Les récepteurs ionotropiques
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 56

Département de Chimie Bioorganique PowerPoint PPT Presentation


  • 62 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Les récepteurs ionotropiques de la famille nicotinique: Organisation moléculaire et mécanisme de fonctionnement. 8 janvier 2008. Thomas Grutter. Département de Chimie Bioorganique. Faculté de Pharmacie, Illkirch. [email protected]

Download Presentation

Département de Chimie Bioorganique

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


D partement de chimie bioorganique

Les récepteurs ionotropiques

de la famille nicotinique:

Organisation moléculaire et

mécanisme de fonctionnement

8 janvier 2008

Thomas Grutter

Département de Chimie Bioorganique

Faculté de Pharmacie, Illkirch

[email protected]


D partement de chimie bioorganique

Vers une biologie structurale des neurosciences ?

L’analyse du génome humain prédit que ~30 % des gènes

codent pour des protéines membranaires (dont une grande

proportion se trouve dans le SNC).

~ 47000 structures 3D déposées dans la Protein Data

Bank (PDB) dont ~ 100 protéines membranaires (soit 0,2 % de la PDB -novembre 2007).

http://www.mpibp-frankfurt.mpg.de/michel/public/memprotstruct.html

Très large déficit de structures 3D

de récepteurs membranaires impliqués dans

la neurotransmission.


D partement de chimie bioorganique

La communication neuronale: une histoire de synapse

Influx nerveux

Neurone récepteur

Synapse

Neurone émetteur


D partement de chimie bioorganique

activation

(ms)

site de liaison

canal ionique

Na+

La synapse: relais moléculaire

neurone pré-synaptique

PA

Ca2+

vésicules

canaux Ca2+

voltage-dépendant

Ca2+

+

neuromédiateur

récepteurs canaux

neurone post-synaptique

PA

Na+


D partement de chimie bioorganique

Les trois familles de récepteurs canaux

?

Na+

NH2

Glutamate

ATP

NH2

ACh

CO2H

membrane

intracellulaire

NH2

CO2H

CO2H

3

5

4

1

4

1

3

1

2

2

3

2

P2X

trimère

iGluR

tétramère

nAChR

pentamère


D partement de chimie bioorganique

La superfamille pentamérique

AChBP

bactériens

(H+-gated)

Bocquet et al. (2007)

Nature445, 116-119

Canaux cationiques

5HT3A,B

nAChR

Na+, K+, Ca2+

GABAA

GABAC

glycine

Cl-

Canaux anioniques

1 milliard d’années


D partement de chimie bioorganique

Découverte des récepteurs bactériens

Bocquet et al. (2007) Nature445, 116-119

Tasneem, et al. (2005) Genome Biology 6, R4


D partement de chimie bioorganique

Phylogénie des récepteurs cationiques

A

AChBP

E

AChBP: Acetylcholine

Binding Protein

5-HT3

D

B

a10

C

a9

a8

Récepteurs neuronaux

homopentamériques

a

a

a7

a

a

a5

a

b3

a4

a2

Récepteurs neuronaux

hétéropentamériques

b

a

a6

a3

b

b

b4

a

b2

a1

b1

a

d

Récepteurs musculaires

(torpille)

d

g

b

g

a

e

400

600

200

0

800

(Millions d’années)


D partement de chimie bioorganique

Organisation moléculaire: Topologie des nAChRs

synapse

NH2

M1

M2

M3

M4

nAChRs

S

CO2H

S

S

S

membrane

AChBP

S

S

Résolution 4 Å (par ME)

…presque atomique…

cytoplasme

synapse

Na+

cytoplasme

K+

43K


D partement de chimie bioorganique

Structure globale et sites pharmacologiques

a

ACh

ACh

ACh

BNC

(basse affinité)

a

Ca2+

stéroïdes

a

ACh

ACh

ACh

Site des anesthésiques

généraux

ACh

P

ACh

a

BNC (haute affinité)


D partement de chimie bioorganique

a1

Gly

1

ACh

4

b2

Gly

Gly

1

1

b2

b2

Gly

Gly

a1

ACh

4

a1

b2

GABA

BZD

a7

ACh

7

1

g2

ACh

GABA

ACh

7

b2

7

ACh

ACh

a7

Pharmacologie de la super famille

nicotine (agoniste basse affinité)

nAChR

(a7)5

a-BgTx (antagoniste compétitif

haute affinité)

nicotine (haute affinité)

a-BgTx (aucune affinité)

(a4)2(b2)3

Gly-R

glycine (agoniste)

(a1)5

strychnine (antagoniste compétitif)

GABA-R

GABA (agoniste)

(a1)2(b2)2 g2

BZD (potentiateurs)

ex: diazepam (valium)


D partement de chimie bioorganique

Marquage de photo-affinité

Technique qui permet d’identifier les acides aminés qui participent

au site de liaison d’un ligand (en absence de structure 3D)

*

*

obscurité

*

lumière

*

*

*

*

Liaison

covalente

ligand photo-

sensible

*

*

*

Couplage

récepteur

Complexe

irréversible

Complexe

réversible

topographie d’un site

N

*

C

site

*

*

*

*

*

N

C

Proposition d’un modèle 3D


D partement de chimie bioorganique

Sites agonistes sur nAChR


D partement de chimie bioorganique

Sites non compétitifs et canal

M2

M2

M2

E

E

Mep

V

V

TID

L

L

247

S

S

CPZ

T

T

Antagonistes non compétitifs (bloquants du canal)= mep (meproadifene), TID,

CPZ (chlorpromazine)


D partement de chimie bioorganique

Quel est le mécanisme de la sélectivité ionique ?

cationique

anionique

M2

-

-

+

+

-

+

M1

2’

-

+

-4’

-1’

-

+

7-8 Å

5-6 Å

hypothèse de la difference du diamètre du pore ?


D partement de chimie bioorganique

nAChR: un récepteur canal allostérique

Patch-clamp

Cell-attached

ACh

micropipette

ACh

Na+

Na+

Na+

Enregistrement d’une population de canaux

Enregistrement d’un canal

ACh

fermé

ouvert

2 pA

100 pA

50 ms

2 s

Patch-clamp

Whole-cell


D partement de chimie bioorganique

nAChR: un récepteur canal allostérique

B

B

B

B

A

B

D

A

B

A

A

A

A

D

KD ~100 mM

KD ~1 mM

Na+

ACh +

présence de

coopérativité

(n>1)

réponse

état B

K+

absence

de coopérativité

(n=1)

état A

KD ~1 nM

log agoniste

état D

“whole-cell”

ACh

“outside-out”

f

2 pA

o

100 pA

50 ms

2 s


D partement de chimie bioorganique

Modèles allostériques: KNF et MWC

Modèle KNF ou « induced fit »

L0

[B]

[A].[F]

A

L0 =

AKD =

[A]

[AF]

AKD

L1=L0c

AKD

AF

c =

BKD

Ln=L0cn

F

a =

AKD

(1 + a)n

[A] + [AF] + … + [AFn]

=

A=

([B] + [BF] + … + [BFn]) + ([A] + [AF] + … + [AFn])

L0.(1 + c.a)n + (1 + a)n

([BF] + … + [BFn]) + ([AF] + … + [AFn])

L0.c.a(1 + c.a)n-1 + a(1 + a)n-1

YF =

=

([B] + [BF] + … + [BFn]) + ([A] + [AF] + … + [AFn])

L0.(1 + c.a)n + (1 + a)n

Koshland, Nemethy, Filmer (1966) Biochemistry 5, 365-385

Monod, Wyman, Changeux (1965) J. Mol. Biol. 12, 88-118

B

BKD

[B].[F]

BF

BKD =

[BF]

BFn

AFn


D partement de chimie bioorganique

Changement du L

BAL

[B]

BAL =

B

A

[A]

Phénotype L:

Si L-> 0

Si L-> ∞

L.c.a(1 + c.a)n-1

a(1 + a)n-1

F

F

alors,

=

YF =

=

YF =

alors,

F + BKD

F + AKD

(1 + a)n

L.(1 + c.a)n

et,

A= 0

et,

A= 1

fonction d’état

fonction de liaison

Lpetit

A

YF

Lgrand

F

log F


D partement de chimie bioorganique

Changement du K

AKD

F

c =

a =

BKD

AKD

Phénotype K:

Si c= 0

Si c= 1

a(1 + a)n-1

F

F

YF =

alors,

alors,

YF =

=

L+ (1 + a)n

F + AKD

F + BKD

(1 + a)n

1

et,

A=

et,

A=

1 + L

L+ (1 + a)n

fonction de liaison

fonction d’état

YF

A

F

log F


D partement de chimie bioorganique

L2 = [B2]/[A2] = 102

L1 = [B1]/[A1] = 104

L5 = [B5]/[A5] = 10-4

L3 = [B3]/[A3] = 1

L4 = [B4]/[A4] = 10-2

99,99%

A5

Mais alors d’où vient la coopérativité dans MWC ?

L0 = [B0]/[A0] = 106

1.0

A0

99,9999%

B0

A1

B0

B1

Fraction A

A2

0.5

B2

DG = - RT ln L

A3

B3

B4

A4

B5

0

A5

1.0

0

[F]

AKD = 10-6 M

BKD= 10-4 M

c = AKD/BKD = 10-2

L1=L0c , L2=L1c , etc…


D partement de chimie bioorganique

Lpetit

A

Lgrand

log F

diminution de L0 en présence de calcium

Application du modèle MWC: cas du site calcium

a7

E172Q

640 mM ACh

640 mM ACh

+ Ca2+

+ Ca2+

E172

ACh

Ca2+

1 mA

0,4 mA

4 s

4 s

E172Q

a7

+ Ca2+

+ Ca2+

sans Ca2+

potentiation

EC50 =

27 mM

sans Ca2+

EC50 = 111 mM

I/Imax

EC50 = 78 mM

EC50 = 67 mM

-6

-6

-3

-3

log ACh, M

log ACh, M

Galzi et al. (1996) EMBO J.15, 5824-5832


D partement de chimie bioorganique

A

Lpetit

Réponse

normalisée

A

Lgrand

log F

Application du modèle MWC: cas du L247T

L247T

WT

-7

-4

log ACh, M

L247T

MLA (antagoniste)

ACh

courant sortant

L

B

A

1 mA

courant entrant

[B]

10 s

L =

[A]

L247T = Phénotype L

Revah, et al. (1991) Nature 353, 846-849


D partement de chimie bioorganique

Microscopie électronique:

structure à moyenne résolution du canal

Pentamère avec un pore central

4 hélices TM:

résolution: 4.0 Å

canal fermé

Miyazawa et al. (2003) Nature423, 949-955


D partement de chimie bioorganique

M2

M2

M2

E

E

Mep

V

V

TID

L

L

247

S

S

CPZ

T

T


D partement de chimie bioorganique

Structure RX de l’AChBP

nAChR

nAChR

N

C

Ac-AChBP

30 - 40 %

d’identité

de séquence

AChBP

C

N

Ls-AChBP

Bt-AChBP-2

Bt-AChBP

(résolution: 2,7 Å)

AChBP



20-25% d’identité de séquence avec le domaine N-terminal des nAChRs

Smit et al. (2001) Nature 411, 261-268

Brejc et al. (2001) Nature 411, 269-276


D partement de chimie bioorganique

Rôle physiologique de l’AChBP

Excrétée par les cellules gliales de l’escargot d’eau douce Lymnaea stagnalis,

l’AChBP régule l’activité cholinergique au niveau de la synapse (par effet tampon).

Smit et al. (2001) Nature 411, 261-268


D partement de chimie bioorganique

Structure RX de l’AChBP (2,7 Å de résolution)

Organisation quaternaire: pentamère

Structure du monomère: deux feuillets b enroulés l’un sur l’autre (sandwich b)


D partement de chimie bioorganique

AChBP : protéine homologue

Composante

complémentaire

Composante

principale

Loop E

Loop B

L109

Y111

W149

Y117

Y151

L119

Loop A

Y93

Site

ACh

W55

W86

Loop D

E57

Y190

C192

D174

C193

E176

Y198

Loop C

Loop F

Modèle du site ACh sur nAChR

Structure RX du complexe nicotine/AChBP

Grutter and Changeux (2001) Trends Biochem. Sci. 26, 459-463


D partement de chimie bioorganique

AChBP : site de liaison du MLA (antagoniste compétitif)

Hansen et al. (2005) EMBO J. 24, 3635-3646


D partement de chimie bioorganique

AChBP : site de liaison des antagonistes compétitifs

Structure RX du complexe

MLA/AChBP

La pharmacologie moléculaire devient atomique…

Hansen et al. (2005) EMBO J. 24, 3635-3646


D partement de chimie bioorganique

Nouvelle structure RX du domaine extracellulaire des nAChRs

AChBP

nAChR

nAChR

Dellisanti et al. (2007) Nat. Neurosci. 10, 953-962


D partement de chimie bioorganique

Modèle 3D du récepteur

Domaine de liaison des agonistes

(LBD)

Domaine du canal ionique

(IPD)

M1

M2

M3

MA

M4

N

C

N

boucles de

liaison

N

Site de liaison

LBD

*

*

50 Å

C

C

M2

1

2

3

4

Canal ionique

IPD

Intracellulaire

MA

MA


D partement de chimie bioorganique

Quel est le mécanisme d’activation ou ‘gating’?

b-sandwich

Transmission

du signal

~ 50 Å

hélices a

D’ou vient la rapidité d’ouverture (~ µs à ms)?

> 15000 atomes


D partement de chimie bioorganique

Création de chimères entre les deux domaines distincts

201

210

7-chick

7-human

1-Torpedo

4-human

b2-human

VTMRRRTLYY

VTMRRRTLYY

FIMQRIPLYF

FVIRRLPLFY

WTYDRTEIDL

nAChR

a1 Glycine

a7 nAChR

FHLERQMGYY

FHLERQMGYY

1-human

2-human

GlyR

M1

(IPD)

b10

(LBD)

a7

NH2

S

S

CO2H

1

2

3

4

Gly

a1 GlyR

anionique

a7 nAChR

cationique

chimère

a7 /Gly


D partement de chimie bioorganique

Transfection et enregistrement des courants

Phosphate/Ca2+

pMT3

24-48 heures

cDNA

cellules HEK

Enregistrement

Patch-clamp

extracellulaire

Electrode

d’enregistrement

ACh

+

+

Vh = - 60 mV

-

-

Cl-

Courant entrant


D partement de chimie bioorganique

Chimère a7/Gly fonctionnelle….

site Ca2+

a

4 mM Ca2+

300 mM DHbE

b

1 mM ACh

10 mM ACh

500 pA

1 nA

3 s

2 s

I (nA)

c

d

+ Ca2+

I/I10 mM

no Ca2+

Vm (mV)

Ise

contrôle

ACh, mM

Mécanisme commun d’activation


D partement de chimie bioorganique

…seulement elle est lente à s’activer !

Limite de la perfusion

0.1, 1 ou 3 mM ACh

kapp = 0.33 s-1

kapp (s-1)

kapp = 0.93 s-1

1 nA

1 s

kapp = 1.75 s-1

ACh, mM

Cys-loop

127

141

7

7

1

4

b2

g

d

e

CYIDVRWFPFDVQKC

CYIDVRWFPFDVQHC

CEIIVTHFPFDEQNC

CSIDVTFFPFDQQNC

CKIEVKHFPFDQQNC

CSISVTYFPFDWQNC

CPISVTYFPFDWQNC

CAVEVTYFPFDWQNC

nAChR

CPMDLKNFPMDVQTC

CPMDLKNFPMDVQTC

1

2

GlyR

CPMHLEDFPMDAHAC

CMMDLRRYPLDEQNC

CQLQLHNFPMDEHSC

1

b2

g2

GABAR

Couplage défectueux?


D partement de chimie bioorganique

Restauration du couplage GlyR fonctionnel par la Cys-L

Cys-L

M4

M1

M2

M3

C C

a7/Gly

C

N

a7(Cys-L)/Gly

7-nAChR

a1-GlyR

CYIDVRWFPFDVQKC

CPMDLKNFPMDVQTC

10 mM ACh

a7(Cys-L)/Gly

2 s

kapp (s-1)

a7/Gly

a7/Gly

a7(Cys-L)/Gly

ACh, µM


D partement de chimie bioorganique

Par quel mécanisme?

koff

1. En modifiant le kon de l’ACh

KD =

kon

2. En modifiant les propriétés de conduction du canal

3. En modifiant les constantes cinétiques intrinsèques du “gating”

kBA

canal fermé

(état B)

canal ouvert

(état A)

kAB


D partement de chimie bioorganique

Hypothèses 1 & 2 peu probables…

ACh

dose-réponse

compétition ([125I]a-Bgtx)

I/I10 mM

B/Bmax

ACh, mM

ACh, mM

4

fermé

ouvert

c

2 pA

a7/Gly

g = 28 ± 4 pS

o

50 ms

0

coups (x 1000)

6

g = 23 ± 4 pS

a7(Cys-L)/Gly

0

pA

3

2

1

0


D partement de chimie bioorganique

Hypothèse 3…très probable

c

aire, ai

ti (ms)

10

a7/Gly

2 pA

o

t1 = 0.75

t2 = 5.9

t3 = 42

t4 = 193

a1 = 0.20

a2 = 0.21

a3 = 0.28

a4 = 0.31

500 ms

5

0

50 ms

0

-4

-3

-2

-1

√Counts

a7(Cys-L)/Gly

10

a1 = 0. 35

a2 = 0.35

a3 = 0.30

t1 = 0.89

t2 = 8.5

t3 = 65

5

0

-4

-3

-2

-1

0

Log open time (s)

10 mM ACh

kBA

état B

(canal fermé)

état A

(canal ouvert)

2 s

kAB

Modification des constantes cinétiques intrinsèques


D partement de chimie bioorganique

Modèle cinétique

traces

expérimentales

traces

simulées

ACh

1 s

Current

a7/Gly

a7(Cys-L)/Gly

10

√Counts

5

0

0

-4

-3

-2

-1

Log open time (s)

10

5

0

-4

-3

-2

-1

0

actif

état basal

désensibilisé

BAk0

ADk0

D0

A0

B0

ABk0

DAk0

AKD/5

DKD/5

BKD/5

BAk1

ADk1

D1

B1

A1

ABk1

DAk1

AKD/2

DKD/2

BKD/2

BAk2

ADk2

D2

B2

A2

ABk2

DAk2

AKD

DKD

BKD

BAk3

ADk3

B3

D3

A3

ABk3

DAk3

2AKD

2DKD

2BKD

BAk4

ADk4

D4

A4

B4

ABk4

DAk4

5AKD

5DKD

5BKD

BAk5

ADk5

D5

A5

B5

ABk5

DAk5

B0

ABk0

A0

DAk0

BAL0=

=

ADL0=

=

A0

BAk0

D0

ADk0

8 inputs


D partement de chimie bioorganique

La Cys-loop stabilise l’état de transition

kBA

état B

(canal fermé)

état A

(canal ouvert)

kAB

DkBA ~10x

DkAB ~10x

état de transition

DDG = -1,36 kcal/mol

DGBA =

-RTln(kBA)

(état A0)

ouvert

DGAB = -RTln(kAB)

énergie libre

(état B0)

fermé

coordonnées de la réaction


D partement de chimie bioorganique

Identification des acides aminés impliqués

C C

C

N

k (s-1)

0.1

1

10

ACh

Cys-loop

127

141

a7/Gly

C1

C2

C3

C4

C5

C6

C7

C8

C9

C10

C11

a7(Cys-L)/Gly

CYIDVRWFPFDVQKC

CPMDLKNFPFDVQKC

CYIDVRWFPMDVQTC

CYIDVRWFPMDVQKC

CYIDVRWFPFDVQTC

CPMDVRWFPFDVQKC

CYIDLKNFPFDVQKC

CYIDLKWFPFDVQKC

CYIDVKNFPFDVQKC

CYIDLRNFPFDVQKC

CYIDLRWFPFDVQKC

CYIDVRNFPFDVQKC

CPMDLKNFPMDVQTC

C9

a7(CyS-L)/Gly

a7/Gly

1 s

lents

rapides

La double mutation V131L/W133N suffit à restaurer

le couplage fonctionnel de la chimère


D partement de chimie bioorganique

Réciprocité de la double mutation sur WT GlyR

WT GlyR

C C

C

N

k (s-1)

1000

100

Cys-loop

CPMDLKNFPMDVQTC

CPMDVKWFPMDVQTC

GlyR

L142V/N144W

138

152

10 mM Gly

50 ms

GlyR

L142V/N144W

Les deux résidus V142 et N144 sont critiques

dans le couplage fonctionnel des GlyRs


D partement de chimie bioorganique

Restauration du couplage a7nAChR fonctionnel

par la boucle M2-M3

boucle M2-M3

(2-3L)

C C

a7/Gly

a7/(2-3L)Gly

DSVPL

-YVKA

a1-GlyR

7-nAChR

10 mM ACh

kopen (s-1)

1

10

2-3L

DSVPL

-YVKA

a7/Gly

269

265

1 s

a7/Gly

a7(Cys-L)/Gly

a7/(2-3L)Gly

Réciprocité du couplage allostérique

dans la superfamille


D partement de chimie bioorganique

Cys-loop et boucle M2-M3: zone de pivot

dans le couplage allostérique

5HT3

Récepteurs

cationiques

nAChR

Cys-loop

261

272

2-3L

127

141

7

7

1

4

b2

g

d

e

CYIDVRWFPFDVQKC

CYIDVRWFPFDVQHC

CEIIVTHFPFDEQNC

CSIDVTFFPFDQQNC

CKIEVKHFPFDQQNC

CSISVTYFPFDWQNC

CPISVTYFPFDWQNC

CAVEVTYFPFDWQNC

PATSDSVPLIAQ

PATSDSVPLIAQ

PSTSSAVPLIGK

PSTSLVIPLIGE

PPTSLDVPLVGK

PETSQAVPLISK

PATSMAIPLIGK

PETSLSVPLLGR

GABAA

Récepteurs

anioniques

GABAC

nAChR

Glycine

1 milliard d’années

CPMDLKNFPMDVQTC

CPMDLKNFPMDVQTC

1

2

PKVS-YVKAIDI

PKVS-YVKAIDI

GlyR

CPMHLEDFPMDAHAC

CMMDLRRYPLDEQNC

CQLQLHNFPMDEHSC

PKVA-YATAMDW

PKIP-YVKAIDM

PKVS-YVTAMDL

1

b2

g2

GABAR

Grutter et al. (2005) PNAS102, 18207-18212


D partement de chimie bioorganique

Résultats expérimentaux en accord avec des simulations

moléculaires du gating

Taly et al. (2005) Biophys. J. 88, 3954-3965


D partement de chimie bioorganique

Mécanisme proposé d’ouverture du canal ionique

a-hélices M2

(rouge)

Cation hydraté

(bleu)


D partement de chimie bioorganique

Les trois familles de récepteurs canaux

?

Na+

NH2

Glutamate

ATP

NH2

ACh

CO2H

membrane

intracellulaire

NH2

CO2H

CO2H

3

5

4

1

4

1

3

1

2

2

3

2

P2X

trimère

iGluR

tétramère

nAChR

pentamère


D partement de chimie bioorganique

Les récepteurs purinérgiques

ATP

AMP

ADP

adénosine

cAMP

UTP

UDP-glucose

NH2

NH2

NH2

intracellulaire

NH2

CO2H

CO2H

CO2H

CO2H

P2Y1,2,4,6,8,12,13,14

P2X1-7

CAR1-4

A1,2A,2B,3 (P1)

‘P’ pour purines (quelques cas pyrimidines)


D partement de chimie bioorganique

P2X: fonctions physio-pathologiques

Transmission synaptique dans le SNC

Implication dans la douleur

Réponse immunitaire

Contraction muscles lisses

Inflammations chroniques

Leucémies lymphatiques chroniques

Maladie bipolaire ?


D partement de chimie bioorganique

P2X: 7 sous-types identifiés

M1

M2

399

C C C C C C

C C

C C

P2X1

NH2

CO2H

C C C C C C

C C

C C

P2X2

C C C C C C

C C

C C

P2X3

C C C C C C

C C

C C

P2X4

C C C C C C

C C

C C

P2X5

C C C C C C

C C

C C

P2X6

595

C C C C C C

C C

C C

P2X7

M2

M1

C C

C

C

C

C

C

C

C

C

C

C C

C

ASIC1

domaine riche en cystéines

P2X: présents chez les vertébrés

et chez certains microbes

(D. discoideum);

apparemment absents chez les

drosophiles, C. elegans et procaryotes

C

C

C

ASIC

C

P2X

C

C

C

C

1

1

2

2

intracelluaire

NH2

NH2

CO2H

CO2H


D partement de chimie bioorganique

Récepteurs P2X: probablement trimériques

cASIC1 (1,9 Å)

Jasti et al. (2007) Nature.449, 316-323

P2X: cationiques

homo ou hétéro-oligomère

canal ionique

1

2

NH2

CO2H

Na+, K+, Ca2+

1

2

11 Å


D partement de chimie bioorganique

O

O

O

P

P

N

O

N

O

N

H2

N

P

N

O

O

ATP

-

-

O

O

OH

O

-

O

-

O

H

Site de liaison de l’ATP

*

*

*

183

308

289

69

71

APNFTIL

AENFTLF

AENFTLL

P2X2

TLIKAYG

HLFKVFG

TLTKAYG

SSIITKVKGITMS

SSVSVKLKGLAVT

SSVTTKAKGVAYT

GYNFRFA

GFNFRFA

GYNFRFA

P2X1

P2X4

boucle 4

boucle 3

boucle 2

boucle 1

C

C

C

C

H

H

Zn2+

H

H

C

C

C

C

C

C

C

C

2

2

?

ATP

3

3

1

1

4

4

M1

M1

M2

M2

Jiang et al. (2000) J. Biol. Chem.275, 34190-34196

Roberts et Evans (2004) J. Biol. Chem.279, 9043-9055

Marquez-Klaka et al. (2007) J. Neurosci.27, 1456-1466


  • Login