LA PRODUCTION MARAICHERE  A NIAMEY  AU  NIGER

LA PRODUCTION MARAICHERE A NIAMEY AU NIGER PowerPoint PPT Presentation


  • 218 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

INTRODUCTION. L'urbanisation rapide des villes africaines. Le mara?chage urbain et p?riurbain peut ?tre une r?ponse alternative aux probl?mes. Il est alors n?cessaire de faire un ?tat des lieux du mara?chage urbain et p?ri-urbain et faire des propositions d'am?lioration. . OBJECTIF GENERAL. Am?lio

Download Presentation

LA PRODUCTION MARAICHERE A NIAMEY AU NIGER

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


1. LA PRODUCTION MARAICHERE A NIAMEY AU NIGER EVOLUTIONS ET IMPACTS SUR LES POPULATIONS

2. INTRODUCTION L’urbanisation rapide des villes africaines. Le maraîchage urbain et périurbain peut être une réponse alternative aux problèmes. Il est alors nécessaire de faire un état des lieux du maraîchage urbain et péri-urbain et faire des propositions d’amélioration.

3. OBJECTIF GENERAL Améliorer la qualité des produits maraîchers dans les zones urbaine et périurbaine de Niamey

4. OBJECTIFS SPECIFIQUES Assurer une meilleure maîtrise de la qualité de l’eau d’irrigation et des sols et Assurer une meilleure protection des produits maraîchers contre les parasites et les hôtes intermédiaires. Valoriser les déchets solides et liquides

5. MATERIEL ET METHODE Six sites ont été étudiés Gountou-yéna (eaux usées), urbain Lossa-goungou (Fleuve amont), urbain Saga-cuvette (fleuve aval), urbain Saga-gorou (puits), péri-urbain Saga-gorou (mare), péri-urbain Goudel-gorou (mare), péri-urbain

6. MATERIEL ET METHODE

7. METHODE Inventaire des superficies par culture sur l’ensemble des sites  Analyses physico-chimiques des sols, de l’eau et des produits de récolte ainsi que des analyses bactériologiques (recherche de biocontaminants)

8. METHODE conduite d ’expérimentations sur 2 sites (Gountou-yéna et Saga-cuvette) et enquêtes auprès des maraîchers, des consommateurs et des centres médicaux sur la qualité des produits maraîchers.

9. RESULTATS Caractéristiques des exploitants hommes 97,6% femmes 2,4% propriétaires 65,9% locataires 14,8% prêteurs 17, 1% héritiers 2,4%.

10. RESULTATS Principales espèces cultivées le choux (39%) la laitue (34,1%) la tomate (14,6%), la carotte (9,8%) le haricot vert (2,4%), les courgettes, le poivron, le piment et le melon (0.01%).

11. RESULTATS Evolution des superficies

12. RESULTATS Intensité culturale Dans les sites urbains elle est de 130 % à Saga-cuvette et 162 % à Gountou-Yéna Pour les sites péri-urbains elle est de 80% à Goudel Gorou et Saga-Gorou II 17% à Saga-Gorou I

13. RESULTATS Fertilisations Fertilisation minérale Urée 92,7% NPK 7,3%. Fertilisation organique 95,1% de fèces d'animaux et 4,9% d'ordures ménagères

14. RESULTATS Traitement phytosanitaire 97,6% des maraîchers le pratiquent Les produits qui sont les plus utilisés sont: le Diméthoate, le karaté (lamdacyalothrine) et le DECIS EC (Deltaméthrine)

15. RESULTATS Les eaux d’irrigation: eaux usées eaux de puisards eaux du fleuve eaux de mares eaux de puits

16. RESULTATS

17. RESULTATS

18. RESULTATS La plupart des eaux utilisées sont à pH neutre (pH = 6,6 à 7,3), mais varient quant à leur teneur en sels. Les eaux, tous sites confondus, sont dépourvues de streptocoques fécaux. Cependant il a été décelé la présence des coliformes fécaux dans la plupart de ces eaux.

19. RESULTATS Expérimentation Les résultats ont montré: Une prédominance du facteur irrigation par rapport à l’apport du 15-15-15 Seuls les traitements d’irrigation ont réellement influencé les productions

20. CONCLUSION L’inventaire, a permis de recenser une importante diversité de spéculations qui sont cultivées dans la communauté urbaine de Niamey et sa périphérie avec comme spéculations dominantes la tomate et le chou

21. CONCLUSION Les superficies mises en valeur pour l’ensemble des spéculations croissent d’année en année au niveau des sites périurbains où il a été observé un taux d’accroissement d’environ 38 % ces 4 dernières années

22. CONCLUSION Les eaux du fleuve en amont de la ville sont plus de deux fois et demi moins polluées que celles de la partie aval en coliformes Les eaux du fleuve en général sont nettement moins polluées en terme de coliformes que les eaux stagnantes de la périphérie et de certains puits

23. CONCLUSION De façon générale, les teneurs bactériologiques des eaux constatées dépassent très largement les normes acceptées par certains états

24. PROPOSITIONS Bâtir une stratégie nationale à long terme pour la gestion de cette agriculture urbaine et péri-urbaine Encourager l’utilisation de la fertilisation organo-minérale Eviter l’utilisation abusive des pesticides

  • Login