Les m thodes s paratives la chromatographie
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 30

Les méthodes séparatives: la chromatographie PowerPoint PPT Presentation


  • 667 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Les méthodes séparatives: la chromatographie. I - Introduction II- Chromatographie sur colonne : aspects généraux III- La chromatographie liquide haute performance (HPLC) III- La chromatographie en phase gazeuse (CPG) IV- La chromatographie d’exclusion stérique (SEC) V- Analyse quantitative.

Download Presentation

Les méthodes séparatives: la chromatographie

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Les m thodes s paratives la chromatographie

Les méthodes séparatives:la chromatographie

I- Introduction

II- Chromatographie sur colonne : aspects généraux

III- La chromatographie liquide haute performance (HPLC)

III- La chromatographie en phase gazeuse (CPG)

IV- La chromatographie d’exclusion stérique (SEC)

V- Analyse quantitative

1


I introduction

I- Introduction

1- Historique

En 1906, un botaniste russe Mikhail Semenovich TSWETT (1872-1919)

purifie des pigments végétaux, comme la chlorophylle, sur une colonne

de craie. Il donne alors à ce phénomène de séparation le nom de

chromatographie(du grec khrôma, couleur et graphein, écrire) qu’il définit

comme l’enregistrement graphique des couleurs. On assiste alors à la naissance

de la chromatographie.

En 1952, les biochimistes A. J. P Martin et R. L. M. Synge

reçoivent le prix Nobel de chimie pour leur contribution au

développement de la chromatographie moderne.

La chromatographie à connu un essor important durant ces 50 dernières années dont l’origine tient, dans une large mesure, au fait que se trouvent associés une méthode séparative rapide et performante couplée à des détecteurs sensibles et variés.

Aujourd’hui

chromatographie préparative

chromatographie analytique

2


2 d finition iuapc international union of pure and applied chemistry

2- Définition : IUAPC(International Union of Pure and Applied Chemistry)

La chromatographie est un procédé physico-chimique de séparation d’un mélange homogène liquide ou gazeux. Le principe repose sur l'équilibre de concentrations des composés présents entre deux phases en contact : la phase stationnaire et la phase mobile qui se déplace. La séparation est basée sur l'entraînement différentiel des constituants du mélange.

  • La phase stationnaire est une phase qui reste en place, soit dans une colonne, soit sur une surface plane.

  • La phase mobile est une phase qui se déplace sur ou à travers la phase stationnaire, entraînant l’analyte avec elle.

  • L'élution est un processus au cours duquel les analytes sont entraînés à travers une phase stationnaire par le mouvement d’une phase mobile.

3


3 classification

3- Classification

Selon la technologie mise en œuvre

  • Chromatographie sur colonne

  • Chromatographie de surface:sur papier ou sur couche mince (CCM)

    Selon la nature des phases

  • Selon la nature de la phase mobile on distingue:

    • la chromatographie en phase liquide CPL

    • la chromatographie en phase gazeuse CPG

    • la chromatographie en phase supercritique CPS

  • Selon la nature de la phase stationnaire on distingue:

    • la chromatographie gaz / solide CGS

    • la chromatographie gaz / liquide CGL

    • la chromatographie liquide / solide CLS

    • la chromatographie liquide / liquide CLL

      Selon la nature des phases phénomènes mis en jeu dans la séparation

    • La chromatographie d’adsorption basée sur les processus répétés d’adsorption/désorption par la phase stationnaire (solide)

    • La chromatographie de partage basée sur les différences de solubilité des molécules entre la phase stationnaire (liquide) et la phase mobile

    • La chromatographie d’échange d’ions Échange entre une phase stationnaire ionisée et un soluté ionisé ou ionisable

    • La chromatographie d’exclusion basée sur la séparation des molécules en fonction de leur taille

    • La chromatographie d’affinité Il s’agit là d’une association entre une molécule polyfonctionnelle et une phase stationnaire comportant des sites stériquement définis et de capacité d’échange multiple

4


4 les interactions les forces intermol culaires

Molécules apolaires

d+

d-

d+

d-

4- Les interactions. Les forces intermoléculaires

Forces de dispersion de London

- interaction entre dipôles instantanés

- interaction présente dans tous les composés

-n’intervient qu’à courte distance

-augmentent avec la polarisabilité des molécules


Les m thodes s paratives la chromatographie

d-

d+

Molécules polaires

d+

Forces de Keesom

- attraction entre dipôles permanents

  • Forces de Debye

  • - interaction entre dipôles permanents et dipôles instantanés ( ou induits )


Les m thodes s paratives la chromatographie

XH

l Y

donneur

accepteur

X et Y = F, O ou N

Liaison hydrogène :

- attraction de type Keesom entre un H lié à un atome électronégatif et un autre atome électronégatif

- interaction à plus longue distance


Les m thodes s paratives la chromatographie

Énergie de « liaison »

Forces de London

Forces de Debye

Forces de Keesom

Liaisons hydrogène

Interactions ioniques


Ordre de polarit des mol cules

Ordre de polarité des molécules

- Hydrocarbures R-H

alcanes

alcènes

aromatiques

- Composés halogénés R-X

- Ethers ROR’

- Dérivés nitrés RNO2

- Esters RCOOR’

- Dérivés carbonylés

aldéhydes RCHO

cétones RCOR’

- Alcools ROH

- Amines RNH2

- Dérivés d’acides carboxyliques

amides RCONHR’

nitriles RCN

acides RCOOH

- Eau H2O


Les m thodes s paratives la chromatographie

Le partage des analytes est donc guidé par leurs interactions avec chacune des deux phases.

Plus l'analyte interagit avec la phase stationnaire, plus son élution sera longue.

Forces de dispersions

Dipôle instantané/ dipôle instantané

0,5 à

10 kJ.mol-1

Toutes les molécules

Interactions dipôle/dipôle

Dipôle : permanent/permanent

permanent/induit

Molécules polaires

Molécules possédant des e-p

Liaisons hydrogène

8 à

40 kJ.mol-1

Molécules possédant

des H labiles

Interactions diélectriques

40 à

85 kJ.mol-1

Ions

6


Ii chromatographie sur colonne aspects g n raux

II- Chromatographie sur colonne: aspects généraux

Le processus chromatographique

Le chromatogramme et les pics chromatographiques

Les grandeurs fondamentales de la chromatographie

La relation fondamentale

11


1 le processus chromatographique

1- Le processus chromatographique

La phase mobile est continuellement introduite sur la colonne

L’échantillon est introduit sans arrêter le flux de phase mobile

Les solutés se répartissent entre les deux phases

Les composés sont élués en fonction de leur affinité vis-à-vis des phases

Les solutés sont détectés en sortie de colonne par le détecteur

(KA ≥ 1)

12


2 le chromatogramme et les pics chromatographiques

2- Le chromatogramme et les pics chromatographiques

Le résultat de l’analyse est le chromatogramme (ensemble de pics)

Le pic chromatographique représente la distribution statistique des temps de transit du composé dans la colonne : c’est une courbe de Gauss

(en chromatographie idéale )

Moyenne : temps de rétention

Variance ² : liée à l ’étalement de l ’arrivée des molécules

  • Le temps de rétention est une grandeur qualitative :il est identique pour des conditions identiques

  • L’aire ou la hauteur est une grandeur quantitative

13


Les m thodes s paratives la chromatographie

W : largeur du pic à une ordonnée déterminée

A la base

A la mi-hauteur


Les m thodes s paratives la chromatographie

Isothermes de distribution :

A: situation idéale pic gaussien

B : situation dans laquelle la phase stationnaire est saturée

C : situation inverse dans laquelle le constituant est trop retenu dans la phase stationnaire

Facteur de traînée : Ft = b/a

A : Ft = 1 ; B : Ft > 1 ; C : Ft < 1


3 les grandeurs de r tention

3- Les grandeurs de rétention

Temps de rétention:

Le temps de rétention tR: temps écoulé entre l’instant de l’injection et celui déterminé au maximum du pic

Le temps morttm (ou t0) : temps de rétention d’un composé non retenu par la colonne

Le temps de rétention réduittR’: différence entre temps de rétention et temps mort

t

Expression du temps mort:

R

t

t’

m

R

Vitesse linéaire

temps

Top d’injection

Pic de l’air

Pic de soluté

Section

Porosité

tR’ = tR - tm

Longueur

Débit

16


Les m thodes s paratives la chromatographie

  • Volumes de rétention:

  • Le volume de rétentionVR: volume de phase mobile nécessaire à l’élution du composé : VR = tR x D

  • Le volume mortVm : volume de phase mobile nécessaire à l’élution d’un composé non retenu par la colonne

  • = volume de phase mobile dans la colonne = volume interstitiel accessible = VM

  • VM = V0 = tm x D = t0 x D

  • Le volume de rétention réduit : différence entre volume de rétention et volume mort VR’ = VR – VM

  • On démontre que : VR = VM + K VS

  • avec VS = volume de phase stationnaire

  • Le temps de rétention dépend

    • Du couple soluté-phase stationnaire en CPG

    • Du triplet soluté-phase stationnaire-phase mobile en CL

    • Du débit de la phase mobile

    • De la masse de phase stationnaire dans la colonne

    • De la température de la colonne

    • De la longueur de la colonne

  • Le temps de rétention ne dépend pas

    • De la quantité de soluté injecté

    • De la nature et de l ’abondance des autres constituants

    • De la nature de la phase mobile en CPG


4 les grandeurs de r tention relatives

4- Les grandeurs de rétention relatives

Facteur de rétention ou facteur de capacité k

Il décrit la vitesse de progression d’un soluté dans la colonne

une valeur de k élevée indique que le composé est fortement retenu par la colonne et qu’il passe un temps significatif à interagir avec la phase stationnaire

Les chromatographistes essaient d’avoir des valeurs de k comprises entre 1 et 10

[soluté dans phase stationnaire]

Volume de phase stationnaire

[soluté dans phase mobile]

Volume de phase mobile

k est indépendant

  • De faibles variations de débit

  • Des dimensions de la colonne

18


Les m thodes s paratives la chromatographie

Exercice d’application :

Exprimer le temps d’analyse , assimilable au temps de rétention du composé le plus retenu en fonction de la longueur de colonne L , de la vitesse de la phase mobile u et des volumes de phase mobile VM et de phase stationnaire VS dans la colonne


5 l efficacit nombre d tages th oriques n

5- L’efficacité : Nombre d’étages théoriques N

  • Le nombre d’étages théoriques mesure la dispersion de l’analyse lors de sa traversée de la colonne

  • Les équilibres sur la colonne - Analogie avec une colonne à distillée

64 mg de A

K=1

5 équilibres

5 Plateaux

20


Les m thodes s paratives la chromatographie

La hauteur équivalente à un plateau théorique (HEPT)

L = longueur de la colonne

N dépend

  • De la nature de la colonne (capillaire ou remplie)

  • De la qualité de la préparation de cette colonne

  • De la façon dont elle est employée


Les m thodes s paratives la chromatographie

  • La théorie des plateaux néglige le passage continue de la phase mobile sur la phase stationnaire

  • Ce passage produit un élargissement ou un rétrécissement des pics

  • Giddings lie la HEPT à des paramètres qui dépendent de la vitesse de la phase mobile

Equation de Van Deemter

  • A = diffusion turbulente due à l’écoulement irrégulier de la phase mobile à travers la phase stationnaire (particules plus ou moins régulières)

    • indépendant du débit

    • ne dépend que des particules (  quand le diamètre  )

  • B = diffusion longitudinale, rend compte de la diffusion des molécules dans la direction de l’écoulement

    • d’autant plus important que la vitesse est faible

Dm coefficient de diffusion dans la phase mobile ;  tortuosité

  • C = transfert de masse représente les inégalités de passage des molécules d’une phase à l’autre

    • Toutes les molécules ne sont pas entraînées à la même vitesse

    • Le contact entre phase mobile et phase stationnaire ne s’effectue pas partout de manière identique

    • Le molécules de solutés dans la phase stationnaire sont situées à des distance variables de la phase mobile

  • u = vitesse de la phase mobile , dépend de :

    • La température

    • La pression

    • La colonne


6 le facteur de s lectivit

6- Le facteur de sélectivité : 

Décrit la position de 2 pics adjacents situés sur un chromatogramme. Il est toujours supérieur à 1.

 représente la capacité qu’à une colonne à séparer chimiquement deux composés

Équilibre CS CM

  > 1

24


7 le facteur de r solution rs

7- Le facteur de résolution Rs

Donne la mesure quantitative de l’aptitude d’une colonne à séparer deux solutés

:largeur du pic à la base

25


Les m thodes s paratives la chromatographie

Exercice d’application :

Exprimer Rs en fonction des largeurs des pics à mi-hauteur


8 relation fondamentale

8- Relation fondamentale

Relation de PURNELL

Terme cinétique

Terme thermodynamique

Relation d’approximation

27


Les m thodes s paratives la chromatographie

Exercice d’application :

A ) Montrer que l’expression de Purnell est équivalente à celle de la définition chromatographique de Rs lorsque les 2 pics ont des largeurs égales (w1 = w2 )


Les m thodes s paratives la chromatographie

B ) Montrer que la relation d’approximation est équivalente à celle de la définition chromatographique de Rs lorsque les 2 pics ont des efficacités égales (N1 = N2 )


  • Login