comment orienter le choix d une antibioth rapie l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Comment orienter le choix d’une antibiothérapie PowerPoint Presentation
Download Presentation
Comment orienter le choix d’une antibiothérapie

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 34

Comment orienter le choix d’une antibiothérapie - PowerPoint PPT Presentation


  • 260 Views
  • Uploaded on

Comment orienter le choix d’une antibiothérapie. 11 mai 2007. COMMENT ORIENTER LE CHOIX D’UNE ANTIBIOTHERAPIE. Préambule. Qu’est-ce qu’une bactérie ?. Paroi. Ribosomes. Plasmides. Membrane cytoplasmique. Noyau. Qu’est-ce qu’une bactérie ?. La Paroi. Gram + :

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Comment orienter le choix d’une antibiothérapie' - benjamin


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
pr ambule

COMMENT ORIENTER LE CHOIX D’UNE ANTIBIOTHERAPIE

Préambule
  • Qu’est-ce qu’une bactérie ?

Paroi

Ribosomes

Plasmides

Membrane cytoplasmique

Noyau

la paroi

Qu’est-ce qu’une bactérie ?

La Paroi
  • Gram + :
    • Épaisse – Uniforme – En forme de réseau
    • Fixe le violet de gentiane : VIOLETTE
  • Gram - :
    • Mince – Stratifiée
    • Fixe la fuschine : ROSE

Les Ribosomes

  • Élaborent les protéines
les plasmides

Qu’est-ce qu’une bactérie ?

Les Plasmides
  • Molécules d’ADN qui sont le support de certaines caractéristiques des bactéries telles que :
    • La sécrétion des toxines
    • Résistance à tel ou tel antibiotique
  • NB : Les plasmides peuvent :
    • Être très différents entre deux bactéries de la même espèce
    • S’échanger d’une bactérie à l’autre

! Importance des Klebsiella

La résistance plasmidique a tel ou tel antibiotique peut s’étendre

rapidement aux bactéries de la même espèce ou non.

le noyau

Qu’est-ce qu’une bactérie ?

Le Noyau
  • Support des informations génétiques

ELEMENTS qui se retrouvent chez d’autres bactéries :

  • CAPSULE : augmente la résistance
  • PILI : augmente d’adhésion
  • FLAGELLE

Remarque : les MYCOPLASMES ne possèdent pas de paroi

slide6

QU’EST-CE QU’UNE ANTIBIOTHERAPIE ?

Ramener une population bactérienne pathogène a un seuil compatible avec les capacités de « défense naturelle » de l’organisme (c’est à dire) à un seuil ou l’immunité non spécifique suffit pour circonscrire l’évolution de la maladie.

slide7

QU’EST-CE QU’UNE ANTIBIOTHERAPIE ?

Si l’antibiotique est utilisé a des doses trop faibles ou durant un temps trop court : alors on n’abaisse pas suffisamment le seuil de la population bactérienne pathogène donc les bactéries se multiplient à nouveau MAIS cette nouvelle population risque de contenir un nombre important de bactéries résistantes à l’antibiotique utilisé.

frapper juste fort longtemps

REGLE D’OR DE L’ANTIBIOTHERAPIE

FRAPPER JUSTE FORT LONGTEMPS

NB :

La notion de posologies préventives ou curatives pour un

antibiotique donné n’a aucun sens car c’est la posologie au

poids vif qui seule compte.

animal

LES ANTIBIOTIQUES

Lors d’un traitement antibiotique , il faut tenir compte :

Animal
  • Particularités :
    • Physiologiques
    • Pharmacophysiologiques
      • Ex : colistine injectée à un canard =>
slide10

LES ANTIBIOTIQUES : il faut tenir compte de

Germe

  • Pouvoir pathogène
    • Détermination de la concentration minimum inhibitrice (CMI) qui se fait dans des conditions bien standardisées
  • Localisation
    • Nature du tissu
    • Germe Intra ou extra cellulaire
  • Facteurs de résistance
    • Naturel : - les germes GRAM+ sont résistants à la colistine
          • Ornibactérium Rhinotrachéalis (GRAM-) est résistant à la colistine, aux TMP + sulfa
          • MICOPLASME résistant au ß lactamines
    • Acquis : - CHROMOSOMIQUE : lors de la mutation
          • PLASMIDIQUE : lors de la duplication

 s’installe beaucoup plus vite

 se transmet entre bactéries d’espèces différentes

slide11

LES ANTIBIOTIQUES : il faut tenir compte de

Antibiotique

  • Pharmacocinétique :
    • c’est à dire l’étude du devenir de l’antibiotique dans l’organisme : BIODISPONIBILITE
  • Spectre d’activité
  • Effet
    • Bacteriostatique
      • Entraîne l’arrêt de la croissance bactérienne
    • Bactéricide
      • La mort de la bactérie
      •  du type temps dépendance
      • ou concentration dépendance
slide12

LES ANTIBIOTIQUES : Propriétés des molécules

  • Oxytétracycline - doxycycline :
    • Résorption digestive 50%
    • Extracellulaire / Intracellulaire
    • Affinité pour le calcium (OS)
    • Si TH>25  Phénomène de chélation
  • Spiramycine
    • Résorption digestive complète
    • Intracellulaire
    • Taux cellulaire 10 fois supérieur au taux plasmatique
    • Elimination lente  risque de surdosage surtout chez la dinde
    • Absence d’amertume
  • Tylosine
    • Résorption digestive complète
    • Intracellulaire
    • Taux pulmonaire 5 fois supérieur au taux plasmatique
    • Pas d’intéraction avec IONOPHORES
      • Remarque : prédilution sans mélanger
slide13

LES ANTIBIOTIQUES : Propriétés des molécules

  • Tiamuline :
    • Résorption digestive complète
    • Intracellulaire
    • Taux cellulaire 3 fois supérieur au taux plasmatique
    • Incompatibilité avec ionophores (cfr. Potentialise les effets)
    • Synergie avec Oxytétracycline (3 parties oxy + 1 partie tiamuline)
      • Remarque : stabilité diminue en présence de cations  Ne pas mélanger avec des minéraux
  • Colistine
    • Résorption digestive nulle
    • Très stable
    • Très soluble
slide14

LES ANTIBIOTIQUES : Propriétés des molécules

  • TMP + Sulfa
    • Résorption digestive complète
    • Intracellulaire
    • Taux pulmonaire 5 fois supérieur au taux plasmatique
    • Incompatibilité avec IONOPHORES
    • Amertume : risque de sous-consommation d’eau  NEPHROTOXICITE
      • Remarque : précipite en milieu acide
  • Β lactamines
    • Résorption digestive ampicilline ≈ 35%, amoxicilline ≈ 55%
    • Extracellulaire
    • Efficacité surtout en début d’inflammation
    • Bonne diffusion notamment au niveau sécrétions bronchiques
    • NE PAS ADMINISTRER AUX RONGEURS
      • Remarque : résiste mal à la chaleur  s’utilise peu dans l’aliment
  • Acide oxolinique
    • Résorption digestive 75%
    • Extracellulaire
      • Remarque : dilution dans l’eau  Précipitation
slide15

LES ANTIBIOTIQUES : Propriétés des molécules

  • Fluméquine
    • Résorption digestive 75%
    • Bonne diffusion cellulaire
    • Amertume : risque de sous-consommation d’eau
      • Remarque : l’aspirine accélère son élimination
  • Enrofloxacine – Difloxacine
    • Résorption digestive 75%
    • Très bonne diffusion pulmonaire
    • Efficacité maintenue même si lésions organisées
  • Roxarsone
    • Ne pas administrer aux palmipèdes
    • Tolérance médiocre : Indice thérapeutique = 2
      • Jeunes < 3 semaines : très sensible
      • Sensibilité dinde >> poulet
    • Pas d’interaction avec Ionophores
slide16

LES ANTIBIOTIQUES : il faut tenir compte de

Aspects règlementaires

  • Délai d’attente
  • Résidu dans l’oeuf

Aspects économiques

  • Toujours à l’esprit
la r ussite d un traitement antibiotique se base sur deux mesures pronostiques

LE TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE

La réussite d’un traitement antibiotique se base sur deux mesures pronostiques
  • IN VITRO
    • Mesure de la CMI (concentration minimum inhibitrice)
    • ! Valeur FIXE
  • IN VIVO
    • Mesure de la concentration de l’anti-infectieux au niveau du tissu infecté
    • ! Valeur EVOLUANT dans le temps
le spectre d activit

LE TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE

Le spectre d’activité
  • Antibiotique large spectre
    • Tétracycline
    • TMP + sulfa
    • Certaines ß lactamines
    • Fluoroquinolones
  • Antibiotique spectre étroit
    • Gram + macrolides
    • Gram – Colistine-Acide oxolinique
l activit bact ricide est du type

LE TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE

L’activité bactéricide est du type
  • Concentration dépendance

C’est à dire l’effet bactéricide augmente en fonction de la concentration

  • Temps dépendance

C’est à dire l’effet bactéricide est maximum dès la CMI (il n’est influencé que par le temps du maintien de la CMI au niveau des tissus infectés.

Remarque :Un antibiotique peut être l’un ou l’autre en fonction du germe mis en présence

Ex : Fluméquine est un antibiotique du type

- concentration dépendance vis à vis Colibacilles

Salmonelles

Pasteurelles

- temps dépendance vis à vis Staphylocoques

Streptocoques

mode d administration du traitement antibiotique

LE TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE

MODE D’ADMINISTRATION DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE

Comment être sûr que l’antibiotique arrive au niveau des animaux ?

pr cautions d emploi

ANTIBIOTHERAPIE PAR L’EAU DE BOISSON

Précautions d’emploi
  • SOLUBILITE des produits
    • (acide oxolinique – TMP Sulfa ...)
  • GOUT – ODEUR
    • (Fluméquine – TMP + Sulfamides...)
      • Peut entraîner des sous-consommations d’eau très préjudiciable
      • Animaux fiévreux demandent un abreuvement optimal sous risque d’atteinte rénale
      • Chute de ponte
  • INCOMPATIBILITE de certains antibiotiques avec les IONOPHORES notamment sulfamides-tiamuline
avantages de ce mode d administration

ANTIBIOTHERAPIE PAR L’EAU DE BOISSON

Avantages de ce mode d’administration
  • RAPIDE
  • SOUPLE
    • Concentration – dépendance)
  • ABSENCE DE MAIN D’OEUVRE
slide24

ANTIBIOTHERAPIE PAR L’EAU DE BOISSON

La posologie d’un antibiotique se calcule par rapport au poids vif car la consommation d’eau par rapport au poids varie fortement en fonction de l’âge

  • POULETS
  • DINDES
les dix commandements

ANTIBIOTHERAPIE PAR L’EAU DE BOISSON

Les dix commandements
  • Une eau potable : analyse 1 à 2 fois par an
  •  Une eau tiède : pour favoriser la dilution
  •  Une incorporation de la spécialité dans l’eau : et non l’inverse
  •  Si un solvant se révèle nécessaire : se reporter à la prescription
    • vétérinaire et l’incorporer avant la spécialité
  •  Une agitation constante de la solution : avec un fouet
  •  Un débit de la pompe à règler selon l’âge des animaux (bac de
  • traitement : surveiller la consommation d’eau des animaux
  •  Une préparation pour 24 heures maximum
  •  Ne jamais mélanger deux spécialités antagonistes
  •  Un rinçage systématique du circuit : après le traitement et un
  • nettoyage plus une purge pendant le vide sanitaire
  •  RESPECTER LA PRESCRIPTION VETERINAIRE
pr cautions d emploi27

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE INJECTABLE

Précautions d’emploi
  • Respecter les CONDITIONS D’HYGIENE
    • (seringues désinfectées ...)
  • Injecter SANS « traumatiser » l’animal

Risque d’étouffement si atteinte respiratoire grave

Risque d’abcès ou de kyste

  • Si un mélange de produit est nécessaire :
    • LE REALISER AU DERNIER MOMENT
pr cautions d emploi28

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE INJECTABLE

Précautions d’emploi
  • Si un mélange paraît douteux ou si les animaux semblent réagir à l’injection :
    • n’injecter q’un petit lot (environ 50 à 100 sujets) et les surveiller 1 heure.

Risque allergique

Risque endotoxinique

  • TOXICITE de certains produits
    • (Ex : Colistine / canards)
  • Risque d’inactivation ou d’incompatibilité entre les excipients (par exemple avec des vaccins)
  • Tenir compte du volume injecté : 1 ml sur une poule de 2 kg correspond à 250 ml sur une vache
avantages de ce mode d administration29

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE INJECTABLE

Avantages de ce mode d’administration
  • Administration individuelle en fonction du poids vif.
    • Pas de problème lié à :
      • Surconsommation ou sous-consommation d’eau
      • Appétence des produits
      • Solubilité des produits
  • Obtention rapide d’une concentration élevée en antibiotique
avantages de ce mode d administration30

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE INJECTABLE

Avantages de ce mode d’administration
  • Importance du lien d’injection en intra-musculaire
    • Cuisse : passage rapide au niveau des reins or beaucoup d’AB sont transformés après passage rénal et sont alors l’objet d’une élimination plus rapide.
    • Bréchet : Passage rénal de l’AB plus tardif donc élimination plus lente.
  • Permet de passer outre la barrière intestinale
    • (Ex: Colistine non résorbée par voie orale)
une injection d antibiotique un traitement antibiotique

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE INJECTABLE

Une injection d’antibiotique≠Un traitement antibiotique
  • L’administration par injection entraîne une élimination rapide du produit. La persistance des antibiotiques injectés n’excède pas 36 heures,

48 heures maxi

    • Le traitement complet impose donc :
      • 2 injections à 48 heures d’intervalle
      • Ou
      • 1 injection suivie d’un traitement dans l’eau
l aliment voie id ale pour des th rapeutiques pr ventives notamment mycoplasmoses chlamydioses

ANTIBIOTHERAPIE PAR L’ALIMENT

L’ALIMENT : Voie idéale pour des thérapeutiques préventives notamment mycoplasmoses, chlamydioses
  • Incompatibilité lié à la nature de l’aliment : l’aliment pour pondeuse contient une grande quantité de matières minérales
    • Lors d’un mélange d’oxytetracycline avec ce type d’aliment il y a intérêt de surdoser car oxytétracycline + Ca : phénomène de chélation
  • Certaines molécules sont détruites par la chaleur.
    • Ex : β lactamines