dr patrick delasalle clinique du palais grasse l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Dr Patrick DELASALLE Clinique du Palais Grasse PowerPoint Presentation
Download Presentation
Dr Patrick DELASALLE Clinique du Palais Grasse

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 33

Dr Patrick DELASALLE Clinique du Palais Grasse - PowerPoint PPT Presentation


  • 334 Views
  • Uploaded on

Dr Patrick DELASALLE Clinique du Palais Grasse. Hépatite A. HEPATITE A. 1993. 2008. Famille des Picornaviridae Non enveloppé ARN simple brin Quelques particularités Genre hépatovirus Capside: protéines VP1, VP2, VP3

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

Dr Patrick DELASALLE Clinique du Palais Grasse


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
dr patrick delasalle clinique du palais grasse
Dr Patrick DELASALLE

Clinique du Palais

Grasse

Hépatite A

slide2

HEPATITE A

1993

2008

le virus de l h patite a
Famille des Picornaviridae

Non enveloppé

ARN simple brin

Quelques particularités

Genre hépatovirus

Capside: protéines VP1, VP2, VP3

grande stabilité antigénique

un seul sérotype

Le plus résistant de la famille

Le virus de l’hépatite A
organisation g nomique

IA

Poly-A

VPg

IB

IIB

IIA

IIIB

IIIA

Organisation génomique

7,5kb

Protéines Structurales

Protéines non structurales

5’UTR

VP2

VP3

VP1

2A

2B

2C

3C

3D

3’UTR

VP4

3A

3B

Détection

Typage

  • 3 génotypes retrouvés
  • chez l’homme
    • I >90%
    • III < 10%
    • II exceptionnels
slide6

Répartition du virus hépatite A dans le monde

Forte prévalence = VHA avant 5 ans

g n ralit s vha
Généralités VHA
  • Transmission féco-orale
  • Réservoir humain
  • Infectieux:
    • Mains 4 heures
    • Eaux froides

plusieurs mois

clinique vha
Clinique VHA
  • Formes inapparentes 80% des cas
  • Symptômes hépatite aiguë:
    • Incubation 20 à 50 j
    • Prodromes 1 à 15 j
    • Ictère 7 à 15 j
    • Convalescence 1 à 6 mois
  • Formes: cholestatiques, à rechute, rarement signes extra hépatique
  • Jamais chronique
age et h patite a
Age et hépatite A
  • Nourrisson: asymptomatique excrétion virale prolongée
  • Jeune enfant: manifestations digestives
  • Adulte jeune: Hépatite aiguë commune
  • Après 40 ans: 80% symptomatiques, mortalité 2%
slide11

Hépatite fulminante

  • Absence de registre en France et en Europe
  • registre nord-américain : 10 dernières années
  • 200 cas /an , 6% de mortalité d’origine hépatique

Lee WM et al : Acute liver failure:Summary of a workshop. Hepatology 2008

diagnostic
Diagnostic
  • Non spécifique: ictère cutanéo muqueux
  • Antécédents récents (incubation 28 jours) : Voyages, épidémie…
  • Biologie: cytolyse hépatique…
  • Echographie: évoque une cholécystite aiguë
  • IgM anti-VHA
marqueurs biologiques

Avidité des IgG anti-VHA

Virémie

Marqueurs biologiques

Avidité

Symptômes

100%

70%

Excrétion Fécale

50%

IgM anti-VHA

ALAT

4

5

6

12

24

1

2

3

0

Mois après contage

Roque-Afonso, J Clin Microbiol 2004

Roque-Afonso, J Clin Infect Dis 2006

avidit des igg
Avidité des IgG

Avidité des IgG anti-VHA >70%

  • Patients plus âgés, virémie rare, cytolyse modérée
  • Virémie positive
    • Infection prolongée ou à rechute
  • Virémie négative
    • Infection aiguë datant de plus de 2 mois
    • Réactivation immunitaire

Roque-Afonso, Future virol 2010

le point diagnostique
Le point diagnostique
  • Biologie moléculaire et avidité des IgG sont une aide au diagnostic
    • Établir la responsabilité du VHA dans les formes prolongées ou à rechute
    • Réorienter un diagnostic, rechercher d’autres causes de cytolyse
  • « Limites des IgM » et Santé publique
    • DO depuis 2006 basée sur la positivité des IgM
    • Vaccination autour d’un cas recommandée depuis 2009
traitement
Traitement
  • Repos
  • Bilan sang hebdomadaire TP+++
    • (encéphalopathie, TP< 50% hospitalisation)
  • Eviter l’alcool
  • Hygiène
  • Vaccination entourage?
vaccin post exposition
Vaccin post exposition
  • Randomisation de 351 Contacts intrafamiliaux de 146 sujets ayant une hépatite A
  • Vaccination dans les 8 jours suivant le diagnostic d’hépatite chez le cas index
  • Une injection IM
  • Groupe non vacciné: 12/207 (5,8%)
  • Groupe vacciné: 2/197 (1%)
  • Efficacité du vaccin 79%

Sagliocca Lancet 1999

ann e 2006 d claration obligatoire
Année 2006 Déclaration obligatoire

Conditions: anti VHA IgM positif

dans le sérum

slide20

Transmission

dans une école

secondaire

slide21

Retour de

Voyage…

slide22

Tous les voyageurs en pays à hygiène précaire

Sérologie (IgG anti VHA):

Si né avant 1945

Antécédents d’ictère

Séjours en pays d’endémie

slide24

Epidémie

Hépatite A

tomates séchées

Novembre 2009

-Février 2010

Tomates congelées

de Turquie

les donn es de la d claration obligatoire
Les données de la Déclaration Obligatoire

2008

Incidence

2006 : 2,2/100000

2007 : 1,6/100000

2008: 1,9/100000

  • Caractéristiques
  • Classe d’âge 0-15
  • M>F
  • Pic sept/oct
  • Facteurs de risque rapportés
  • Contact avec un sujet infecté
  • Séjour hors métropole
  • 1/3 des cas: cas groupés
h patites a fulminantes et h patopathies
Hépatites A fulminantes et hépatopathies

Etude prospective sur 163 Hépatites B chroniques et 432 Hépatites C chroniques

27 séroconversions VHA en 7 ans

Aggravation cirrhose post hépatique B

7 formes fulminantes VHA (Patients VHC) dont un DC

*1998

s ropr valence vha en cas d h patopathie
SéroprévalenceVHA en cas d’hépatopathie

Dépend de l’âge

Hépatite B chronique: 77%

Hépatite C chronique: 81% (<50% si âge inférieur à 40 ans)

Prevalence and incidence of hepatitis A in patients with

hepatitis B and C Olive G et Col Med Clin Barc 2000 sept 254-5

s roconversion vha en cas d h patopathie
Séroconversion VHA en cas d’hépatopathie

Hépatites C Ishak 3-6

Séroconversion 75%

Identique HAVRIX et TWINRIX pour VHA (augmente la réponse VHB)

Response to hepatitis A and B vaccine alone or in combination in

patients with chronic hepatitis C virus and advanced fibrosis.Kramer ES et col Dig.Dis.Sc. Sep 2009

strat gie de vaccination vha
Stratégie de vaccination VHA

Etude prospective patients VHC séroprévalence 76%

Plusieurs stratégies testées, meilleure « rentabilité »:

Déterminer le statut sérologique puis vacciner si absence d’ac anti VHA

ÉVALUATION PROSPECTIVE DU COÛT DE DIFFÉRENTES

STRATÉGIES DE VACCINATION CONTRE LE VIRUS

DE L’HÉPATITE A CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS

D’HÉPATITE CHRONIQUE C Rufat et Col GCB 2000

recommandations vaccination vha en cas d h patopathie chronique
Recommandations vaccination VHAen cas d’hépatopathie chronique

Recherche systématique d’IgG anti-VHA

Vaccination*:

Hépatite C chronique

Hépatite B chronique

Maladie alcoolique du foie

Cirrhose (toute étiologie)

Attente de greffe

USA et GB: toutes hépatopathies chroniques

Contrôle de la sérologie discutée

*Haut conseil de la santé publique

vaccin h patite a
Vaccin hépatite A

Personnes spécifiquement exposées :

  • Tout séjour dans un pays à hygiène précaire (sérologie préalable pour les personnes nées avant 1945)
  • Hépatopathie
  • Mucoviscidose,
  • Homosexuels masculins
  • Usagers de drogues intraveineuses
  • Enfant > 1 an issu d’une famille originaire d’une zone d’endémie
  • Jeunes accueillis dans les établissements pour handicapés

Personnels exposés professionnellement

  • Crèches, petite enfance (dont assistantes maternelles), jeunesse handicapée,
  • Traitement des eaux usées,
  • Restauration collective
  • 1 injection + rappel 6-12 mois

TYAVAX

conclusion
Conclusion
  • Déclaration Obligatoire toute hépatite A
  • IgM anti VHA faux positifs possibles
  • Vaccinations des groupes à risque