AVEC
Download
1 / 41

AVEC MARIJO - PowerPoint PPT Presentation


  • 84 Views
  • Uploaded on

AVEC MARIJO. TRADITIONS BRAMANAISES. Bramans.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' AVEC MARIJO' - libby


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

AVEC

MARIJO


TRADITIONS

BRAMANAISES



Le village de Bramans est situé en Haute-Maurienne, en Savoie. Il est composé de deux hameaux, le Verney situé sur la voie actuelle d’accès au Mont-Cenis et l’autre, le chef-lieu, sur l’antique voie romaine qui franchissait le petit Mont-Cenis. En 2008, on n’y trouvait pas 400 habitants… Pourtant, cette faible population est fortement attachée à son patrimoine et à ses traditions. Cela se traduit surtout par sa fête patronale du 15 août, qui perdure sous sa forme actuelle depuis des années…

Cela commence tôt le matin, dès 7 heures, par le réveil du village au son du clairon de la clique des sapeurs Pompiers! Toutefois, la population n’a pas attendu pour s’activer dans les préparatifs de la fête qui attire, maintenant, en plus de la parentèle éloignée, bon nombre de touristes! La veille, l’activité est intense. Ce sont,,

en alternance, tantôt les femmes, tantôt les hommes qui

sont chargés à Bramans ou au Verney, de la préparation

des fleurs et du pain qui sera béni au cours de la messe

solennelle du lendemain.


La coutume du pain bénit existait déjà, le dimanche, sous Charlemagne. Chaque famille apportait un pain de seigle qui fut, plus tard, remplacé par une miche de pain blanc.

A Bramans, la veille du 15 août, on prépare les « micons», garnis de fleurs, qui seront érigés en pyramide surmontée d’un pain en forme de croix. Le surplus est disposé dans des paniers également fleuris.


Vers 1804, Napoléon ayant réalisé l’importance stratégique d’un chemin reliant la Savoie au royaume du Piémont, décida de faire aménager une voie carrossable pour les voitures à chevaux. La population fut fortement mise à contribution et la tradition veut, que pour récompenser les habitants de Bramans des gros travaux fournis, Napoléon autorisa les hommes à porter, au moment des fêtes religieuses, les bonnets en poil d’ourson, symbole des vaillants soldats qui constituaient sa garde personnelle. Pour honorer l’Empereur, les habitants portèrent les habits des grenadiers pour la Fête-Dieu et pour le 15 août, qui était également le jour de l’anniversaire de l’Empereur!


La coutume d’endosser ce costume disparut à la chute de

Napoléon, alors que la Savoie repassait sous la domination sarde. Toutefois, lorsque, en 1860, cette province fut rattachée définitivement à la France, les habitants de la commune ressortirent les costumes qui avaient été conservés et organisèrent un défilé avec la Garde Nationale armée de fusils. Un tambour y fut associé. C’est sans doute le début de la tradition qui se poursuit de nos jours. La Garde Nationale dissoute fut remplacée par la Subdivision de la Compagnie de Sapeurs Pompiers créée le 4 octobre 1862 et l’année suivante le Ministère de l’Intérieur donna son accord pour l’obtention de fusils à silex, tandis que le Conseil Municipal vota un budget pour l’habillement des Sapeurs Pompiers. Décembre 1868 vit le remplacement des 42 fusils à silex, par 20 fusils à percussion, avec baïonnettes. En 1911, le Maire demanda, pour la

Compagnie, la permission d’assister en armes à

l’Office religieux du 15 août. Cela lui fut refusé mais

il passa outre!


Les guerres apporteront quelques perturbations, les fêtes seront supprimées.

Marcel Favre écrit qu’après l’armistice :   

…jusqu'aux uniformes des sapeurs pompiers, ces uniformes de l'Empire avec tabliers blancs, bonnets à poils, casques, fusils, haches, tout disparait et est, en grande partie, transporté en Italie comme « prese di guerra ».


En 1945, la fête du 15 août a seront supprimées. lieu, mais sans les pompiers dont le corps ne sera reconstitué qu’en 1947.


C’est seulement en seront supprimées. 1951, que les Sapeurs Pompiers purent participer, pour la première fois depuis 1939, à la manifestation annuelle avec cinq sapeurs, huit fusils, trois officiers, quatre tambours ou cymbales, deux cors de chasse et cinq clairons. Tous les habits de la Compagnie furent payés sur les dommages de guerre. Les sabres furent récupérés de la guerre et l'un d'eux, perdu à plan pommier par un Officier italien lors d'un entrainement à cheval, est celui que possède le Lieutenant en second. Les 4 haches ont été refaites sur le modèle de la seule rescapée d'origine. Les bonnets à poils viennent de différents habitants de Bramans. Tous les fusils ayant été volés, il a fallu emprunter ceux d'Aussois pour le matin. (bonjourbramans.com)



Petit à seront supprimées. petit, les habitudes reprennent… A gauche, le 15 août 1952

A droite,

le 15 août 1953


La fête commence par la revue de la compagnie des Sapeurs Pompiers, effectuée par le Maire, devant la Mairie.


Par la suite, un cortège s’organise. La clique, les Pompiers, effectuée par le Sapeurs, en tenue de l’Empire, et les Sapeurs Pompiers ouvrent la marche. Ils sont suivis du groupe porteur du futur pain bénit, hommes ou femmes selon les années. La foule suit, avec en tête, ceux qui ont revêtu le costume traditionnel de la Maurienne.

Si les hommes sont les organisateurs, la pyramide des pains est installée sur les épaules d’un seul individu. Si ce sont les femmes, elles la portent à quatre.


La pyramide de pains fleuris Pompiers, effectuée par le



Le départ homme.


Ici ce sont les femmes… homme.

On se dirige vers l’église qui s’élève sur une hauteur, entre les deux pôles du village. Le chemin est long à parcourir…



Cette année, le curé a autorisé la sortie de la statue de la Vierge prise à l’église, avant de poursuivre la procession à travers le village.

Elle est transportée par des femmes arborant fièrement le costume du pays. Il est caractérisé, en Haute-Maurienne, par des robes noires agrémentées de jolis châles brodés aux couleurs très vives. Les coiffes sont différentes d’un village à l’autre. A Bramans, elles sont, en général, noires et ornées d’un joli nœud plat en arrière. Enfin, le costume se complète le plus souvent par le port de la magnifique croix d’or propre à la Haute-Maurienne. Les croix différent, en effet, d’une région à l’autre de la Savoie.


Les paniers de pain la Vierge prise à


Après avoir parcouru les deux parties du village, on se dirige à nouveau vers l’église où se déroulera une messe solennelle au cours de laquelle on bénira le pain qui sera distribué à la sortie.


Avant la messe, une cérémonie se déroule devant le Monument aux Morts et une gerbe y est déposée.

Après la messe et la distribution du pain bénit, on reprend le défilé, parcourant de nouveau le village avant de s’arrêter pour le  « verre de l’amitié ».


15 août 1935 : cérémonie devant le monument aux morts. L’année suivante, l’église sera reconstruite et le Monument aux morts déplacé.


Arrivée à L’année suivante, l’église sera reconstruite et le Monument aux morts déplacé.l’église, une année où les femmes sont porteuses.


Sortie de la messe L’année suivante, l’église sera reconstruite et le Monument aux morts déplacé.


Durant les pauses, les sapeurs posent baïonnettes et casques dans un ordre qui leur est propre…


Le long trajet entre casques dans un ordre qui leur est propre…

Le Verney et Bramans.


La fin du casques dans un ordre qui leur est propre… périple, dans le vieux quartier de Loutraz, avant de revenir à la Mairie.


Un dernier hommage au drapeau! casques dans un ordre qui leur est propre…


Ce diaporama n’aurait pu être réalisé sans l’affectueuse collaboration de ma cousine Simonne Chièze qui, en plus de me fournir les photos, a su me donner toutes les explications sur le déroulement de cette fête à laquelle elle participe chaque année, dans le costume de ce village de nos ancêtres communs.

Je la remercie donc très sincèrement.


Musique : Les dragons de Noailles l’affectueuse collaboration de ma cousine Simonne

Documentation : site bonjourbramans.com

Bramans « Autrefois métropole », Jh. Favre

Photos 2009 et fourniture de clichés anciens :

Simonne Chièze

Conception et réalisation:

Marie-Josèphe Farizy-Chaussé

[email protected]


AU REVOIR l’affectueuse collaboration de ma cousine Simonne


ad