arthroscopie et gonarthrose l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
ARTHROSCOPIE et GONARTHROSE PowerPoint Presentation
Download Presentation
ARTHROSCOPIE et GONARTHROSE

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 41

ARTHROSCOPIE et GONARTHROSE - PowerPoint PPT Presentation


  • 421 Views
  • Uploaded on

ARTHROSCOPIE et GONARTHROSE. Symposium S.F.A. Annecy 2000 Sous la direction de G. Bellier et B. Moyen Avec la participation de : X.Ayral, JP.Bonvarlet, P.Djian, N.Friedereich et du Pr Sarragaglia. Bichat 2001. Qu ’est ce que l ’arthrose ?. Maladie du cartilage

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'ARTHROSCOPIE et GONARTHROSE' - andrew


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
arthroscopie et gonarthrose
ARTHROSCOPIE et GONARTHROSE

Symposium S.F.A. Annecy 2000

Sous la direction de G. Bellier et B. Moyen

Avec la participation de :

X.Ayral, JP.Bonvarlet, P.Djian, N.Friedereich et du Pr Sarragaglia

Bichat 2001

qu est ce que l arthrose
Qu ’est ce que l ’arthrose ?

Maladie du cartilage

Réaction synoviale Réaction osseuse

Spirale destructrice

d finitions
Définitions

Critères cliniques

Topographie des douleurs (« montrez moi où vous avez mal »)

diffuses / localisées internes / antérieures

Début des douleurs

progressif ou brutal

Rythme des douleurs

mécanique ou inflammatoire

Douleurs Brèves et Brutales DBB (oui / non)

Épanchement articulaire ( oui / non)

Douleurs reproduites à la palpation

- de l ’interligne fémoro-tibial

- osseuse : percussion condyle / plateau tibial

Bichat 2001

d finitions4
Définitions

Radiologiques

Traitements médicaux

Bichat 2001

m thodes utilis es sous arthroscopie
Méthodes utilisées sous arthroscopie
  • Débridement
  • Perforations de Pridie
  • Arthroplastie abrasive
  • Micro Fractures
traitement arthroscopique de la gonarthrose
Traitement arthroscopique de la gonarthrose

Débridement

Synovectomie limitée

Excision ostéophytes

Ablation de corps étrangers

Cartilage « shaving »

Méniscectomie

Bichat 2001

d bridement
Débridement

Auteurs Nb de cas Recul (ans) % amélioration

Del Pizzo 37 1 32

Sprague 78 1 75

Salisbury 48 2 32 (94 si axé)

Jennings 51 2 71

MacLaren 171 2 78

Jackson 137 3 68

Baumgartner 49 3 40

Patel 276 4 75

Timoney 111 4 45

Oggilvie 441 4 68

Rand 131 5 67

Bert 126 5 66

traitement arthroscopique de la gonarthrose8
Traitement arthroscopique de la gonarthrose

Débridement

  • Indications : traitement palliatif en cas de contre-indication à une prothèse

MAGNUSON PB Technique of debridement of the knee joint

for arthritis. Surg Clin North Am 1946, 26, 249

MAGNUSON, P. B. The classic: Joint debridement: surgical

treatment of degenerative arthritis , Clin Orthop, 1974, 101, 01 : 4-12

McEldowney, A. J. and Weiker, G. G. Open-knee Magnuson

debridement as conservative treatment for degenerative osteoarthritis of the knee . J Arthroplasty, 1995 10, 6, 805-9

Bichat 2001

perforations de pridie 1959
Perforations de Pridie (1959)

Buts : favoriser la mobilisation des cellules souches mésenchymateuses à partir de la cavité médullaire.

Des canaux d ’1 mm sont créés et sont colonisés par une néovascularisation et une migration de cellules souches. Rôle important dans la décompression de l ’os sous chondral.

traitement arthroscopique de la gonarthrose10
Traitement arthroscopique de la gonarthrose
  • Abrasion arthroscopique

Éliminer l ’os sclérotique pour atteindre les vaisseaux sous jacent

Bichat 2001

traitement arthroscopique de la gonarthrose11
Traitement arthroscopique de la gonarthrose
  • Abrasion arthroscopique
  • L Johnson: 436 cas

75% améliorés mais 16% réopérés avant 5 ans

  • Singh: 52 cas

51% améliorés,23% inchangés, 26% aggravés

Bichat 2001

traitement arthroscopique de la gonarthrose13
Traitement arthroscopique de la gonarthrose

Micro Fractures

- La technique nécessite de petits poinçons aux extrémités courbes

pour atteindre toutes les parties articulaires.

- Toute la couche superficielle de l ’os doit être pénétrée et toute

la base de la zone soit ‘ micro fracturée ’.

- Fabrication de fibro cartilage

Steadman 298 cas 75% améliorés

Passler 351 cas 78% améliorés

Bichat 2001

traitement arthroscopique de la gonarthrose14
Traitement arthroscopique de la gonarthrose
  • Aggravations loin d ’être négligeables

11 à 32%

  • Lavage seul # efficace ?

moins de complications !

Bichat 2001

tude r trospective s f a
Étude rétrospective S.F.A.

257 arthroscopies sur 221 patients

Bichat 2001

crit res
CRITÈRES

Inclusion

  • Pincement radio de 25% face schuss
  • Recul 6 mois minimum
  • Primitive ou secondaire

EXCLUSION

  • Arthrose femoro patellaire isolée
  • Nécrose associée
  • Rh inflammatoire , SVN, arthrose sur prothèse

Bichat 2001

population
Population
  • 232 gonarthroses primitives dont 25 gonarthroses avec CCA
  • 20 sur laxité et 5 suites de fractures
  • Age moyen 65+/- 11
  • Femmes 60%
  • Poids 79+/-15 kg,
  • Taille 166+/- 9
  • Recul moyen 25,2 mois

Bichat 2001

population18
Population
  • Traitement Chirurgical préalable

3 ostéotomies de valgisation

9 LCA

1 LCP

1 LLI

1 LLE

population19
Population
  • Morphotype
suivi
SUIVI
  • Clinique sur Lequesne et Womac
  • Radios Incidence de face en appui en schuss (30°)

Incidence fémoro-patellaire à 30°

Incidence de Profil à 30°

Télé Goniométrie (facultatif)

r sultats du lequesne
Résultats du Lequesne

Doul Noct absente aux mouvements sans bouger

Pré-op 0 171 (70%) 75 (30%)

Revus 108 (50%) 89 (41%) 16 (9%)

Dérouillage absent < 15 ‘  > 15 ’

Pré-op 48(20%) 131 (54%) 64 (26%)

Revus 138 (64%) 53 (25%) 22 (11%)

Piétiner oui non

Pré-op 190 (85%) 35 (15%)

Revus 75 (38%) 121 (68%)

Marche absente après qq dist dès le début

Pré-op 1(0,5%) 148 (60%) 98(39,5%)

Revus 101(47%) 87 (40%) 26 (13%)

Bichat 2001

r sultats du lequesne22
Résultats du Lequesne

Périmètre<300m <500 <900 1 km >1 km illimité

Pré-op 5(2%) 23(10%) 39(15%) 80(32%) 72(31%) 25(10%)

Revu 3(1,4%) 6(28%) 14(6,5%) 30(14%) 108(50,4%) 53(29,4%)

Lever siège sans les bras oui non

Pré-op 200(88%) 25(12%)

Revu 79(40%) 115(60%)

Monter 1 étage facile difficile impossible

Pré-op 49 180 3

Revu 136 70 1

Descendre 1 étage facile difficile impossible

Pré-op 43 143 5

Revu 134 70 2

Bichat 2001

r sultats du lequesne23
Résultats du Lequesne
  • Score moyen pré-opératoire 12,5 +/- 3,3
  • Score au dernier recul 9,5 +/- 3,5
  • Gain moyen 25%
  • 70% améliorés
  • 19,4% réopérés (50 genoux)

dont 38 repris avant 25 ème mois

Bichat 2001

valuation
Évaluation
  • Diminution Lequesne significatif p<0,0001
  • Amélioration des gonarthroses primitives et CCA
  • Amélioration des Varum et normo axés
  • Amélioration indice > chez travailleur manuel
  • Pas influence : âge poids taille BMI sexe

Bichat 2001

crit res cliniques
Critères cliniques
  • Douleur pré opératoire

à type accrochage ou blocage = BON

Douleur continue pas de bon pronostic

  • Hydarthrose pré-opératoire # BON

Hydarthrose post op = MAUVAIS

Bichat 2001

crit res radiographiques
Critères radiographiques
  • Degré pincement FTI en extension

pas d ’influence

  • Degré pincement FTE en extension

pas d ’influence

  • Atteinte fémoro patellaire pas d ’influence

Bichat 2001

crit res radiographiques27
Critères radiographiques

Pincement en schuss

Évolution rapide

Mauvais

facteur cartilage
Facteur cartilage
  • Atteinte condyle int ou ext mauvaise si > 50%
  • Atteinte profonde et étendue mauvaise

Si stade 4 et > 50%

  • Atteinte des plateaux tibiauxsans importance

Bichat 2001

facteur m nisque
Facteur ménisque

La réalisation d ’une Méniscectomie n ’influence pas le résultat final

Par contre type de lésion conditionne résultat

Lésions traumatiques de meilleur pronostic

geste cartilagineux
Geste cartilagineux
  • Réalisation de geste cartilagineux agressifs diminue de manière significative les résultats

Aucun geste 154 cas score moyen 9,7+/-2,6

Abrasion/Pridie 27 cas score moyen 15,5+/-3,2

conclusions
CONCLUSIONS

Prudencecar étude multicentrique rétrospective

Recul moyen n ’est que de 25 mois

Uniquement sur la fiche de Lequesne

Quelles tendances pour une

« BONNE PRATIQUE » ?

conclusions32
Conclusions
  • illusions à abandonner

Gestes isolés sur cartilage non efficaces

voire délétères

Dans la littérature toujours associés à rodage et décharge de 6 à 8 semaines

conclusions33
Conclusions

Résister à la tentation de la

méniscectomie

sur lésions dégénératives sans accrochages douloureux

conclusions34
Conclusions
  • Pas de bon résultat si les lésions sont de stade 4 et de plus de 50% du condyle
  • Présence concomitante de CCA, de lésion femoro patellaire, n ’influence pas le résultat
conclusions35
Conclusions

Amélioration pour combien de temps ?

À 2 ans 20% d ’échec

Amélioration que de 25% du score de Lequesne

conclusions36
Conclusions
  • Situation la plus favorable

- Gonarthrose interne avec - de 50% pincement sur schuss,

- Lésions condyliennes <50%

- Clinique méniscale traumatique douleurs brèves et brutales: éclairs douloureux DBB

- Sujet actif

conclusions37
Conclusions
  • Situation la moins favorable

- Déviation axiale > à 5° dans une gonarthrose externe, avec un pincement > à 50%

- Lésions condyliennes supérieures à 50%

- Sédentaire de plus de 70 ans

- Hydarthrose chronique

- Douleurs mécaniques sans accrochages

- Laxité associée

conclusions38
Conclusions
  • Importance de la clinique
  • Début brutal d ’une pathologie méniscale
  • Analyse morphotype
  • Persistance épanchement
  • Recherche des signes osseux d ’impaction

à différencier d ’une douleur méniscale

conclusions39
Conclusions

IMAGERIE

Importance du schuss

Arthroscanner analyse les érosions osseuses

IRM en cas de doute confirme une lésion de fissure de contrainte sous chondrale

conclusions40
Conclusions

ARTHROSCOPIE = STRATEGIE D ’ATTENTE

Amélioration partielle de la situation fonctionnelle pendant une durée limitée dans des circonstances précises

B. Moyen

merci
MERCI
  • À bientôt

SFAhttp://sofarthro.com/JP Bwww.bonvarlet.com