Exigences ssi selon l arrete du 25 juin 1980 modifie extraits sur le ssi
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 13

EXIGENCES SSI selon l’ARRETE DU 25 JUIN 1980 MODIFIE : extraits sur le SSI PowerPoint PPT Presentation


  • 52 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

EXIGENCES SSI selon l’ARRETE DU 25 JUIN 1980 MODIFIE : extraits sur le SSI Article MS 58 : Obligations de l’installateur et de l’exploitant (Arrêté du 2 février 1993):

Download Presentation

EXIGENCES SSI selon l’ARRETE DU 25 JUIN 1980 MODIFIE : extraits sur le SSI

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Exigences ssi selon l arrete du 25 juin 1980 modifie extraits sur le ssi

  • EXIGENCES SSI selon l’ARRETE DU 25 JUIN 1980 MODIFIE : extraits sur le SSI

  • Article MS 58: Obligations de l’installateur et de l’exploitant (Arrêté du 2 février 1993):

  • §  1.  Les matériels de détection automatique d’incendie doivent être admis à la marque NF Matériel de détection d’incendie et être estampillés comme tels, ou faire l’objet de toute autre certification de qualité en vigueur dans un Etat-membre de la Communauté économique européenne. Cette certification devra alors présenter des garanties équivalentes à celles de la marque NF Matériel de détection d’incendie, notamment en ce qui concerne l’intervention d’une tierce partie indépendante et les performances prévues dans les normes correspondantes.§  2.L’installation des systèmes de détection doit être réalisée par des entreprises spécialisées et dûment qualifiées.§  3.  Toute installation de détection doit faire l’objet d’un contrat d’entretien avec un installateur qualifié. Ce contrat doit inclure les essais fonctionnels prévus à l’article MS 56, paragraphe 3, deuxième tiret.§  4.  Ce contrat d’entretien ainsi que la notice descriptive des conditions d’entretien et de fonctionnement doivent être annexés au registre de sécurité.

  • Article MS 59 :Généralités (Arrêté du 2 février 1993):

  • §  2.  Les dispositifs et équipements constituant le système de mise en sécurité incendie doivent être conformes aux normes en vigueur. De plus, les centralisateurs de mise en sécurité incendie intégrés aux systèmes de sécurité incendie de catégorie A ou B doivent être admis à la marque NF Centralisateurs de mise en sécurité incendie et être estampillés comme tels, ou faire l’objet de toute autre certification de qualité en vigueur dans un Etat-membre de la Communauté économique européenne. Cette certification devra alors présenter des garanties équivalentes à celles de la marque NF Centralisateur de mise en sécurité incendie, notamment en ce qui concerne l’intervention d’une tierce partie indépendante et les performances prévues dans les normes correspondantes.

  • Article MS 62: Classement (Arrêté du 2 février 1993):

  • §  1.  Les systèmes d’alarme doivent satisfaire d’une part aux principes définis ci-après et, d’autre part, aux dispositions des normes en vigueur, en particulier la norme relative aux équipements d’alarme. Cette norme classe les équipements d’alarme en quatre types par ordre de sécurité décroissante, appelés 1, 2 a ou 2 b, 3 et 4.Les dispositions particulières à chaque type d’établissement précisent dans chaque cas les types d’équipements d’alarme qui doivent être utilisés pour chaque catégorie d’établissement.

  • §  2.  Seuls les équipements d’alarme des types 1, 2 a et 2 b comportent une temporisation. En conséquence, si l’exploitant souhaite disposer d’une temporisation alors que les dispositions particulières prévoient un équipement d’alarme du type 3 ou 4, il y a lieu d’installer un équipement d’alarme du type 2 a ou 2 b au minimum et de respecter toutes les contraintes liées à ce type.

  • Article MS 65: Conditions générales d’installation (Arrêté du 2 février 1993)

  • §  1.Les déclencheurs manuels doivent être disposés dans les circulations, à chaque niveau, à proximité immédiate de chaque escalier, au rez-de-chaussée à proximité des sorties. Ils doivent être placés à une hauteur d’environ (Arrêté du 20 novembre 2000) « 1,30 mètre » au-dessus du niveau du sol et ne pas être dissimulés par le vantail d’une porte lorsque celui-ci est maintenu ouvert.De plus, ils ne doivent pas présenter une saillie supérieure à 0,10 mètre.§  2.  (Arrêté du 12 juin 1995.) « Les canalisations électriques alimentant les diffuseurs sonores non autonomes doivent être conformes aux dispositions de l’article (Arrêté du 19 novembre 2001) « EL 16, § 1 » (c'est-à-dire en câble de type CR1-C1). §  3.  Les diffuseurs d’alarme sonore, notamment les blocs autonomes d’alarme sonore (BAAS) des types Ma et Sa, doivent être mis hors de portée du public par éloignement (hauteur minimum de 2,25 mètres) ou par interposition d’un obstacle.

  • Article MS 66: Règles spécifiques applicables aux équipements d’alarme des types 1 et 2 (Arrêté du 2 février 1993) §  3.  Le déclenchement de l’alarme générale intervient automatiquement, au bout d’une temporisation, réglable suivant les caractéristiques de l’établissement, avec un maximum de cinq minutes après le déclenchement de l’alarme restreinte.

  • §  5.  La temporisation ne doit être admise que lorsque l’établissement dispose, pendant la présence du public, d’un personnel qualifié pour exploiter immédiatement l’alarme restreinte. Si les conditions d’exploitation d’une installation comportant initialement une temporisation viennent à être modifiées, la durée de la temporisation doit être adaptée à ces nouvelles conditions, voire éventuellement annulée.

  • Article MS 67: Conditions d’exploitation (Arrêté du 2 février 1993) §  1.  Pendant la présence du public, l’équipement d’alarme doit être à l’état de veille général.En dehors de la présence du public et du personnel, si l’établissement dispose d’un moyen d’exploiter l’alarme restreinte, l’équipement d’alarme peut être mis à l’état de veille limité à l’alarme restreinte.

  • §  2.  Aucun autre signal sonore susceptible d’être émis dans l’établissement ne doit entraîner une confusion avec le signal sonore d’alarme générale.§  3.  Le personnel de l’établissement doit être informé de la signification du signal sonore d’alarme générale et du signal sonore d’alarme générale sélective, si ce dernier existe. Cette information doit être complétée éventuellement par des exercices périodiques d’évacuation.§  4.  Il peut être admis, selon les dispositions particulières ou après avis de la commission de sécurité, que la diffusion du signal sonore d’alarme générale conforme à la norme visant les équipements d’alarme soit entrecoupée ou interrompue par des messages préenregistrés prescrivant clairement l’évacuation du public.

  • Exploitation et maintenance :

  • Article MS 72- Entretien et signalisation (Arrêté du 2 février 1993)

    • §  1.  Tous les appareils ou dispositifs d’extinction et d’alerte doivent être soigneusement entretenus et maintenus en permanence en bon état de fonctionnement. Le personnel de l’établissement doit être initié à leur mise en œuvre. Cette information doit être maintenue dans le temps.    §  2.  Des pancartes indicatrices de manœuvre doivent être placées bien en évidence à proximité des appareils, des barrages et des mises en œuvre.(Arrêté du 29 janvier 2003.) « Lorsqu’un appareil ou un dispositif n’est pas apparent, il doit être signalé par un panneau conforme aux signaux normalisés d’indication de localisation d’un équipement de lutte contre l’incendie ou d’un autre moyen d’alarme ou d’alerte définis à la norme NF X 08-003 relative aux couleurs et signaux de sécurité. »

  • Article MS 73-: Vérifications technique (Arrêté du 2 février 1993)

  • §  1.  Avant leur mise en service, les appareils et installations fixes doivent faire l’objet d’une vérification, fonctionnement compris, dans les conditions prévues à la section II du chapitre Ier du présent titre. De plus, les systèmes de sécurité incendie de catégories A et B ainsi que les installations fixes d’extinction automatique à eau du type sprinkler doivent toujours être vérifiés par une personne ou un organisme agréé.

    • §  2.  En cours d’exploitation, ces mêmes appareils ou installations ainsi que les appareils mobiles doivent être vérifiés, au moins une fois par an, dans les conditions prévues à la section II précitée. De plus, les systèmes de sécurité incendie de catégories A et B doivent être vérifiés tous les trois anspar une personne ou un organisme agréé (Visite triennale).    §  3.  Pour les systèmes de sécurité incendie et pour les installations fixes d’extinction automatique à eau du type sprinkler, les vérifications doivent être conformes aux modalités prévues par la norme en vigueur correspondante. Pour les systèmes de détection incendie, les vérifications doivent comporter les essais fonctionnels prévus à l’article MS 56 (§ 3, deuxième tiret): essai de foyer type de site (FTS et non FTR).

  • Article MS 74-Contrôles (Arrêté du 2 février 1993)

  • Lors des visites périodiques effectuées par les commissions de sécurité, toutes dispositions doivent être prises par l’exploitant pour permettre le contrôle efficace des moyens de secours. A cet effet, la direction doit mettre en place le personnel compétent et le matériel nécessaire aux essais de fonctionnement.


  • Exigences ssi selon l arrete du 25 juin 1980 modifie extraits sur le ssi

    • EXIGENCES SSI selon les NORMES de la série NFS 61 930 (CMSI): EXTRAITS

    • NF S 61931 § 6.9. Le signal émis par un déclencheur manuel constitue une information d’origine humaine au niveau d’accès 0 et ne correspond pas nécessairement à l’emplacement de la zone où se trouve le sinistre. En conséquence, dans le cas où il est prévu que le D.M. active des fonctions du S.M.S.I. autres que la fonction d’évacuation, les conditions suivantes doivent être respectées :

    • - s’il existe plusieurs zones de désenfumage (Z.F) dans le bâtiment ou l’établissement, l’action sur un D.M. ne peut en aucun cas entraîner la fonction de désenfumage

    • - dans les S.S.I. de catégorie A ou B, cette information doit être traitée indépendamment de l’Equipement d’Alarme,

    • - dans les S.S.I. des catégories D et E, le déclenchement d’un ou plusieurs D.A.S. par l’E.A. doit être obtenu dans les conditions prévues au paragraphe 6.8 de la présente norme,

    • - dans les S.S.I. de catégorie C, le déclenchement d’un ou plusieurs D.A.S. par l’E.A. peut être obtenu soit dans les mêmes conditions que celles qui s’appliquent aux catégories D et E, soit en utilisant l’entrée d’un D.C.S. prévue à cet effet au paragraphe 2.19 de la présente norme.

    • NF S 61932 § 8.4.1. L’alimentation et la commande d’un ventilateur de désenfumage doivent s’effectuer au moyen d’un « coffret de relayage pour ventilateur de désenfumage » conforme à la norme NF S 61-937(fiche 13 de l’annexe A).Les canalisations électriques d’alimentation depuis l’alimentation électrique de sécurité(A.E.S) jusqu’au moteur ne doivent pas comporter de protection contre les surcharges mais seulement contre les courts-circuits .En conséquence ,conformément aux dispositions de la norme NF C 15-100 ,elles doivent être dimensionnées en fonction des plus fortes surcharges que peuvent supporter les moteurs.

    • Un coffret de relayage pour ventilateurs de désenfumage doit être installé en dehors de la (ou des) zone(s) de mise en sécurité desservie(s) par le (ou les) ventilateur(s) qu’il commande.

    • NF S 61932 § 8.4.3. Chaque ventilateur de désenfumage doit pouvoir être mis à l’arrêt depuis l’endroit où se trouve sa commande manuelle de mise en sécurité .Cette fonction ne doit pouvoir être obtenue qu’au niveau d’accès 2(au sens de la norme NFS61-931) et doit être signalée en tant qu’anomalie sur l’unité de signalisation si cette dernière existe .La liaison entre cette commande manuelle d’arrêt et le coffret de relayage du ventilateur doit répondre aux mêmes exigences de protection contre l’incendie que celle visant les liaisons qui permettent la mise en sécurité (voies de transmission et/ou lignes de télécommande).

    • NF S 61933 § 4.7. Identification de tous les constituants du SSI

    • Chaque composant du S.S.I doit être identifié afin de faciliter les opérations d’exploitation, de vérification et de maintenance .En particulier, les voyants non utilisés de l’unité de signalisation (U.S) doivent être clairement identifiés comme tels.

    • NF S 61936 §A3: Signal d’évacuation.

    • Au sens de la présente annexe, il s’agit du signal sonore exigé par le texte d’application .Il peut être constitué soit du signal conforme aux dispositions de la norme NF S 32-001 ,soit d’un message vocal(préenregistré ou direct),soit de ces deux types de signaux émis de manière séquentielle.

    • NF S 61936 §A4.1 Liaison avec l’U.G.A.

    • Les liaisons entre l’U.G.A et le S.S.S sont de type filaire galvanique.

    • Le S.S.S doit être équipé d’entrées de télécommande recevant les ordres émis par l’U.G.A. Chaque entré de télécommande doit correspondre à chaque Zone d’alarme (ZA).

    • L’ordre de télécommande, correspondant à la nécessité d’émettre le signal d’évacuation, s’effectue par émission de courant sous une tension continue nominale de 24v ou 48v, durant le temps minimum de 5 minutes.

    • NF S 61936 §A4.3 Signaux enregistrés.

    • Les signaux ou messages préenregistrés doivent être stockés dans des mémoires non volatiles sans parties mécaniques mobiles .Les mémoires optiques ou magnétiques telles que « disquettes souples », bandes magnétiques, disques compacts, etc., ne sont pas autorisées.

    • NF S 61-932 §13. Essai et réception de l’installation :

    • Toute installation (y compris extension ou modification d’installation) doit faire l’objet d’une visite de réception en présence de l’utilisateur et des installateurs ou de leurs représentants désignés .Cette réception a pour but de contrôler la conformité du S.S.I avec la présente norme et les spécifications figurant dans le dossier d’identité.

    • La réception doit faire l’objet d’un procès verbal.

    • Préalablement à toute réception, l’installateur établit un document indiquant les essais réalisés, les résultats obtenus et attestant du bon fonctionnement de chacun des sous-systèmes et de leur corrélation .Dans le cas où plusieurs installateurs mettent en œuvre les différentes parties du S.S.I, la personne chargée de la coordination doit recueillir les documents de résultats permettant l’élaboration du procès-verbal de réception.

    • NF S 61-940 : Alimentation électrique de sécurité (A.E.S) interne au tableau :

    • - Etant donné qu’il n’y aura qu’une seule zone de mise sécurité, l’AES interne au tableau pourra être commune au S.D.I et au C.M.S.I.

    • - Son autonomie devra être de 12h +1h et conforme à la norme NF S 61-940.

    • NFS 61-936 §A4.2 : Système de sonorisation de sécurité (S.S.S) :

    • - Le système de sonorisation de sécurité devra être alimenté par une alimentation électrique de sécurité (A.E.S) conforme à la norme NFS61-940, qui devra garantir une autonomie de 12heures de veille générale, suivi d’un cycle d’évacuation (12h+10mm) NFS 61-936 §A4.4.

    • 8 diffuseurs sonores non autonomes (D.S.N.A) avec haut parleur ;

    • NFS61-933 §4.1 : formation de l’exploitant

    • 4.1-Le personnel chargé de l’exploitation du S.S.I doit être formé à son fonctionnement.

    • Le personnel chargé de la mise en sécurité des personnes doit être formé à son fonctionnement.

    • CODE DU TRAVAIL- R232-12-21 : formation et entraînement

    • - La consigne doit prévoir des essais et visites périodiques du matériel et des exercices au cours desquels le personnel apprend à reconnaître les caractéristiques du signal sonore d'alarme générale, à se servir des moyens de premier secours et à exécuter les diverses manœuvres nécessaires.

    • - Ces exercices et essais périodiques doivent avoir lieu au moins tous les six mois. Leur date et les observations auxquelles ils peuvent avoir donné lieu sont consignées sur un registre tenu à la disposition de l'inspecteur du travail.

    • REGLE APSAD R7- (édition juillet 2006) : remise en conformité 10 ans

    • Dans tous les cas, une installation de détection doit faire l’objet, 10 ans après sa mise en service, d’une proposition de remise en conformité complète avec la règle APSAD R7 en vigueur à la date correspondante. Après chaque mise en conformité, l’installation doit faire l’objet d’une nouvelle visite de vérification de conformité.


    Exigences ssi selon l arrete du 25 juin 1980 modifie extraits sur le ssi

    CABLAGE DES CONSTITUANTS DU SSI

    AES (EAE)

    AES (EAE)

    AES

    SSS

    AGS

    IA (Indicateur d’Action)

    DA (Détecteur Automatique d’Incendie) otique de fumée

    Câbles C2 rouge 1 paire ≥ 8 /10ème SYT 1 ou SYS 1

    DA de chaleur (thermostatique ou thermo vélocimétrique)

    Câbles C2 rouge 1 paire ≥ 8 /10ème SYT 1 ou SYS 1

    DA optique de flamme (infra rouge ou ultraviolet)

    Câbles C2 rouge 1 paire ≥ 8 /10ème SYT 1 ou SYS 1

    DA multicritères (optique de fumée et thermique: et / ou)

    Câbles C2 rouge 1 paire ≥ 8 /10ème SYT 1 ou SYS 1

    CR1-C1 (EL 16)

    3 G 1,5 mm²

    230 VAC

    DM (Déclencheur Manuel rouge)

    Câbles C2 rouge 1 paire ≥ 8 /10ème SYT 1 ou SYS 1

    TRE: Tableau Répétiteur d’Exploitation

    Câble CR1-C1 orange 2 × 1,5 mm ², 24 ou 48 VCC

    TRE

    ECS (TS)

    Face Avant Déportée

    Câble CR1-C1 orange 2 × 1,5 mm ², 24 ou 48 VCC

    TR

    Récepteur Autonome d’Alarme (ERP type J (J 37 § 5))

    Câble CR1-C1 2 × 1,5 mm ², 24 ou 48 VCC

    DSNA: Diffuseur Sonore Non Autonome CR1-C1 orange 24 ou 48 VCC, 2 × 1,5 mm² (SSIA et B)

    BAAS Bloc Autonome d’Alarme Sonore : C2, 3 G 1,5 mm² 230VAC (SSI C, D et E)

    CR1-C1

    3 G 1,5 mm²

    230 VAC

    Flash (si mal entendants ou travaux bruyants): CR1-C1 orange 24 ou 48 VCC, 2 × 1,5 mm²

    AGS: Alarme Générale Sélective: CR1-C1 orange 24 ou 48 VCC, 2 × 1,5 mm²

    CMSI (NF SSI)

    SSS: Système de Sonorisation de Sécurité: CR1-C1 orange 24 ou 48 VCC, 2 × 1,5 mm²

    Enregistrement du message parlé.

    1 Évacuation

    UGA

    BD

    BD

    BD

    DM vert (déverrouillage des Issues de Secours (IS)) câble C2 1 paire 8/10ème mm

    UGCIS

    PCF Porte coupe feu: C2 si manque de tension (MT), 2 × 1,5 mm², 24 ou 48 VCC

    V

    CCF Clapet coupe feu: CR1-C1 si émission de tension (ET), 2 × 1,5 mm², 24 ou 48 VCC

    2 Compartimentage

    NSA Non Arrêt Ascenseur: CR1-C1, E.T., 2 × 1,5 mm², 24 ou 48 VCC

    Position de sécurité

    Dérangement ou…

    Sous tension

    DCM ouvrant / exutoire de désenfumage: C2 si manque de tension, 2 × 1,5 mm², 24 ou 48 VCC

    VCF (Volet Coupe Feu): C2 si manque de tension, 2 × 1,5 mm², 24 ou 48 VCC

    3 Désenfumage

    Coffret de relayage pour moteur DF (VSD et VED): CR1-C1, 2 × 1,5 mm², 24 ou 48 VCC

    Position de sécurité

    Dérangement ou…

    Sous tension

    Commande prioritaire pompiers et réarmement: CR1-C1, 2 × 1,5 mm², 24 ou 48 VCC

    Commande pompiers

    Câble CR1-C1 2 × 1,5 mm ²

    BAESH si locaux à sommeil et absence de source de remplacement

    Télécommande

    4 Commandes techniques

    Arrêt de la climatisation (CTA ou VMC) C2 manque de tension, 2 × 1,5 mm², 24 ou 48 VCC, relais

    Contact sec

    Remise en lumière de la salle (L16, P22): C2 manque de tension, 2 × 1,5 mm², 24 ou 48 VCC, relais

    Arrêt de la sono DJ (L16, P22), C2 manque de tension, 2 × 1,5 mm², 24 ou 48 VCC, relais

    Arrêt des films (L16, P22): C2 manque de tension, 2 × 1,5 mm², 24 ou 48 VCC, relais

    Barrière de PS (entrée et sortie): C2 manque de tension, 2 × 1,5 mm², 24 ou 48 VCC, relais


    Exigences ssi selon l arrete du 25 juin 1980 modifie extraits sur le ssi

    LA MAINTENANCE PERIODIQUE: NFS 61 933 ANNEXE A

    • A.1 Périodicité quotidienne

    • Examen des états sur l’unité de signalisation (US) par action sur le ou les boutons essais voyants éventuels et, dans le cas d’un CMSI,

    • par action sur la touche Bilan : test signalisation (SDI), test bilan (CMSI)

    • Constat de la signalisation donnant l’état des AES et des APS : test source

    • Examen du tableau de signalisation du SDI : examen des TS

    • Examen de la position d’attente des dispositifs de verrouillage des issues de secours (DAS prêts à être déverrouillés) : état des IS

    • Constat de l’intégrité des dispositifs de commande (au sens de la norme NFS 61 938) se situant au niveau d’accès 0: état du TS

    • A.2 Autres opérations de vérifications périodiques

    • A.2.1 Ces opérations de vérification ont pour objectif de détecter les anomalies ou les dérangements de fonctionnement de

    • chacun des équipements. Elles sont susceptibles de modifier les données du système. Elles ne peuvent être exécutées que si

    • le manipulateur suit une procédure particulière nécessitant un dispositif d’accès spécifique (clef, code, etc…).

    • Elles comprennent les examens et constats suivants :

    • Essai du S.D.I. à partir des détecteurs et des déclencheurs manuels

    • Essai du C.M.S.I. à partir du S.D.I

    • Essai du S.M.S.I au moyen des dispositifs de commande manuelle

    • Examen du passage en position de sécurité des D.A.S. ou D.C.T. visés en A.2.2 ci-après. Lorsque les D.A.S disposent

    • d’un contrôle de position et d’un réarmement à distance, cet examen peut être limité au constat des états sur l’U.S.

    • A.2.2 Les opérations de vérification, doivent être effectuées en l’absence de la source Normal-Remplacement (au sens

    • de la norme NF S 61-940) du matériel visé, avec les périodicités minimales suivantes :

    • Périodicité mensuelle :

    • Essai de déverrouillage des dispositifs de verrouillage pour issues de secours (IS)

    • Périodicité trimestrielle :

    • Essai de la fonction compartimentage si il existe des D.A.S. communs à plusieurs Zones de mise en Sécurité (Z.S.).

    • La réalisation pratique de cette prescription peut éventuellement nécessiter l’essai de la fonction compartimentage

    • des Z.S. concernées

    • Essai des coffrets de relayage pour ventilateurs de désenfumage

    • Essai des dispositifs de relayage de mise en sécurité tels que la mise en fonctionnement de l’éclairage, le « non-stop »

    • des ascenseurs, etc…, à partir d’un point de détection

    • Périodicité semestrielle :

    • essai du C.M.S.I. à partir d’un détecteur d’incendie (S.S.I. de catégorie A) et d’un Déclencheur Manuel (D.M.) par Zone de mise en Sécurité (Z.S.)

    • Essai des exutoires, ouvrants, portes à fermeture automatique, rideaux et portes à dévêtissement vertical

    • Périodicité annuelle :

    • Essai fonctionnel de chaque détecteur d’incendie (S.S.I. de catégorie A) et de chaqueDéclencheur Manuel (D.M.)

    • Essai des clapets et volets. Essai des dispositifs de commande (au sens de la norme NF S 61-938)

    • Examen visuel direct de chaque D.A.S., y compris ceux qui disposent d’un contrôle de position et d’un réarmement à distance. Essai de fonctionnement de l’Equipement d’Alarme (E.A.)

    • A.3 Opérations de vérification générale : Périodicité triennale (3 ans : conseillés dans la norme, imposée par MS 73 §2) et réalisée par le coordinateur SSI :

    • Ces opérations de vérification ont pour objectif de s’assurer de la conformité du S.S.I. au dossier d’identité. Cela suppose que les opérations de vérification telles que prévues à l’article A.2 ci-dessus viennent d’être réalisées. La périodicité est fixée par le prescripteur, il est recommandé qu’elle soit triennale. Elles comprennent les examens et constats suivants :

    • Examen de l’adéquation du dossier d’identité en regard des exigences de sécurité applicable au bâtiment ou à l’établissement

    • Examen de la conformité du S.S.I. au dossier d’identité

    • Vérification de la réalité des actions de maintenance par l’examen de leur enregistrement et par la réalisation d’essais de fonctionnement (au minimum un équipement par zone et par fonction)

    • Examen des conditions d’exploitation

    • Règle APSAD R7

    • Après chaque mise en conformité : visite de vérification de conformité

    • Périodicité décennale (10 ans) : proposition de remise en conformité. Après cette période, les pièces de rechange du SSI deviennent difficiles à trouver. Le SSI devient obsolète, bien que capable de fonctionner.

    • Code du travail : R 232-12-21

    • Tous les 6 mois : reconnaissance du signal d’évacuation et utilisation des moyens de secours : par les employés

    • Dans certains ERP, l’exercice d’évacuation est trimestriel (voir les dispositions particulières ERP type R,…)


    Exigences ssi selon l arrete du 25 juin 1980 modifie extraits sur le ssi

    LEGENDE SSI (VOIR NFS ISO 6790)

    AGS

    Détecteur Automatique d’incendie optique de fumée

    Détecteur Automatique d’incendie de chaleur

    Détecteur Automatique d’incendie de flammes

    Détecteur Automatique d’incendie de gaz

    Détecteur multicrititères

    Indicateur d’action

    Détecteur de chaleur linéaire

    Déclencheur Manuel

    TR

    Tableau répétiteur d’alarme incendie

    Tableau de Signalisation du Système de Sécurité Incendie

    CMSI

    Tableau CMSI

    Avertisseur sonore BAAS

    Diffuseur sonore DSNA

    Alarme Générale Sélective

    Porte coupe feu

    Clapet coupe feu (CCF)

    Volet Coupe feu de Désenfumage (VCF)

    Moteur de Désenfumage (VSD ou VED)

    Déclencheur Manuel Vert

    DCM dispositif de commande manuelle

    DIFFUSEUR LUMINEUX évacuation générale


    Exigences ssi selon l arrete du 25 juin 1980 modifie extraits sur le ssi

    LEGENDE SSI suite

    Arrêt de la sonorisation

    Arrêt des films

    Arrêt des moteurs de climatisation

    (CTA (centrale de traitement d’air),

    VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée))

    Remise en lumière de la salle

    Commande des BAES-BAEH: autonomie 6 h

    (BAESH Si absence de source de remplacement

    et présence de locaux à sommeil)


  • Login