troubles des conduites alimentaires l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Troubles des conduites alimentaires PowerPoint Presentation
Download Presentation
Troubles des conduites alimentaires

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 46

Troubles des conduites alimentaires - PowerPoint PPT Presentation


  • 292 Views
  • Uploaded on

Troubles des conduites alimentaires. Dr. Brigitte ROCHEREAU PARIS, 18 sept 2009. « Se nourrir » ou le paradoxe de «  l’ H omnivore  » Les différentes fonctions de l’acte alimentaire. « Se nourrir » : acte vital, d’ordre biologique. Apporte de l’énergie et des nutriments

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Troubles des conduites alimentaires' - Thomas


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
troubles des conduites alimentaires
Troubles des conduites alimentaires

Dr. Brigitte ROCHEREAU

PARIS, 18 sept 2009

slide2

« Se nourrir »

ou

le paradoxe de « l’Homnivore »

Les différentes fonctions de l’acte alimentaire

slide3

« Se nourrir » : acte vital,

d’ordre biologique

  • Apporte de l’énergie et des nutriments
  • « des aliments tu feras ta médecine »
  • HIPPOCRATE (460 av.J.-C.)
  • Régulation physiologique:
    • faim-satiété- plaisir
slide4

« Se nourrir » : acte hédonique d’ordre affectif et émotionnel

  • S’inscrit dans un relation affective avec autrui
slide5

Nous avons appris à manger

APPRENTISSAGE = CONDITIONNEMENT

  • Imitation du modèle parental
  • Rejet et préférences alimentaires sont appris
slide7

« Se nourrir » : acte symbolique,

d’ordre relationnel et culturel

  • S’inscrit dans un relation sociale avec autrui
slide8

« Se nourrir » : acte ambivalent

aliment = poison,

intoxication

« on creuse sa tombe avec ses dents »

adage populaire

la soci t de consommation
La société de consommation

Très grande diversité alimentaire (mondialisation)

Caverne d’Ali Baba alimentaire (abondance alimentaire, disponibilité illimitée)

Stimuli sensoriels permanents

« TOUT - TOUT DE SUITE - QUAND JE VEUX »

Matraquage publicitaire

Cacophonie des messages nutritionnels

Offre excessive d’aliments « facultatifs », hautement palatables, boissons caloriques

Portions plus grandes

enjeux socio culturels actuels
Enjeux socio-culturels actuels

Culte du corps, de la jeunesse, de la beauté, de la performance, de la forme physique

Obsession du poids, des rides, de la perfection

Modèle valorisé:

A 9 ans, les enfants ont déjà des préoccupations corporelles (les garçons font du sport, les filles plutôt le régime)

Poupée Barbie: mensurations impossibles

IMC des miss América:

en 1950 : 21,2 kg/m2

en 1967 : 19,5

en 1980 : 17,1

Taille des mannequins:

en 1990, Cyndie Crawford: 17,5

en 2000, Kate Moss: 15,03

en 2006, Ana Carolina Reston: 13,3

idéal minceur

terrorisme de la minceur

cons quences
Conséquences

Images identificatoires impossibles

Image fixe, éternelle,

parfaite tout le temps

plusieurs morceaux de corps, de plusieurs personnes

logiciels « relookeurs » 

cons quences13
Conséquences

Valorisation des régimes, voire de l’anorexie mentale, déni de la restriction cognitive

Valorisation des modifications corporelles artificielles quand le recours humain atteint des limites (régimes, chirurgie)

Négation des changements corporels physiologiques (puberté, grossesse, ménopause...)

le message paradoxal de notre soci t de consommation
Le message paradoxal de notre société de consommation

« CONSOMMEZ!...

et… SOYEZ MINCE! »

augmentation significatives des TCA

slide15
Troubles des Conduites Alimentaires

Principales données

épidémiologiques

troubles des conduites alimentaires16
Troubles des Conduites Alimentaires

Affections au carrefour de la biologie, de la psychologie individuelle, des interactions familiales et de la société

Retentissement

Somatique

de la dénutrition la plus sévère (AM restrictive) à l’obésité la plus morbide (BED)

Formes subsyndromiques qui posent la question du continuum du normal - pathologique

Psychique

Social

troubles des conduites alimentaires17
Troubles des Conduites Alimentaires

TCA en augmentation: nombreux biais des études

Anorexie: incidence stable*

Boulimie: en expansion depuis 20 ans dans les pays économiquement développés

Incidence croissante des formes mixtes

Aux USA, l’anorexie mentale est la 3° maladie chronique (après l’obésité et l’asthme)

Milieux socio-économiques: Tous

Pays occidentaux: incidence identique entre les populations de migrants et les populations d’accueil (enquête ESCAPADE)

*Forbonne E. Anorexia Nervosa, No evidence of increase. Br J Psychiatry 1995;166: 462-471

troubles des conduites alimentaires18
Troubles des Conduites Alimentaires

Prédominance féminine

8 à 9 cas sur 10 pour l’AM et la boulimie

6 sur 10 pour le BED

Anorexie mentale

0,5 à 1% des ados

Début entre 13-14 ans et 17-18 ans

restrictive (1%)

avec conduites d’élimination (2 à 4%): Vomissements, prise de laxatifs, diurétiques, anorexigènes, exercice physique,…

Boulimie

3 à 5%

Plus tardivement: 19-20 ans

autres troubles des conduites alimentaires
Autres troubles des conduites alimentaires

BED: Le Binge Eating Disorder

2 à 3 fois plus fréquent que la boulimie

60% des filles et 30% des garçons consultant pour obésité

NES: Le Night Eating Syndrom

Restriction cognitive, craving, hyperphagie, grignotage

Comorbidités à rechercher: abus de toxiques, stratégies de contrôle du poids

formes subsyndromiques
Formes subsyndromiques

Augmentation chez les adolescentes

Des préoccupations corporelles

Auto-jugements négatifs, pesées excessives

De perturbations alimentaires

Diètes auto-prescrites, jeûne régulier, régimes anarchiques responsabes de yo-yo pondéral et de déséquilibres nutritionnels, épisodes de vomissements induits, de craving

Haute Marne (3500 élèves)

1/3 des jeunes filles: Préoccupations corporelles

20 % de conduites de restriction et de jeûne sans répondre aux critères DSM III-R

3 % vomissements et des abus de laxatifs ou de diurétiques

10 % crise de boulimie hebdomadaire

Prévalence de la boulimie: 1 % et A. M.: 0,1 %

pourquoi un tca
Pourquoi un TCA?

Pourquoi la souffrance psychique prend-elle la forme d’un TCA?

PARCE QUE…

Etiologies multifactorielles

Facteurs de risque

Vulnérabilité interindividuelle

Moment propice du développement de l’individu

slide23
Troubles des Conduites Alimentaires

Définition et classification

d finition d un tca
Définition d’un TCA

Conduites alimentaires

différentes de celles habituellement adoptées par les individus placés dans le même environnement nutritionnel et socioculturel

ayant un retentissement négatif sur la santé physique ou mentale

et non secondaire à un désordre somatique ou psychique

classification des troubles des conduites alimentaires
Classification des troubles des conduites alimentaires

TCA spécifiés

2 seulement sont répertoriés dans le DSM-IV(nomenclature officielle du manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux )

Anorexie mentale

Boulimie

slide26

ANOREXIE MENTALE

Diagnostic and Statistical Manuel, DSM-IV

anorexia nervosa diagnostic and statistical manuel dsm iv 1993
Anorexia nervosa (Diagnostic and Statistical Manuel, DSM-IV, 1993)

A. Refus de maintenir un poids égal ou supérieur au poids minimum compte tenu de l’âge et de la taille.

B. Peur intense de prendre du poids ou de devenir gros, même avec un poids anormalement bas.

C. La forme et le poids du corps sont perçus de façon anormale, le jugement porté sur soi-même est indûment influencé par la forme et le poids du corps, ou il existe un déni des conséquences du bas poids corporel.

D. Chez les femmes pubères, aménorrhée, c’est-à-dire absence de règles durant au moins 3 cycles consécutifs.

slide28

BOULIMIE

Diagnostic and Statistical Manuel, DSM-IV

bulimia nervosa diagnostic and statistical manuel dsm iv 1993
Bulimia nervosa (Diagnostic and Statistical Manuel, DSM-IV, 1993)

A. Épisodes récurrents d’hyperphagie incontrôlée.

  • prises alimentaires, dans un temps court inférieur à 2 heures, d’une quantité de nourriture largement supérieure à celle que la plupart des personnes mangeraient dans le même temps et dans les mêmes circonstances.
  • impression de perte de contrôle des quantités ingérées ou la possibilité de s’arrêter.

B. Le sujet met en œuvre des comportements compensatoires visant à éviter la prise de poids

  • vomissements provoqués, prises abusive de laxatifs ou de diurétiques, lavements, jeûnes, exercice excessif
bulimia nervosa diagnostic and statistical manuel dsm iv 199330
Bulimia nervosa (Diagnostic and Statistical Manuel, DSM-IV, 1993)

C. La crise de boulimie et les comportements compensatoires pour prévenir une prise de poids ont eu lieu en moyenne 2 fois par semaine durant au moins 3 mois.

D. L’estime de soi est influencée de manière excessive par le poids et la forme du corps.

E. Le trouble ne survient pas au cours d’une anorexie mentale.

classification des troubles des conduites alimentaires31
Classification des troubles des conduites alimentaires

TCA non spécifiés (TCA-NS)

ou TCA atypiques

ou EDNOS (Eating Disorder Not Other Spécified)

tous les autres

Il existe une perméabilité entre les catégories des TCA dans le temps

Continuum entre normal et pathologique

troubles des conduites alimentaires32
Troubles des conduites alimentaires

Hyperphagie prandiale

Tachyphagie

Restriction cognitive

Anomalies qualitatives de choix, de préparation, de manière de table

Orthorexie

Anomalies prandiales

troubles des conduites alimentaires33
Troubles des conduites alimentaires

Grignotage: snacking

Frénésie alimentaire: craving

Compulsions

BED: Binge Eating Disorder

NES: Night Eating Syndrome

Autres TCA(NSRED, pica, mérycisme…)

Anomalies extra-prandiales

slide34

RESTRICTION COGNITIVE

Travaux de POLIVY et HERMAN -1975

slide35

Restriction cognitive POLIVY et HERMAN -1975

  • Démarcheconsciente de réduiresesapportscaloriques en s’imposant un ensemble d’interdictionalimentaires –quantitatifs et/ouqualitatifs, dans le but de perdre du poidsoud’éviterd’enprendre

Normal? Pathologique?

comportementlargementencouragé par la société

restriction cognitive polivy et herman 1975
1. Phase de contrôle

Pour ne pas grossir, le sujet met en place des stratégies de contrôle alimentaire: il fonctionne sur des interdits, des « CROYANCES »

Restriction cognitivePOLIVY et HERMAN -1975
  • Il classe les aliments en « bons = font maigrir » ou « mauvais = font grossir »
  • Il mange à volonté (= trop) les aliments « qui font maigrir »
  • Il n’écoute plus ses sensations alimentaires (faim-satiété)
  • Le sujet maigrit
restriction cognitive polivy et herman 197537
Restriction cognitivePOLIVY et HERMAN -1975
  • 2. Phase de perte de contrôle
    • Peur de manquer
    • Sentiment chronique de privation et de frustration, angoisse…
    • Obsession alimentaire
    • Désinhibition obligatoire
      • Compulsions incontrôlées sur les aliments interdits
      • Culpabilité
      • il grossit
cons quences de la rc un v ritable cercle vicieux

Contre régulation métabolique et psy

Désinhibition-compulsions

Sensations alimentaires ignorées

  • POIDS YO-YO
  • CONSEQUENCES PSYCHOSOCIALES
    • Peur de manquer
    • CULPABILITE
    • Isolement

Maîtrise du CA en vue de maigrir

Conséquences de la RC: un véritable cercle vicieux
slide39

BED =

BINGE EATING DISORDER

DSM-IV: F 50.4

trouble des conduites alimentaires non spécifiées

= accès boulimique

= crise boulimique

= Hyperphagie boulimique

= Boulimie sans stratégie de contrôle du poids

hyperphagie boulimique binge eating disorder spitzer et al 1993 dsm iv 1996
Hyperphagie boulimique« Binge Eating Disorder »Spitzer et al., 1993; DSM-IV, 1996

Épisodes récurrents de crises de boulimie =  binge eating 

Une crise de boulimie répond aux 2 caractéristiques suivantes :

1) Absorption, en une courte période de temps (moins de 2 heures), d’une quantité de nourriture dépassant notablement ce que la plupart des personnes mangent dans le même temps et dans les mêmes circonstances.

2) Sentiment de perte de contrôle sur le comportement alimentaire pendant la crise (par exemple, sentiment de ne pas pouvoir s’arrêter de manger ou de ne pas pouvoir contrôler ce qu’on mange ou la quantité de ce qu’on mange).

hyperphagie boulimique binge eating disorder spitzer et al 1993 dsm iv 199641
B. Durant les crises de boulimie, au moins trois des critères suivants d’absence de contrôle sont présents :

1) Prise alimentaire nettement plus rapide que la normale

2) L’individu mange jusqu’à l’apparition de sensations de distension abdominale inconfortable.

3) Absorption de grandes quantités d’aliments sans sensation physique de faim.

4) Prises alimentaires solitaires afin de cacher aux autres les quantités ingérées.

5) Sensations de dégoût de soi, de dépression, ou de grande culpabilité après avoir mangé.

Hyperphagie boulimique « Binge Eating Disorder »Spitzer et al., 1993; DSM-IV, 1996
hyperphagie boulimique binge eating disorder spitzer et al 1993 dsm iv 199642
C. Le comportement boulimique est source d’une souffrance psychique marquée.

D. Le comportement boulimique survient en moyenne au moins 2 fois par semaine sur une période de 6 mois.

E. Le comportement boulimique

n’est pas associé à des comportements compensatoires(vomissements, prise de laxatifs, exercice physique intensif,…),

Il ne survient pas au cours d’une Anorexie mentale ou d’une Boulimie.

Hyperphagie boulimique « Binge Eating Disorder »Spitzer et al., 1993; DSM-IV, 1996
cons quences du bed
Conséquences du BED

OBESITE RAPIDE

Contre-indique en l’état

un régime amaigrissant

slide44

NES =

NIGHT EATING SYNDROM

Non mentionné dans le DSM-IV

nes night eating syndrom
NESNight Eating Syndrom

Prise alimentaire principalement nocturne

60 % des Cal ingérées entre 20 h et 6 heures

Réveils nocturnes à but de prise alimentaire

Sur le mode compulsif ou boulimique

Augmentation poids

cons quences des troubles des conduites alimentaires
Conséquences des troubles des conduites alimentaires

Somatiques

Variation pondérale

Malnutrition

Dénutrition (risque vital)

Psychologiques

Culpabilité

Mésestime de soi chronique

Perturbation de l’image du corps, sentiment d’anormalité

Dépression (risque suicidaire)

Sociales

Isolement(risque de désinsertion sociale extrême)

Situations familiales intolérables