humanitaire et maintien de la paix en afrique david ambrosetti cnrs universit paris ouest nanterre l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Humanitaire et maintien de la paix en Afrique David Ambrosetti (CNRS – Université Paris Ouest Nanterre) PowerPoint Presentation
Download Presentation
Humanitaire et maintien de la paix en Afrique David Ambrosetti (CNRS – Université Paris Ouest Nanterre)

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 18

Humanitaire et maintien de la paix en Afrique David Ambrosetti (CNRS – Université Paris Ouest Nanterre) - PowerPoint PPT Presentation


  • 273 Views
  • Uploaded on

Humanitaire et maintien de la paix en Afrique David Ambrosetti (CNRS – Université Paris Ouest Nanterre). I – L’Afrique, un « berceau » de l’humanitaire et du maintien de la paix contemporain II – Effets et enjeux des interventions extérieures.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Humanitaire et maintien de la paix en Afrique David Ambrosetti (CNRS – Université Paris Ouest Nanterre)' - Anita


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
humanitaire et maintien de la paix en afrique david ambrosetti cnrs universit paris ouest nanterre

Humanitaire et maintien de la paix en AfriqueDavid Ambrosetti(CNRS – Université Paris Ouest Nanterre)

slide2
I – L’Afrique, un « berceau » de l’humanitaire et du maintien de la paix contemporain

II – Effets et enjeux des interventions extérieures

i l afrique un berceau de l humanitaire et du maintien de la paix
I – L’Afrique, un berceau de l’humanitaire et du maintien de la paix

A) Deux « épisodes » fondateurs de l’action humanitaire contemporaine: le Biafra et l’Ethiopie

B) Les opérations de maintien de la paix de l’ONU (OMP) en Afrique

a 1 le biafra 1967 1970
A) 1. Le Biafra (1967-1970)

Nigeria Abuja Ibo

lieutenant-colonel Odumegwu Ojukwu

Joint Church Aid – 55 000 tonnes d’aide

Comité international de la Croix-Rouge (CICR) – 22 000 tonnes d’aide

Bernard Kouchner Médecins sans frontières (1971)

Jacques Foccart essais de Reggane (déc. 1960)

Markpress (Genève)

2 l ethiopie 1984 1985
2. L’Ethiopie (1984-1985)

Wollo (nord) charity business Bob Geldof

Band Aid (nov. 1984) Live Aid (juil. 1985)

1 200 000 tonnes d’aide

Le Derg Mengistu Haïlé-Mariam

Front de libération du peuple du Tigray

Front populaire de libération de l’Erythrée

Déplacements forcés de 600 000 personnes, 200 000 morts env.

b les omp et l afrique
B) Les OMP et l’Afrique

1. Le tournant de l’ONUC

2. Le renouveau post-guerre froide (1988-1993)

3. Echecs retentissants et paralysie (1993-1999)

4. Un développement sans précédent des OMP (années 2000 jusqu’à aujourd’hui)

1 l onuc 1960 1964
1. L’ONUC (1960-1964)

Congo-Léopoldville / République démocratique du Congo (RDC) / Zaïre (Congo-Kinshasa)

Patrice Lumumba Katanga Moïse Tshombé

Dag Hammarskjöld (†en sept. 1961)

Résolution 143 du CSNU  retrait des forces belges

19 500 personnels

30 États contributeurs (Afrique et Asie)

2 la fin de la guerre froide et le renouveau des omp 1988 1993
2. La fin de la guerre froide et le renouveau des OMP (1988-1993)

Namibie Angola Mozambique

Somalie : Restore Hope (UNITAF / déc. 92-mars 93) et ONUSOM II (ONU / mars 93 – mars 95),

28 000 personnels

Mohamed Farah Aïdid

juin 1993 (24 casques bleus pakistanais)

3 octobre 1993 (18 Marines US et un casque bleu malaisien)

Congrès US – Jesse Helms

Boutros Boutros-Ghali Secrétaire général de l’ONU

Kofi Annan Secrétaire général adjoint aux OMP

3 echecs et paralysie 1993 1999
3. Echecs et paralysie (1993-1999)

MINUAR au Rwanda (5 octobre 1993)

Général R. Dallaire

Michael Barnett - délégation US à l’ONU

Président J. Habyarimana († le 6 avril 1994)

Front patriotique rwandais (P. Kagamé)

Hutu Power Col. Théoneste Bagosora

Résolution 925 – retrait de 2 000 casques bleus en plein génocide (« g »-word)

500 000 à un million de victimes

Puis Bosnie - Zaïre 1996-1997

Repli : 70 000 personnels en uniforme UN en 1993, 13 000 en février 1998. Budget divisé par plus de trois (de 3,6M$ à 1M$)

4 un d veloppement sans pr c dent ann es 2000
4. Un développement sans précédent (années 2000)

Rapport de Lakhdar Brahimi (juil. 2000)

Consolidation de la paix

Réforme du secteur de la sécurité

Implication régionale (African ownership)

MINUSIL en Sierra Leone (1999-2005)

Royaume-Uni leader, au secours de l’ONU en mai 2000

Revolutionary United Front (RUF)

Président Ahmed Tejan Kabbah

slide11
Années 2000, dossiers africains = entre 70 % et 75 % des questions traitées au Conseil de sécurité de l’ONU

En 2010, l’Afrique

= la moitié des opérations de paix de l’ONU déployées dans le monde (soit huit sur seize).

= les trois quart (73 500) des 100 000 personnels en uniforme déployés sous la bannière onusienne dans le monde

Le Soudan = près d’un tiers des effectifs mondiaux (30 000, 20 000 au Darfour et 10 000 au Sud Soudan)

RDC = 20 000 Liberia = 11 000 Côte-d’Ivoire = 8500

Pakistan, Bangladesh et Inde (les 3 premiers contributeurs de troupes) = 28% du total

Puis 9 États africains parmi les 20 premiers contributeurs : Nigeria, Égypte, Rwanda, Ghana, Sénégal, RSA, Éthiopie, Maroc, Bénin 

Contributeurs financiers minimes : Zambie et Somalie = 0,001% du budget de l’ONU chacun, Afrique du Sud = 0,29%

ii effets et enjeux des interventions ext rieures
II – Effets et enjeux des interventions extérieures
  • Des effets chiffrés ? Un appel à la modestie
  • Les apprentissages stratégiques des acteurs africains
  • L’ « africanisation » du maintien de la paix: vers une nouvelle architecture de paix et de sécurité en Afrique
a des effets chiffr s un appel la modestie
A) Des effets chiffrés ? Un appel à la modestie

1. Baisse des décès dus aux violences armées en Afrique

  • Human Security Center : Nombre de victimes de violences armées en hausse constante de 1960 à 1990, puis baisse régulièrement depuis 1990.
  • Si, en 1960, l’Afrique comptait 68 % du total de tués dans les combats dans le monde, ce chiffre est tombé à 13 % en 2005 (banque africaine de développement).
  • Causes proposées : amélioration des conditions sanitaires et d’aide humanitaire.
2 des moyens engag s toujours modestes
2. Des moyens engagés toujours modestes

OMP multidimensionnelles, très intrusives

 Réforme du secteur de la sécurité (RSS) (Sierra Leone, RDC, Liberia, Côte-d’Ivoire)

Pourtant moyens limités :

  • OMP de l’ONU = 7,7 M$ par an dans le monde ; MINUSIL en Sierra Leone (750m$ annuels en 2002 pour 17 500 personnels en uniforme)
  • Comparaison : commerce d’armes dans le monde = 30 M$ annuels ; somme des budgets militaires dans le monde = 800 M$ par an.
  • 20 000 personnels pour couvrir le Darfour (superficie de la France, habitat morcelé, infrastructures rudimentaires ou inexistantes)

Faible engagement stratégique dans la durée, improvisation, difficultés de recrutement, professionnalisation encore insuffisante

 scandales des abus sexuels (Sierra Leone, Liberia, RDC)

b les apprentissages strat giques des acteurs africains
B) Les apprentissages stratégiques des acteurs africains

Engagement des États africains dans le maintien de la paix:

  • Entrée de devises
  • Opportunités de formations et de professionnalisation des armées (Burundi)
  • Eloignement de militaires jugés menaçants (NPRC en Sierra Leone)
  • Visibilité multilatérale comme puissance régionale

Stratégies de contournement ou d’opposition frontale:

  • Faiblesse politique des forces internationales exploitée (Somalie, Rwanda, Sierra Leone, UA au Darfour)
  • Obstacles et expulsions de personnels (Erythrée et la commission frontalière pour Badme 2005 ; Soudan et Jan Pronk 2006 ; Tchad et la MINURCAT 2010)
c l africanisation du maintien de la paix
C) L’ « africanisation » du maintien de la paix

1. Contexte

  • Mouvement panafricain  Organisation de l’Unité africaine (OUA) en mai 1963
  • Ingérences bilatérales maintenues par des anciennes métropoles (20 opérations armées françaises de 1963 à 1983 par exemple).
  • Première OMP de l’OUA : Tchad en 1981. Retrait en juin 1982 sur un échec.
  • Mécanismes de l’OUA pour la prévention, gestion et résolution des conflits en 1990 (Rwanda, Burundi, Comores)
  • Processus précoce de coopération sous-régionale  sept organisations régionales aujourd’hui

 ECOMOG par la CEDEAO au Liberia et en Sierra Leone

2 l union africaine ua en 2002
2. L’Union africaine (UA) en 2002
  • Innovations
    • Inspiration de l’UE (Commission) et de l’ONU (Conseil de paix et de sécurité)
    • Département de paix et sécurité
    • Article 4 de l’Acte constitutif
  • Opérations au Burundi, au Darfour et aux Comores
  • Force africaine en attente et système continental d’alerte précoce (UA et les cinq espaces régionaux) : en cours d’élaboration
3 limites
3. Limites

Externes :

  • Forte implication des partenaires extérieurs :

- Facilité de paix de l’Union européenne

- partenariat Europe / Afrique de Lisbonne

- soutiens financiers du G8

 « mêlée des donateurs »

  • Conditionnalités :

- forte présence d’experts occidentaux à l’UA

- Recours ad hoc à l’UA, sélectivité selon les intérêts des grands bailleurs

- Réticences à mieux équiper ces forces de l’UA

Internes :

  • Faible engagement politique des États africains
  • Sauf contexte de compétitions hégémoniques régionales

- Contributeurs militaires : Nigeria, Rwanda, Afrique du Sud, Ouganda

- Contributeurs financiers : Ethiopie, Libye, Kenya

Différences entre « africanisation » et « appropriation » (Benedikt Franke)