slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Itinéraire PowerPoint Presentation
Download Presentation
Itinéraire

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 11

Itinéraire - PowerPoint PPT Presentation


  • 115 Views
  • Uploaded on

Itinéraire. Schéma du voyage :. - Mardi 5 Novembre : champs de bataille autours d’Albert ( Fricourt , La Boiselle , Thiepval , Beaumont Hamel, musée de la Somme 1916) + Mémorial de Passchendaele à Zonnebeke

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Itinéraire' - avery


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
sch ma du voyage
Schéma du voyage :
  • -Mardi 5 Novembre : champs de bataille autours d’Albert (Fricourt, La Boiselle, Thiepval, Beaumont Hamel, musée de la Somme 1916) + Mémorial de Passchendaele à Zonnebeke
  • -Mercredi 6 Novembre : Tour de l’Yser à Diksmuide + Bayerwald, Pool of peace, British shelter, bunkers Lettenberg à Kemmel
  • -Jeudi 7 Novembre : visite guidée à Ypres + musée In Flanders Fields
mardi 5 novembre
Mardi 5 Novembre -
  • A Albert, nous avons vu l’immense cratère de Laboiselle.
  • C’est un trou de mine (100m de diamètre, 30m de profondeur) fait le 1er juillet 1916, date du commencement de la bataille de la Somme. Ce fut le jour le plus meurtrier pour l’armée britannique (the black day) avec 58 000 victimes dont 19 240 morts. Ce cratère illustre bien cette violence et m’a aidée à réaliser l’ampleur des dégâts, plus que de simples chiffres.
  • J’ai lu quelque part que les jeunes d’aujourd’hui utilisaient le cratère comme skatepark…
slide5

Au mémorial de Paschendaele, j’ai appris pleins de choses, comme le nom d’armes et quelques mots d’argot miliaire, mais ce qui m’a réellement marqué ce sont les photos de gueules cassées . Ca a illustré le livre « La chambre des officiers » que nous avions lu en classe mais surtout la barbarie de cette guerre. Il y a une si grande différence entre la vie de ces soldats et la notre que j’ai beaucoup de mal à me mettre à leur place, à comprendre et à réaliser la dose de courage qu’ils ont du avoir pour continuer à vivre avec ces souvenirs et ce visage pour certains.

mercredi 6 novembre
Mercredi 6 Novembre -
  • Dans la tour de l’Yser, (Ijzertower), nous avons visionné un film de 10-12 minutes.
  • Ces images, de corps affamés, d’hommes blessés, d’enfants en pleurs m’ont choquée parce qu’elles étaient, pour la plupart, authentiques. Je n’avais vu auparavant que des reconstitutions.
  • J’y ai aussi apprit qu’en Belgique, les hommes jouaient à des jeux de hasard pour savoir qui partirait à la guerre et qui resterait chez lui : il jouaient au dés. Celui qui obtenait un nombre supérieur à 5 partait.
slide7

A Bayernwald, nous avons marché dans de véritables tranchées allemandes. Contrairement

aux tranchées britanniques, elles n’étaient faites que de bois. La distance entre les deux

fronts ennemis était très petite. L’endroit était très boueux, je n’ose même pas imaginer en

1915 !

Je me rappelle aussi de l’histoire d’un soldat qui a lancé un obus qui n’a fait qu’un seul

mort : une vache.

jeudi 7 novembre
Jeudi 7 Novembre -

Cimetière britannique d’Ypres

slide9
J’ai appris qu’Ypres (avant la guerre une grande ville comme Paris ou New-York) avait été détruite pendant la guerre. Les anglais voulaient garder la ville en ruine comme « hommage » aux soldats morts. Mais les habitants d’Ypres sont revenus, nombreux, et la ville a du être reconstruire. On appelé ça la « néo-reconstruction ». Reconstitution à l’identique, mais sujette à des améliorations, comme les bâtiments en briques jaunes au lieu de rouges.
slide10

Sur les monuments aux morts, les noms très répandus comme Woods ou Johnson étaient accompagnés d’un numéro pour pouvoir les différencier.

  • Les noms de soldats belges tués par l’armée belge sont écrit dans un endroit difficilement accessible pour que personne ne les voit.
  • Contrairement à l’armée britannique, l’armée belge ne s’est pas excusée pour ces morts.