slide1
Download
Skip this Video
Download Presentation
Organe: Partie bien individualisée du corps destinée à remplir une fonction déterminée

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 37

Organe: Partie bien individualisée du corps destinée à remplir une fonction déterminée - PowerPoint PPT Presentation


  • 49 Views
  • Uploaded on

Rennes 20 octobre 2011 FORMATION OCCLUSO François UNGER - MCU-PH Occlusodontologiste exclusif Nantes et Tours. « La plupart des erreurs consistent en cela seul que nous ne donnons pas correctement leurs noms aux choses » . Spinoza L’éthique

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Organe: Partie bien individualisée du corps destinée à remplir une fonction déterminée' - maree


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

Rennes 20 octobre 2011FORMATION OCCLUSOFrançois UNGER - MCU-PHOcclusodontologiste exclusif Nantes et Tours

slide2

« La plupart des erreurs consistent en cela seul que nous ne donnons pas correctement leurs noms aux choses ».

Spinoza

L’éthique

De la nature et de l’origine de l’esprit. Proposition 47. Scolie

slide3

Organe: Partie bien individualisée du corps destinée à remplir une fonction déterminée

Appareil: Ensemble des organes qui concourent à la même fonction

Fonction: Action spéciale, caractéristique, normale, d’une partie du corps, d’un organe ou d’un appareil. (dysfonction, parafonction =anomalies)

Maladie: Toute altération de l’état de santé se traduisant habituellement de façon subjective

par des sensations anormales.

Syndrome: Cadre clinique ou ensemble symptomatique. Ensemble de symptômes et de signes qui constituent une entité et qui définissent cliniquement un état morbide déterminé.

Signe: Toute manifestation d’une maladie que le médecin peut constater objectivement, et plus particulièrement tout phénomène que le médecin peut provoquer intentionnellement à des fins diagnostiques.

Symptome: Toute manifestation d’un état pathologique perçue subjectivement par le patient lui-même

Douleur: Sensation anormale et pénible résultant de la stimulation de terminaisons nerveuses

dans les organes ou régions sensibles.

« La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un dommage tissulaire présent ou potentiel, ou décrite en terme d\'un tel dommage »  OMS

slide4

Diagnostic: Identification d’une maladie d’après les renseignements donnés par le malade, l’étude des signes et symptômes, le résultat des examens de laboratoire, etc…

Traitement: Ensemble des moyens hygiéniques, pharmacologiques, chirurgicaux et psychiques employés pour guérir ou atténuer une maladie.

slide5

Occlusion: Contacts dento-dentaires

Occlusodontologie: Ensemble des connaissances traitant, dans le cadre de l’appareil manducateur, des interrelations fonctionnelles ou dysfonctionnelles dento-neuro-musculo-articulaires.

Gnathologie: Science qui traite de la biologie des mécanismes masticateurs dans leur totalité: morphologie, anatomie, histologie, physiologie, pathologie et thérapeutique, en rapport avec le corps pris dans son ensemble.

Manducation: Fonctions orales de nutrition précédant la digestion: préhension, insalivation,

gustation, mastication, déglutition.

Analyse occlusale: Simulation sur articulateur des relations dento-dentaires en OIM et ORC

Équilibration occlusale: Rétablissement des fonctions occlusales de centrage, calage et guidage (par addition et/ou soustraction)

Orthèse: Dispositif orthopédique destiné à maintenir ensemble des pièces mobiles. Appareillage utilisé pour corriger une altération morphologique ou une déficience fonctionnelle

slide6

Syndrome de Costen: Désordres céphaliques divers et douloureux mis en rapport avec la

situation occlusale

SADAM: Syndrome algodysfonctionnel de l’appareil manducateur

DTM: Désordre temporo-mandibulaire

DCM: Dysfonction cranio-mandibulaire

ADAM: Algies et dysfonctions de l’appareil manducateur

DAM: Dysfonctionnements de l’appareil manducateur

Apnée du sommeil: Interruption momentanée de la respiration durant le sommeil.

Bruxisme: Activité motrice involontaire des muscles manducateurs, continue ou rythmique avec contacts occlusaux.

slide7

Rennes 20 octobre 2011FORMATION OCCLUSO(titre à définir)François UNGER - MCU-PHOcclusodontologiste exclusif Nantes et Tours

slide8

Rennes 20 octobre 2011DAM et OCCLUSION:Diagnostic et TraitementFrançois UNGER - MCU-PHOcclusodontologiste exclusif Nantes et Tours

slide9

Dysfonctions de l’appareil manducateur:

notion de diagnostic

1

Entretien et examen clinique:

l’occlusion est-elle en cause?

2

Les orthèses occlusales:

indications, et utilisation

3

Restaurations occlusales:

équilibration, inlays-onlays, prothèse, ODF

4

slide10

1

Recommandations de bonne pratique XVI. (ADF - 2005)

Occlusodontie en pratique quotidienne

Le praticien:

1- dépiste les DAM

2- examine l’occlusion

3- utilise l’articulateur semi-adaptable

4- détermine l’OIM thérapeutique

5- détermine la DVO

6- corrige les malocclusions

7 à 13 - respecte les impératifs occlusaux dans les différentes situations prothétiques, parodontales et orthodontiques.

slide11

1

En pratique quotidienne la prise en compte de l’occlusion se fait selon deux voies:

1 - Le patient consulte pour des soins ou des thérapeutiques restauratrices:

Le praticien doit dépister un éventuel DAM non décrit, et / ou d’éventuelles perturbations occlusales qui modifieraient son plan de traitement

2 -Le patient se plaint de DAM, ou est adressé pour un DAM:

La démarche consiste à rechercher une éventuelle relation de causalité entre l’occlusion et le DAM

?

DAM

OCCLUSION

slide12

1

FACTEUR DE RISQUE: CAUSALITE

«Un aspect de la conduite personnelle, ou du comportement, ou du style de vie, ou une exposition à un environnement particulier, ou un caractère inné ou hérité, qui, sur les bases de la preuve épidémiologique est connu pour être associé à un état de santé identifié »*

La présence d’un facteur de risque implique une augmentation directe de la probabilité d’apparition de la maladie, et si le facteur de risque est absent ou enlevé, une diminution de cette probabilité apparaît.

En parodontologie: associations bactériennes

En carcinologie: tabac

En occluso: serrer les dents

* Last J.M. A dictionnary of epidemiology. N.Y. oxford university press 1988:115-116

slide13

1

MARQUEUR DE RISQUE: CORRELATION

«Un marqueur de risque (ou prédicteur de risque) est la conséquence de la maladie et varie souvent dans le temps, marquant la progression de la maladie.

Les marqueurs de risque peuvent dans certains cas être des mesures alternatives de la maladie, mais ne sont pas des éléments de la chaîne causale de la maladie »

En parodontologie: nombre de dents perdues

En carcinologie: doigts jaunes

* Last J.M. A dictionnary of epidemiology. N.Y. oxford university press 1988:115-116

slide14

1

Facteurs de risque des DAM:

- traumatismes (directs, coup du lapin, bruxisme, position sommeil, forces orthodontiques…)

- facteurs psycho-sociaux (deuil, exclusion…)

- facteurs systémiques (hypothyroïdie, polyarthrite, vascularite de Horton, fibromyalgie, pathologies générales…)

- facteurs squelettiques (dysmorphoses)

- facteurs occlusaux (anatomiques et / ou fonctionnels)

Le rôle de l’occlusion est actuellement considéré comme faiblement contributif à l’apparition, au développement et à l’entretien des DAM.

slide15

1

  • DAM: signes et symptômes locaux qui laissent à penser
  • que l’occlusion doit être évaluée.
  • - difficultés à mastiquer,
  • - limitations des mouvements mandibulaires,
      • douleurs lors de ces mouvements,
      • bruits articulaires…
  • - inconfort bucco-lingual
  • Atteintes régionales ou générales qui laissent à penser
  • que l’occlusion doit être évaluée
  • - douleurs oro-faciales imprécises, névralgies
  • - désordres ORL non définis, acouphènes
  • - céphalées rebelles, sans diagnostic précis
      • douleurs cervicales ou rachidiennes
      • douleurs à distance mal définies, échappant aux diagnostics
        • classiques
slide16

1

  • Diagnostic
  • Le chirurgien dentiste n’est pas formé pour poser des diagnostics de:
  • - médecine générale,
  • - ORL,
  • rhumatologie
  • carcinologie
  • psychiatrie
  • déficits oculaires,
  • désordres posturaux etc…
  • Mais il avocation à observer et comprendre comment les éléments bucco-dentaires
  • sont impliqués ou concernés par certaines pathologies locales ou générales.
  • Il a surtout le devoir de signaler à tous les autres spécialistes les éléments
  • bucco-dentaires qui peuvent contribuer à des pathologies qui les concernent:
  • sinusites, bruits articulaires, maladie parodontale aigue, lésions des tissus mous,
  • expression d’un mal être ou de douleurs chroniques, DAM etc…
slide17

1

Vis-à-vis des patients et des autres thérapeutes, en ce qui concerne les DAM, les rôles du chirurgien dentiste sont les suivants:1- identifier précisément le dysfonctionnement (diagnostic)2- dire si le dysfonctionnement est, ou non, en rapport avec l’occlusion3- soulager, et traiter le patient si l’occlusion est en cause4- adresser le patient au spécialiste concerné si l’occlusion n’est pas en cause

difficult s de diagnostic des dam variables dans le temps risque de passer cot

1

- Douloureux ou non (risque de privilégier la douleur)

Difficultés de diagnostic des DAM:- Variables dans le temps (risque de passer à coté)

- Plurifactoriels (risque de ne pas faire le diagnostic) : * Constitution: - architecture cranio-faciale, - masse musculaire - laxité ligamentaire, - imprégnation hormonale… * Pathologies générales * Traumas * Postures de travail, de loisirs ou de sommeil * Niveau de tension psychologique et de stress * Parafonctions et occlusion

slide19

1

Les DAM se rencontrent de nombreuses situations très différentes

1- Pathologies générales responsables d’atteintes dysfonctionnelles de l’appareil manducateur (DAM): * Maladie de Parkinson * Maladie d’Alzheimer * Maladie de Charcot * Cancers ORL * …

2- Pathologies générales responsables de douleurs de l’appareil manducateur: * infarctus du myocarde * ….

3- Pathologies générales dont certains signes peuvent mimer les signes d’atteintes de l’appareil manducateur (DAM): * Maladie de Horton * Fibromyalgie * Hystérie * Dépression * ….

slide20

1

Le « diagnostic » de DAM est a rechercher selon 3 axes:

1- Les pathologies générales susceptibles de donner des DAM

2- Les éléments psycho-sociaux: nécessité de connaître les difficultés psychologiques ou sociales du patient ainsi que les impotences liées à la douleur et à l’état psychologique (IRSA)

3- Classifications diagnostiques des désordres musculo-squelettiques:

(Société internationale des céphalées, névralgies crâniennes et douleurs orofaciales)

Céphalagies: 13 classes

Classe 11: Céphalée ou douleur faciale associée à des désordres des structures faciales ou crâniennes. (8 sous classes)

11-1 os crâniens y compris la mandibule

11-2 à 11-6 autres structures cranio-faciales

11-7 articulations temporo-mandibulaires

11-8 muscles masticateurs

Okesson J. Orofacial pain. Guidelines for assesment, diagnosis, and management. Quintessence edit 1996

slide21

1

ATM: éléments musculo-squelettiques

slide22

Classifications diagnostiques

des désordres temporo-mandibulaires

1

Classe 11: Céphalées ou douleurs faciales associées à des désordres des structures faciales ou crâniennes.

11-1 os crâniens y compris la mandibule

11-1.1 Désordres congénitaux ou de développement

11-1.1.1 aplasie

11-1.1.2 hypoplasie

11-1.1.3 hyperplasie

11-1.1.4 dysplasie

11-1.2 Désordres acquis

11-1.2.1 néoplasie

11-1.2.2 fracture

(Société internationale des céphalées, névralgies crâniennes et douleurs orofaciales:

13 classes de céphalalgies)

slide23

Classifications diagnostiques

des désordres temporo-mandibulaires

1

Classe 11: Céphalées ou douleurs faciales associées à des désordres des structures faciales ou crânienne.

11-7 Désordres de l’articulation temporo-mandibulaire

11-7.1 Désordres congénitaux ou de développement

11-7.1.1 aplasie

11-7.1.2 hypoplasie

11-7.1.3 hyperplasie

11-7.1.4 dysplasie

11-7.2 Déplacements discaux

11-7.2.1 réductibles

11-7.2.2 non réductibles

slide24

Critères diagnostiques

du déplacement discal réductible

1

  • Bruit articulaire reproductible durant le déplacement condylien
  • IRM montrant le déplacement discal sans destruction osseuse

Signes pouvant accompagner: douleur au mouvement, déviation

à l’ouverture, non limitation d’amplitude avec épisodes de limitation.

slide25

Critères diagnostiques

du déplacement discal non réductible aigu

1

  • Limitation persistante d’ouverture avec apparition soudaine
  • Absence de bruit articulaire du coté affecté
  • Déviation du coté affecté
  • Imagerie montrant le déplacement discal

Signes pouvant accompagner: douleur à l’ouverture, antécédents de

claquements, douleur à la palpation, contacts occlusaux prématurés ipsilatéraux.

slide26

Critères diagnostiques

du déplacement discal non réductible chronique

1

  • Limitation persistante d’ouverture avec apparition soudaine (+ 4 mois)
  • Imagerie montrant le déplacement discal sans atteinte ostéoarthritique

Signes pouvant accompagner: douleur à l’ouverture forcée, mais inférieure

à celle de la phase aigüe, réduction progressive de la limitation d’ouverture.

slide27

Classifications diagnostiques

des désordres temporo-mandibulaires

1

Classe 11: Céphalées ou douleurs faciales associées à des désordres des structures faciales ou crâniennes.

11-7 Désordres de l’articulation temporo-mandibulaire

11-7.3 Luxation temporo-mandibulaire

11-7.4 Désordres inflammatoires

11-7.4.1 capsulite / synovite

11-7.4.2 polyarthrite

11-7.5 Ostéoarthrite (désordres non inflammatoires)

11-7.5.1 ostéoarthrite primaire

11-7.5.2 ostéoarthrite secondaire

11-7.6 Ankylose

11-7.7 Fracture condylienne

slide28

Critères diagnostiques

de la luxation temporo-mandibulaire

1

  • Impossibilité de fermer la bouche
  • Imagerie montrant le déplacement du condyle en avant de l’éminence
  • temporale

Signes pouvant accompagner: douleur lors du déplacement, et faiblement

résiduelle après réduction.

slide29

Critères diagnostiques

de la capsulite et de la synovite

1

  • Douleur atm augmentée par la mastication et la palpation
  • Imagerie ne montrant pas de changement ostéo-arthritiques

Signes pouvant accompagner: douleur atm au repos, limitation de mouvements

consécutive au repos, difficultés lors des contacts occlusaux ipsilatéraux,

douleur d’oreille

slide30

Critères diagnostiques

de l’ostéoarthrite primaire

(remodelage sous contrainte. Non inflammatoire)

1

  • Pas de facteur étiologique identifiable
  • Douleur à la fonction
  • Sensibilité à la palpation
  • Imagerie montrant les changements structurels:
    • sclérose sous chondrale,
    • ostéophytes,
    • érosions,
    • espace articulaire réduit

Signes pouvant accompagner: diminution de l’amplitude des mouvements,

crépitation ou bruits articulaires divers

slide31

Critères diagnostiques

de l’ostéoarthrite secondaire

(remodelage associé à un évènement particulier. Non inflammatoire)

1

  • Facteur étiologique identifiable:
    • - maladie, trauma, infection, déplacement discal
  • Douleur à la fonction
  • Sensibilité à la palpation
  • Imagerie montrant les changements structurels:
    • - sclérose sous chondrale,
    • - ostéophytes,
    • - érosions,
    • - espace articulaire réduit

Signes pouvant accompagner: diminution de l’amplitude des mouvements,

crépitation ou bruits articulaires divers

slide32

Classifications diagnostiques

des désordres temporo-mandibulaire

1

Classe 11: Céphalées ou douleurs faciales associées à des désordres des structures faciales ou crâniennes.

11-8 Désordres des muscles masticateurs

11-8.1 douleur myofasciale

11-8.2 myosite

11-8.3 myospasme

11-8.4 myalgie locale (non classée)

11-8.5 contracture

11-8.6 néoplasie

slide33

Critères diagnostiques

de la douleur myofasciale

(douleur régionale avec zones gâchettes à la palpation)

1

  • Douleur régionale aggravée par les fonctions mandibulaires
  • Zones gâchettes
  • Réduction de la douleur par anesthésie des zones gâchettes

Signes pouvant accompagner:

- sensation de difficultés musculaires,

- sensation de désordre occlusal,

- symptômes associés nez, gorge, oreille, céphalées,

- limitation musculaire de l’ouverture buccale,

mais gain de plus de 4mm par étirement passif

- hyperalgie de la région référée de la zone gâchette

slide34

Critères diagnostiques

du myospasme

(crampe ou trismus)

1

  • Douleur permanente au repos ou à la fonction
  • Contraction involontaire permanente, avec réduction des mouvements
  • Malocclusion
  • EMG augmenté
slide35

Critères diagnostiques

de la myosite

(inflammation d’un muscle)

1

  • Douleur permanente dans un muscle ou région à la suite d’un
    • trauma ou une infection
  • Douleur augmentée par les mouvements mandibulaires
  • Limitation plus ou moins importante liée à la douleur ou
  • au gonflement inflammatoire
slide36

Critères diagnostiques

de la contracture myofibreuse

(après période d’immobilisation)

1

  • Limitation d’amplitude des mouvements
  • Résistance à l’étirement passif
  • Peu ou pas de douleur sauf à étirement forcé
  • Antécédents de trauma ou d’infection
  • ou de longue période d’immobilisation
slide37

1

Vis-à-vis des patients et des autres thérapeutes, en ce qui concerne les DAM:1- identifier précisément le dysfonctionnement (diagnostic)2- dire si le dysfonctionnement est, ou non, en rapport avec l’occlusion3- soulager, et traiter le patient si l’occlusion est en cause4- adresser le patient au spécialiste concerné si l’occlusion n’est pas en cause

ad