Le trouble obsessionnel compulsif chez les personnes  g es

Le trouble obsessionnel compulsif chez les personnes g es PowerPoint PPT Presentation


  • 157 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Download Presentation

Le trouble obsessionnel compulsif chez les personnes g es

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


1. Le trouble obsessionnel compulsif chez les personnes âgées Sébastien Grenier1, M.Ps., Ph.D(c) Kieron O’Connor1, Ph.D. Richard Boyer1, Ph.D. Michel Préville2, Ph.D. et les co-chercheurs

2. Plan de la présentation Critères diagnostiques du TOC (DSM) Description sommaire du TOC chez les personnes âgées Prévalence, caractéristiques sociodémographiques et cliniques Qualité de vie chez les aînés qui souffrent d’un TOC Conclusions et points à considérer durant l’intervention

3. Les critères diagnostiques selon le DSM-IV-R 1- Présence d’obsessions et / ou de compulsions: Obsessions: pensées ou images récurrentes (difficiles à chasser malgré les efforts répétés) à propos d’éventualités terribles. Se présentent sous la forme d’un doute. Ces pensées ne sont pas simplement des préoccupations excessives concernant des problèmes de la vie réelle Les types d’obsessions: contamination, à thème d’erreur (peur d’oublier), agressives (phobies d’impulsion), symétrie (ordre et rangement), religieuses (scrupules), pensées superstitieuses, accumulation, etc Compulsions: comportements répétitifs utilisés pour réduire un inconfort et pour empêcher qu’un événement redouté ne se produise

4. Les critères diagnostiques selon le DSM-IV-R 2-L’individu doit reconnaître, à un moment durant l’évolution de son trouble, le caractère irrationnel de ses obsessions et de ses compulsions 3-Les obsessions et les compulsions sont à l’origine d’une détresse marquée (ex: perte de temps considérable) Effets nuisibles tant au niveau personnel, familial que professionnel Effets nuisibles tant au niveau personnel, familial que professionnel

5. Prévalence et description du TOC chez les personnes âgées La prévalence sur une période de 12 mois: 3 % chez les adultes et 1 % chez les aînés de 65 ans et plus (Bebbington, 1998) Les symptômes sont habituellement présents tout au long de la vie adulte variant en intensité au fil du temps (Calamari, Janeck, & Deer, 2002) L’âge typique d’apparition des symptômes obsessionnels: entre 19 et 25 ans (Steketee, 1993) Condition plus rare: Le TOC à apparition tardive (late-onset OCD)

6. Les objectifs de l’étude Présenter les caractéristiques sociodémo. et cliniques des personnes âgées qui souffrent d’un TOC dans la population québécoise Évaluer la qualité de vie des aînés qui souffrent d’un TOC à partir des dimensions suivantes: Le fonctionnement physique: le nombre de maladies physiques et la santé physique perçue (versus les autres aînés) Le fonctionnement social: la difficulté à faire certaines tâches ou activités et l’isolement social Le bien-être mental: le nombre de diagnostics possibles (axe I) et la santé mentale perçue (versus les autres aînés)

7. Caractéristiques sociodémographiques de l’échantillon Prévalence au cours des 12 derniers mois = 1,1 % (IC95%=0,5%-1,7%) ˜ 9850 aînés Autant de femmes que d’hommes Le groupe d’âge des 65-74 ans est prédominant (78,2 %) La plupart sont mariés (54,5 %) et éduqués (postsecondaire; 64,3 %)

8. Comparaisons entre les aînés qui souffrent d’un TOC et ceux avec aucun trouble psychiatrique Aucune différence significative au niveau du sexe (RC=1,21; IC95%=0,42-3,49) et du statut marital (RC=1,43; IC95%=0,49-4,16)Aucune différence significative au niveau du sexe (RC=1,21; IC95%=0,42-3,49) et du statut marital (RC=1,43; IC95%=0,49-4,16)

9. Caractéristiques cliniques de l’échantillon 58,7 % des aînés = apparition avant l’âge de 25 ans Apparition tardive (après 45 ans) = 7,1 % Les troubles comorbides: les phobies spécifiques (18,7 %) le TAG (10,7 %) le trouble dépressif majeur (4,1 %) le TPA (4,1 %) la phobie sociale (2,7 %) Utilisation de médicaments (benzo) pour traiter les symptômes obsessionnels: 26,8 % Aucune consultation en psychiatrie ou en psychologie

10. La qualité de vie chez les personnes âgées qui souffrent d’un TOC dans l’échantillon a) Fonctionnement physique: 91,2 % = au moins un trouble physique Aucun des aînés ne perçoit sa santé physique pire que les autres du même âge b) Fonctionnement social: 57 % = difficultés à accomplir les tâches domestiques, les loisirs et les activités sociales 35,7 % = se sentir isolés socialement c) Bien-être mental: Aucun des aînés ne perçoit sa santé mentale pire que les autres du même âge. Pourtant, 28,1 % = au moins un trouble psychiatrique comorbide au TOC

11. Comparaisons entre les aînés qui souffrent d’un TOC et ceux avec aucun trouble psychiatrique Aucune différence significative au niveau de la présence de troubles physiques (RC=1,36; IC95%=0,18-10,49) et de la santé physique perçue (positive ou négative) (RC=2,08; IC95%=0,29-14,71); Les aînés qui souffrent d’un TOC se sentent plus isolés socialement (?2=5,75; p=0,03; RC=3,57; IC95%=1,18-10,80); Les aînés qui souffrent d’un TOC évaluent leur santé mentale de façon plus négative (?2=17,19; p=0,01; RC=9,98; IC95%=2,63-37,83). Aucune différence significative au niveau de la présence de troubles physiques (RC=1,36; IC95%=0,18-10,49) et de la santé physique perçue (positive ou négative) (RC=2,08; IC95%=0,29-14,71); Les aînés qui souffrent d’un TOC se sentent plus isolés socialement (?2=5,75; p=0,03; RC=3,57; IC95%=1,18-10,80); Les aînés qui souffrent d’un TOC évaluent leur santé mentale de façon plus négative (?2=17,19; p=0,01; RC=9,98; IC95%=2,63-37,83).

12. Les conclusions… Le TOC chez les personnes âgées n’est pas une maladie à négliger: peut perturber le fonctionnement social Les aînés qui souffrent d’un TOC sont plus jeunes, plus éduqués, plus isolés socialement et en moins bonne santé mentale que leurs confrères sans troubles psychiatriques Les aînés aux prises avec des symptômes obsessionnels semblent sous-estimer les effets nuisibles du TOC sur leur bien-être mental Les personnes âgées qui souffrent d’un TOC paraissent plutôt réticentes à consulter en psychiatrie Ils ne perçoivent pas leur santé mentale pire que les autres du même âge, mais cette perception s’avère plus négative comparativement aux aînés sans troubles psychiatriquesIls ne perçoivent pas leur santé mentale pire que les autres du même âge, mais cette perception s’avère plus négative comparativement aux aînés sans troubles psychiatriques

13. Quelques points à considérer pour intervenir auprès d’aînés qui souffrent d’un TOC Le défi pour les cliniciens: aider les personnes âgées à reconnaître les effets nuisibles des rituels compulsifs et les amener à consulter en psychologie La thérapie cognitive et comportementale (TCC) avec exposition et prévention de la réponse (EX/PR) a démontré son efficacité auprès des personnes âgées (Carmin, Pollard, & Ownby, 1999)

14. Être patient et flexible: s’adapter aux fluctuations dans le fonctionnement Le TOC peut interagir avec des limitations physiques (problèmes visuels ou d’audition). Lorsque ce type de problème nuit à l’exposition, le corriger Inclure, si pertinent, des membres de la famille dans le processus thérapeutique Adresser les facteurs stressants qui sont plus susceptibles de se produire chez les aînés (ex. décès d’un proche, apparition d’une maladie physique, etc.): gestion du stress et résolution des problèmes Exposition et prévention de la réponse

15. Les références American Geriatrics Society. (1993). Mental health and the elderly position statement. Available on-line: www.americangeriatrics.org/products/positionpapers/ mentalhl.shtml Bebbington, P. E. (1998). Epidemiology of obsessive-compulsive disorder. British Journal of psychiatry, 173(35), 2-6. Calamari, J. E., Janeck, A. S., & Deer, T. (2002). Cognitive Processes and obsessive-compulsive disorder in older adults. In R. O Frost and G. S. Steketee. (Ed.). Cognitive approaches to obsessions and compulsions: theory and treatment (pp. 315-335). Amsterdam: Pergamon/Elsevier Science. Carmin, C. N., Pollard, C. A., & Ownby, R. L. (1999). Cognitive behavioral treatment of older adults with obsessive-compulsive disorder. Cognitive and Behavioral Practice, 6, 110-119. Goodwin, R., Koenen, K. C., Hellman, F., Guardino, M., Struening, E. (2002). Helpseeking and access to mental health treatment for obsessive-compulsive disorder. Acta Psychiatrica Scandinavica, 106, 143-149. Moritz, S., Rufer, M., Fricke, S., Karow, A., Morfeld, M., Jelinek, L., Jacobsen, D. (2005). Quality of life in obsessive-compulsive disorder before and after treatment. Comprehensive Psychiatry, 46, 453-459. Steketee, G. S. (1993). Treatment of obsessive-compulsive disorder. New York: Guilford.

  • Login