A d n m a r i n h a u t e m e n t p o l y m r i s
Download
1 / 17

- PowerPoint PPT Presentation


  • 67 Views
  • Uploaded on

A D N M A R I N H A U T E M E N T P O L Y M É R I S É. I N T É R Ê T D ’ U N A N T I O X Y D A N T P O U R L E S P O R T I F. S T R E S S O X Y D A N T À L ’ E F F O R T. Production de radicaux libres par l’exercice physique (I)

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about '' - yasuo


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
A d n m a r i n h a u t e m e n t p o l y m r i s

A D N M A R I N H A U T E M E N T P O L Y M É R I S É

I N T É R Ê T D ’ U N A N T I O X Y D A N T

P O U R L E S P O R T I F


S t r e s s o x y d a n t l e f f o r t
S T R E S S O X Y D A N T À L ’ E F F O R T É

  • Production de radicaux libres par l’exercice physique (I)

    • Vie en aérobiose => chaîne respiratoire mitochondriale

      • nécessaire au stockage de l’énergie sous forme d’adénosine triphosphate (ATP)

      • succession de phénomènes d’oxydoréduction : transferts d’électrons

      • ces électrons peuvent réagir avec une molécule avoisinante pour former un radical libre

      • lors de la respiration mitochondriale

        • 98 % de l’oxygène moléculaire aboutissent à la formation d’eau

        • 2 % de l’oxygène moléculaire deviennent radicalaires

    • Autour du noyau électroniquement neutre, gravitent des électrons

      • normalement réunis par paires de charges négatives égales à celles positives du noyau

    • Radical libre

      • espèce chimique contenant un ou plusieurs électrons

        non appariés sur l’orbite électronique la plus externe

        • capable d’existence indépendante

        • très instables et très réactives

        • pouvant être formées par perte ou gain d’électron à partir d’un composé non radical

        • pouvant apparaître au moment de la rupture symétrique d’une liaison covalente

          • après laquelle chaque atome conservant un électron devient un radical libre


S t r e s s o x y d a n t l e f f o r t1
S T R E S S O X Y D A N T À L ’ E F F O R T É

  • Production de radicaux libres par l’exercice physique (II)

    • activité radicalaire

      •  activité contractile des muscles striés et du myocarde —>

        • exercice physique intense  100 à 200 x consommation d’O2

        •  consommation d’O2 —>  2 - 5 % flux d’O2 intramitochondrial

      •  2 à 3 x production radicalaire du muscle et foie après exercice épuisant

      •  70 % signal radicalaire d’un muscle électro-stimulé

      •  production radicalaire dans le sang veineux par exercice aérobie maximal

    • atteinte des organites et membranes cellulaires

      •  quantité de mitochondries endommagées par exercice de longue durée

      •  taux de lipoperoxydation +  fluidité membranaire de la mitochondrie

      •  dommages aux réticulums endoplasmique et sarcoplasmique


S t r e s s o x y d a n t l e f f o r t2
S T R E S S O X Y D A N T À L ’ E F F O R T É

  • Production de radicaux libres par l’exercice physique (III)

    • activation d’enzymes et facteurs de transcription

      • phénomène d’ischémie reperfusion -> activation de l’enzyme xanthine oxydase

      •  xanthine oxydase à l’entraînement > chez souris âgées / souris jeunes

      • blocage de l’activité de la xanthine oxydase par l’allopurrinol empêche

        • oxydation induite par l’exercice Du glutathion chez le rat et l’homme

        •  LDH, ASAT et CPK survenant après un exercice épuisant

      •  MPO après un exercice intense ou un exercice d’endurance

      •  MPO dans le muscle, le foie et le cœur de rats à l’exercice d’endurance

      • activation de nF-B lymphocytaire par exercice d’une heure à 80 % V02 max


S t r e s s o x y d a n t l e f f o r t3
S T R E S S O X Y D A N T À L ’ E F F O R T É

  • Effets radicalaires de l’exercice physique aigu (I)

    •  dommages musculaires

      •  activité LDH plasmatique

      •  activité CPK plasmatique par nécrose cellulaire

        • chez un marathonien 24 à 60 h après un marathon

        •  par des exercices excentriques

        •  par une course en descente sur un plan incliné de 10 % versus à plat

        • 24 à 48 h après une course de 45 minutes

        • corrélée aux degrés

          • d’infiltration musculaire par les neutrophiles

          • d’atteinte de fonction musculaire

          • des signes histologiques de blessures

      • altérations ultrastructurelles

        • exercice sous maximal suivi d’un exercice execentrique, exercice contre résistence –>

          •  lésions myofibrillaires

          •  taux plasmatique de neutrophiles

          •  CPK

        •  4 x chez sujet âgé / sujet jeune pour exercice exentrique de 70-90 % de la Pmax

    •  dommages érythrocytaires


S t r e s s o x y d a n t l e f f o r t4
S T R E S S O X Y D A N T À L ’ E F F O R T É

  • Effets radicalairesde l’exercice physique aigu (II)

    • activation leucocytaire

      •  lactoferrine

      •  élastase

      •  GM-CS

    • dommages protéiques

      •  glutamine synthase

      •  carbonyles protéiques

        • Immédiatement après exercices anaérobies épuisants

        • dans les 24-48 heures d’exercices isométriques

      •  sulfhydryles protéiques

        • dans le muscle cardiaque après un effort épuisant

        • après un marathon

    •  allantoïne

      • corrélation négative entre uricémie au repos et TBARS excrétés en période de récupération

      •  concentration musculaire x 3, plasmatique x 2 par exercice physique épuisant de 4,4 min

      •  concentration urinaire en période de récupération post exercice à 100 % VO2 max

      • meilleur marqueur du stress oxydant : rapport acide urique / allantoïne


S t r e s s o x y d a n t l e f f o r t5
S T R E S S O X Y D A N T À L ’ E F F O R T É

  • Effets radicalairesde l’exercice physique aigu (III)

    •  péroxydation lipidique

      •  diènes conjugués

        • en corrélation avec la distance de course à vitesse maximale

      •  pentane exhalé

        • en corrélation avec l’intensité de l’exercice

          • du repos au seuil d’acidose lactique

          • du seuil d’acidose à l’intensité maximale

      •  TBARS et MDA

        • à la fin d’un exercice musculaire maximal et 6 h après un exercice intense

        • en corrélation avec la VO2 max

        • en corrélation avec LDH

          • Après une course de 80 km à 72 % de la VO2 max

        • en corrélation avec CPK

          • après marche de 80 km

          • après exercice intense de 90 min

        •  MDA dans les muscles squelettiques, cardiaques de rats après un exercice d’endurace

        •  MDA urinaires et hydroxyproline d’une course de cheval jusqu’à épuisement

      •  isoprostanes

        • en corrélation avec  CPK et avec  vitamine E

        • après un test d’effort ou un ultramarathon


S t r e s s o x y d a n t l e f f o r t6
S T R E S S O X Y D A N T À L ’ E F F O R T É

  • Effets radicalairesde l’exercice physique aigu(IV)

    • Oxydation de l’ADN

      •  8-OHDG leucocytaire et urinaire

        • après effort intense et favorisée par l’hypoxie de haute altitude

      •  8-OHDG musculaire

        • après répétition d’exercices excentriques

      •  fragments d’ADN leucocytaire

        • dans les 24 heures après un semi-marathon ou un exercice épuisant

        • corrélé au nombre de neutrophiles une heure après semi-marathon

        • au bout de 6 h et à bout de 24 ha

        • après exercices d’intensitécroissante

          -> épuisement

      •  fragments d’ADN lymphocytaires

        + apoptose lymphocytaire

        • après exercice épuisant

    • Altérations des mitochondries

      • altérations ultrastructurelles

      • délétion de grande échelle

        de paires de bases d’ADN


A d n h p u n a n t i o x y d a n t d e c h o i x p o u r l e s p o r t i f
A D N - H P, U N A N T I O X Y D A N T D E  C H O I X P O U R L E S P O R T I F

  • Structure

    • biopolymére naturel hydrosoluble

      d’origine marine extraite de la laitance de saumon sauvage

      • par des techniques non dénaturantes

        • • protégeant la superstructure du polymère

        • • préservant son activité physiologique

  • Métabolisme

    • l’intestin paraît retenir des fractions polymérisées

      de l’ADN et se saturer rapidement

      en fraction de bas poids moléculaire

    • le tissu lymphatique semble accumuler les fractions

      polymérisées de l’ADN puis les libérer rapidement

      dans le sang veineux

    • dégradation hépatique en mononucléotides

    • élimination biliaire et urinaire 


A d n h p u n a n t i o x y d a n t d e c h o i x p o u r l e s p o r t i f1
A D N - H P, U N A N T I O X Y D A N T D E  C H O I X P O U R L E S P O R T I F

  • Propriétés antioxydantes (I)

    • retarde et diminue la formation de diènes conjugués, par

      • son activité antiradicalaire vis-à-vis du radical hydroxyl (OH°–)

    • conduit en capturant OH°–

      • à la formation d’un produit stable le 8-hydroxydeoxyguanosine (8-OHDG)

      • évitant la formation d’un nouveau radical libre

      • terminant le processus de peroxydation

    • => l’ADN-HP protège la cellule vis-à-vis

      des agressions oxydatives extracellulaires


A d n h p u n a n t i o x y d a n t d e c h o i x p o u r l e s p o r t i f2
A D N - H P, U N A N T I O X Y D A N T D E  C H O I X P O U R L E S P O R T I F

  • Propriétés antioxydantes (II)

    • Effet protecteur contre la lipoperoxydation (1)


A d n h p u n a n t i o x y d a n t d e c h o i x p o u r l e s p o r t i f3
A D N - H P, U N A N T I O X Y D A N T D E  C H O I X P O U R L E S P O R T I F

  • Propriétés antioxydantes (III)

    • Effet protecteur contre la lipoperoxydation (2)


A d n h p u n a n t i o x y d a n t d e c h o i x p o u r l e s p o r t i f4
A D N - H P, U N A N T I O X Y D A N T D E  C H O I X P O U R L E S P O R T I F

  • Propriétés antioxydantes (II)

    • Effet protecteur contre l’oxydation de l’ADN

      • Taux de survie après irradiation

      • proportionnel au degré de polymérisation

      • de l’ADN hétérologue injecté chez le rat


A d n h p u n a n t i o x y d a n t d e c h o i x p o u r l e s p o r t i f5
A D N - H P, U N A N T I O X Y D A N T D E  C H O I X P O U R L E S P O R T I F

  • Effet sur la performance physique chez l’animal

    • Étude sur la souris

      • ADN-HP 200mg/j + acide ascorbique 500 mg/j pendant 5 j

        => amélioration de l’épreuve de la nage

    • Étude cas témoins sur le chien

      • ADN-HP 400 mg/j ± acide ascorbique 1 g/j avant effort standardisé

      •  50 % fréquence cardiaque à l’effort par ADN-HP + vit. C

      •  tps de récupération après effort de la fréquence cardiaque basale

        • 50 % par ADN-HP seule

        • 83 % par ADN-HP + vitamine C

      •  élévation de la cortisolémie 50 minutes après l’effort

        • – 71% par ADN-HP seule

        • – 100 % par ADN-HP + vitamine C


A d n h p u n a n t i o x y d a n t d e c h o i x p o u r l e s p o r t i f6
A D N - H P, U N A N T I O X Y D A N T D E  C H O I X P O U R L E S P O R T I F

  • Effet sur la performance physique chez l’homme (I)

    • ADN-HP 800 mg/j + vitamine C 2000 mg/j pendant 21 j

    • 30 sportifs d’âge moyen de 20 ans

      •  indice de récupération mesuré par le test de Ruffier-Dickson,


A d n h p u n a n t i o x y d a n t d e c h o i x p o u r l e s p o r t i f7
A D N - H P, U N A N T I O X Y D A N T D E  C H O I X P O U R L E S P O R T I F

  • Effet sur la performance physique chez l’homme (I)

    • ADN-HP 800 mg/j + vitamine C 2000 mg/j pendant 21 j

    • 30 sportifs d’âge moyen de 20 ans

      •  consommation maximale d’oxygène (VO2 max) évalué par le test de Cooper


A d n h p u n a n t i o x y d a n t d e c h o i x p o u r l e s p o r t i f8
A D N - H P, U N A N T I O X Y D A N T D E  C H O I X P O U R L E S P O R T I F

Le sport : une activité très prooxydante, altérant nos protéines, nos lipides, notre ADN, nos globules rouges, nos muscles …

L’ADN-HP : un ADN marin Haute Performance à fort pouvoir antioxydant, protecteur de nos lipides et de notre ADN, pour améliorer

• la récupération à l’effort

• la VO2 max


ad