Revue
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 32

Union européenne PowerPoint PPT Presentation


  • 82 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Revue Droit des marques Communautaire et suisse AROPI, le 10 avril 2012 Laurence Clemmer , B.M.G. avocats. Union européenne. Google France SARL, Google Inc. c/ Louis Vuitton Malletier SA (C-236/08) Google France SARL c/ Viaticum SA, Luteciel SARL (C-237/08) Google France SARL

Download Presentation

Union européenne

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Union europ enne

Revue Droit des marquesCommunautaire etsuisseAROPI, le 10 avril 2012Laurence Clemmer , B.M.G. avocats


Union europ enne

Union européenne

Google France SARL,

Google Inc.

c/ Louis Vuitton Malletier SA (C-236/08)

Google France SARL

c/Viaticum SA,

Luteciel SARL (C-237/08)

Google France SARL

c/Centre national de recherche en relation humaines (CNRRH) SARL

Pierre-Alexis Thonet

Bruno Raboin

Tiger SARL (C-238/08)

Adwords– Absence de violation par Google du droit à la marque mais responsabilité susceptible d’être engagée

CJUE 23.03.2010


Suisse

Suisse

Schweizer Hotelier-Verein (SHV)

(Société Suisse des Hôteliers (SSH))

c/ GastroSuisse

Besoin de libre disposition absolu de signes constitués d’étoiles utilisées pour la classification des établissements hôteliers

Tribunal fédéral 12.01.2011

ATF 137 III 77 - 4A_385/2010


Union europ enne1

Union européenne

AdwordsCJUE 23.03.2010


Adwords cjue 23 03 2010

AdwordsCJUE 23.03.2010

I – Le service de référencement «Adwords»

En saisissant un ou plusieurs mots (mots clefs) sur le moteur de recherche Google, l’internaute voit s’afficher:

Des résultats «naturels» (critères objectifs)

Des annonces (système de publicité payante dénommée Adwords) en réponse aux mots clefs

Processus automatisé de Google pour la sélection de mots clefs et l’affichage d’annonces (message commercial rédigé par les annonceurs qui insèrent le lien vers leur site)


Adwords cjue 23 03 20101

AdwordsCJUE 23.03.2010

II – Cadre juridique:

Directive 89/104/CEE du Conseil, du 21 décembre 1988 rapprochant les législations des États membres en matière de marques;

Règlement (CE) n° 40/94 du Conseil, du 20 décembre 1993 sur la marque communautaire;

Directive 2000/31/CE du Parlement européen et du Conseil, du 8 juin 2000 relative aux services de la société d’information (« directive sur le commerce électronique)


Adwords cjue 23 03 20102

AdwordsCJUE 23.03.2010

III – Cadre factuel

L’affaire C-236/08

Vuitton, titulaire de la marque communautaire «Vuitton» et des marques nationales françaises «Louis Vuitton» et «LV», enregistrées en relation avec des produits de maroquinerie;

Renommée des marques de Vuitton.

En 2003, il a été établi que la saisie de termes correspondant aux marques de Vuitton faisait apparaître des liens « commerciaux » vers des sites de produits contrefaisants Vuitton.

Condamnation de Google pour contrefaçon de marque par le TGI de Paris (04.02.2005) par la Cour d’appel (28.06.2006) puis pourvoi de Google(sursis à statuer de la C. de Cass. pour renvoi préjudiciel à la CJUE)


Adwords cjue 23 03 20103

AdwordsCJUE 23.03.2010

L’affaire C-237/08

Viaticum, titulaire des marques françaises «Bourse des Vols», «Bourse des Voyages» et «BDV», enregistrées pour des services d’organisation de voyages.

Luteciel, prestataire de services informatiques pour le compte d’agences de voyages assure l’édition et la maintenance du site Internet de Viaticum.

En 2003, il a été établi que la saisie de termes correspondant aux marques susvisées faisait apparaître dans la rubrique «liens commerciaux» des liens vers des sites de produits concurrentsde Viaticum.

Condamnation de Google pour contrefaçon de marque par le TGI de Nanterre (13.10.2003), pour complicité de contrefaçon par la Cour d’appel de Versailles (28.06.2006) puis pourvoi de Google (sursis à statuer de la C. de Cass. pour renvoi préjudiciel à la CJUE)


Adwords cjue 23 03 20104

AdwordsCJUE 23.03.2010

L’affaire C-238/08

M. Thonet, titulaire de la marque française «Eurochallentges», enregistrée pour des services d’agence matrimoniale.

CNRRH exerce l’activité d’agence matrimoniale et bénéficie d’une licence sur la marque susvisée, concédée par M. Thonet.

En 2003, il a été établi que la saisie du terme correspondant à la marques susvisée faisait apparaître dans la rubrique «liens commerciaux» des liens vers des sites de produits concurrents de CNRRH, exploités par M. Raboin et Tiger. SARL.

Condamnation de M. Raboin, TigerSARL et Google pour contrefaçon de marque par le TGI de Nanterre (14.12. 2004), par la Cour d’appel de Versailles (23.03.2006) puis pourvoi de Google (sursis à statuer de la C. de Cass. pour renvoi préjudiciel à la CJUE)


Adwords cjue 23 03 20105

AdwordsCJUE 23.03.2010

IV-Questions préjudicielles

L’affaire C-236/08 (3 questions)

Les articles 5, § 1 a) et b) de la directive 89/104 et 9, § 1, a) et b) du règlement n° 40/94 doivent-ils être interprétés en ce sens que le prestataire de service de référencement payant (Google) qui met à la disposition des annonceurs des mots clés reproduisant ou imitant des marques déposées, et organise par le contrat de référencement la création et l’affichage privilégié, à partir de ces mots clés, de liens promotionnels vers des sites de produits contrefaisants, fait un usage de ces marques que leur titulaire est habilité à interdire?


Adwords cjue 23 03 20106

AdwordsCJUE 23.03.2010

L’affaire C-236/08 (3 questions)

Dans l’hypothèse où les marques sont des marques renommées, le titulaire pourrait-il s’opposer à un tel usage, sur le fondement de l’article 5, § 2, de la directive 89/104, et de l’article 9, § 1c., du règlement n° 40/94?

Dans l’hypothèse où un tel usage ne constituerait pas un usage susceptible d’être interdit par le titulaire de la marque, en application des textes susvisés, le prestataire de service de référencement payant peut-il être considéré comme fournissant un service de la société de l’information consistant à stocker des informations fournies par un destinataire du service, au sens de l’article 14 de la directive 2000/31, de sorte que sa responsabilité ne pourrait être recherchée avant qu’il n’ait été informé par le titulaire de la marque de l’usage illicite du signe par l’annonceur?»


Adwords cjue 23 03 20107

AdwordsCJUE 23.03.2010

L’affaire C-237/08 (2 questions)

Les articles 5, § 1 a) et b) de la directive 89/104 et 9, § 1, a) et b) du règlement n° 40/94 doivent-ils être interprétés en ce sens que le prestataire de service de référencement payant (Google) qui met à la disposition des annonceurs des mots clés reproduisant ou imitant des marques déposées, et organise par le contrat de référencement la création et l’affichage privilégié, à partir de ces mots clés, de liens promotionnels vers des sites de produits identiques ou similaires (concurrents), fait un usage de ces marques que leur titulaire est habilité à interdire?


Adwords cjue 23 03 20108

AdwordsCJUE 23.03.2010

L’affaire C-237/08 (2 questions)

Dans l’hypothèse où un tel usage ne constituerait pas un usage susceptible d’être interdit par le titulaire de la marque, en application des textes susvisés, le prestataire de service de référencement payant peut-il être considéré comme fournissant un service de la société de l’information consistant à stocker des informations fournies par un destinataire du service, au sens de l’article 14 de la directive 2000/31, de sorte que sa responsabilité ne pourrait être recherchée avant qu’il n’ait été informé par le titulaire de la marque de l’usage illicite du signe par l’annonceur?


Adwords cjue 23 03 20109

AdwordsCJUE 23.03.2010

L’affaire C-238/08 (3 questions)

La réservation par un opérateur économique (annonceur), par voie de contrat de référencement payant sur Internet, d’un mot clé déclenchant en cas de requête utilisant ce mot l’affichage d’un lien proposant de se connecter à un site exploité par cet opérateur afin d’offrir à la vente des produits ou des services, d’un signe reproduisant ou imitant une marque enregistrée par un tiers afin de désigner des produits identiques ou similaires (concurrents), sans l’autorisation du titulaire de cette marque, caractérise-t-elle en elle-même une atteinte au droit exclusif garanti à ce dernier par l’article 5 de la directive 89/104?


Adwords cjue 23 03 201010

AdwordsCJUE 23.03.2010

L’affaire C-238/08 (3 questions)

L’article 5, paragraphe 1, sous a) et b), de la directive 89/104 doit-il être interprété en ce sens que le prestataire de service de référencement payant qui met à la disposition des annonceurs des mots clés reproduisant ou imitant des marques déposées, et organise par le contrat de référencement la création et l’affichage privilégié, à partir de ces mots clés, de liens promotionnels vers des sites sur lesquels sont proposés des produits identiques ou similaires (concurrents) à ceux couverts par l’enregistrement de marques, fait un usage de ces marques que son titulaire est habilité à interdire?


Adwords cjue 23 03 201011

AdwordsCJUE 23.03.2010

L’affaire C-238/08 (3 questions)

Dans l’hypothèse où un tel usage ne constituerait pas un usage susceptible d’être interdit par le titulaire de la marque, en application de la directive 89/104 et du règlement n° 40/94, le prestataire de service de référencement payant peut-il être considéré comme fournissant un service de la société de l’information consistant à stocker des informations fournies par un destinataire du service, au sens de l’article 14 de la [directive 2000/31], de sorte que sa responsabilité ne pourrait être recherchée avant qu’il n’ait été informé par le titulaire de la marque de l’usage illicite du signe par l’annonceur?


Adwords cjue 23 03 201012

AdwordsCJUE 23.03.2010

A – L’usage de mots clefs correspondant à des marques dans Adwords

A titre liminaire

Absence de consentement des titulaires de marques pour l’usage, en tant que mots clefs de signes correspondant à leurs marques dans le cadre d’un service de référencement sur Internet

Choix des mots clefs par les clients de Google (annonceurs) et acceptation des mots clefs par Google qui les stocke

Les annonceurs vendent sur Internet des contrefaçons des produits du titulaire (affaire C‑236/08) ou des produits concurrents de ceux-ci (affaires C‑237/08 et C‑238/08).


Adwords cjue 23 03 201013

AdwordsCJUE 23.03.2010

l’interprétation des articles 5, § 1 a, de la directive 89/104 et 9 §1 a du règlement n° 40/94

Selon la jurisprudence constante, quatre conditions doivent être réunies cumulativement pour habiliter le titulaire d’une marque à interdire l’usage par un tiers sans son consentement d’un signe identique à sa marque:

Usage d’un signe identique à une marque, en tant que mot clef n’est pas autorisé par son titulaire (condition remplie)

Usage dans la vie des affaires (activité commerciale visant un avantage économique)

Usage « pour des produits ou services »

Usage susceptible de porter atteinte aux fonctions de la marque (indication d’origine et publicité)


Adwords cjue 23 03 201014

AdwordsCJUE 23.03.2010

a- Usage dans la vie des affaires

Selon la Cour, l’annonceur fait usage du signe dans la vie des affaires au sens de la jurisprudence précitée en achetant le service de référencement et en sélectionnant un signe correspondant à une marque en tant que mot clef.

En permettant aux annonceurs de faire usage de signes identiques ou similaires à des marques, sans faire lui-même un usage desdits signes, le prestataire du service de référencement (Google) ne fait pas un usage dans la vie des affaires au sens des dispositions susvisées,


Adwords cjue 23 03 201015

AdwordsCJUE 23.03.2010

b- Usage «pour des produits ou services»

Faute d’usage de la marque par le prestataire du service de référencement, les conditions relatives à l’usage «pour des produits ou services» doivent être seulement examinées au regard de l’usage de la marque par l’annonceur

Signes identiques aux marques de Vuitton apparues dans les annonces (rubrique «liens commerciaux»)

Absence de signes identiques aux marques de Viaticum et de M. Thonet dans les annonces de tiers

Absence du signe dans la publicité ne signifie en tout cas pas à elle-seule qu’il n’y a pas usage «pour des produits et services» au sens de l’art. 5 de la directive 89/104


Adwords cjue 23 03 201016

AdwordsCJUE 23.03.2010

Lorsque l’internaute perçoit le «lien promotionnel» de l’annonceur comme une alternative par rapport aux produits et services du titulaire, il y a usage dudit signe «pour les produits ou services» dudit concurrent

Même dans les cas où il ne s’agit pas d’une alternative, mais lorsque l’annonceur a au contraire pour but d’induire les internautes en erreur sur l’origine de ses produits ou de ses services, en leur faisant croire que ceux-ci proviennent du titulaire de la marque ou d’une entreprise économiquement liée à celui-ci, il y a usage «pour des produits ou des services».

Ainsi l’usage par l’annonceur d’un signe identique à la marque d’autrui relève de la notion d’usage « pour des produits et services » au sens de l’art. 5 susvisé.


Adwords cjue 23 03 201017

AdwordsCJUE 23.03.2010

c- Usage susceptible de porter atteinte aux fonctions de la marque

Fonction d’indication d’origine (garantir au consommateur la provenance du produit ou du service)

Fonction de publicité (élément de promotion des ventes ou de stratégie commerciale)


Adwords cjue 23 03 201018

AdwordsCJUE 23.03.2010

i) Atteinte à la fonction d’indication d’origine

lorsque l’annonce ne permet pas ou permet seulement difficilement à l’internaute normalement informé et raisonnablement attentif de savoir si les produits ou les services visés par l’annonce proviennent du titulaire de la marque ou d’une entreprise économiquement liée à celui-ci ou, au contraire, d’un tiers.

lorsque l’annonce du tiers suggère un lien économique entre lui-même et le titulaire de la marque, ou à défaut reste vague sur l’origine des produits ou services en cause.

Appréciation au cas par cas et reste du ressort des juridictions nationales.


Adwords cjue 23 03 201019

AdwordsCJUE 23.03.2010

ii) Atteinte à la fonction de publicité

Lorsque il est porté atteinte à l’usage de la marque par le titulaire en tant qu’élément de promotion des ventes ou instrument de sa stratégie commerciale.

Toutefois les répercussions sur l’emploi publicitaire (promotion des ventes ou stratégie commerciale) ne constituent pas en soi une telle atteinte.


Adwords cjue 23 03 201020

AdwordsCJUE 23.03.2010

En résumé,

Google ne fait pas un usage d’un signe identique à une marque en tant que mot clef au sens des dispositions communautaires susvisées;

L’annonceur fait usage d’un signe identique à une marque en tant que mot clef. Un tel usage est toutefois illicite lorsque l’annonce ne permet pas ou permet seulement difficilement à l’internaute moyen de savoir si les produits ou les services visés par l’annonce proviennent du titulaire de la marque ou d’une entreprise économiquement liée à celui-ci ou, au contraire, d’un tiers;


Adwords cjue 23 03 201021

AdwordsCJUE 23.03.2010

Google ne fait pas non plus un usage (en tant que mot clef) d’un signe identique à une marque renomméeau sens des dispositions communautaires susvisées, lorsqu’il stocke ce signe et organise l’affichage d’annonces à partir de celui-ci;

B – La responsabilité du prestataire du service de référencement (Google)

Le service de référencement de Google est un service de la société de l’information au sens de la directive sur le commerce électronique;

la concordance entre le mot clé sélectionné et le terme de recherche introduit par un internaute ne suffit pas en soi pour considérer que Google a une connaissance ou un contrôle des données introduites dans son système par les annonceurs et stockées sur son serveur.


Adwords cjue 23 03 201022

AdwordsCJUE 23.03.2010

Si Google n’a pas joué un rôleactif de nature à lui confier une connaissance ou un contrôle des données stockées, il ne peut être tenu responsable pour les données qu’il a stockées à la demande d’un annonceur à moins que, ayant pris connaissance du caractère illicite de ces données ou d’activités de cet annonceur, il n’ait pas promptement retiré ou rendu inaccessibles lesdites données.

Appréciation du rôle de Google dans la fourniture du service de référencement par les juridictions nationales.


Adwords cjue 23 03 201023

AdwordsCJUE 23.03.2010

Conclusion

La controverse relative à la légalité d’Adwords au regard du droit des marques a fait l’objet de contentieux dans divers Etats membres:

Légalité admise (pour des motifs différents) en Allemagne, Autriche, Belgique, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni;

Légalité contestée en France et en Suisse pour une partie de la doctrine dominante.


Suisse1

Suisse

La Guerre des Etoiles

Tribunal fédéral 12.01.2011


La guerre des etoiles tribunal f d ral 12 01 2011

La Guerre des EtoilesTribunal fédéral 12.01.2011

Faits

  • L’Association des Hôteliers Suisses (SSH) titulaire de trois marques de garantie (combinées) enregistrées sous les nos 531 266, 531 269, 531 250 le 5 mars 2005 au Registre suisse des marques ;

  • Suite à des discussions sur le système de classification des établissements hôteliers entre la SSH et GastroSuisse, et en l’absence d’accord entre les parties, GastroSuisse dépose à son tour dix marques combinées sous les nos 541 117 à 541 126 le 8 novembre 2005 et entend organiser son propre système de classification.


La guerre des etoiles tribunal f d ral 12 01 20111

La Guerre des EtoilesTribunal fédéral 12.01.2011

Faits

  • La SSH saisit alors le Tribunal de commerce de Zurich d’une requête en mesures provisionnelles afin qu’il soit fait interdiction à son concurrent GastroSuisse de faire usage de ses marques, jugées trop similaires aux siennes.

  • Par ordonnance du 26 mai 2006, le Tribunal faisait droit à la requête de la SSH

  • Par arrêt du 6 février 2009, le Tribunal lève d’interdiction d’utiliser et rejette la demande au fond de la SSH.

  • La SSH saisit le Tribunal fédéral d’un recours contre l’arrêt du 6 février 2009. Celui-ci a rejeté le recours formé contre l’arrêt cantonal et se prononce en faveur de GastroSuisse.


La guerre des etoiles tribunal f d ral 12 01 20112

La Guerre des EtoilesTribunal fédéral 12.01.2011

Considérants

  • Pas de risque de confusion entre les marques;

  • Etoiles constituent un système de classement des hôtels par catégorie qui peuvent être utilisées tant par GastroSuisse que par tous les établissements d’hébergement en Suisse.

  • Etoiles en lien avec les services hôteliers ne sont pas comprises par les consommateurs comme des marques mais comme des signes décrivant le niveau de qualité des hôtels;

  • En tant que tels, ces signes appartiennent au domaine public et sont en principe exclues de la protection des marques au sens de l'art. 2 let. a LPM

  • L’utilisation d’étoiles pour catégoriser des établissements hôteliers est indispensable aux besoins des professionnels de la branche, car il n’existe pas de symboles équivalents avec un même impact auprès du public.


  • Login