemble est différent.

Par exemple, les expériences de mesure d’empan : permet d’étudier la perception visuelle

slide8

L’empan perceptif en lecture est asymétrique.

fixation

3 caractères à gauche et 7 ou 8 à droite

35C67176C53

Pourtant l’empan est symétrique dans cette situation … ???

slide10

Point de fixation

Pourtant, fixer le mot en son centre devrait suffire pour l’identifier en vision fovéale.

slide11

Le point d’arrivée dans le mot ne dépend pas de l’amplitude de la saccade

Le nombre de fixation a tendance à augmenter si on dépasse le milieu du mot

Le traitement visuel des mots semble donc spécifique…

slide12

B- Etapes de la perception des mots

    • combien de temps faut-il pour reconnaître un mot ?
    • combinaison d’indices physiologiques et comportementaux
slide13

Rétine

  • étude des processus de reconnaissance visuelle des mots
  • Effet stroop : rouge
  • automatisation
  • tâches principalement utilisées :
    • épreuves tachitoscopiques
      • décision lexicale
      • catégorisation sémantique
    • lecture

perception

Accès lexical

mémoire

Compréhension

slide14

perception

Rétine

Accès lexical

Fixation oculaire : 250 ms

mémoire

Effet de la fréquence sur les fixations

Décision lexicale : 500 ms

Compréhension

Catégorisation : 1000 ms

slide17

P100

ondes positives

ondes négatives

N150

slide19

perception

Rétine

Onde N150 (fréquence, contrainte)

mémoire

Accès lexical

Fixation oculaire : 250 ms

Effet de la fréquence sur les fixations

Décision lexicale : 500 ms

Compréhension

Catégorisation : 1000 ms

slide20

Onde N400:

Incongruité sémantique

slide21

perception

Rétine

Onde N150

Fréquence, contrainte

mémoire

Accès lexical

Fixation oculaire : 250 ms

Effet de la fréquence sur les fixations

N400 (incongruité sémantique)

Décision lexicale : 500 ms

Compréhension

Catégorisation : 1000 ms

slide27

Même avec les technologies actuelles, les premières étapes (150-200ms) sont difficiles a étudier…

slide28

C- modèles de la perception

    • modèles à « gabarit »
    • modèles à traits visuels
    • perception global vs analytique ?
slide29

Principales caractéristiques de la perception visuelle des mots :

  • processus automatique et inconscient
  • identification d’une lettre ~ 10 ms (Sperling, 1963)
  • MAIS reconnaissance peu influencée par longueur des mots (3-6 lettres)
  • effet de supériorité du mot (Cattel, 1886 ; Reicher, 1969). Bémol : caractère prononçable.
  • reconnaissance peu sensible aux variations non critiques des trait visuels (polices, la casse…). MêMe dANs UnE mêME pHrAsE.
  • reconnaissance par gabarit (template) ou par traits visuels (visual features) ?
slide30

Reconnaissance par gabarits :

  • comparaison avec un modèle stocké en mémoire
  • si appariement = identification
  • nécessite un modèle (gabarit ou template) pour toutes les formes
  • même pour une même forme présentée avec des variantes
slide31

Problèmes :

Gabarits pour toutes les formes possibles

Effets contextuels

Variabilité dans l’interprétation

slide32

Théorie des traits visuels :

  • chaque forme peut être décomposée en traits élémentaires
  • décomposition de la forme en éléments constitutifs puis comparaison avec une liste stockée
  • les traits distinctifs permettent de différencier les stimulus les uns des autres
  • différenciation sur la base d’un petit ensemble de traits visuels