slide1 l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
PowerPoint Presentation
Download Presentation

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 41

- PowerPoint PPT Presentation


  • 196 Views
  • Uploaded on

ANDES. Evaluation de l’impact de la mise à disposition de fruits et de légumes frais auprès de populations ayant recours à l’aide alimentaire . Etude réalisée pour le Haut Commissariat aux solidarités actives contre la pauvreté. EPISTEME (Paris). Les objectifs. 1. .

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about '' - andrew


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

ANDES

Evaluation de l’impact de la mise à disposition

de fruits et de légumes frais auprès de populations

ayant recours à l’aide alimentaire

Etude réalisée pour le Haut Commissariat

aux solidarités actives contre la pauvreté

EPISTEME (Paris)

slide2

Les objectifs

1.

Evaluer les impacts du dispositif « ANDES – RUNGIS »

perception des bénéficiaires

comportements d’achat (épicerie)

ou intentions d’utilisation (colis)

des F&L frais

comportements de consommation

de fruits et de légumes frais

via la mesure des fréquences de consommation

en comparant groupes « témoin » et « intervention »

slide3

La méthodologie(objectif 1)

2 périodes d’enquête (saisonnalité de la conso)

été–automne 2008 + hiver-printemps 2009

621 questionnaires en face à face (diététiciennes)

321 au sein d’épiceries sociales (n = 7)

- 147 SANSF& L frais (« témoin »)

- 174 AVECF& L frais (dont 96 où « zéro F& L frais avant »)

300 au sein de structures « colis » (n = 3)

mais contraintes et difficultés…

d’où groupe « témoin » restreint (67)

slide4

Les objectifs(suite)

2.

Evaluer l’intérêt d’actions d’accompagnement

pour renforcer l’impact du dispositif

- séances d’info / débat sur l’alimentation équilibrée

- ateliers d’éveil sensoriel

- ateliers culinaires

- dégustations de fruits et légumes

- échanges de recettes, de savoir-faire culinaires…

La méthode

Interviews de personnes ayant animé des actions

(prof.els santé / social, bénévoles et salariés d’ESS)

Evaluation qualitative auprès de participants

slide5

Première partie

Enquête réalisée au sein

des épiceries solidaires et sociales

… présentée aux interviewées comme une étude générale

sur l’ alimentation et l’aide alimentaire…

sans en mentionner l’objectif premier

(quels impacts de la mise à disposition de F&L frais ?)

Questionnaire construit de façon à ce que les F&L frais

n’apparaissent pas comme les seuls aliments auxquels on s’intéresse

slide6

Deux groupes (« témoin » et « intervention »)

aux caractéristiques socio-démographiquessimilaires

1 sur 2 a entre 35 et 50 ans

1 sur 4 a moins de 35 ans / 1 sur 4 a plus de 50 ans

3 sur 4 vit avec un (des) enfant (s)

1 sur 2 = famille monoparentale

La quasi-totalité vit en appartement…

bien équipé en matériel de cuisine, mais 1/3 manque d’espace

Seule 1 sur 4 a un emploi (la moitié à temps partiel)

moins de contraintes de temps

4 sur 10 nées au Maghreb, 3 sur 10 en France

slide7

Autres caractéristiques... en rapport avec l’alimentation(1/3)

« Quelle phrase correspond le mieux à votre situation actuelle ? « 

Il m’arrive

de ne pas manger à ma faim

J’ai assez à manger mais pas tjs

les aliments que je souhaiterais

Je peux manger pratiquement

tous les aliments dont j’ai envie

Base : 321

slide8

Autres caractéristiques... en rapport avec l’alimentation(2/3)

« En règle générale, faire la cuisine est une activité que vous aimez… »

Base : 321

slide9

Autres caractéristiques... en rapport avec l’alimentation(3/3)

« En moyenne, combien de temps consacrez-vous

à la préparation du repas principal de votre journée ? »

Base : 321

slide10

I – Les fréquences de consommation

(… de différents aliments, pas seul.mt les F&L frais)

Différence très significative

(chi2 = 34,72, 1-p >= 99,99 %)

Les femmes qui fréquentent une ESS proposant des F&L frais sont

2 fois plus nombreuses à consommer plusieurs fruits par jour.

Seules 3 % (contre 20 %) en consomment moins d’1 par semaine

slide11

Fréquence de conso. jugée idéale pour la santé

Fruits

L’idéal énoncé ne diffère

pas selon le type d’épicerie

Presque toutes estiment qu’il faudrait manger des fruits tous les jours

Pour 7 sur 10, l’idéal est « au moins 2 fruits par jour »

… mais seules 4 sur 10 et 2 sur 10 le font réellement

slide12

Fréquences de consommation

Différence très significative

(chi2 = 29,07, 1-p >= 99,99 %)

Les femmes qui fréquentent une ESS proposant des F&L frais sont

2,5 fois plus nombreuses à manger des légumes frais à chaque repas

Seules 3 % (contre 17 %) n’en consomment que rarement

slide13

Fréquence de conso. jugée idéale pour la santé

Légumes

(toutes formes)

L’idéal énoncé ne diffère

pas selon le type d’épicerie

Seule 1 sur 2 formule comme idéal « 2 fois par jour »

Pour près de 9 sur 10, l’idéal est d’en manger chaque jour

… mais bcp moins déclarent avoir cette conso. quotidienne

slide14

Fréquences de consommation

Différence significative

(chi2 = 14,36, 1-p = 98,65%)

Les femmes qui fréquentent une ESS proposant des F&L frais

sont moins nombreuses à consommer « régulièrement »

des légumes en conserves ou surgelés

« report » vers les légumes frais ?

slide15

Résultats clés…

La fréquence de consommation de fruits

ainsi que celle delégumes frais

sont plus élevées chez les femmes inscrites

dans une épicerie sociale qui leur propose ces aliments.

En revanche, la fréquence de conso. des autres aliments

ne diffère pas significativement selon que l’épicerie

propose ou non des fruits et des légumes frais.

slide16

Autres résultats relatifs aux fruits et aux légumes frais

Parmi les femmes dont l’épicerie sociale ne propose pas

de fruits ni de légumes frais…

1 sur 2 ne consomme pas tous les jours des fruits

(52 % vs 32 %)

7 sur 10 ne mangent pas des légumes frais tous les jours

(70 % vs 47 %)

slide17

Fréquences de consommation

Viande

ou volaille

Pas de diff. significatives

selon le type d’épicerie

1 sur 3 consomme viande ou volaille tous les jours

1 sur 3 en mange au maximum 1 à 2 fois par semaine

slide18

Fréquences de consommation

Poisson

(frais ou surgelé)

Pas de diff. significatives

selon le type d’épicerie

La quasi-totalité mange du poisson au maximum 1 à 2 fois par semaine

… alors que 1 sur 2 pense que l’idéal serait au moins 1 jour sur 2

1 sur 3 en consomme moins d’1 fois par semaine

slide19

Fréquences de consommation

Produits laitiers

Pas de diff. significatives

selon le type d’épicerie

8 sur 10 consomment au moins 1 produit laitier par jour

… mais moins de 2 sur 10 en mangent trois par jour

slide20

II - Les effets de l’introduction récente de F&L frais

au sein d’une épicerie solidaire

Exemple d’une épicerie où pas de F&L frais proposés avant l’adhésion

au dispositif ANDES (86 enquêtées)

« Y a-t- il des aspects que vous appréciez particulièrement

dans cette épicerie solidaire ? »

1 interviewée sur 2 (51 %) mentionne spontanément

la présence de fruits et de légumes frais

« Récemment, y a-t- il eu des changements ici ? »

Près de 2 sur 3 (62 %) évoquent spontanément

l’apparition des fruits et légumes frais dans les rayons

slide21

« Au cours des derniers mois, avez-vous mangé davantage ou moins de certains aliments ? » (réponses spontanées)

1 sur 3 déclare spontanément manger davantage de légumes frais

et/ou de fruits

3 sur 4 l’expliquent par la présence de ces produits dans leur ESS

La présence de F&L frais en épicerie : pas une simple substitution

des sources d’appro. mais une hausse de la consommation

slide22

III - Degré de satisfaction vis-à-vis de leur conso. actuelle

Dépendance très significative

(chi 2 = 29,12- 1-p = > 99,99 %)

Les usagers d’une épicerie « avec F&L frais »

sont moins nombreux à être insatisfaits de leur conso. de fruits

… 1 sur 2 aimerait malgré tout « en manger plus »

mais fréquence de passage à l’ESS, budget, quantités… limités (+ freins perso)

slide23

Degré de satisfaction vis-à-vis de leur conso. actuelle

Dépendance très significative

(chi 2 = 31,49 - 1-p = > 99,99 %)

Les bénéficiaires d’une épicerie « avec F&L frais » sont

moins nombreuses à être insatisfaites de leur conso. de légumes frais

Comme pour les fruits, 1 sur 2 demeure toutefois insatisfaite

slide24

IV – Des fruits et légumes frais appréciés ou… attendus

Des F&L frais dans les épiceries sociales : un choix jugé

pertinent… à l’unanimité

Une offre qui suscite un taux de satisfaction élevé

« Avez-vous des souhaits

ou remarques concernant

les F&L frais proposés

dans cette épicerie ? »

(% très variable selon les ESS)

slide25

Des fruits et légumes frais appréciés ou… attendus

Des achats quasi systématiques

« Depuis l’arrivée des F&L dans cette épicerie, vous en avez acheté… » 

slide26

Autre signe d’intérêt : des achats diversifiés

Nb de fruits et de légumes frais différents achetés le jour de l’entretien

Fruits

Légumes frais

slide27

Si votre épicerie vous proposait des F&L frais,

vous en achèteriez…

Fruits

Légumes frais

slide28

Seconde partie

Enquête réalisée au sein d’associations

distribuant des colis alimentaires

slide29

Une population plus touchée par la précarité

4 sur 10 ont moins de 35 ans (+ jeunes que dans les ESS)

et autant ont entre 35 et 50 ans

plus de 8 sur 10 vivent avec un (des) enfant (s)

4 sur 10 = famille monoparentale (+ que dans ESS)

Seuls 2 sur 3 vivent en appartement (9 /10 en ESS)…

les autres : hôtel social, foyer, hébergé / proche

équipés en matériel de cuisine, mais 1/2 manque d’espace

Moins d’1 sur 10 a un emploi (1 sur 4 en ESS)

41 % nées au Maghreb, 23 % en Afrique de l’Ouest,

et 14 % en France .

slide30

I – Les fréquences de consommation

Différence significative

(chi2 = 18,32 - 1-p >= 98,94 %)

Moins de « non-consommatrices » parmi les femmes qui fréquentent

une ESS proposant des F&L frais

slide31

Fréquences de consommation

Différence très significative

(chi2 = 16,26 - 1-p >= 99,73 %)

Les femmes qui bénéficient de F&L frais dans leur colis sont

plus nombreuses à manger des légumes frais chaque jour

Seules 22 % (contre 39 %) n’en consomment que rarement

slide32

Degré de satisfaction vis-à-vis de leur conso. actuelle

Fruits

Différences

non significatives

Légumes frais

Le prix est cité comme le premier facteur limitant

slide33

« Qu’allez-vous faire avec ces fruits et légumes ? »

(qu’auriez-vous fait… ?)

(non réponse)

Fruits

Légumes frais

slide34

Un indicateur de l’intérêt suscité par l’offre de F&L frais :

l’expression d’idées concrètes pour cuisiner les légumes remis

slide35

Si cette association vous proposait des F&L frais,

qu’en feriez-vous ?

Fruits

Légumes frais

slide36

Troisième partie

Des actions d’accompagnement

pour renforcer l’impact du dispositif

La mise à disposition accroît la consommation de F& L frais

… mais celle-ci reste inférieure aux recommandations

Raisons : limites du dispositif + freins au niveau individuel

fréquence de passage dans la structure,

plafond de dépenses autorisées,

quantités de F& L disponibles…

freins

non monétaires

slide37

Des freins nombreux et variés…

Des « manques » en termes…

de savoir-faire culinaire (ou inadapté)

d’habitude de conso. des F&L frais (ou de certains)

de temps (contrainte réelle ou… perçue)

de motivation pour acheter, cuisiner et… manger

d’attrait sensoriel des F&L frais (gras et sucré préférés)

d’attention portée à l’ équilibre alimentaire, au corps, à la

santé… /t aux priorités et difficultés du quotidien

d’espaces de stockage, d’équipements adaptés

L’enjeu : (re)créer les conditions et l’envie de

cuisiner et consommer fruits et légumes frais

slide38

Des ateliers culinaires « fruits et légumes frais » :

facteurs d’alimentation équilibrée et d’insertion sociale

Retrouver plaisir et « sens » à l’acte alimentaire

apprendre à cuisiner de façon simple et rapide les légumes

favorable à leur conso.

alim.on+ équilibrée et - coûteuse

inciter à découvrir aliments « étrangers »

+ d’acceptabilité

familiarisation

éveiller au plaisir sensoriel des F&L frais

(re) donner le goût de cuisiner

… et la conscience de l’importance du repas partagé

apprendre, par la pratique, l’alim.on bonne pour la santé… globale

slide39

Au-delà de ces effets + sur l’équilibre (et le plaisir) alimentaire

… des impacts sur des aspects « insertion sociale »

nouveaux liens sociaux, échanges, coopération

réduit l’isolement, les troubles liés à l’inactivité…

sources de « dérèglements » alim.aires

réappropriation de repères

(horaires, rythmes, prévoir, conscience des quantités ingérées…)

Acquisition - et transmission - de savoirs et savoir-faire

renforce l’estime de soi, valorise le statut de parent…

+ fierté de la réussite et… de ses origines

Intégrer les enfants lors des ateliers

liens familiaux et transmission inter-générations

slide40

Des ateliers culinaires « fruits et légumes frais » :

facteurs d’alimentation équilibrée et d’insertion sociale

Deux préalables : approche « globale » et dans la durée

apprendre à cuisiner de façon simple et rapide les légumes

frais

alim.on+ équilibrée

favorable à leur conso.

et à moindre coût

inciter à découvrir des légumes et fruits « inconnus »

familiarisation + d’acceptabilité

découvrir le plaisir sensoriel des F&L frais

« éveil sensoriel »

(re) donner le goût de cuisiner… malgré un quotidien difficile

redonner la conscience de l’importance du repas partagé

un moyen pour apprendre l’alimentation bonne pour la « santé »

slide41

… mais des contraintes et limites à surmonter

moyens matériels, humains , financiers

mobilisation / mutualisation des ressources locales

comment « motiver » les bénéficiaires à participer

… surtout les moins enclins à accepter ?

Intensifier la formation des bénévoles et salariés

organisation et animation des ateliers

meilleure compréhension de publics

et de situations très hétérogènes / complexes

dimension « éthique » de l’accompagnement

(ses propres représentations, motivations, références…)