Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 37

SDRT et stratégies pour l’analyse pragmatique de dialogues PowerPoint PPT Presentation


  • 72 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

SDRT et stratégies pour l’analyse pragmatique de dialogues. Jean Caelen - Anne Xuereb. Les éléments d’analyse. L’action (praxis) : Structure thématique de la tâche, Buts de la tâche. Le dialogue : Buts dialogiques et actes de dialogue, Stratégies. La pragmatique : cadre de la SDRT

Download Presentation

SDRT et stratégies pour l’analyse pragmatique de dialogues

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

SDRT et stratégies pour l’analyse pragmatique de dialogues

Jean Caelen - Anne Xuereb


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Les éléments d’analyse

  • L’action (praxis) :

  • Structure thématique de la tâche,

  • Buts de la tâche.

  • Le dialogue :

  • Buts dialogiques et actes de dialogue,

  • Stratégies.

  • La pragmatique : cadre de la SDRT

  • Relations rhétoriques,

  • Topique.

  • La sémantique, le lexique : non traités ici (SDRT, AD)


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Les axes du dialogue

Répliques (remises en cause)

But

F’4

F4

Incidences

épistémiques

Incidences

transactionnelles

F’3

F3

Axes subordonnés

F2

F1

Axes subordonnés

Épistémique

Transactionnel


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Ontologie de la tâche (arbre d’actions dialoguées)


Les buts et strat gies

Les buts et stratégies

  • Le but du dialogue (ou but de la tâche),

  • Les buts et sous-buts dialogiques (portés par les actes de dialogue),

  • Les 5 stratégies (ajustement des buts)

    • Directif, bA > bB

    • Réactif, bB > bA

    • Négocié, bA >b< bB

    • Constructif, bA≠b≠ bB

    • Coopératif, bA <b> bB


Les actes de dialogue

Les actes de dialogue

  • FAp : faire action, les effets immédiats obtenus sont p (déclaratif)

  • FFp : (faire-faire) demande de faire, les effets p sont différés (directif)

  • FSp : faire savoir p, les effets sont obtenus immédiatement (assertif, FS(Ø) note un expressif)

  • FFSp : (faire faire-savoir) demande sur p, la réponse est différée

  • FPp : (faire pouvoir) offre un choix (fermé ou ouvert), la réplique est attendue parmi p (promissif)

  • FDp : (faire devoir) oblige une action dont l’effet sera p (directif)


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

temps

acteB

acteA

interacte

Effet résolvant

Effet projectif

Enchaînements dialogiques

  • La paire adjacente (acteA – acteB) crée un « interacte » (ou acte conjoint aux effets résolvant + projectif) qui construit le topos par :

  • fermeture des attentes (rattachement à l’historique), résolution des référents et des buts

  • ouverture aux actions futures, aux engagements, aux annonces de projet, aux implicatures


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

La SDRT

Segmented Discourse Representation Theory

[Asher, 1993] [Asher & Lascarides 03]

  • Cadre descriptif formel pour l’analyse de la cohérence du discours (+ interface sémantique/pragmatique) (extensions DRT+RST)

    structurer l’information établie par les échanges dialogiques

    • Modéliser les enchaînements complexes d’actes

    • Résoudre les référents

    • Résoudre les anaphores et les ellipses

    • Modéliser les présuppositions et les implicatures

    • Représenter les connaissances communes (topiques)


Les relations rh toriques

Les relations rhétoriques

RR dialogique =

relation FApFBq

RR monologique =

relation de discours FApFAq

Effet projectif =

{bA, bB, KAB}


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Les RR

  • (a) L’axe épistémique et son subordonné

  • Les questions-réponses notées QAP: Question Answer Pair, PQAP (Partial QAP) et IQAP (Indirect QAP). Ces questions-réponses sont sur l’axe principal,

  • Les questions subordonnées Q-Sub : Question Subordination,

    sont des demandes d’explicitation à propos des connaissances mutuelles. Les demandes de clarifications, corrections, reformulations, précision, etc. sont dans cette classe. On les notera Q-Sub:clarification, etc.

  • Les élaborations de connaissances notées Elab: Elaboration,

    sont des apports de connaissances mutuelles construites au cours du dialogue. Elab:clarification, Elab:explication, Elab:correction,

    Elabqquestions constructives.


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Les RR

  • (b) l’axe transactionnel et son subordonné

  • Les délégations d’action notées RAP : Request Answer Pair,

  • est une demande d’action. PRAP réponse-action partielle et IRAP indirecte

  • Les élaborations de plan notées P-Elab : Plan Elaboration,

  • est une contribution à la construction d’un plan conjoint – ce plan devient le cadre d’action qui conduit à la résolution du but,

  • Les élaborations de question Q-Elab : Question Elaboration,

  • contribution à la construction d’un plan par une question,

  • Les élaborations de but R-Elab : Action Elaboration,

  • est une contribution à la construction d’un but – ou à la mise en perspective de ce but s’il est déjà posé. Cette transaction sur le but est sur l’axe subordonné,


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Les RR

  • (c) les axes divergents :incidences et répliques

  • Les incidences notées I :On distingue les incidences avec retour ou détour et les incidences sans retour, les insultes par exemple. Les détours sont en général des actes constructifs, mais indirectement et non médiatement, pour l’arrière-plan du dialogue,

  • Les répliques notées R : se comportent comme des coordinations fermantes. En effet on ne peut enchaîner que sur une réponse à la réplique ou par un échappatoire. Les répliques permettent cependant de changer les règles du dialogue, de réguler la prise de tour de parole, de contester les rôles, etc. Leur effet est de modifier les engagements des interacteurs.


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Les RR

(d) Les continuations notéesC: sont des actes qui continuent le discours dans le même topique.

Les phatiques et méta-discours n’engendrent pas de relations rhétoriques intéressantes pour le DHM. Les acquiescements [Prévot, 2004] sont des phatiques qui ont pour rôle soit de maintenir le fil du dialogue (comme mmh, ouais, etc.) soit de fermer une suite d’énoncés sous un même topique. Les acquiescements ne sont pas des réponses oui/non à des questions.

La reformulation

La répétition

Peuvent éventuellement être filtrées à l’analyse


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Exemples de relations dialogiques

Axe Principal

Axe Subordonné

Epistémique

Transactionnel

FSB

QAP, PQAP, IQAP

FFSB

Q-Sub, Elabq

Elle est au fond de ce couloir

Dans un autre bâtiment

A côté de la salle Rouge

C’est bien une salle de réunion que vous cherchez ?

C’est pour l’assemblée générale ?

FFSA

Où est la salle B ?

FFB

QAP, PQAP, IQAP

FAB

QAP, PQAP

Vous allez au fond de ce couloir

Vous allez dans l’autre bâtiment

Vous allez dans la salle qui est à côté de la salle C

Venez, je vous emmène avec moi

Venez avec moi je vous montre le début du chemin

FSBFPB

P-Elab

FFB FDB

R-Elab

Le plan des salles est dans le hall

Vous montez là ou vous prenez l’ascenseur

Demandez au concierge

Vous devez d’abord passer au contrôle


Le topique en sdrt

Le topique en SDRT

Est :

  • Une relation structurelle

  • Un nœud de résolution de la structure SDRS

  • Un « lieu » de représentation des connaissances mutuelles (co-construites) pour une interprétation pragmatique

    S’appuie :

    Sur une ontologie du discours


Le topos de ducrot

Le topos de Ducrot

Pour Ducrot, ces phénomènes peuvent être représentées dans un topos. Par exemple

« Pierre a travaillé toute la journée »

c'est produire le topos

x : Pierre(x)  fatigué(x)

Dimension topique = connaissances mutuelles

Dimension logique = règles d’inférence conclusives ou constructives (hypothèses)

Dimension encyclopédique = connaissances du monde

« bateau de Jean » => x, y : Jean(x)  bateau(y) rêve(x, y)


Pr suppositions et topique

Présuppositions et topique

Pour Corblin, au-delà des formes classiques certaines présuppositions entrent aussi dans le cadre du topos.

Par exemple

« Pierre a peu travaillé son examen »

avec C = période de révision

présuppose que l’examen paraît facile à Pierre

x, y : Pierre(x)  examen(y) juge_facile(x, y)

Ou au contraire qu’il lui paraît insurmontable et que de ce fait il juge inutile de travailler

° formes classiques

Présuppositions existentielles: Le roi de France est chauve => x : roi_France(x)

Restrictions sémantiques : boire(x) => liquide(x)


Implicatures et topique

Implicatures et topique

Sont des postpositions (à l’inverse des présuppositions) conscientes ou inconscientes (implicitures)

Déclenchées de manière :

  • Descendante pour les implicatures conversationnelles(principe d’économie de Grice)

    • « As-tu invité Pierre et Jean au dîner ? »

    • « J’ai envoyé un message à Jean » => x : Pierre(x)  non_invité(x)

  • Ascendante pour les implicatures conventionnelles

    • « je suis garé derrière »

      transfert métonymique du « je » vers « voiture » puis implicature de « garé derrière » vers « stationné + parking »

      => x : voiture(x)  stationné(x)


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Exemple d’analyse

U: Bonjour, Luc Blanc à l’appareil. 1

Phatique/Coopératif, but = 0,

Est-ce que la salle Lafayette est disponible demain ? 2

Directif, but = réserver(salle)

M : Non. Elle est disponible jeudi.3,  4

Négocié

U : Bon et bien réservez-la moi 5

Négocié, but satisfait

M : Voulez-vous un technicien pour le rétro-projecteur ? 6

Coopératif, but = rendre_service(complet)


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

1 U:[FS; a1:personne ; Identité+annonce(a1)

a1.nomComplet= Luc Blanc, U = a1]

→ présupposition

Luc Blanc = Prénom Nom

1

Ouverture +présentation

demande de service

→ implicature

a1 : membre_connu

1U: Bonjour, Luc Blanc à l’appareil

FS(1)

Ouverture +présentation

thèmes

règles

Effet projectif :

attente : demande_service(a1, S)

Tâches et BDD

20


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Dispo salle  négociation date

1

négociation date

Arrière-plan

résa salle

2

→ présupposition

$ salle(Lafayette)

Effet projectif :

attente de résa_salle

2U: Est-ce que la salle Lafayette est disponible demain ?

2 U:[FFS; s2:salle; d2:date; e2:booléen;

Agenda+demande(s2,d2,e2) ; s2=lafayette; d2=j+1; e2=0]

thèmes

règles

Tâches et BDD

21


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

3M : Non

1

1

Arrière-plan

Arrière-plan

2

T1

QAP

2

3

QAP

3

3 :[FS : neg(x) ; x = ? ]

x = 2

thèmes

règles

Tâches et BDD

T1: 3[2] →[non dispo (salle Lafayette, j+1) ]

Effet projectif : attente de résa_salle

22


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

4M : Elle est disponible jeudi

Négociation date  orga_réunion.

1

Arrière-plan

Négociation date

T1

résa salle

2

Calcul_date :

→présupposition

jeudi = + proche jeudi

IQAP

QAP

4

3

Implicature : non dispo (demain à jeudi-1)

Effet projectif :

attente de résa_salle (Lafayette, jeudi)

4 U:[FS; v : indéfini ; d3: date; e3: booléen_dispo; Agenda+annonce(v2,d3,e3) ;

v = ?; e3 = 0; d3 = plus proche jeudi]

thèmes

règles

T1: 3[2] →[non dispo (salle Lafayette, j+1)

+ 4 [2] → dispo(salle Lafayette, jeudi)

+ non_dispo(salle lafayette, [j+1, jeudi-1]]

Tâches et BDD

23


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

1

Négociation date

résa salle

Arrière-plan

T1

5

2

QAP

IQAP

4

3

T1 : attente de résa_salle (Lafayette, jeudi)

5U: eh bien réservez-lamoi.

5 U:[FF; x :indéfini ; d5: date ; réservation+demande(x,d5), x=? d5=? ]

thèmes

règles

Tâches et BDD

24


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

résa salle

convoc. technicien

Effet projectif :

attente de convocation_technicien

5U: eh bien réservez-lamoi.

5 U:[FF; x:indéfini ; d5:date; réservation+demande(x,d5), x=? d5=? ]

1

Arrière-plan

T3

thèmes

*12

Cont.

T1

T2

règles

topique

2

5

QAP

IQAP

4

3

T2:[salle(x), x=v=Lafayette; d5=d3=jeudi prochain ]

Tâches et BDD

T3: T1 + T2 : [dispo salle + résa salle (lafayette, jeudi ]

25


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

6M: voulez-vous un technicien pour le rétro projecteur?

1

Arrière-plan

T3

Lien topos réservation salle

et gestion matériel

thèmes

*12

règles

Cont.

T1

T2

topique

topique

5

2

QAP

Elabq

IQAP

Lien salle Lafayette/

materiel/ technicien

4

3

6

Tâches et BDD

T2:[salle(v), v=Lafayette; d5=d4=jeudi prochain

+ demande-technicien(v, d5) ]

26


Conclusion m thodologique

Conclusion méthodologique

Analyse d’une conversation

  • Résolution des référents

    • Intégration des présuppositions et implicatures

    • Prise en compte des attentes et des effets projectifs

    • Construction du savoir partagé

    • Mise en évidence des stratégies

    • Résolution et imbrication des buts

    • Positions tactiques des interactants

    • Structuration du dialogue en phases, tours de parole et actes

      Exemple commenté

    • Dialogue psychanalyste / patient


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Psychanalyste (P) Malade (M)

_____________________________________________________________________________________________________

BP = FFSM(M) (But = faire parler le malade de lui-même)

Bonjour monsieur. Asseyez-vous. On vous a dit que vous auriez à me voir ce matin ?

Directif

Oui.

BM = 0

Alors, je vous écoute.

Directif

Mais on ne m’a pas dit pourquoi, monsieur. On m’a dit, on m’a dit ce matin que je devais passer une consultation en bas et puis c’est tout.

R-Elab

Topique = Consultation

Et puis c’est tout.

Phatique

Et puis c’est tout.

Et bien, parlez-moi, tout comme ça vous vient.

Coopératif

Heu, de quoi voulez-vous que je vous parle ? …, de, de ma maladie ? …, de …, de …, je ne vois pas du tout …, sur quel sujet ? Alors là, vous me laissez …, Je suis dans l’embarras pour vous parler. Si vous me dîtes un sujet, je peux très bien… Mais, comme ça, de but en blanc, ben, je ne vois pas, non. Posez-moi des questions et.., et je verrai. Je ne peux plus rien vous dire.

Q-Elab

Topique = BM

Complètement arrêté ?

Constructif

Complètement, non, mais enfin, ce serait anodin quoi ! Ça serait des choses inutiles, futiles que je pourrais vous raconter.

Q-Sub

Inutiles, futiles ?

Phatique

Oui. Je pourrais bien vous dire n’importe quoi. Alors, s’il n’y a pas un sujet à traiter ou bien une question à poser, que vous dire ? Vous me demandez tout de suite si …, qu’est-ce que je …. « Parlez-moi ! ». de quoi ? C’est exactement pareil ; je ne vois pas, ou alors je prends un sujet et puis je vous parle. Non. Vous me mettez dans l’embarras, franchement !

Elab : clarification


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Qu’est-ce qui se passe quand vous êtes dans l’embarras ?

Directif

Ben, je suis un peu honteux justement.

QAP

Honteux ?

Phatique

Honteux … Quand on est pris au dépourvu comme ça, devant une assistance, très sympathique, mais enfin.

Elab : explication

Sympathique ?

Phatique

Oui. Mais enfin, quand même, je me sens pris au dépourvu. Je ne m’attendais pas à cela en venant ce matin, vous comprenez. Je ne m’étais pas préparé.

Elab : correction

Vous ne vous êtes pas préparé ?

Réactif

Voilà !

QAP

Et, de ne pas vous être préparé, qu’est-ce que ça vous fait ?

Coopératif

De ne pas être préparé, ben, ça me laisse nigaud quoi ! Ça me laisse un peu bête quoi, devant vous, devant …

Elab : explication

Vous avez cette impression ?

Directif

J’ai cette très nette impression parce que …, enfin, de…, d’être un peu un imbécile, de ne pas savoir quoi dire.

Elab : explication

Mais vous me dîtes que c’est à moi de vous poser des questions ?

Constructif/Détour

Oui. Oui puisque vous m’avez dit « Parlez-moi ! ». C’est tout ce que vous m’avez dit. Vous m’avez posé la question « parlez-moi ! ». Oui, mais de quoi ? Je veux bien parler comme ça, d’un sujet ou d’un…., mais de bric et de broc, ça c’est ….

QAP


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Vous voudriez donc que ce soit moi qui choisisse ? pourquoi ça ne serait pas vous ?

Constructif

Ah ! Vous permettez ! Vous me dîtes « Parlez-moi ! », mais de quoi ? N’importe quoi alors ?

R

Pourquoi ça ne serait pas vous qui choisiriez ?

Coopératif

Ah si, mais sur un sujet quelconque.

R-Elab

Hm !

Marque de satisfaction a priori, But atteint, le malade commence à parler de lui-même

Fin de la phase d’ouverture du dialogue (longue dans cet exemple), qui est d’établir le but et le thème de la conversation. Pour cela un ensemble de stratégies ont été mises en œuvre par P

BM = FSM(M)

Thème = contexte santé + socio-familial

Par exemple, pourquoi je suis rentré à l’hôpital…. Je suis rentré à l’hôpital en observation pour un ulcère prépylorique qui date de dix ans, qui n’allait pas très bien enfin, ces derniers temps, et je suis rentré en observation pour faire des examens, pour voir si l’on doit m’opérer ou non. Le docteur Mignon me suit depuis dix ans. Pas depuis dix ans mais enfin, depuis quelques années, toujours dans le même service, puisqu’avant, c’était le professeur Lambling avant, … maintenant le professeur Bonfils, et ma foi, j’attends les résultats pour savoir si on va m’opérer ou pas. En plus, j’ai la vésicule biliaire qui fonctionne mal et je suis diabétique. Pas beaucoup, un gramme vingt, mais enfin, je suis un peu diabétique. C’est héréditaire ; mon père en avait, ma mère en a ; mon père est mort de ça, … voilà !

Elab

Topique = Séjour(moi, hôpital)  Maladie(moi, ulcère+vésicule+diabète)  Hérédité(moi, père)

Votre père est mort de ça ?

Constructif

Il est mort diabétique ; il avait quand même 82 ans.

QAP

Topique+ = Décès(père, 82ans)  Maladie(père, diabète)

Quand même ?

Réactif

C’est un bel âge. Ma mère en a 86, elle vit toujours et moi, j’en ai 55 à la fin de l’année et je pars en retraite.

Elab

Topique+ = Vivant(mère, 86ans)  Vivant(moi, 55ans)  Projet(moi, retraite)


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Vous partez en retraite ?

Phatique

Aux chemins de Fer, on part à 55 ans

Elab : clarification

Topique+ = Métier(moi, SNCF)

Aux Chemins de fer ?

Phatique

Alors, je vais quitter cette ville de Paris, pour aller un peu respirer à la campagne. J’ai une maison à la campagne, à Saumur, et j’ai hâte de quitter Paris, parce qu’on commence à étouffer et j’espère que ça me fera du bien parce qu’à chaque fois que j’y vais, je me sens bien mieux que de rester ici. Je vis, à la campagne et je n’ai pas mal à l’estomac comme lorsque je rentre à Paris après mes week-ends, ou bien quand je rentre à Paris ; ça y est, ça recommence, ça me tord… Enfin c’est …, Enfin ça fait pas mal mais enfin, disons que c’est lourd, ça …, je me sens lourd, tandis qu’à la campagne, ça ne me fait rien… Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Et puis c’est tout !

Elab

Topique = Santé(moi, suffocation)

Oui.

Phatique

Affinement du thème « santé »

Ben, maintenant, de quoi voulez-vous que je vous parle ? Il y en aurait peut-être pour des heures à dire n’importe quoi… Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, monsieur ! Je pense qu’on ne m’opèrera pas, parce que ce n’est jamais agréable. Si j’ai un traitement, …, je le suivais avant, quoi, plus ou moins bien. C’est un peu de ma faute, traitement pour l’estomac, il y a eu des fois deux ou trois mois où je ne prenais pas de bismuth parce que je ne me sentais pas mal, puis, vous comprenez ça … Alors, s’il faut vraiment, comme le professeur Lambling l’avait dit, que c’était à vie du bismuth, j’en prendrai à vie, mais maintenant, s’il parle d’opération, alors là, j’en sais rien. En tous cas, si je ne suis pas opéré, j’ai décidé de partir en retraite, de ne pas faire de rab. Ma femme s’en va également puisque j’habite l’hôpital, ma femme est à l’hôpital ; elle est administrateur d’ailleurs et elle va essayer de partir en même temps que moi. C’est pour ça, tous les deux, fonctionnaires, on y arrivera très bien, nous aurons une bonne retraite. Je ne sais pas, ça fait huit ans que j’habite Bichat, vous savez, je commence à …

Elab

Topique = Santé(moi, traitement+opération)

Topique’ = Métier(épouse, administrateur)  Habitat(moi+épouse, hôpital)  Projet(épouse, retraite)

Que vous habitez Bichat ?

Coopératif


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Oui, je commence à … Je sans que ce n’est pas encore l’air

qu’il me faut à savoir tout ce qui se passe ici ; on en sait pas mal.

I (Digressions lieu/pollution)

C’est pas l’air qu’il vous faut ?

Réactif

Ben, vous savez, c’est l’air de Paris n’importe comment, vous savez !

IQAP

Tout ce qui s’y passe ; disiez-vous ?

Directif

Ben, c’est une véritable ville ici, c’est aussi … Enfin, vous voyez, il y a eu au moins quatre ou cinq cents voitures ; il y a au moins trois mille, trois mille cinq cents personnes par jour qui défilent dans l’hôpital. C’est une véritable ville, en comptant les malades, les…, les, …, les infirmiers, tout le monde, c’est une véritable commune, cet hôpital ! Alors vous savez, c’est pareil que si on était dans Paris, c’est un peu vicié.

Elab : clarification

Vicié ?

Phatique

Avec toutes les voitures qui y’a quand même, j’arrive même… Des fois, j’arrive même pas à avoir mon emplacement, alors, c’est pour vous dire ! Je mets la voiture n’importe où, c’est intenable… Que vous dire encore ? Je fais un travail sédentaire, dans les bureaux, alors, vous savez, l’air à Paris, comme je vous l’ai dit, c’est …. Puis en plus dans les bureaux surchauffés… C’est pour ça que j’aspire à partir en retraite, puis partir à la campagne.

Elab : explication

Vous parlez beaucoup de l’air, l’air vicié, l‘air dans les bureaux !

Directif

Sous-but « faire parler de soi par les marottes »

Oui, parce que nous sommes dans l’air de la pollution et c’est vrai, c’est vrai ! J’ai fait une expérience une fois en rentrant à Paris en voiture, d’avoir un ciel bleu et lorsqu’on regardait vers Paris, le ciel était gris. C’est une expérience que j’ai faite. Je ne suis pas seul à l’avoir faite peut-être, mais quand on regarde Paris, on voit le ciel qui est complètement gris alors qu’au-dessus de nous, on a un ciel bleu. Alors certainement que l’air est pollué ou vicié et que nous nous en ressentons tous.

QAP

Topique’’ = Pollution(Paris, air)

Il y a de mauvaises choses !

Phatique

Pardon ?

Il y a des mauvaises choses.


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Ben, toutes et tout, l’essence, les usines, on en a pas mal déjà autour de Bichat, à Saint-Ouen, la fumée, enfin tout quoi !

Elab : explication

Topique’’+ = Pollution(Bichat, air)

Qu’est-ce qu’il y a encore de difficile, de pénible…, pour vous. Qu’est-ce qu’il y a eu encore de difficile, de pénible, pour vous ?

But « marottes » satisfait => Retour au but principal,

Directif

Pour moi personnellement ?

Elabq

Mh !

Réactif

Ça demande de la réflexion. Je ne vois pas de but en blanc. Je ne peux pas vous répondre parce que …, de difficile, tout est difficile, la vie est difficile, euh …. Je ne peux pas, je n’arrive pas à vous expliquer comment je ressens, ce que je ressens.

IQAP

Comment vous ressentez ?

Coopératif

Oui… C’est difficile. Je ne peux rien vous dire. C’est le mot que je ne trouve pas

Elab : explication

Oui, comment ça ?

Directif

Oui, beaucoup. C’est un défaut chez moi, depuis pas mal d’années déjà.

Elab : explication

Comment ça ?

Directif

Enfin, avant je pouvais m’exprimer très clairement mais depuis un certain temps, il y a, …, les mots m’échappent. Comme ça, oui ! De simples mots des fois d’ailleurs !

C

Depuis un certain temps, les mots vous échappent ?

Réactif

Oh, depuis un certain temps oui, depuis de nombreuses années déjà.

C

Comment ça se passe ?

Directif

Ben…, Remarquez, des, …, des … Ce sont des mots quand même assez compliqués, mais des fois, ça m’arrive de ne pas savoir comment ça se dit…, une table, un cendrier. Je, …, je cherche le mot. Y’a des fois ! Ça m’arrive de temps en temps.

C


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

Et alors là, pour décrire un petit peu ce qui se passe en vous, il vous manque des mots, quand je parle de choses difficiles ou pénibles ?

Coopératif

C’est vaste ! C’est vaste ! Qu’est-ce que …, je ne suis pas un orateur moi ! R

Vous avez vécu des choses.

Directif

Oui, depuis l’âge de seize ans, oui IQAP

Est-ce que les mots vous manquent toujours pour me parler ? Comment ça se passe avec moi depuis le début ?

Sous-but, faire parler de soi à travers la situation

Ben vous me gênez, parce que … R

Expliquez un peu ça !

Directif

Ben vous me gênez parce que …, vous me gênez parce que, j’vous dit, parce qu’on n’a pas eu un sujet exact, un sujet à traiter. Vous m’avez dit de vous parler, je me répète encore une fois… Alors là ! Pris au dépourvu.

Elab : clarification

Vous n’aimez pas être pris au dépourvu ?

Réactif

Non, non ! J’aime bien savoir. Ce matin, je ne pensais pas venir ici, oh non ! QAP

Ça vous rappelle quelque chose, cette idée d’être pris au dépourvu, ou la manière dont ça se passe ici ?

Constructif

Non. PQAP

Ça ne vous est jamais arrivé ?

Négocié

Ça ne me vient pas à l’instant. Peut-être, mais ça ne me vient pas. Il y a peut-être eu des cas mais … PQAP

Alors, au début, vous vous êtes trouvé pris au dépourvu, gêné, ne sachant pas quel sujet aborder et vous avez l’impression que c’est toujours la même chose ? Que vous êtes toujours gêné ?

Coopératif

Oui. Oui, parce qu’on est toujours réduit à la même chose. De quoi voulez-vous que je vous parle. Puisque …. Mettons que vous voulez que je vous parle depuis l’âge de trois ans …, ben, jusqu’à l’âge de cinquante cinq ans, alors là, je peux vous parler pendant deux heures, si vous voulez… Des choses qui…, ça ne rimerait à rien.

QAP

Ça ne rimerait à rien ?

Phatique

Ben oui, qu’est-ce que ça peut vous faire, depuis l’âge de trois ans, ce que j’ai fait jusqu’à maintenant ? Ça vous intéresserait en quoi ? […………………………………….]


Sdrt et strat gies pour l analyse pragmatique de dialogues

[……………………………………………………………………………………….]

Je vais vous demander encore une chose, c’est de me raconter un rêve, des rêves que l’on fait la nuit en dormant.

But principal

Directif

Oui. Je ne rêve pas beaucoup, mais quand je rêve, alors, c’est exactement comme mon père, je vole toujours !

QAP

Topique = Rêve(moi, voler)  Rêve(père, voler)

Oui.

Phatique

Je me sens partir.

C

Oui. Mais vous vous souvenez de l’anecdote d’un de ces rêves ?

Directif

Non. C’est toujours le même. Je me sens toujours voler et dire…, avoir l’impression d’être toujours au-dessus des arbres, vous savez, de planer comme ça, et c’est toujours le même. Sinon, je ne rêve pas beaucoup. Je n’ai pas de cauchemar.

C

Bien. Et bien, je vais vous laisser remonter.

Directif

Au revoir, messieurs dames, excusez-moi si ….

R

Fermeture du topique


Analyse qualitative

Analyse qualitative

Nous n’avons pas tout noté dans cette conversation. Nous avons relevé les buts et les stratégies du psychanalyste, et les relations rhétoriques et topiques du patient. Les rôles sont dissymétriques.

  • Analyse du dialogue du psychanalyste :

    Le but du psychanalyste est de faire parler le patient de lui et spécialement sur son enfance et/ou ses rêves. Il y arrive en utilisant des incidences de sous-buts et par des stratégies apparemment variées mais globalement très directives. Il semble ne pas contrôler le dialogue, en donnant l’impression qu’il écoute mais ce n’est qu’une tactique.

  • Analyse pragmatique du discours du patient :

    Le patient n’a pas de but, il est perturbé par cette absence de but. Il rentre finalement dans le jeu du psychanalyste après une longue ouverture du dialogue. On reste essentiellement sur un axe épistémique et son subordonné : réponses aux questions et élaborations de connaissances (explications et clarifications sont majoritaires). La variété rhétorique se dilue en fin de dialogue. Les topiques portent sur la vie privée du patient : famille, travail, santé, rêves. Un topique incident est évoqué, celui de la pollution de l’air.


Conclusion

Conclusion

Une méthode d’analyse linguistique « classique » (syntaxe, lexique) a donné les conclusions suivantes (Thèse de M.C. Pouder, 1977) :

« Les polarités discursives en relation sont nettement différenciées,

  • A tous les niveaux, lexical, syntaxique, inter-phrastique, le discours du thérapeute présente des particularités qui le distinguent très nettement du discours des patients ; par certains aspects, il se rapproche du discours d’autres interviews (aspect syntaxique). Il s’avère de plus très spécialisé sur le plan lexical dès qu’il ne s’agit plus de reprendre les paroles des malades.

  • Par rapport au fonctionnement du français contemporain, le discours du patient se rapproche de dialogues spontanés entre locuteurs de classe moyenne (aspect lexical et syntaxique commun) : ce patient parle « comme tout le monde » ou du moins comme le plus grand nombre.

    Les allégations des psychosomaticiens concernant la carence langagière de leurs patients ne sont pas vérifiées au plan linguistique. On ne peut même pas rapprocher le code linguistique de ces malades du code restreint de B. Bernstein. Ces discours sont tous centrés sur la première personne, présentent des taux de hiérarchisation divers. Quant à la réalité, elle semble, d’après l’agencement général de leurs récits, poser un véritable problème aux malades.

    C’est là qu’apparaît l’insuffisance d’une analyse linguistique : en effet la pauvreté du langage des psychosomatiques n’est pas caractérisée en tant que pauvreté linguistique, mais en tant que pauvreté « fonctionnelle », ne favorisant pas à ce titre l’intégration des énergies libidinales ; de plus elle est en général analysée par rapport à la « richesse » d’autres formes de discours. »

    Cela conclut en faveur d’une analyse pragmatique des dialogues.


  • Login