slide1
Download
Skip this Video
Download Presentation
Karine Fradet , Jean Luc Chambon, O Hardy, F Thomas, S Thevenot, C Plouzeau, P Corbi, C Jayle.

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 21

Karine Fradet , Jean Luc Chambon, O Hardy, F Thomas, S Thevenot, C Plouzeau, P Corbi, C Jayle. - PowerPoint PPT Presentation


  • 99 Views
  • Uploaded on

Prévention des infections du site opératoire en chirurgie cardiaque : intérêt du dépistage par PCR du portage nasal de S. aureus dès la consultation préopératoire. Karine Fradet , Jean Luc Chambon, O Hardy, F Thomas, S Thevenot, C Plouzeau, P Corbi, C Jayle.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Karine Fradet , Jean Luc Chambon, O Hardy, F Thomas, S Thevenot, C Plouzeau, P Corbi, C Jayle.' - flower


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

Prévention des infections du site opératoire en chirurgie cardiaque : intérêt du dépistage par PCR du portage nasal de S. aureus dès la consultation préopératoire

Karine Fradet , Jean Luc Chambon,

O Hardy, F Thomas, S Thevenot, C Plouzeau, P Corbi, C Jayle.

chirurgie thoracique et cardiaque, service de bactériologie et hygiène hospitalière,

Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers, France.

Congrés de l’AFICCT, Marseille, Vendredi 14 juin 2013

introduction
Introduction
  • Staphylococcus aureus : agent pathogène le plus fréquent dans les complications post opératoires de chirurgie cardiaque.
  • Nez : réservoir principal et le site facilement prélevable → mise en place d’un dépistage nasal rapide dès la consultation préopératoire.
  • But : décoloniser les patients porteurs 3 jours avant et 3 jours après l’intervention afin d’éviter les infections du site opératoire.
  • Ce dépistage et le suivi du protocole nécessitent une collaboration étroite pluridisciplinaire.
slide3
Plan
  • Rappels bactériologiques
  • Élaboration et mise en place du protocole
  • Procédure de dépistage et de décolonisation
  • Résultats à 9 mois
  • Conclusions
rappels bact riologiques
Rappels bactériologiques
  • 1878

Pasteur découvre au microscope le staphylocoque. Il établira plus tard la nécessité de la stérilisation et du lavage des mains.

  • 1881

Alexander Ogston décrit le SA ou Staphylocoque doré.

  • 1941

1ère utilisation de la pénicilline (découverte en 1929).

  • 1953

découverte de la résistance à la pénicilline.

  • Années 60

découverte de la méthicilline, permettant de traiter les résistances.

rappels bact riologiques1
Rappels bactériologiques
  • 20% des adultes → porteurs permanents.
  • 30% des adultes → porteurs intermittents.
  • Colonisation → porteur sain, ne provoque pas d’infection.
  • Peau et muqueuses → barrières naturelles tant qu’elles sont saines.
la m diastinite
La médiastinite
  • Infection de plaie profonde.
  • Mise en évidence par un prélèvement profond et non de surface.
  • Complication rare (1 à 2%) mais redoutable de la chirurgie cardiaque.
  • ↗ de morbidité et mortalité de 10 à 15%.
  • ≈ 45% → médiastinites à SAMS.
  • ≈ 15% → médiastinites à SAMR.
laboration du protocole
Élaboration du protocole
  • Au vu de la littérature et des résultats encourageants d’une étude → intérêt d’un dépistage préopératoire du SA.
  • A partir de mai 2012→ discussion entre biologistes et chirurgiens cardiaques.
  • Naissance d’un groupe de travail et élaboration d’un protocole → collaboration étroite entre tous les intervenants.
laboration du protocole les contraintes du d pistage
Élaboration du protocole Les contraintes du dépistage
  • Dépistage à l’admission:

→ retard dans la mise en place d’un protocole.

  • Technique de dépistage :

→ classique par culture: longue (≈ 72 h)

→ intérêt d’un dépistage par PCR: simple et rapide (≈ 71 min).

  • La PCR :

permet l’information du patient avant la fin de consultation

et si besoin l’explication du protocole.

laboration du protocole les contraintes logistiques
Élaboration du protocole Les contraintes logistiques
  • Contraintes logistiques:

→ acheminement des prélèvements au laboratoire par un coursier toutes les heures → délais de traitement rallongés.

  • Contraintes horaires:

→ cet acheminement impose que le prélèvement soit réalisé dès l’arrivée du patient.

  • 19/06/2012 → début du protocole
  • 05/07/2012 → arrêt car délai d’analyse trop long
  • 31/07/2012 → reprise après amélioration des délais
laboration du protocole am liorations des d lais
Élaboration du protocole Améliorations des délais
  • La secrétaire faxe la veille au bactériologiste la liste des patients et l’heure de visite.
  • La secrétaire avertit l’IDE dès l’arrivée du patient.
  • Bon vert et pochette jaune → prise en charge plus rapide au laboratoire.
  • Un interne de bactériologie prend en charge ces prélèvements.
  • Cas des patients qui partent sans leur résultat.
slide11

Organisation du dépistage

et du protocole de décolonisation enchirurgie cardiaque au CHU de Poitiers

proc dure protocole d pistage la consultation pr op ratoire
Procédure / ProtocoleDépistage à la consultation pré-opératoire
  • 2 jours de consultation / semaine:
    • avec le chirurgien, l’anesthésiste et l’IDE.
    • environ 1 mois avant l’intervention.
    • durée totale d’environ 2h.
  • Cas de l’urgence différée:
    • prélèvement direct en chambre.
    • inclusion si au moins 2 jours avant la chirurgie.
proc dure protocole suivi du protocole
Procédure / ProtocoleSuivi du protocole
  • Chaque vendredi (staff programmation):
    • appel de tous les patients opérés la semaine suivante.
    • rappel de la procédure à suivre si besoin.
  • A domicile:
    • décolonisation de J-3 opératoire jusqu’à l’hospitalisation la veille de l’intervention.
proc dure protocole suivi du protocole1
Procédure / ProtocoleSuivi du protocole
  • A l’hospitalisation en chirurgie cardiaque:
    • récupération et archivage de la fiche de traçabilité.
    • poursuite du protocole jusqu’au matin de l’intervention.
  • Bloc et réanimation:
    • pas de modification de l’antibioprophylaxie si SAMS.
    • Vancomycine à la place de Kéfandol si SAMR.
    • poursuite du protocole de décolonisation jusqu’à J2

postopératoire.

slide16

Résultats

du protocole de décolonisation de septembre 2012 à mai 2013

slide17

353 dépistages

305 opérés

267 suivi à un mois

354 inclusions

46% chirurgie coronarienne

36% chirurgie valvulaire

18% chirurgie combinée

un refus

2 échecs en PCR

38 patients programmés

et 10 patients jamais opérés

38 opérés <1 mois

slide18

353 dépistages

305 opérés

267 suivis à un mois

Résultats < 2h30 : 75%

24,1% de portage

2,3% de SAMR

Délai moyen entre la consultation et la chirurgie 29 jours

72% de traçabilité du protocole de décontamination

266 négatifs

85 positifs

77 SAMS

8 SAMR

75 positifs

230 négatifs

21 fiches non rapportées

54 Fiches de traçabilité

1 refus de traitement

53 Protocoles complets

Pas de médiastinite à S aureus sur la période

1 médiastinites à P acnes

1 reprise sans germe

conclusions
Conclusions
  • Le portage nasal de Staphylococcus aureus est un facteur de risque d’ISO en chirurgie propre.
  • L’efficacité de la décolonisation des porteurs est démontrée surtout en chirurgie cardiaque.
  • Réussite de ce projet au CHU de Poitiers en partie grâce à une organisation pluridisciplinaire des consultations.
  • Interêt sanitaire par sensibilisation des patients à l’hygiène.
conclusions1
Conclusions
  • Coût d’un dépistage par PCR ?
    • Test PCR 35€/patient
    • Une médiastinite X3 coût du séjour
  • Prise en charge initiale sur budget innovation.
  • Validation par le CLIN et financement institutionnel actuel.
  • Nécessité d’une collaboration pluridisciplinaire.
ad