LES ETIREMENTS  EN QUESTION

LES ETIREMENTS EN QUESTION PowerPoint PPT Presentation


  • 601 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Langage courant ; vertus croyanceHabitude -Rituel- Avant- Pendant- Apr?s et/ou l'entra?nement ,la comp?titionExp?rimentations ? Publications scientifiques r?centes (Cometti ? Miller)Nouvelles conduites d'?tirements. LE MUSCLE SQUELETTIQUE RAPPELSETIREMENT ET REPONSE NEURO-MUSCULAIREEFFET IMMEDIAT OU ? AIGU ? DES ETIREMENTS AVANT OU APRESEFFET A PLUS LONGUE ECHEANCECONSEQUENCES PRATIQUESCONCLUSIONS.

Download Presentation

LES ETIREMENTS EN QUESTION

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


2. Langage courant ; vertus croyance Habitude -Rituel- Avant- Pendant- Après et/ou l’entraînement ,la compétition Expérimentations – Publications scientifiques récentes (Cometti – Miller) Nouvelles conduites d’étirements

3. LE MUSCLE SQUELETTIQUE RAPPELS ETIREMENT ET REPONSE NEURO-MUSCULAIRE EFFET IMMEDIAT OU « AIGU » DES ETIREMENTS AVANT OU APRES EFFET A PLUS LONGUE ECHEANCE CONSEQUENCES PRATIQUES CONCLUSIONS

4. LE MUSCLE SQUELETTIQUE Composition : 3 types de tissus Tissus musculaires ( protéines myosine-actine ) Tissus conjonctifs ( maintien la structure + transmet la force) Tissus nerveux

5. ORGANISATION

6. ANATOMIE DU MUSCLE ORGANISATION

7. L’Unité contractile: le sarcomère Le squelette cellulaire: cyto squelette

8. MYOSINE

9. ACTINE

10. ETIREMENTS ET REPONSE NEURO-MUSCULAIRE 1. Étirements passifs: Réflexe myotatique Réflexe tendineux Réflexe d’inhibition réciproque 2. Étirements actifs Réflexe d’inhibition post-isométrique

11. ETIREMENTS PASSIFS - Réflexe à l’étirement ( réflexe myotatique) * étirement rapide

12. ETIREMENTS PASSIFS Réflexe myotatique inverse ( réflexe tendineux): Récepteurs : organes tendineux de Golgi Activés quand tension trop importante ou trop longue Action : relâchement du muscle Pratique : une mise en tension préalable du muscle favorisera son relâchement puis son étirement

13. ETIREMENTS PASSIFS Réflexe d’inhibition réciproque (méthode d’étirements statiques actifs) : la contraction d’un muscle entraîne un relâchement réflexe de son antagoniste Principe : l’étirement du muscle est provoquée par la contraction lente et progressive de son antagoniste

14. ETIREMENTS ACTIFS Réflexe d’inhibition post- isométrique ( contracter- relâcher ) Basé sur le principe de facilitation neuro-musculaire (PNF) Kabbat en 1958 et protocole de Solverborn (1982) Principe : contraction statique et d’intensité modérée d’un muscle durant quelques secondes induit un relâchement accentué dudit muscle . Ainsi un muscle se laisse mieux étirer si il a été préalablement contracté ( série de contraction relâchements) Protocole 4 temps : Articulation en position extrême Contraction isométrique maximale du muscle agoniste , 4 à 5 sec Relâchement 1 à 2 sec Allongement lent et progressif 20sec

15. CRAC (CR+INHIBITION RECIPROQUE) Contraction Agoniste Relâchement Agoniste étiré Contraction de l’antagoniste

16. LA BOUCLE GAMA Réflexe qui passe par le SNC Permet de réguler le réflexe myotatique et par conséquent la raideur des muscles au repos Pratique : ce circuit est fortement favorisé par les expirations forcées

17. PRATIQUE La finesse du dosage de la force d’étirement nécessite de concentrer toute son attention sur cette seule activité

18. LE MUSCLE SQUELETTIQUE ET LA CROISSANCE

19. QUE SE PASSE-T-IL LORSQUE L’ON REALISE UN ETIREMENT MUSCULAIRE ?

20. EFFETS DEMONTRES EFFETS SUPPOSES DES ETIREMENTS Plus de croyances que de faits observés et confirmés Phénomène de mode d’outre-atlantique dans les années 80 ( « stretching »de Bob Anderson) Échauffer Prévenir les blessures Faciliter la récupération Redonner la mobilité articulaire et la souplesse musculaire

21. EFFETS RECHERCHES EFFETS PRODUITS

22. Actuellement trois effets induits par les étirements sont reconnus : 1) Une chute du tonus musculaire ( effet neurologique) 2) Une diminution de la raideur accompagnée d’une facilité à l’allongement ( effet analgésique) 3) Effet analgésiant (élévation du seuil de la douleur a l’étirement donc danger )

23. EFFETS IMMEDIATS OU «AIGUS 1. Échauffement et élévation de la température musculaire Pompe mécanique ( alternance contraction- relâchement) Étirement /tension/coupe la circulation Stretching : pas la meilleure façon d’augmenter la température En pratique : séries de contractions concentriques contre des résistances légères

24. EFFET IMMEDIAT OU « AIGU » 2. Étirements force et puissance musculaire - Étirement prolongé diminue l’activation et la force volontaire (pendant 1 h après l’étirement ; quelque soit la technique utilisée) - Diminution de force explosive lors d’exercices de sauts verticaux ( tous niveaux, Hommes, Femmes)

25. EFFET IMMEDIAT OU « AIGU » 3. Prévention des blessures musculaires - Les étirements réalisés avant l’exercice n’ont pas d’incidence sur le risque d’apparition de lésions musculaires ( effet de prévention des blessures lié à la récupération dans les séances d’entraînement et entre les entraînements et non aux étirements) - Effet analgésiant des étirements donc à proscrire avant l’exercice

26. EFFET IMMEDIAT OU « AIGU » A savoir : les étirements passifs induisent des tensions musculaires parfois plus importantes que les tensions maximales donc sollicitent les fibres musculaires de la même façon que l’entraînement en force, favorisant les micro-traumatismes au sein des fibres.

27. EFFET IMMEDIAT OU « AIGU » 4. Récupération : - Étirements statiques compriment les capillaires et compromettent la vascularisation en post effort - A savoir : douleur et baisse de force liées aux courbatures sont aussi prononcées voire plus lorsque la séance d’entraînement est précédée et ou suivie d’une session d’étirements et ce jusqu’à 72h après la séance - Étirements et courbatures affectent les mêmes structures au sein de la fibre musculaire

28. EFFET IMMEDIAT OU « AIGU » 5. Pratique : - Les étirements ne doivent pas être réalisés en début de séance car ils entraînent une baisse de force et de puissance ( sport à dominante pliométrique) - Pas d’étirements sur muscles courbatus - Pas de footing lents de récupération car traumatisants

29. EFFETS à LONG TERME :

30. EFFETS à LONG TERME : A savoir : la répétition des étirements, à long terme, permet clairement de maintenir un gain au niveau de l’amplitude articulaire. L’explication est une augmentation de la « tolérance à l’étirement » dont les mécanismes sont encore peu connus mais inclus probablement des processus neurologiques périphériques et centraux

31. EFFETS à LONG TERME : Effet bénéfique sur les capacités de restitution élastique de l’unité tendino –musculaire ( intéressant dans les sports incluant des cycles étirements raccourcissements)

32. EFFETS à LONG TERME : 2. Prévention des lésions de surcharge de l’appareil locomoteur: Meilleure compliance tendineuse, permet d’absorber des quantités d’énergie supérieures ( sports à dominante pliométrique) Moins de charge sur l’appareil musculaire contractile

33. CONSEQUENCES PRATIQUES Dans l’échauffement : Pas d’étirements dans les sports de force d’explosivité, de vitesse, et détente Pour les disciplines exigeants des amplitudes, des positions extrêmes l’alternance de contractions musculaires de l’agoniste et de l’antagoniste suffit à étirer les muscles Après l’entraînement ou la compétition: Les étirements améliorent peu ou pas du tout la récupération ( ils augmenteraient même les micro traumatismes lies à l’effort) Footing lent « de décrassage » est aussi traumatisant car amplitude trop faible pour favoriser un effet de pompe Electro stimulation préférable en post effort (ou vélo, balneo)

35. CONSEQUENCES PRATIQUES Les étirements doivent faire partie d’une séquence d’entraînement Pour travailler la souplesse donc augmenter les amplitudes articulaires Pour augmenter les micro traumatismes musculaires ( excentrique) de façon à optimiser la reconstruction musculaire consécutive ( attention aux délais de récupération) LES ETIREMENTS DOIVENT ETRE INTEGRER DANS LA PLANIFICATION DE L’ENTRAINEMENT

36. QUESTION Quel protocole d’application est le plus efficace pour utiliser au mieux les étirements ? Pas de réponse définitive mais des principes de travail à adapter en fonction : .du moment dans la saison .du moment dans la semaine d’entraînement .du moment dans l’entraînement .du moment dans la compétition

38. BIBLIOGRAPHIE Les limites du stretching pour la performance sportive : les effets physiologique des étirements. Gilles Cometti .Sport Med n°150 mars 2003 p24-28 Lettres des entraineurs numéro 39 . Miller Christian (directeur du laboratoire de biomécanique de l’INSEP ) Longueurs et pointes . Nathalie Guissard (unité de recherche en neurophysiologie Université Libre de Bruxelles ) Guide des Étirements du sportif. Christophe Geoffroy Ed Vigot http://prevost.pascal.free.fr/pratique/stretch http://www.cdbf75.com

39. MERCI DE VOTRE ATTENTION

40. MODELE DE HILL

41. CC responsable de la tension active sous contrôle nerveux. CEP + CES responsable de la tension passive influencée par la caractéristique des matériaux (tissu conjonctif ;collagène)

42. MODELE DE HILL ( 1)

43. MODELE DE HILL (2)

45. ANATOMIE DU MUSCLE ORGANISATION

  • Login